Peut-on prendre plaisir au travail ?

plaisir au travail

La réponse à cette question semble évidente, n’est-ce pas ? Bien sûr, on a le droit de prendre plaisir au travail. C’est même recommandé. Mais si cette vérité semble si facile à appliquer aux autres, elle n’est plus du tout évidente quand on doit l’appliquer à soi même. Pourquoi ?

L’opposition du plaisir et du travail

Le plaisir est associé à la détente, alors que le travail est associé à la souffrance depuis ses origines étymologiques romaines. Nous sommes censés souffrir en travaillant. Du moins, c’est ce que l’inconscient collectif nous a transmit. Et c’est exactement ce que nous sommes en train de remettre en question en ce moment même dans notre société.

Les nouvelles technologies, la mécanique, les automatisations nous permettent maintenant de déléguer le dur labeur à des machines incapables de ressentir la souffrance. Nous avons ainsi plus de temps pour nous concentrer sur les tâches dans lesquelles nous avons une réelle valeur ajoutée. Les tâches que l’on réalise avec plaisir !

Peut-on se faire payer pour des choses qui nous font plaisir ? On a le droit ?

Bien sûr qu’on a le droit. Et même le devoir !

Les tâches que nous réalisons avec plaisir sont également réalisée avec plus d’efficacité et de qualité. C’est donc un devoir en tant que prestataire / thérapeute / fournisseur de se concentrer uniquement sur les actions réalisées avec plaisir. C’est la seule et unique façon de proposer un service / bien de qualité. Tout ce qui ne vous apporte pas de joie et dans lequel vous n’avez pas de valeur ajouté doit être délégué à d’autres professionnels dont c’est le talent.

Le monde est bien fait. Nous sommes tous différents et complémentaires. Certains aiment travailler dans le calme, d’autres dans l’agitation. Certains aiment les tâches méthodiques, d’autres aiment l’improvisation et le flou artistique. Alors, pourquoi vous fatiguez-vous encore à gérer votre compta ou réaliser vos tâches administratives ? Vous empêchez une personne dont c’est la vocation d’aider les entrepreneurs de pouvoir réaliser son rêve.

Peut-on être soi même au travail ?

Encore une fois, je crois que c’est une obligation. Si vous venez au travail en laissant vos idées politiques, vos valeurs, votre spiritualité ou sexualité à la maison … ne vous sentez-vous pas une personne incomplète ? Tout ce que vous vivez soir et week-end impacte forcément votre façon de voir le monde. Alors pourquoi en priver vos collègues, votre entreprise ou vos clients ? Vous ne leur donnez en réalité qu’une partie de votre potentiel. C’est dommage.

La culpabilité de ressentir du plaisir au travail

Le sentiment d’imposteur est bien connu des entrepreneurs qui se lancent. Avant de créer sa société, on se pose la question : Mais peut-on vraiment avouer que l’on facture une prestation alors qu’en fait ça me fait plaisir de la réaliser ?

C’est le piège dans lequel beaucoup tombent. Ils n’osent pas demander de rémunération contre une action qu’ils adorent faire.

Mais pourquoi est-ce vital de recevoir une contribution financière ?

  1. Tout d’abord parce que vous avez besoin de vivre et nous sommes encore dans un monde qui utilise de l’argent comment outil d’échange.
  2. Si l’on ne se fait pas rémunérer pour cette activité, alors cela signifie que ce n’est pas notre activité principale. Donc nous ne mettons pas 100% de nos capacités pour la développer. Nous ne nous donnons pas les moyens d’être entièrement concentré à cette prestation. Comment peut-on donner un service de qualité si ce n’est pas notre activité principale ?
  3. Se faire rémunérer contre un service signifie que l’on est reconnu pour la qualité du service. Cela participe à augmenter notre confiance en nous. Et cette confiance est un outil essentiel à la réalisation du travail de bonne qualité.
  4. Garder le plaisir de l’action sur le temps. Combien d’entrepreneurs ont baissé et bras et ont abandonné leur métier-passion parce qu’ils ne se sentaient pas récompensés à la hauteur de leurs efforts. C’est normal, à force de proposer du gratuit “juste le temps de me faire un book et d’avoir quelques témoignages” ont finit par s’écoeurer de notre passion et s’épuiser. C’est dommage. Vous avez du talent, faites-en profiter les autres !

Prendre du plaisir au travail est une obligation pour chaque travailleur. C’est seulement ainsi que l’on réalisera de belles choses, et que l’on construira le monde qui a un sens pour nous.

Si tu veux trouver ta mission de vie, profites du programme de 21 jours. C’est cadeau !

mission de vie

Les énergies de la rentrée : Un choix en septembre

rentrée

 

Cette rentrée n’est pas banale. On a un  peu du mal à s’y mettre, pas facile émotionnellement. On se sent encore secoué, comme cet été. Ces dernières semaines, on a fait face à nos histoires du passé pour faire un tri, et passer à autre chose. L’énergie des éclipses nous aide à boucler un cycle et démarrer une nouvelle phase.

On profites de ces énergies du moment pour réajuster nos objectifs professionnels. On élimine des choses qui ne sont plus alignées avec notre chemin. On recentre notre énergie sur l’essentiel. On prend le temps de la réflexion avant de passer à l’action.

