Z comme zodiaque, le podcast de Mathilde Fachan

z comme zodiaque le podcast

 Peux-tu m’en dire un peu sur toi ? Qui es-tu ? Ton histoire, ton parcours ?

Je me nomme Mathilde et j’ai presque 30 ans. J’ai eu un parcours labyrinthesque et ce n’est pas près de s’arrêter ! Après avoir grandi en banlieue et passé un bac général, j’entre directement à Sciences-Po. Mon diplôme en poche, je commence à travailler en relations presse chez RFI et France 24. Réalisant (avec moult angoisse existentielle) que je m’ennuie, je quitte mon premier post pour passer un CAP Pâtisserie à 22 ans.
Après cinq ans à travailler comme pâtissière, j’ouvre le Politicafé à Paris 18, qui mélange restauration populaire et événements citoyens, associatifs et politiques.
En 2018, je lance le podcast Z comme Zodiaque qui traite d’astrologie moderne et bienveillante. Grâce à ma super communauté d’auditeurs.rices, je lance en décembre les événements Focus Pocus qui rendent l’ésotérisme accessible et accueillant. Et je m’apprête à publier un manuel interactif d’astrologie en printemps 2020 !
mathilde fachan z comme zodiaque

Quelles sont tes frustrations, indignations dans cette vie ?

Elles sont nombreuses ! Les rapports de force déséquilibrés entre quelques puissants avides d’un côté, et la masse des foules de l’autre. L’aveuglement et la dissonance cognitive qui nous frappe collectivement quant aux ressources naturelles et à notre recherche de sens en tant qu’humanité. La lenteur et la résistance avec laquelle nous prenons conscience des injustices terribles qui frappent les “minorités” et avec laquelle nous les affrontons. La difficulté d’entreprendre sans argent et sans pouvoir. Actuellement, je suis particulièrement outrée par le sort fait aux petits commerces, tant à l’échelle institutionnelle (qui favorise les gros sous et étrangle les petites structures qui font le tissu social), qu’à l’échelle du quotidien. Si beaucoup de gens sont adorables, nombreux sont ceux qui désirent tout, tout de suite, tout en défendant une consommation plus équitable et plus saine… l’effort de pédagogie est constant ! Prendre du temps pour pratiquer l’astrologie, analyser les enjeux au lieu de me précipiter instinctivement, c’est un acte de résistance à l’hyperactivité ambiante.

A ton sens, quelle est ta mission ? Quel est le but de ta vie ? Ton ‘Pourquoi’

Ma quête est une quête de sens et d’équilibre. Depuis mon bore-out en relations presse, j’ai compris que je devais impérativement trouver une signification à mon temps passé sur Terre : il est d’autant plus précieux que je n’ai aucune idée de sa jauge ! “Essayer de vivre en réussissant à se regarder dans le miroir”, c’est déjà tout un programme. La découverte du “haut potentiel” (à la même époque) m’a permis d’accepter mon hypersensibilité et mon désir d’être fidèle à mes pensées et à mes émotions : c’est cette soit-disant “faiblesse” qui fera sûrement ma richesse (au moins intérieure à défaut d’être pécuniaire) Veiller à rester à peu près intègre et préserver ma soif de connexions en voyant où ça me mène : voilà comment j’essaie de traverser l’existence !

Quel a été ton déclic ? Ce qui t’a poussé à démarrer ce projet ?

Pour Z comme Zodiaque, à la fois des ami.e.s me disaient que je devrais commencer un blog ou un podcast car apparemment “j’expliquais bien ces machins astrologiques”, et en même temps je commençais à être frustrée de ne pas trouver le contenu qui me convenait. Soit on était dans les meme et l’humour pur, soit on était sur un registre ésotérique que je ne considérais pas assez concret pour moi. J’avais envie de ramener de l’intellectualisation et de la nuance au milieu de références pop cultures, et réciproquement.

Comment s’organise ton quotidien pour réaliser cette mission ?

Difficilement car je suis mobilisée 6 jours / 7 au café ! Paradoxalement, pour que Z reste un plaisir, j’ai pour la première fois de ma vie décider de ne rien annoncer : pas de rythme, pas de calendrier. Au final, j’ai à peu près respecté le même rythme tout au long de l’année ! J’ai aussi adopté (ENFIN, car je suis de nature perfectionniste) le fameux proverbe “mieux vaut fait que parfait”, qui me faisait hausser les yeux au ciel auparavant mais que j’ai été contrainte de faire mien car je n’avais pas le choix !

Quelles actions as-tu mise en place pour démarrer Z comme Zodiaque ?

Un micro, un logiciel de montage, un compte soundcloud, un compte instagram, et zou ! Je sais que le montage sonore est désastreux pour des oreilles professionnelles mais mon contenu est mis à disposition gratuitement et j’avais zéro compétence en commençant (j’en ai zéro virgule cinq désormais ?), zéro contact qui pouvait m’aider à ce sujet… compte tenu de ça, je m’en sors pas si mal !

Quelles compétences utiles avais-tu avant de démarrer ton activité ?

Mon goût de l’astrologie ! Et mon désir de partager ma passion.

Qu’as-tu appris en démarrant cette aventure ?

Que je n’avais pas besoin de souffrir et de me priver pour réussir quelque chose !

Quel conseil aimerais-tu donner à une autre femme qui n’ose pas se lancer ?

Qu’il y a forcément, au moins, UNE personne qui sera heureuse de découvrir son contenu ou de bénéficier son service. Si c’est utile à une personne, alors on a gagné ! Et aussi, qu’on devient forgeron en forgeant !

Merci Mathilde, on peut retrouver Z comme zodiaque sur Instagram et sur les plateformes de podcast.

Instagram & Podcast

Laurence Luyé-Tanet

laurence luye-tanet

Aujourd’hui on rencontre Laurence Luyé-Tanet, auteur de 14 livres de développement personnel dans cette interview Youtube.

Bonjour Laurence, pouvez-vous m’en dire un peu sur vous et votre parcours ?

A l’âge de 11 ans, j’ai entendu le mot yoga pour la première fois et je voulais en faire bien que je ne sache pas du tout ce que c’était. Toujours à 11 ans, je pratiquais aussi la méditation, sans savoir ce que c’était. Je faisais du judo et à la fin du cours, au moment du salut, le professeur nous faisait prendre quelques minutes pour nous recentrer sur notre respiration. J’adorais ce moment, je ne savais pas que c’était les bases du zen.