Suite à ces énergies, nous attend une fin septembre pour continuer le travail. On réévalue nos libertés personnelles. On travaille notre relation victime / sauveur. A quel point a-t-on encore envie d’être dépendant de nos relations ? de nos conjoints ?

Qui m’a mis dans cette relation victime ? Où se trouve ma liberté et mon libre arbitre ? Comment éviter de me retrouver à nouveau dans de telles situations ? Quelles actions sont possibles pour remédier à cette situation insatisfaisante ?

La femme en nous se réveille. Nous avons également besoin de rééquilibrer nos énergies féminines et masculines. Les couples sont secoués par ces femmes qui évoluent et se transforment. Elles reprennent leurs places, réajustent certains schémas relationnels. Leur comportement remet en question la place des hommes.

Nous sommes dans une période de changement, de choix.
Beaucoup de ruptures, de déménagements.
Nous sommes en peine transition.
Nous préparons un nouveau départ, le début d’une nouvelle aventure.

28 jours pour le féminin sacré

féminin sacré

Après un printemps assez bouleversé, une rupture, un déménagement et la découverte incongrue de l’existence du féminin sacré … me voilà face à moi même dans cette quête de découvrir ce qui se cache de sacré en ma féminité.

https://youtu.be/_sfKfTFojNE

J’ai décidé d’y consacrer 28 jours

Pendant un cycle lunaire, je me suis fixée de faire une action par jour pour développer et nourrir ce féminin sacré en moi. C’est un parcours de découverte que j’alimente d’expériences, de rituels, de lectures et d’échanges.

Voici quelques idées d’actions que tu peux toi aussi réaliser si tu souhaites vivre une expérience similaire, à la recherche de ton féminin sacré :

  • Chanter
  • Danser
  • Peindre
  • Prier
  • Méditer
  • T’habiller
  • te maquiller
  • te faire un cadeau
  • te rapprocher de la nature
  • manger en conscience
  • t’offrir des fleurs
  • honorer la femme que tu es
  • manger des fruits
  • boire de l’eau
  • bénir son utérus
  • marcher pied nus
  • se rapprocher de son corps
  • recueillir l’énergie de l’univers dans son deuxième chakra
  • libérer les mémoires stockées dans le bas ventre
  • utiliser un quartz rose pour s’apporter un peu de tendresse

Je suis certaine que tu trouveras plein d’autres idées envoutantes pour te faire du bien.

Nous sommes plusieurs en ce moment à reprendre notre place de femme dans la société, dans nos relations et dans notre vie. En ce moment, je travaille avec le Yiking pour approfondir cette recherche de l’équilibre Yin et Yang d’après la sagesse taoïste.

Si toi aussi tu souhaites explorer ton féminin sacré

si tu souhaites consulter tous les livres et les vidéos qui m’aident à avancer sur ce chemin : Clique ici. Tu accèderas à la liste complète des informations qui m’ont aidé à avancer ces deux derniers mois.

Alors ? Motivée ? on y va ! c’est le moment de prendre du temps pour soi et de se reconnecter avec qui nous sommes. Le mois d’août est le mois du féminin sacré. Et cette année 2017 semble vouloir dire aux femmes de reprendre leur place, d’incarner leur féminin sacré.

La sagesse du Tao dans le Yi king pour prendre les bonnes décisions

yi king

La semaine dernière j’ai sentit cet appel à me procurer un jeu de carte basé sur la sagesse du tao. Je connaissais déjà le principe du Yi king, utilisé en stratégie d’entreprise et à l’origine de la calligraphie chinoise. Mais jusque là, je ne sentais pas un besoin aussi intense de me pencher sur le sujet. C’est sans doute le bon moment maintenant. C’est pourquoi je me suis penchée sur cette méthode et voici ce que j’en retiens.

Qu’est-ce que le Yi king ?

Le Yi King est une sagesse qui serait vielle de plus de 5000 ans à en croire la légende et la position des étoiles lors de l’écriture du premier livre. Les historiens ont retrouvé des traces écrites de cet art divinatoire autour de 1500 ans avant notre ère.

C’est un livre de sagesse découpé en 64 sections, chacune décrivant une situation et un enseignement. Le Yiking est basé sur l’enseignement taoïste et le principe du Yin et du Yang. Cette méthode est utilisée de façon aléatoire pour consulter des parties du texte sacré.

Aujourd’hui le texte rédigé en chinois est très cours, il tiendrait sur une page de journal. Mais le raisonnement dernière est tellement poussé que, nous les occidentaux, avons besoin de livres entiers pour en comprendre le sens.

A quoi ça sert ?

Toute cette philosophie repose sur l’idée que la vie n’est que changement. Après le soleil, il y aura la pluie. Et après la pluie, viendra forcément à un moment le soleil. La question n’est pas de savoir si le changement va avoir lieu, mais plutôt quand ! Et c’est à cette question que le Yiking aide à trouver des réponses.

On peut interroger le Yiking pour savoir quand récolter ou planter. Un empereur pourra demander quel comportement adopter face à une armée ennemie. On peut également l’interroger pour obtenir des conseils concernant notre vie amoureuse, professionnelle ou personnelle.

Qu’est-ce qu’un hexagramme ?

C’est une figure constituée de 6 lignes horizontales. Certaines sont continues, d’autres sont interrompues. C’est le principe du Yin et du Yang. Un hexagramme se construit en partant du bas. Il est constitué de 2 trigrammes ou bien de trois bigrammes. Chaque figure et position de celle-ci dans l’hexagramme est lié à une signification.

Il existe en tout 64 hexagrammes du Yiking. Chacun portant un jugement sur la situation.

yi king

Comment faire un tirage de Yi king ?

A l’origine on tirait le Yi King avec un paquet de 50 tiges en bois. Cette méthode traditionnelle est longue mais semble donner de très bons résultats à cause de la concentration nécessaire pour faire le tirage.

Ensuite, le tirage le plus connus, est celui des 3 pièces (ou sapeques). On jette les pièces 6 fois pour obtenir l’une des 64 figures à six lignes : Un hexagramme. En fonction de la face sur laquelle les pièces tombent cela donne un hexagramme évolutif. C’est à dire que certaines lignes de l’hexagramme peuvent se transformer. C’est le cas du Yin mutant et du Yang mutant. Alors que les lignes jeune Yin et jeune Yang restent stables. On obtient ainsi deux hexagrammes en un seul tirage. Le premier indique la situation actuelle. Le second indique l’hexagramme de la transformation à venir, du changement en cours. S’il n’y a pas d’évolution, alors le tirage parle d’une situation stable.


tirage yiking hexagramme
Exemple de notation d’un hexagramme évolutif

Aujourd’hui en occident, on peut tirer le Yiking à partir d’un jeu de cartes. C’est une méthode que je trouve très ludique pour apprendre tous ces concepts et la philosophie qui en découle. Mais la méthode des 3 pièces me semble plus complète car elle donne une indication de l’évolution de l’hexagramme qui est très intéressante.

Quelle lien avec les art divinatoires, Carl Jung et les livres sacrés ?

Il existe des liens entre le Yi king et la construction de l’ADN en acides aminées. Il y a des liens qui ont également été fait avec l’alphabet phénicien et hébraïque, comme avec le tarot de Marseille et les signes du zodiac.

Carl Jung utilisait également le Yi king et l’a diffusé en occident. On connait son intérêt pour les synchronicités : deux évènements en apparence sans lien commun qui arrivent à un moment précis de sorte que seul le lecteur puisse en interpréter le message.

C’est exactement sur cela que repose la consultation du Yiking. C’est une synchronicité entre une question posée par le consultant, et un résultat aléatoire donné par le tirage, se référant à un paragraphe d’un texte sacré. C’est un peu comme si vous ouvriez la bible au azar et que le texte répondait exactement à votre question du moment. Avez-vous déjà essayé ?

Pour aller plus loin avec le Yi king :

 

Rupture Amoureuse : Si toi aussi tu a quitté ton copain ce printemps 2017

rupture amoureuse

Ca semble une réelle épidémie, on attire sûrement à nous des personnes qui nous attirent, mais là … Depuis quelques mois je ne rencontre que des filles qui ont quitté leur petit ami ces derniers mois. Et les schémas relationnels sont étrangement similaires …

J’ai accueilli 7 couchsurfeurs dernièrement sur mon canapé dont 4 femmes qui ont quitté leur appartement, et leur petit ami ce printemps 2017. Elles ont toutes décidé de partir plusieurs mois en voyage pour se retrouver avec elles-même et faire ce qu’elles ne pouvaient pas faire en couple.

C’est quand même un gros pourcentage, tu crois pas ? Surtout que c’est aussi un peu mon cas … Tu as lu mon article sur le coupage de liens ?

Toutes en pleine rupture amoureuse

Jour 72

Publié par Lucie Diez sur jeudi 20 juillet 2017

Si toi aussi …

  • Tu te rends compte que finalement entre vous il ne reste que de l’amitié
  • Tu l’apprécie surtout pour sa compagnie, mais pas pour sa personnalité
  • Tu es fatiguée d’attendre qu’il change, qu’il comprenne, qu’il prenne des initiatives …
  • En fait t’es plutôt tombée amoureuse du potentiel de ce mec, pas de lui à l’instant T.
  • Il ne semble pas vouloir sortir de son petit confort pour construire quelque chose avec toi. Pourtant ça fait quelques années que vous êtes ensemble …
  • Tu es du genre à penser “Si je m’en occupe pas, il ne fera jamais le premier pas” ou “Si on doit attendre que ça vienne de lui, on est pas sortit de l’auberge”.
  • Tu as du mal à te faire offrir un restau parce que t’es plutôt du genre Femme active, indépendante et forte.
  • Tu as peur de ne pas recevoir assez d’amour et d’attention de ton partenaire, donc tu as des comportements un peu étrange qui finalement ne l’aide pas.
  • Tu fais passer l’autre avant toi, en espérant que quand il ira bien il s’occupera de toi.
  • Tu ne prends pas le temps d’écouter tes besoins, et encore moins de les verbaliser.

Pour te renforcer après cette rupture amoureuse, je te conseille de …

  • Travailler ton chakra Racine par des méditations et visualisations.
  • Puis travailler ton chakra Sacré, par la musculation de ton vagin (oeuf de Yoni). Le sexe féminin est un réceptacle, l’énergie féminine est lié à l’ombre, à la réception, à l’introspection.
  • Travailler ton équilibre masculin / féminin (Yin/Yang)
  • Prends soin de toi, de ton corps, aime toi –> Rejoins l’aventure ci-dessous.
  • Analyser ta relation, les mécanismes présents entre vous et comprendre ses origines.
  • Localiser les peurs à l’origine de tes comportements et les traiter.