A l’âge de 17 ans, alors que j’avais du mal à me remettre de ma rupture avec mon “Prince charmant” j’ai commencé le yoga. Je suis devenue moins anxieuse, mieux dans ma tête. En plus j’étais sportive, souple, donc j’adorais les postures compliquées.

A 24 ans j’ai commencé à me former pour devenir prof de yoga. C’est un peu comme une boule de neige. J’ai appris à me connaître grâce au yoga et à la méditation, puis à la psychothérapie que j’ai entreprise dès l’âge de 23 ans. Je découvrais qu’en apprenant à se connaître, on avait un regard différent sur sa vie, tout devenait plus léger, plus lumineux et j’avais envie que tout le monde fasse pareil. Donc, j’étais en thérapie depuis déjà plusieurs années quand j’ai commencé à demander comment on devenait psychothérapeute.

Je voulais changer le monde à l’époque et ma thérapeute m’a bien expliqué, qu’auparavant, c’était moi que je devais changer. Puis tout s’est enchaîné lorsque je suis devenue professeur de yoga. Cela m’a amenée à me former en psychologie et à exercer en tant que psychothérapeute. Pédagogue dans l’âme, j’ai été formatrice pendant une vingtaine d’années, plus particulièrement pour permettre aux personnes d’apprendre à faire face à leur stress, à gérer leurs émotions, à gérer les conflits.

Je suis beaucoup intervenue dans le milieu médico-social, en école d’infirmières, auprès de personnes handicapées physiques et mentales, auprès d’anciens drogués en réinsertion, pour l’association D.e.s France (les filles Distilbènes), j’ai été chargée de cours à l’Université de Tours dans le cadre du Dufra pour la gestion des groupes.

Aujourd’hui j’accompagne les personnes spécifiquement en coaching de transformation et en business coaching. Je m’appuie non seulement sur mes formations, sur ma connaissance approfondie de l’être humain et des processus de transformation. Je suis auteur de nombreux livres en développement personnel et bien être émotionnel.

J’ai horreur de me définir, de m’enfermer avec des étiquettes car cela me semble opposé à ce que je fais: aider les personnes à exprimer leur plein potentiel et à sortir de leur enfermement.

Quelles sont vos frustrations, indignations dans cette vie ?

Rester avec ses frustrations me semble contre-productif. Nos frustrations nous indiquent que nous devons regarder ce à quoi nous aspirons et aller dans ce sens. Frustrations et aspirations sont deux signes qui nous indiquent notre voie juste.
S’indigner, c’est bien, mais je pense que l’action est beaucoup plus porteuse. Souvenons-nous de ce que Mère Térésa disait : “ne me demandez pas de lutter contre la guerre, demandez-moi plutôt ce que je fais pour la paix”.

Quel est votre pourquoi dans cette vie ?

Mon pourquoi? Je constate que très peu de personnes se connaissent. Beaucoup se déterminent en fonction de ce qu’on a dit d’elles, de ce qu’elles ont vécu et passent leur vie à côté de qui elles sont vraiment, ce qui les empêche d’être vraiment heureuses et de se réaliser.

Donc “ma mission”, c’est d’apprendre aux personnes à se connaître sur les différents plans et de (re)donner du sens à leur vie et aussi à découvrir et réaliser leurs rêves. Et cela je le fais que ça soit pour les particuliers ou les entreprises.

Bien sûr, pour les entreprises, réaliser ses rêves, c’est retrouver du sens, retrouver du pourquoi, avoir une vision, s’ouvrir à autre chose qu’une simple stratégie de résultats. L’humain est au coeur de l’entreprise, c’est ce que je valorise et c’est pour ça que j’ai créée l’Awakened Business Concept.

Nous vivons une période de mutation profonde où l’apparente crise cache une transformation de valeurs, un besoin de sens, une remise en place de l’humain. Courir derrière l’argent, c’est prendre le problème à l’envers. L’argent que l’on gagne est la conséquence de notre dynamique et vient en échange de quelque chose que nous engageons de nous. Quelle est cette dynamique que nous portons et comment la portons-nous dans le monde? Elle doit, à mon sens, s’appuyer sur une notion de service.

Les gens ne peuvent plus vivre désabusés, désanimés. Comme je le dis dans mon livre “Ne crains pas que ta vie prenne fin un jour, mais plutôt qu’elle n’ait jamais commencé” (éditions Dunod), toute la question est de savoir : contre quoi échangeons-nous notre vie? On peut traîner son insatisfaction toute sa vie ou agir en allant dans le sens de ce que l’on souhaite. Nous sommes les seuls responsables de notre vie.

Je suis absolument persuadée que notre histoire ne nous détermine pas, que nous sommes beaucoup plus que notre histoire. Nous sommes des êtres humains et non pas des faires humains. C’est à nous de faire le pas. L’océan est composé de toutes les gouttes d’eau. Chacun de nous est une goutte d’eau dans l’océan de l’humanité.

Quel a été votre déclic ?

Cela fait 30 ans que j’accompagne les personnes. J’ai toujours été dans le domaine du développement personnel. Très tôt, vers 23 – 24 ans, je voulais être professeur de yoga. Je me suis formée pour devenir professeur de yoga. Lorsque je me suis installée il y a une trentaine d’années, je me suis très vite aperçue que la demande des élèves dépassait le cadre du yoga. Leur demande de gestion du stress relevait en réalité d’un accompagnement thérapeutique.

Je me suis donc formée en tant que psychothérapeute pendant plusieurs années. Je suis jungienne. J’ai exercé en tant que psychothérapeute jungienne et à médiation corporelle pendant environ 22 ans mais je ne me reconnaissais plus dans cette approche.

Il y a quelques années, c’est aux Usa que j’ai rencontré d’autres approches, en particulier le travail sur les schémas de pensée, sur les processus de transformation. J’ai vraiment été passionnée. Je me suis alors formée avec les experts dans ce domaine aux Etats Unis.

Aujourd’hui, la demande des personnes s’exprime toujours en termes de “stress”, mais ce que je constate, autant auprès des particuliers que des entreprises, c’est qu’il y a un profond manque de sens à leur vie et à ce qu’ils font. Et c’est là que j’interviens.

Aujourd’hui, j’accompagne les personnes en leur donnant les clés pour devenir autonomes, pour changer leur vie, parce que je crois en elles. Nous avons tout en nous pour réussir notre vie mais comme nous ne nous connaissons pas, nous passons à côté. Bien sûr, ça demande de prendre du temps parce que je n’ai pas de baguette magique à leur donner. Mais le jeu en vaut la chandelle.