>> Voir le Programme “Je me libère de mes peurs

Nous sommes plusieurs en pleine rupture amoureuse, et ce n’est pas pour rien. Les énergies du moment s’y prêtent. Nous sommes à une intersection, nous avons besoin de faire le ménage, de nous libérer pour être plus léger. On ne sait pas exactement ce qui nous attend. Ou plutôt, si, on sait que pour la suite, on a besoin de voyager léger et être disponible pour écouter notre intuition.

Rien ne sert de résister et de s’accrocher, ça ne ferait qu’empirer les choses. Alors laisse toi porter par ton intuition ! C’est le message de Lulumineuse à la minute 4.

Alors, prête à passer à la prochaine étape de ta vie ?

rupture amoureuse

Nous sommes au passage entre deux mondes

passage

L’économie intuitive est un concept encore à définir. Il représente la nouvelle économie naissance, ce nouveau modèle sociétal émergeant. C’est en partant du constat que notre monde est en pleine transformation, que j’ai ressentit le besoin de mieux comprendre et définir ce virage. J’ai assisté à des conférences sur la transformation digitale des entreprises, l’histoire économique, les nouveaux modèles de management, la physique quantique, les soins énergétiques, le développement de l’intuition, les relations interpersonnelle, … C’est en faisant le lien entre toutes ces disciplines que l’on arrive à une évidence : de nouveaux paradigmes émergent.

C’est ce que beaucoup appellent la cinquième dimension. C’est ce que moi je vais appeler l’économie intuitive en opposition avec l’ancienne économie, celle du mammouth qui est resté dans la troisième dimension.

Mais où sommes nous au juste ?

Nous sommes entre les deux. Entre la 3D et la 5D. Nous sommes sur un pont qui sépare encore ces deux mondes. Ces deux économies cohabitent pour l’instant, elles sont assez proches. Nous pouvons facilement sauter de l’une à l’autre. Certains sont déjà passé sur la rive de l’économie intuitive, d’autres s’accrochent encore à leurs acquis sociaux, aux traditions, aux habitudes, à ce qu’ils connaissent. C’est bien normal. L’humain, et moi la première, est par nature réfractaire au changement. L’inconnu nous fait peur et nous avons tendance à préférer rester dans notre zone de confort, dans ce que l’on connait déjà.

Plus le temps passe et plus les deux rives s’éloignent.

Pour les premiers le plus difficile a été de construire le pont mais ils ont eu l’avantage d’avoir le temps pour le faire. Maintenant la voie est tracée, le pont est construit il ne nous reste plus qu’à suivre. Chaque jour les rives s’éloignent et il devient de plus en plus risqué d’attendre pour franchir ce pas. L’avantage des derniers à passer le pont, c’est qu’ils n’ont qu’à suivre l’exemple des premiers. Ainsi on observe que les personnes qui s’éveillent depuis 15 ans ont aujourd’hui les mêmes connaissances qu’une personne qui s’éveille depuis 3 ans. Pourquoi ? Parce que tout s’accélère et que les énergies sont différentes aujourd’hui. L’inconscient collectif est nourrit du passage des premiers. Les derniers ont beaucoup moins de questions à se poser.

le passage dans la 5D

Le sablier

Je vois ce passage comme un sablier, en trois étapes.

1) Le haut du sablier

Le haut du sablier représente l’ancienne économie, l’ancien temps. C’est une société basée sur d’anciens paradigmes et règles sociales. Notre économies était basée sur la voie du plus fort et du plus riche, celle du capital. Nous avons exploré les dimensions de l’individualisme et touché ses limites. Le temps était vu comme quelque chose de linéaire et nous étions très lié à la matérialité. Les grandes institutions basées sur une hiérarchie solide renforcée par des règlements complexes assuraient la cohésion sociale et l’ordre établit. Les énergies masculines restaient dominante, dans le foyer, au travail, au niveau du vocabulaire …

2 )Le passage par la 4D.

La quatrième dimension est celle du passage. Ce n’est pas un endroit où nous sommes sensés rester. On l’associe au chakra du coeur, à la bienveillance, à l’amour, à l’altruisme. Lorsque l’on touche les limites de la 3D, on a envie de changer le monde (ou changer de monde ?). On voudrait remettre en question l’ordre en place, établir de nouvelles règles. On cherche un sens à sa vie.

C’est là que commence un travail personnel sur nos propres peurs, nos blessures, nos mémoires, notre histoire personnelle, familiale, karmique, … On lâche prise, on laisse certaines mémoires limitantes nous quitter. Avec elles s’associe souvent un vide au niveau matériel. On se débarrasse de vieux cartons, meubles, vêtements. On se coupe les cheveux. Nos relations amicales évoluent. On se libère du superflus et retourne à l’essentiel. Et on apprend ainsi à se centrer dans le coeur, à vivre dans l’instant présent. C’est là qu’on commence à s’ouvrir à la vie, l’intuition, les mondes invisibles. On fait attention à nous et apprend à s’aimer.
Chaque grain de sable qui a construit les châteaux de sable de l’économie du mammouth va devoir passer un par un dans ce tube étroit de l’entonnoir. Lorsqu’un certain nombre de grains seront passés, pas la majorité, juste une masse critique, alors les châteaux de la 3D s’effondreront n’ayant autre choix que de passer dans l’entonnoir.