Comment s’organise votre quotidien pour réaliser cette mission ?

Chacune de mes journées est différente selon que je suis en train d’écrire un livre, de préparer une conférence, que j’ai mes rendez-vous de coaching, que je prépare les programmes que je propose en ligne…

Je gère parfaitement mon temps, je suis autonome et c’est ce qui me convient. J’ai une vision dans le temps de ce que je souhaite développer, tout en sachant laisser une place à l’inattendu.

Mais j’ai un secret que je vais partager.

  • Chaque jour, je commence ma journée avec la méditation et/ou du yoga.
  • Chaque soir, je revois ce que j’ai fait de ma journée pour transformer ce qui ne me convient pas.
    La spiritualité est mon fil rouge (elle n’a rien à voir avec la religion). Je suis les pieds sur terre et la tête dans les étoiles. J’écoute mon intuition qui est très forte.

Quelles actions avez-vous mise en place pour démarrer ?

Comme je l’ai dit précédemment, j’écoute mon intuition qui est très forte. Ce que j’aimerais dire, c’est que nous ne savons pas écouter notre intuition. Or, toutes les personnes qui ont réalisé de grandes choses, toutes ont connu des peurs qu’elles n’ont pas ignorées, mais qu’elles ont laissé à leur juste place et toutes ont écouté leur intuition.

Quelles compétences utiles aviez-vous avant de démarrer cette activité ?

Je suis une personne organisée. Je suis autonome. Je suis persévérante. Autant de qualités qui mon aidé dans mon activité libérale depuis 30 ans et dans mon métier d’auteure.

Qu’avez-vous appris en démarrant cette aventure ?

De manière incontestable, j’ai appris comment fonctionnaient les relations humaines. Si ma formation de psy m’a donné une formation théorique dans le domaine, les centaines et centaines de personnes que j’ai accompagnées m’ont permis d’en apprendre énormément. Que ce soient les relations de soi avec soi ou avec les autres, les relations sont au coeur de tout, tant au niveau personnel que professionnel. Comprendre ce qui se passe dans une relation est une ressource incontestable pour dénouer bien des problèmes.

Quel conseil donner à une autre femme qui n’ose pas se lancer ?

Personnellement, j’adore accompagner les personnes au niveau professionnel. J’ai rencontré pas mal de femmes qui n’arrivaient pas à savoir ce qu’elles voulaient faire. En fait, elles restaient planquées derrière leur histoire.

C’est la première étape : se désidentifier de son histoire et oser cheminer vers ses désirs. J’ai été formée au mentoring et j’ai un mentor à qui je dois beaucoup. Je pense qu’il est très important d’avoir cette personne qui croit en vous, qui, même si vous perdez votre objectif, sait garder la vision pour vous parce qu’elle croit en vous, qu’elle ne regarde pas vos limites (ça vous savez faire toute seule), mais vos possibilités. Bien sûr il y a des moments de doutes, mais c’est humain.

Savoir revenir à ce qui nous anime, à ces rêves que nous portons (femmes et hommes) c’est le lien vers notre âme, vers notre santé. Ensuite notre business, c’est de se mettre en marche vers ça. Le comment ça va se faire ne nous appartient pas, ça c’est le business de l’Univers, nous, le nôtre, c’est d’avancer. Comme je le dis dans mon livre “Ne crains pas que ta vie prenne fin un jour, mais plutôt qu’elle n’ait jamais commencé“, nous attendons d’avoir l’argent, le temps, … pour commencer. Nous prenons le problème à l’envers.

 

 

Merci beaucoup Laurence Luyé-Tanet pour cet échange

On peut retrouver Laurence Luyé-Tanet sur son site : www.laurenceluye-tanet.com

 

livre 25 femmes inspirantes

Equitalliance l’école de comportementaliste équin créé par Coralie Fournier

equitalliance

Peux-tu m’en dire un peu sur toi ? Qui es-tu ? Ton histoire, ton parcours avant de créer Equitalliance ?

Je suis une personne altruiste, spontanée, courageuse, parfois un peu décalée mais plus je vieillis, plus je m’autorise à être qui je suis, plus je suis heureuse et en phase avec les gens qui m’entoure !

Actuellement formatrice en comportement équin,  j’ai créé Equitalliance sur mon concept personnel en 2004 et écrit un livre « comportementaliste équin – innovation » en 2018. (Disponible en i-book et en version papier ICI )

J’accompagne aujourd’hui les cavaliers à réussir leur relations de confiance avec leurs chevaux et ainsi dépasser ensemble leurs limites grâce à ce concept.

Je forme aussi, des personnes évoluant dans le milieu équestre souhaitant devenir à leurs tour « Comportementaliste équin », au travers de ma formation en continue d’un an.

Dans un futur proche, je formerais des formateurs au concept Equitalliance.

Concernant ma vie plus personnelle, je suis une entrepreneuse dans l’âme et ma passion me guide dans mes rencontres et projets.

Cela implique une certaine forme de liberté d’esprit qui se retrouve dans mes relations amoureuses.

Je partage depuis deux ans ma vie avec un homme au fonctionnement et qualités relevant de sa douance (HPE/HPI).

coralie

A travers lui, j’ai découvert mes fonctionnements et nous nous complétons réciproquement dans tous nos projets personnels et professionnels.

Observer Julien au quotidien m’a permis d’analyser mes fonctionnements. Aujourd’hui, je comprend les raisons qui nous unissent. Nous fonctionnons de manière similaire et sommes tous deux sensible au bonheur de l’autre. Cette empathie extrême nous unis et me laisse à penser que je suis également HPE sans le savoir.

Je ne peux qu’encourager les femmes et hommes de tester cette merveilleuses expérience qui apporte courage et audace dans tous mes projets.

Quelles sont tes frustrations, indignations dans cette vie ?

Je peux dire aujourd’hui que j’ai trouvée une « forme d’équilibre ».

Par le passé, j’ai ressenti beaucoup de colère et d’incompréhension face aux réactions de mon entourage.

Le temps et l’expérience m’a permis de comprendre le fonctionnement des gens.

Cela est passé par un travaille personnel et sur l’acceptation des épreuves que me présentent la vie. Je perçois aujourd’hui chacune des expériences comme des étapes utiles à mon évolution personnelle.

equitaliance

A ton sens, quelle est ta mission ? Quel est le but de ta vie ? Ton ‘Pourquoi’

Je sais que je suis ici pour aider les gens à trouver leurs voie et à se “connecter” à eux même grâce aux chevaux. J’ai eu cette info en 1997 en Angleterre lors d’une méditation sous un gros chêne !