3) La construction de l’économie intuitive.

C’est l’idéal, on arrive sur un nouveau terrain de jeux, tout est à construire. On peut faire du neuf avec du vieux, à condition qu’il soit passé par l’école du coeur. Maintenant que chaque grain de sable connait les avantages et les inconvénients de l’économie du mammouth. Maintenant qu’ils ont individuellement fait un travail de nettoyage et qu’ils savent interagir avec leur coeur. Tout ce sable est disponible pour construire de nouveaux châteaux et commencer un nouveau cycle.

Qu’allons nous explorer dans le bas de ce sablier ?

Et bien voici quelques premiers symptômes. Nous avons l’économie collaborative, qui est basée sur une intention de bienveillance et de partage. Les pyramides hiérarchiques disparaissent pour laisser place à des organisations plates. Les travailleurs ne cherchent plus la protection d’un supérieur, mais se regroupent autour de projets dont ils partagent une vision commune. On parle d’économie circulaire. De nouveaux systèmes monétaires se mettent en place. Le développement durable, les énergies renouvelables, les actions sociales, l’entre-aide et la responsabilité sociale se mettent en place petit à petit.
Les nouvelles technologies qui éliminent les barrières sociales, et spatio temporelles.

Tout est à inventer.

Il y a de la place pour tout le monde. Nous avons besoin de la créativité de chacun. C’est en utilisant nos indignations dans le passé que nous trouvons la force de construire de nouvelles règles. C’est pour cela qu’il est très important maintenant d’oser parler, exprimer qui nous sommes. En étant nous même nous autorisons les autres à en faire de même. Et en agissant pour construire du mieux là où nous voyons des choses qui nous indignent, c’est comme cela que nous construisons un monde qui nous ressemble plus.

Alors, vous sentez-vous prêt à emprunter ce passage vers l’économie intuitive ?

Pour vous aider à visualiser cette économie, j’interviewe 50 femmes inspirantes qui à mon avis ont déjà fait ce switch. Si elles l’ont fait, pourquoi pas vous ?

Lulumineuse nous invite à rester à l’écoute de nous m’aime

lulumineuse

Aujourd’hui je rencontre Lucile, plus connue sous le pseudo Lulumineuse. Elle a créé le blog lulumineuse .com dans lequel elle explique comment développer son intuition et vivre en toute simplicité. Son approche atypique attise notre curiosité.

lulumineuse

Quel est ton métier Lucile ? Comment peut-on te présenter ?

Bah “présent-t’es”. En étant dans le présent tout simplement.

Je suis en inspiration tout le temps. je suis nomade. Et puis je partage des outils qui peuvent aider à développer l’intuition chez les gens. C’est un truc trop important que les gens apprennent à s’écouter. J’ai fais un blog et je mets en ligne des conférences. J’ai écrit des modes d’emploi ludiques hyper simple. J’ai des supports par articles, par vidéo, pdf, des audios, j’en ai sous toutes les formes. Ca aide à croire cette petite voie à l’intérieur. J’ai aussi une BD : « Allo moi m’aime ».

J’ai aussi fait trois applications : les guidances, les pierres et développeur d’ intuition.

Quel est ton parcours avant d’arriver à créer le blog lulumineuse ?

En fait depuis petite j’ai gardé ma connexion avec mon intuition et tout ce qui va avec. Au début on garde pour soi les expériences que l’on vit. Et puis ensuite, je n’ai jamais imaginé me mettre dans un boulot dirigé par quelqu’un dans une entreprise pyramidale. Pour moi c’est pas possible, c’est l’inverse de l’être humain. C’est comme les prêts à la consommation. On pourrait se prêter l’argent en famille. En fait ils nous considèrent comme un produit. Et ça c’est pas possible. On est là, on va à l’école, on trouve un boulot et après on crève. Rien que le fait de devoir se lever à une heure précise pour aller à l’école c’est pas possible. Y’en a ils sont pas du matin.

Du coup ce que j’ai fait, c’est que je me suis autorisé à être comme je suis.

Je suis allé un peu à la fac, mais c’est la déception en permanence. Tu penses que tu vas apprendre un domaine, mais en fait tu apprend seulement ce que l’on veut que tu apprenne. Je ne peux pas travailler pour quelqu’un qui n’est pas dans l’inspiration et qui va rendre des comptes à une autre personne. En fait je ne peux pas travailler pour quelqu’un. Le plus long que j’ai fait dans un boulot, c’est 2 mois.

A quel moment as-tu décidé de te mettre à ton compte ?

A 15 ans je gérais déjà un bar à shisha. J’ai dû rapidement apprendre à être indépendante financièrement. En fait dans notre vie on apprend des expériences qui nous rendent unique. J’avais une expérience de photo modèle parce que j’ai un Bac dans l’audiovisuel. J’ai décidé de me mettre à mon compte en tant que conseillère en image. J’ai ouvert ma boite en deux minutes sur internet.