Quel a été ton déclic ? Ce qui t’a poussé à démarrer ce projet ? 

Je me suis reconnu dans une de tes vidéos et j’ai vu que tu interviewais des femmes “inspirantes” .  J’ai 99% de femmes qui viennent se former avec moi au comportement équin.  Elles sont pour la plupart en reconversion professionnelle car elle sont passé à côté de leurs rêves jusqu’à maintenant. Je me dit que j’ai beaucoup de chance d’avoir dit “non” à une vie classique, d’avoir suivit mon instinct qui m’a amené à faire MA vie et non celle que la société et mes amis et ma famille aurais voulu pour moi.

J’observe tous les jours, que je suis inspirante pour beaucoup d’entre elles, et cela me fais tellement plaisir !!

Comment s’organise ton quotidien pour réaliser cette mission ?

Mon quotidien mensuel :

– 8 jours de formation en présentielle avec mes élèves,

– 2 accompagnements individuels en tant que comportementaliste équin,

– le reste du temps j’alterne les communications animales, les séances en acupuncture, kinésiologie, soins énergétiques à distance et l’administratif (Marketing, suivit de formation pour Equitalliance….).

Quelles actions as-tu mise en place pour démarrer ?

Il y a quinze ans, j’ai débuté par la création de flyers, d’un site internet et j’ai démarché les prospects autour de mon lieu d’habitation.

Actuellement avec la mise en place des réseaux sociaux  tout est différant. Mes nouvelles actions efficaces sont :

  • Publication facebook,
  • Référencement de mon site web
  • Automatisation des processus administratifs pour plus d’efficacité.
  • M’entourer des personnes aux compétences utiles au développement d’ Equitalliance

Depuis 2004 date à laquelle j’ai créé Equitalliance, il y a eu de multiples changements, c’est d’ailleurs ce qui fait la richesse de travailler pour soi, on peux faire évoluer son business à notre propre rythme.

Quelles compétences utiles avais-tu avant de démarrer ton activité ?

Ex gérante d’un centre équestre à Saint Barthélémy (97), j’avais un monitorat d’équitation en poche, pratiquais du Qi Gong et des soins énergétiques.

Avant de démarrer mon projet, j’ai suivi une formation intensive au États-Unis pour approfondir mes connaissances en « Horse Man Ship ». Cette période m’a permis de rencontrer John LYONS la référence dans le domaine. (Mon approche à beaucoup évoluée depuis)

Mes compétences commerciales et ma pugnacité sont quand-à elles le résultats de plusieurs années d’expériences. J’ai été déléguée médicale, Gentils Organisatrice au Club Med et j’ai pratiqué la  compétition en ski alpin et en équitation.

 

Qu’as-tu appris en démarrant cette aventure ?

Faire de ma passion mon métier est la chose la plus riche qui me soit arrivée.

Cela m’a conforté dans mes décisions et rappelé que j’ai eu raison de me rebeller contre les croyances de notre société. J’ai eu raison d’oser faire ce que j’avais dans les trips.

Quel conseil aimerais-tu donner à une autre femme qui n’ose pas se lancer ?

Je lui dirais de s’écouter, d’oser pour enfin s’épanouir

Je vois beaucoup de femmes dans mes formations qui sont en reconversion à 40 ans voir plus, il est difficile de tout retransformer …. Elles le disent elle-même, « si j’avais su…je me serais écouté plus tôt, cela aurais donné un sens à ma vie plus rapidement ! »

Je dirais donc « : « Alors foncez, c’est un merveilleux cadeau que vous vous faites à vous-même »

Merci beaucoup Coralie Fournier pour cet échange, on peut te retrouver sur ton site www.equitalliance.fr

livre 25 femmes inspirantes

Marie Ayala remet l’Être au coeur de l’action

marie ayala crédit photo: Bénédicte Locus

Bonjour Marie Ayala, peux-tu m’en dire un peu sur toi ? Qui es-tu ? Ton histoire, ton parcours ?

Je suis une femme multifacettes qui s’émerveille de voir se révéler devant ses yeux sa destinée (et celle des autres). J’ai une âme de pionnière, je suis sensitive et intuitive. J’aime faire le pont entre les choses et sortir des sentiers battus. Je suis une créative, visionnaire et mon expertise se situe dans ma capacité à insuffler de la confiance et de l’inspiration, à guider et à propulser les personnes, vers de nouveaux horizons, vers le pallier supérieur de leur développement et vers leur accomplissement.

Quelles sont tes frustrations, indignations dans cette vie ?

Qu’encore beaucoup de personnes se sentent limitées, petites, insignifiantes, qu’elles ne s’accomplissement pas et qu’elles n’aient pas accès à l’abondance (notamment les femmes). Mes frustrations: quand moi-même je me limite ou je m’empêche d’être qui j’ai à être et ce que j’ai à faire dans cette vie.

A ton sens, quelle est ta mission ? Quel est le but de ta vie ? Ton ‘Pourquoi’

Ma mission est d’être un modèle de réussite féminine alignée à son être et à des valeurs fortes de coeur, de profondeur, d’éthique, de simplicité et d’authenticité et d’offrir mes talents d’être et de faire, au monde et de recevoir en conséquence. A ce jour, j’inspire le plus de personnes à s’expanser et j’accompagne les êtres en mouvements, les entrepreneur.es, les dirigeant.es atypiques et éclairé.es et les bâtisseurs du monde de demain à:
  • prendre le tremplin pour expanser leur business et s’accomplir d’avantage.
  • se relier l’être, le faire et l’avoir avec sens, grandeur et contribution
  • d’amplifier la portée de leurs oeuvres et de leurs messages.
  • d’être connecté à ce qu’il y a de plus beau en eux et donc de créer des futurs désirables en étant qui ils sont dans leur activité professionnelle en assumant l’ambition de leur âme.
    Ce qui me porte c’est l’Amour et la Grandeur au centre de chaque être et de chaque réalisation.

Quel a été ton déclic ? Ce qui t’a poussé à démarrer ce projet ?