<< On a besoin de rien pour faire une entreprise, si on a nous même déjà on a tout. >>

Les connaissances elles sont là, sur un moteur de recherche on a tout ce que tu veux. Est-ce que tu veux passer ton temps à être formé ou être autodidacte et apprendre toi même ? T’apprends tout seul. Souvent on se croit seul au monde, mais pas du tout. Mon banquier voulait me vendre une assurance un plan d’épargne vie. Je lui ai dit ne pariez pas sur ma mort. S’il arrive un drame à mes proches, évidemment que je vais l’aider.

Comment tu t’organises Lulumineuse ?

Je n’ai pas d’agenda. Je vis dans le présent. On croit qu’on va être vachement efficace avec une todolist, mais c’est tout le contraire. Tu supprime toutes tes pensées sur ce que tu dois faire. Et tu te concentre sur ce que tu veux faire. Résultat, le soir tu as fait tout, tu ne sais pas dans quel sens. Mais tout est fait et tu as même fait plus ! Ya des moments ou t’es à fond. Y’a des moments où tu as besoin de ralentir. Mais si tu planifié tout, tu ne peux pas être dans le flux. Il faut un minimum. On programme beaucoup trop de chose parce qu’on essaie de contrôler les choses. Moi je pose une date, elle est posée. je ne la note pas. Le gain de sable est là et quand je passerai sur cette partie du chemin, je verrai le grain de sable. Et de toute façon si j’oublie, et ça arrive très rarement. Si j’oublie c’est qu’il fallait que j’oublie.

En réalité ton intérieur il n’est pas dépendant du temps.

En fait ton secret c’est d’être disponible à 100 % pour les idées quand elles arrivent ?

On ne sait même plus ce qu’est une pensée et une idée. la pensée c’est quand c’est récurrent dans ta tête, un monologue intérieur. Alors qu’une idée tu sais pas d’où ça vient mais ça vient. C’est des choses minuscules comme l’idée de se faire un thé.

C’est le vide qui crée les choses utiles. C’est faire le vide en nous qui nous aide à écouter notre intuition. Les gens ont peur du vide à l’intérieur, avec que c’est le vide qui nourrit.

Que peux-tu nous dire sur l’économie intuitive ?

C’est une économie qui est basée sur le principe du féminin sacré, la coupe, le graal en fait. A partir du moment ou tu comprends que tu es un antenne, c’est là que tu reçois les informations. Les femmes elles sont plus habituées à s’ouvrir. Les hommes les pauvres ils n’ont pas le droit de chialer devant un film. Ils n’ont pas le droit d’avoir une sensibilité. Si je m’écoute vraiment, ce qui va m’aider, c’est ce qui va aider les autres. Dans une économie circulaire, chacun va profiter des compétences des uns et des autres. Ou dans une entreprise, un boss serait conscient qu’il a besoin de son assistante. Il n’est pas au-dessus d’elle, mais ils sont au même niveau. C’est réciproque et complémentaire les compétences des uns et des autres.

Et nous on doit faire les choses qui nous font envie. Si tout le monde fait ça, on est heureux de faire ce qu’on fait. Et si tout le monde est heureux, personne ne s’entre tue.

Comment va se passer la transition vers cette économie intuitive ?

Et c’est ce qui va arriver mais là d’abord on va passer une phase très chaotique. Il va falloir qu’on brise les désillusions. Parce qu’il faut qu’on se remette en question. Ya des informations qui vont être percées à jour. Beaucoup d’anciens modèles qui vont exploser (religion, politique …) il y a énormément de choses qui nous maintiennent dans l’ignorance. Et à partir de ce moment là, les personnes qui verront leurs désillusions détruites vont voir que cette chose d’immuable à l’intérieur d’eux est là. Ca va se passer dans tous les domaines. Partout autours de nous on peut voir des gens qui ne s’écoutent pas du tout.

Un mot de la fin ?

Franchement, videz-vous la tête. Eliminez tout ce qui peut être anxiogène comme la télé, les informations, les amis négatifs, la nourriture. Et surtout, prendre soin de votre jardin intérieur. Ca veut dire aussi qu’on a le pouvoir de planter nos graines. On ne fait pas pousser les graines, les choses poussent toutes seules.

Merci Lulumineuse !

On peut te retrouver sur ton site internet Lulumineuse.com, sur ta page facebook et sur les groupes Facebook « on s’entraine avec lulu » et « lâche la grappe ». En fait tout le monde peut être une lulumineuse.

Pourquoi augmenter son taux vibratoire ? 5 vidéos pour tout comprendre

augmenter son taux vibratoire

J’en parle depuis plusieurs jours et je partage mon parcours personnel sur le groupe Facebook. Voici la question que l’on se pose avant de commencer à augmenter son taux vibratoire.

 

A quoi ça sert d’augmenter son taux vibratoire ?

Tout autours de nous est composé d’énergie : les pierres, les bâtiments, les aliments, les pensées, les personnes que l’on fréquente, les situations, les livres … L’énergie vibratoire se mesure en unité de Bovis qui peut être mesurée par un pendule. Nous avons nous même un certain taux vibratoire.

Si l’on s’entoure d’objets ou situations dont l’énergie est plus élevée (comme par exemple un objet sacré, le chant d’un dauphine, une personne agréable …) alors notre taux est contaminé de cette énergie et notre taux augmente. Si au contraire nous sommes en contact avec des situations qui ont une énergie plus basse (télévision, personne déprimée, pollution, ondes électromagnétiques … ), notre taux vibratoire va baisser. Quand notre énergie est très basse, on peut contracter des maladies et avoir un effet négatif sur les personnes autours de nous.

Plus on augmente notre vibration plus on va attirer des choses cool dans notre vie. C’est une mesure qui nous permet de déterminer l’état dans lequel on se trouve à un instant. On peut mesurer notre vibration à tout instant. Chaque moment de la journée fait évoluer notre vibration en fonction de nos pensées, actions, et de l’environnement dans lequel on se trouve.

Nous avons une maitrise sur notre énergie. On peut choisir d’augmenter ou de diminuer notre taux. Lorsque l’on est dans de la tristesse  ou que l’on ne se sens pas bien, c’est que l’on a des vibrations assez basses. Alors que lorsque l’on est dans de la joie, de l’amour, alors notre taux vibratoire est plus élevé.

Lorsque l’on a des vibrations élevées, on attire à nous des énergies similaires. C’est en comprenant la loi d’attraction que l’on attire consciemment des situations agréables et de belles surprises que certains peuvent appeler des miracles.

Vibrer à de hautes fréquences ne nous empêche pas d’avoir à faire face à des épreuves dans notre vie. Par contre cela va nous aider à mieux dépasser chaque épreuve et la transformer en opportunité d’apprentissage.

Comment augmenter son taux vibratoire ?

  • S’ancrer, habiter pleinement son corps physique.
  • Se centrer sur nous même, vivre dans son essence, être soi même.
  • Vivre dans le coeur, ouvrir son coeur au lieu de vivre dans le mental.
  • Pratiquer la pleine conscience quand on est dans l’action, dans chaque geste de la vie quotidienne.
  • Danser, rire, chanter.
  • S’alimenter de nutriment sains et de prana.
  • Se situer dans un lieu qui nous fait du bien, un lieu sacré, paradisiaque …
  • Et plein d’autres actions que je vais répertorier au fur et à mesure des 100 prochains jours.

Rejoins le défi dès aujourd’hui

Toi aussi tu souhaites mettre en place une action quotidienne pour augmenter ton énergie, rejoins nous dans le groupe Facebook “Je prends soin de mes rêves“.

Lecture des annales akashiques avec Marie-Christine Delhaye

annales akashiques

Bonjour Marie-Christine. On se connaît depuis quelques années grâce à la télé de lilou. Ta façon de parler des annales akashiques me fascine. Peux-tu m’en dire un peu sur toi ?

Je suis une amoureuse de la vie, de la nature, des plaisirs simples et partagés. J’exerce en tant qu’énergéticienne, sophro-relaxologue et coach à Paris, par Skype et par téléphone. Ma passion est d’amener mes clients à se relier à leur part sacrée et intuitive et ma spécialité est la lecture des annales akashiques – la mémoire de l’âme. Je propose également des accompagnements individuels et des ateliers de développement personnel dans lesquels j’associe la créativité et la spiritualité. J’écris aussi régulièrement des articles dans Holistik Magazine et fais partie des 230 contributeurs du Petit Lexique des Nouveaux Paradigmes, un projet collaboratif et littéraire, paru fin avril 2017 aux éditions Seepia.

Quelles sont tes frustrations, indignations dans cette vie ?

Autant que possible, j’essaie de ne pas être dans le jugement des autres et de moi-même car nous sommes les miroirs les uns des autres. Ce qui m’agace chez l’autre est une partie de moi que je n’ai pas envie de voir. Quand l’extérieur vient agiter mon intérieur, j’essaie d’identifier quelle est cette partie qui est blessée en moi et qui fait que l’autre, ou telle situation, m’est insupportable. Au final, je suis dans la gratitude car l’extérieur m’a permis de grandir en appuyant exactement là où j’en avais besoin !

A ton sens, quelle est ta mission ? Quel est le but de ta vie ? Ton ‘Pourquoi’

Que chacun se réveille et trouve son « pourquoi » justement ! Pourquoi je suis là ? Quel est le sens de tout ceci ? Qu’ai-je à accomplir dans cette vie ? Quel est mon rêve ? Comment puis-je contribuer à un monde meilleur ? Mon rêve est que chacun se reconnecte à sa vraie nature, son essence, sa dimension sacrée et intuitive, pour créer sa vie à partir de qui il est. Il y a une place pour tout le monde. A chacun de trouver la sienne et de la prendre, dans le respect de soi-même, des autres et de la vie.
annales akashiques

Quel a été ton déclic ? Ce qui t’a poussé à aller vers les annales akashiques ?

Il y en a eu plusieurs parce que j’ai la tête dure !!! Un cancer à l’âge de 29 ans. Un licenciement quelques années plus tard. Un second licenciement en 2012  Là, je me suis dit : okay, j’ai compris, il n’y en aura pas un troisième. On arrête les frais !
Mais c’est réellement le 1er événement qui a marqué le début d’un long cheminement à la découverte de soi. J’en parle d’ailleurs dans un article que j’ai rédigé pour le numéro 2 du magazine en ligne Holistik Magazine paru à l’automne 2015. Cet événement fut pour moi un réveil. Je suis née à 29 ans…avant je dormais !