C’est en moi depuis toujours. Je me suis toujours sentie guidée par ma bonne étoile et j’ai appris à faire confiance dans la vie, à suivre mon coeur. J’ai toujours été en quête de sens et de vérité ce qui m’a amené à explorer beaucoup et à rencontrer des pionniers et avant-gardistes (des personnes, des méthodes, des outils : de la psychologie, du développement personnel, de la spiritualité et du quantique) qui répondaient à ma quête. Je suis toujours allée au plus proche de moi pour être dans ma plus belle voie d’épanouissement en suivant mon intuition et mes ressentis. Alors c’était une évidence de partager ensuite et de participer à l’éveil des consciences et à l’évolution individuelle et donc collective. Maintenant, ça me parait évident que j’ai un rôle a jouer auprès des leaders inspiré.es d’aujourd’hui et de demain pour garder la constante de l’Être et de l’Amour au coeur de toutes actions et d’amplifier leur oeuvre et leur message. Nous sommes le futur en marche.

Comment s’organise ton quotidien pour réaliser cette mission ?

Je n’ai pas d’organisation fixe établit, elle change selon les périodes de ma vie et de travail, les déplacements et les projets que je réalise. Ce qui reste présent c’est de tenir ma fréquence vibratoire haute, d’être reliée le plus possible à qui je suis profondément et connectée au plus “haut” en moi.
” Être pour faire “

Quelles actions as-tu mise en place pour démarrer ?

Il y a eu plusieurs démarrages selon les périodes et les axes de développement, mais ils sont en fait une continuité de mon fil de vie! Actuellement, pour ce renouvellement de ma continuité :-), c’est un livre qui s’est imposé à moi, dans sa rédaction et son édition! Au final ce que je peux dire c’est que la principale action à poser c’est d’être relié à son identité profonde, à son essence après les actions en découlent d’elles-même.

Quelles compétences utiles avais-tu avant de démarrer ton activité ?

Un bagage universitaire, une exploration de l’humain par les voyages, les rencontres, mes propres exploration pour moi-même, me connaitre et aller toujours vers plus de liberté, mon intuition et surtout “lâcher” mes outils et compétences du faire pour reconnaitre et affiner mes compétences d’être! On peut dire que la compétence principale avant de démarrer: ma qualité d’être et de Présence et ma profondeur.

Qu’as-tu appris en démarrant cette aventure ?

A reconnaitre plus ma valeur, ma nature d’entreprenneure et de décider d’ être une entrepreneure plus prospère pour m’honorer et contribuer davantage! L’intention est posée avec le livre! 🙂

Quel conseil aimerais-tu donner à une autre femme qui n’ose pas se lancer ?

Que leurs craintes sont liées à l’inconscient collectif et qu’elles ne leurs appartiennent en grande partie pas, et qu’elles sont missionnées pour s’accomplir, comme nous tous. Que leur sensibilité et leurs ressentis sont ses forces. Qu’elles sont là pour participer à la marche du monde et que leurs potentiels ont besoin de s’exprimer pour notre plus grand bien et celui du monde, quoi qu’elles en pensent avec leur tête (rires!).

 

Les livres de Marie Ayala

marie ayala
Et pour aller plus loin et découvrir d’autres femmes incroyables qui m’inspirent :

 

livre 25 femmes inspirantes

Comment aller au bout des choses quand on déborde d’idées ?

aller au bout de ses idées

Dans l’épisode d’aujourd’hui, j’ai envie de te parler de ces personnes que j’accompagne. Je suis coach en reconversion professionnelle et mes clients sont souvent des entrepreneurs trop créatifs. Comment peut-ont avoir trop d’idées ? Et bien quand l’équilibre idées / concret n’est pas respecter. C’est tout le travail que je réalise en les accompagnant : les aider à trouver cet équilibre.

Un cahier pour noter ses idées

Quand on est un catalyseur et que l’on capte les idées c’est souvent que l’on une intuition bien développée. On en parle dans les livres cités ci-dessous. Le processus créatif n’est pas maîtrisable, ça vient comme l’envie de ch***r.

Tout le travail est de se tenir prêt à agir quand ça débarque. Un peu comme un chasseur en alerte disponible à tirer sur sa palombe quand elle survole sa cabane. Prépare ton fusil, rode ton processus afin d’être prêt quand le vent te souffle ta prochaine idée.

Personnellement, après avoir testé toutes les applications web ci-dessous, c’est le cahier papier qui s’avère être le plus productif chez moi. J’utilise comme tu le sais certainement (parce que je le répète à tout va) un BULLET JOURNAL ! Et j’aime ça … ho yeah !

L’important dans tout le processus créatif est de trouver l’équilibre entre l’être (créatif), l’avoir (des idées) et le faire (des projets).

Si tes anges gardiens t’envoient des idées, c’est pas seulement pour que tu les regarde défiler. Ils ont envie que tu en fasses quelque chose ! Alors ramasse les, notes les, tri les, et exploite les ! (tu peux même leur dire merci)

C’est quand tu seras sur la deuxième marche que la prochaine idée te viendra, et de là tu seras capable de voir des choses que tu ne vois pas encore aujourd’hui.

7 applications pour noter tes inspirations

  • Evernote
  • Todoist
  • Google Drive
  • Google Keep
  • Notes d’Apple
  • Telegram
  • Whatsapp

7 outils de prise de note

Enregistrer sur Pinterest

5 Livres pour comprendre d’où viennent les idées et comment trouver l’inspiration

La Philo de Sophie : devenir psycho énergéticienne

philo de Sophie SCHAGUENE psycho énergéticienne

Bonjour Sophie. Peux-tu m’en dire un peu sur toi ? Qui es-tu ?

THE question! Rien de bien défini! Je suis une autodidacte altruiste, curieuse de tout depuis toujours. J’aime analyser les choses compliquées et surtout inexpliquées pour les comprendre ou faire mes propres théories, je pioche dans tout ce que j’apprends pour évoluer de la façon qui me convient avec toujours l’esprit ouvert à la possibilité de changer d’avis ou de croyance. Je crois que si un mode de vie devait me définir, ce serait celui-là: Je remets tout en question tous le temps avec pour mots d’ordre: penser par soi-même, écouter son intuition et garder l’esprit ouvert à tous les possibles. Et par dessus-tout j’aime l’humain, j’aime les gens et je les vois dans leur plus belles parts d’eux-même! J’ai envie que les gens se voient comme je les vois!

Quelles sont tes frustrations, indignations dans cette vie ?

Je dirai que ma plus grande frustration (juste avant l’injustice sociale) a été la croyance que nous soyons obligés de nous tuer au travail pour pouvoir vivre. J’ai toujours voulu faire ce que j’aimais depuis toute petite sans n’avoir jamais su ce que je voulais faire. C’était donc compliqué, je me sentais différente au milieu des injonctions de faire un métier à débouchés… Quand on a pas de passion dans la vie (précise j’entends comme la mécanique, le dessin etc) on se sent en marge de la société vraiment et il est très facile de se résigner à une vie qui ne nous convient pas, sous prétexte que bon ben faut travailler, c’est la vie peu importe que tu aimes ton métier ou non… Cela ne m’a pas empêché d’avoir des emplois intéressants et très nourrissant, aucun regret! Ma frustration a été de ne pas me sentir libre je crois! Les obligations et les contraintes très peu pour moi, même si j’apprends maintenant à me discipliner cette fois pour une bonne raison: moi.

A ton sens, quelle est ta mission ? Quel est le but de ta vie ? Ton ‘Pourquoi’

Le but de ma vie … il se redéfinie en permanence je crois! Depuis que je suis petite, il y a une chose que je n’ai jamais arrêté de faire, aimer les gens, essayer de les comprendre, de me comprendre à travers eux. Au début je me servais de cela pour me dénigrer, me comparer aux autres, me prouver à quel point j’étais insignifiante en somme… Maintenant j’ai appris à me servir de mon empathie de la bonne façon, celle qui permet de s’élever soi-même et élever les autres! Et tout ce que j’expérimente depuis petite et qui me semble être évolutif pour tout le monde, je le partage, le transmets, toujours en rapport avec ma propre expérimentation. Mon but est je crois d’amener plus de bonheur, de légèreté, une philosophie de vie évolutive, constructive. En la partageant avec les autres, je la rend vraie dans ma vie.

Quel a été ton déclic ? Ce qui t’a poussé à démarrer ?

Le décès de ma petite sœur. Au delà du choc, de tout ce que j’ai pu ressentir et tout ce que j’ai du accepter de moi (ce que je voyais, entendais, ressentais etc), j’ai eu un sentiment d’urgence de vivre et d’arrêter de me lamenter sur mon sort. C’est grâce à elle tout ça, même s’il m’est encore difficile parfois de l’admettre. J’ai redécouvert mes capacités, ma passion pour l’invisible, l’univers, le temps etc… J’ai accepté qui j’étais à partir de ce moment là.

Comment s’organise ton quotidien pour réaliser cette mission ?

Organise est un grand mot. J’apprends à organiser mon quotidien en fonction de moi. Mais comme je m’intéresse à tout, je peux vite partir dans tous les sens, c’est là que mon apprentissage de l’auto discipline intervient… Mon cabinet est ouvert à des horaires précises car je suis en partage avec un ostéopathe. Tant que les consultations au cabinet ne prennent pas toute la place disponible, j’essaie d’y caser également les rdv à distance. Je suis bien plus productive à travailler en dehors de chez moi. Donc si j’ai du temps (je vais au cabinet même si je n’ai pas de rendez-vous), j’en profites pour écrire préparer mes ateliers etc. Les ateliers eux se déroulent en soirée. Mon mari s’occupe alors des enfants je rentre entre 20h30 et 21h30, ce sont des ateliers de 2h. Je vais utiliser le cabinet pour en faire là bas aussi les samedis après midi.

Quelles actions as-tu mise en place pour démarrer ?

La première chose que j’ai faite c’était créer une page facebook. A l’époque, je ne pensais pas du tout en faire mon métier, je voulais juste partager sur ma vision de la vie, et de la mort. Puis j’ai fais une 1ere vidéo! 3 mois avant jamais je n’aurai pensé faire ça un jour! Moi partager mon opinion et en plus en vidéo où on me voit. Ma première énorme sortie de zone! Un vrai bonheur! Puis ma page a évoluée avec moi. Quand je me suis sentie prête (si on peut dire) j’ai ouvert La Philo de Sophie en tant qu’entreprise.

Quelles compétences utiles avais-tu avant de démarrer ?

J’ai fais des études de commerce forcément ça aide, même si j’étais une bien piètre commerciale lors de mon BTS! Créer le besoin c’est pas mon truc. Mais le conseil client qui est assez inné j’ai pu le travailler vraiment. La relations aux autres et surtout j’ai appris à écouter sans faire l’éponge! J’ai eu des postes ou je travaillais sur les sites internet, je trouvais cela passionnant! Cela me sert énormément aujourd’hui. Ma sœur était infographiste elle m’a micro formée sur photoshop et je m’éclate avec ces logiciels de montage. Et dernièrement je me suis rendue compte d’une autre faculté que j’avais avant, celle d’analyser les symboles, que ce soit les rêves, les phrases , les mots utilisés etc. J’ai toujours adoré lire entre les lignes mais je crois vraiment que ma 1ère littéraire option arts plastique (pour l’histoire de l’art et la symbolique en peinture) compilés à ma prof de français qui sur-analysais les textes, ont développé cette faculté qui me sert tout le temps! Tout ce que j’ai appris me sert, même dans les emplois les plus pourris. Je n’ai aucun regret!
la philo de sophie psycho énergéticienne

 

Qu’as-tu appris en démarrant cette aventure pour te mettre à ton compte comme thérapeute psycho énergéticienne ?

Que la peur nous guidait tous jusqu’à ce qu’on s’en rende compte! J’ai appris à devenir amie avec mon mental, mes peurs et mes complexes.

Quel conseil aimerais-tu donner à une autre femme qui n’ose pas se lancer ?

Je lui dirais d’interroger ses peurs de les analyser et de voir si elles sont réelles. Quel pourcentage de chance y a t-il pour qu’elle se réalisent par rapport à la proportion de chance que le projet a d’aboutir. Nous ne sommes
 ni nos peurs, ni nos pensées, ni nos complexes. Quand on a envie de faire quelque chose, il y a une vraie raison à cela! C’est que d’une façon ou d’une autre, cela nous servira! Ma règle favorite: IL N’Y A AUCUN HASARD même dans nos envies et ressentis!

Merci Sophie pour toutes ces réponses ! On peut te retrouver sur ton site

Consultations et soin énergétiques et thérapie psycho énergéticienne sur La Philo de Sophie.

Retrouve toutes les interviews de femmes inspirantes de ce projet.

livre 25 femmes inspirantes

Jade Allègre : Développer l’intuition avec les animaux

jade allègre

Il y a quelques semaines, ma mère m’a parlé de Jade Allègre, une femme extraordinaire qui a fait une thèse sur l’argile et ses bénéfices par voie interne. Ni une ni deux, je me lance dans les recherches sur youtube et je découvres cette incroyable femme en effet peu ordinaire.

Je commande son livre et passe dans la boutique bio en face du centre de Yoga que je fréquente pour acheter de l’argile verte. Et me voilà lancée dans 21 jours de cure d’argile. J’arrive, bien évidemment à convaincre quelques personnes de mon entourage d’en faire autant sur le champs ! Et nous voilà quelques semaines plus tard en conversation avec Jade sur Skype.

Une belle rencontre

Je suis très heureuse d’avoir échangé avec elle à l’occasion de cette interview. Jade est une personne très accessible dont le seul but est d’aider les personnes démunies, à s’en sortir avec ce qu’elles ont. Elle a une sacrée dose d’humour qui lui permet de garder le sourire en toute circonstance. Et rien que pour ça, je trouvais important de lui donner la parole dans ce projet d’interview de 50 femmes inspirantes.

Qui est Jade Allègre ?

Jade Allègre est docteur en médecine et naturopathe, anthropologue médical, experte en communication animale.
  • La thèse qu’elle a défendu sur l’usage de l’argile chez les humains est disponible sur son site : http://jade-allegre.com/argiles/these/ 
  • Le livre Survivre en Ville… quand tout s’arrête ! est disponible sur http://jade-allegre.com/survivre-en-ville/
  • Vous pouvez retrouver les stages qu’elle propose sur son site jade-allegre.com
Mais si son CV peut sembler impressionnant il ne vaut pas son énergie dynamique que rien n’arrête, et que je vous laisse découvrir dès à présent en vidéo :

 

 

 

jade allègre survivre en ville

Envie de découvrir d’autres femmes inspirantes ?

Retrouver les autres interviews du projet ici. Et si vous désirez recevoir l’ebook des interviews, vous pouvez déposer votre email ici. Il sera bientôt prêt !

livre 25 femmes inspirantes

Quand les hémisphères droits travaillent avec les cerveaux gauches

hémisphères droits 9 types d'intelligence

Dans cette vidéo, l’auteure Béatrice Millêtre nous explique les spécificités des personnes hémisphères droits. Elle expose la différence entre les types de population en fonction de leur préférence neurologique. Certains utilisent plus volontiers le cerveau droit, d’autre le gauche. C’est comme un  droitier ou un gaucher qui utilisera avec plus de facilité une main ou l’autre.

Cerveau gauche

  • Personne analytique
  • Qui réalise une action puis l’autre : un pied après l’autre
  • Pensée linéaire
  • Facilité de langage, choix des mots
  • Expert ou personne manuelle
  • Aime les choses concrètes
  • Raisonnement méthodique
  • Pensée organisée

Hémisphères droits

  • Personne créative
  • Qui voit la vision d’ensemble avant de voir les détails
  • difficulté à prioriser les choses, à passer à l’action, à faire des choix
  • Difficulté à choisir les mots dans une phrase
  • Personne polyvalente
  • Difficulté à trouver sa place dans le monde du travail
  • Grande curiosité et sensibilité
  • Fulgurances d’idées, intuition

Faire équipe dans la diversité

Travailler en équipe et mixer le type de profils est une excellente stratégie permettant l’innovation et les résultats dans l’entreprise. La complémentarité des hémisphères droits et des personnes plus analytique permet d’enrichir les projets et de résoudre des problématiques complexes avec méthode.

En conclusion, les personnes fonctionnant avec leurs hémisphères droits sont ce qu’on appelle aussi les zèbres, surdoués, hypersensibles. J’ai fait toute une série de vidéos sur le sujet, et réunit une bibliographie aussi autours de la thématique.

Révélatrice de potentiels : Frédérique austruy

potentiels

Bonjour Frédérique, tu va nous parler de ton travail dans la recherche des potentiels des personnes. Peux-tu m’en dire un peu sur toi ? Qui es-tu ?

Hello jolie lumière, moi c’est Frédérique. Je tente d’intégrer ma spiritualité dans le quotidien pour vivre dans la joie et la fluidité. J’ai eu la grande chance de grandir en pleine montagne où j’ai appris à communiquer avec les éléments. J’avais un petit frère de 18 mois plus jeune, mais un jour nous sommes partis ensemble faire du ski et je suis rentré seule à la maison. Lui à choisi de continuer sa route vers d’autres mondes. Il m’a enseigner pendant 10 ans à comprendre et à naviguer dans les différentes sphères d’existence pendant que le chaos s’installait autours de moi.
Ma mère ne se remis jamais de son décès et plongeât dans l’alcoolisme et la maladie. Par question de survie j’ai quitté mes belles montagnes à l’âge de 16 ans pour parcourir le monde à la recherche de la paix et du sens de mon incarnation. A 20 ans j’ai eu des expériences de méditation extrêmement forte où je suis restée plusieurs jours déconnectée de la réalité. J’avais déjà pour habitude de me mettre en lien avec l’invisible mais là ce fut tellement fort que j’ai pris ça comme une alarme. J’ai alors décidé de passer aux choses sérieuses.
J’ai étudier pour comprendre et expérimenter ce que représentaient ces perceptions dans le but de modifier la charge émotionnelle qui m’habitais. Je me suis alors engagé à corps perdu dans le bouddhisme et toutes les formes de développement personnel existantes à l’époque. Depuis je me suis formée à plusieurs techniques et surtout la mort a continué de m’accompagner sur mon parcours. J’ai ainsi fait l’expérience du départ de mon père, de ma mère de tous mes grands parents, de mon petit ami et de nombreux amis. Toutes ces expériences m’ont appris à me rapprocher de la vie, à la célébrer, à la vénérer. Elles m’ont offert l’accès à d’autres dimensions et m’ont permis de voir toute la beauté et la lumière qui réside en chacun ici sur notre belle terre.
Aujourd’hui je mets toutes mes compétences et connaissances au service du changement de monde en accompagnant des personnes à vivre leur deuil en paix et à rayonner tout leurs potentiels.

Quelles sont tes frustrations, indignations dans cette vie ?

Ma plus grande frustration est la matière, sa lenteur et sa pesanteur. Mais comme j’ai choisi de m’incarner dans ce corps physique, j’apprends ses codes et ses structures avec le plus d’entrain que je peux 😉

A ton sens, quelle est ta mission ? Quel est le but de ta vie ? Ton ‘Pourquoi’

Le but de ma vie est d’accompagner les êtres à intégrer toute leur spiritualité dans la matière, sans fioriture ou rituel farfelu, pour qu’ils rayonnent la joie d’être dans l’activation de tous leurs potentiels afin qu’ils contribuent au changement de paradigme.

Quel a été ton déclic ? Ce qui t’a poussé à démarrer ?

Je suis artiste peintre à l’origine et je m’éclatais dans ma pratique. Je vouais ma vie à l’art, j’étais vice présidente d’un centre d’art en Suisse et à l’époque je travaillais sur des peintures sonores avec des musiciens tous talentueux. En même temps je pratiquais le bouddhisme de manière très acidue (voir extrémiste) et je me formais à des techniques de développement personnel comme l’EFT, l’aromathérapie, le Reïki…dans le but de transmuter mes souffrances et difficultés pour être avec un coeur en paix.
J’étais heureuse avec ma spiritualité que je matérialisais en couleurs ! Je vivais en pleine montagne et tout ça me convenais bien. Les gens venais régulièrement me voir lorsqu’ils avaient des petits bobos de corps, de coeur ou d’âme. Et moi j’appréciais prendre soin d’eux tout simplement. Là bas ils m’appelaient “la sorcière”. A l’époque je n’aimais pas trop ce terme, aujourd’hui ça me fais sourire.
Puis le cancer de ma mère c’est accéléré et elle en est décédée. Peut importe la relation que l’on a avec ses parents, lorsqu’ils meurent cela est un grand bouleversement dans la vie. J’ai perdus pieds et j’ai voulu rentrer en France. Il m’a fallu du temps. Le temps de vivre ma première phase de deuil qui est remplie d’émotions fortes pour arriver à me stabiliser et pour écouter et entendre les messages de la vie. Ce qu’elle me soufflait était d’accepter mon rôle d’accompagnant.
J’ai alors enrichie mon savoir faire avec une formation d’énergéticienne et je me suis installée en temps que thérapeute. Aujourd’hui je suis tellement heureuse de ce choix de vie qui me remplie. Je continue, en parallèle, mon activité de peintre en faisant des peintures d’Ame ou de guérison. Accompagner les êtres et les voir muter vers leur lumière me remplie de joie et de gratitude.

Comment s’organise ton quotidien pour réaliser cette mission ?

Je partage mon temps entre ma famille, mon activité et la nature. Aujourd’hui je suis mariée avec une petite fille de 2 ans 1/2. Pour pouvoir être libre de mes mouvements et d’éduquer notre enfant j’ai fais le choix de travailler en ligne avec des accompagnements skype, des formations et des stages en présentiels. Dès que Arya, notre fille est chez la nounou, je me consacre à mon activité. Et en fin de journée c’est la nature qui m’ouvre ses bras de réconforts. Je peux passer le temps qui est nécéssaire avec mon mari et Arya. Cela me remplie de bien être car ils sont ma source, mon trésor.

Quelles actions as-tu mise en place pour démarrer ?

Au départ je travaillais en cabinet. J’ai crée du réseau en m’associant avec d’autres praticiens et en faisant partis de réseaux locaux actifs dans le sport et le développement personnel.

Quelles compétences utiles avais-tu avant de démarrer ?

J’avais expérimenté beaucoup de choses tant dans ma vie personnel que dans mes formations ce qui me donnaient une accise et une certaine confiance dans ce que je proposais.

Qu’as-tu appris en démarrant cette aventure ?

Tout l’aspect informatique et technique. Avant de commencer je n’avais pas internet et je vivais dans un chalet perdus en montagne. J’ai dû m’immerger dans la société et les technologies. Je continue encore aujourd’hui à apprendre le fonctionnement de tous ces outils.

Quel conseil aimerais-tu donner à une autre femme qui n’ose pas se lancer pour l’aider à développer ses potentiels ?

Regarde ta lumière. Crois-tu qu’il est bon de la cacher ? Demande toi quelle serait ta contribution si tu laissais rayonner ce trésor. Peut être que tu doutes de ces mots mais je peux t’assurer que ta couleur à une importance dans ce monde car elle à une teinte toute particulière qui est nécéssaire à la grande unité qui est l’univers.
Alors s’il te plais commence par faire un pas, même petit car il est le début de ton grand chemin. Et rappel toi que tu n’es pas seule dans cette aventure. De nombreuses personnes sont là pour t’accompagner.
Plein de Love

Merci Frédérique pour ce beau message.

On peut te retrouver sur ton site ou ta chaîne Youtube. 
.
livre 25 femmes inspirantes

Devenir Canal des Nouvelles Energies – François Constanty

nouvelles energies

Ce livre de François Constanty a attiré mon attention. Les nouvelles énergies ça me parle. C’est exactement ce dont je parle dans ce blog, l’économie intuitive.

Ce livre est venu comme confirmer des intuitions que j’avais déjà sur le rôle de l’humain à la surface de la grille terrestre. J’ai résumé son contenu dans une vidéo de 10 minutes pour te partagé l’essentiel.


François Constanty décrit les nouvelles énergies comme étant des téléchargements des mises à jours de l’énergie de la terre. On sait que la vibration de la Terre augmente chaque année, grâce aux mesures de Schumann. Certains d’entre nous ressentent ces évolutions énergétiques certains jours un peu chaotiques.

La Terre évolue … Mais nous ? Serons-nous capables de nous adapter à ces nouvelles énergies ?

Le corps humain est un canal, comme un tube entre le ciel et la Terre. Accepter de canaliser ces nouvelles énergies nous permet déjà de nous mettre à jour, nous même, mais aussi de diffuser cette énergie là autours de nous, là où nous passons. On devient comme un télétransmetteur.

D’après François Constanty, tout le monde peut devenir canal de ces nouvelles énergies. Le plus important est l’intention de se connecter à ces énergies. Il en existe plusieurs : comme l’énergie cristalline, l’énergie de reconnexion, et d’autres, qu’il reçoit plus récemment.

Dans ses vidéos youtube il explique très simplement comment canaliser ces énergies pour soi, ou pour les autres. Même si l’on ne voit pas l’effet que cela fait sur nous, l’énergie est là et peut faire son effet. Souvent, on sent comme des picotements ou des changements de température dans nos mains. C’est vraiment intéressant à tester.

Pour aller plus loin avec les nouvelles énergies

Retrouve François Constanty sur son site et sa chaîne youtube pour les tutoriels pratiques http://francois-constanty.fr/