Comment s’organise ton quotidien pour réaliser cette mission ?

Chaque matin, au lever du lit, je médite. Ensuite, il m’arrive d’écrire. En dehors de ce petit rituel quotidien, mes journées ne sont jamais les mêmes et c’est ce que j’aime par-dessus tout. Chaque séance avec mes clients est différente et comme je propose plusieurs prestations je ne connais pas la routine ! L’avantage d’être à son compte est de pouvoir organiser ses journées comme on le souhaite et pour moi c’est essentiel. Cela me donne une liberté dont j’ai besoin pour cultiver ma créativité, mon inspiration et maintenir mon énergie.

Quelles actions as-tu mise en place pour démarrer ?

Je passe sur les aspects création d’entreprise sur lesquels on peut trouver des informations un peu partout. Ce qui m’a réellement mis le pied à l’étrier c’est le bouche à oreille et donc mon réseau et mes clients. Je suis sur un créneau très particulier, qui se nomme en marketing une niche. L’essentiel de mon activité tourne autour des lectures des archives akashiques et des soins énergétiques akashiques.
Comme je suis à la base une femme très rationnelle, il m’a déjà fallu accepter ma dimension spirituelle et intuitive avant de pouvoir commencer à envisager parler de mon activité ! Cette étape d’acceptation a été cruciale pour démarrer et comme j’étais beaucoup dans mes peurs et en résistance, elle a pris un certain temps… Une fois réconciliée avec cette part de moi, j’ai pu créer mon site internet et ma page Facebook, participer à mon 1er salon Bien-être et développement personnel, donner ma 1ère conférence, écrire mon 1er article, bref, communiquer ouvertement. Aujourd’hui, je prends la parole dès que je peux car j’adore transmettre et partager.

Quelles compétences utiles avais-tu avant de démarrer ?

Bien sûr, je me suis formée et suis certifiée dans toutes les pratiques et techniques que je propose (lecture des Archives Akashiques, coaching, sophro-relaxation). Mais j’ai aussi plus de 20 ans d’expérience dans l’industrie à des postes de management en commercial, marketing et communication. Cela aide lorsqu’on crée son activité que ce soit pour rédiger son site internet, un flyer ou un article, prendre la parole en public lors d’une conférence ou d’un salon, gérer sa comptabilité ou entreprendre des démarches administratives.
Mais avant tout, ce qui fait la différence, c’est d’être passionné par ce que l’on fait et d’y croire. Tout le reste peut s’apprendre ou être délégué. La passion est pour moi le carburant de l’entrepreneur. Si l’envie n’est pas présente, les compétences seules ne suffiront pas à faire réussir le projet et à être épanoui. C’est ce qui explique qu’il y a tant de personnes qui ne sont pas heureuses dans leur travail. Elles ont perdu cette petite flamme intérieure, cette motivation, cette envie, d’apporter leur contribution.

Qu’as-tu appris en démarrant cette aventure ?

Beaucoup de choses ! J’ai appris qu’il était important de rester soi-même et de ne pas systématiquement chercher à appliquer des techniques marketing avec lesquelles on ne résonne pas sinon on perd son identité. Or, dans les métiers de l’accompagnement, les personnes viennent à nous pour ce que nous sommes, ce que nous dégageons, bien plus que pour les techniques que nous proposons.
D’autre part, il est important de s’entourer des bonnes personnes, celles qui vont croire en nous, nous soutenir, nous encourager, et de fuir les autres ! Développer un réseau professionnel est aussi une des clés de réussite. Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin, comme dit le proverbe africain.
Une des dernières choses que j’ai envie de partager est qu’il est primordial d’avoir une vision de là où on veut aller. Il n’est pas nécessaire de savoir comment ni quand. En revanche, tout ce que l’on fait doit venir nourrir cette vision. Si ce n’est pas le cas, alors il y a quelque chose à réajuster car le risque est soit de s’éparpiller, soit de diluer son énergie et de perdre le sens et la motivation.

Quel conseil aimerais-tu donner à une autre femme qui n’ose pas se lancer ?

Ne jamais renoncer à ses rêves. Il n’y a rien de pire que de vivre avec des regrets. Oser, car souvent après coup on se dit que finalement ce n’était pas si fou ou impossible que cela. Tant qu’on n’a pas essayé, on ne peut pas savoir, n’est-ce pas ? Alors, autant essayer !

Merci Marie-Christine. Comme toujours c’est un plaisir de discuter avec toi. On en apprend tellement !

On peut te retrouver sur ton site internet pour une consultation de nos annales akashiques ou un soin énergétique. Tu animes prochainement des conférences sur les annales akashiques. Et tu as créé deux groupes Facebook : Le cercle reliance, et la page Archives Akashiques.

 

–> Voir aussi l’article sur Ervin Laszlo

De la routine matinale à la mode éthique avec Aude de 10 minutes pour être heureux

mode éthique

Bonjour Aude. Peux-tu m’en dire un peu sur toi ? Qui es-tu ?

 Je suis Aude. J’ai vécu en Amérique Latine, en Afrique et en Asie. J’ai fait des études de gestion et entrepreneuriat puis travaillé dans l’économie sociale et solidaire (ESS) et les ONG pendant plus de 8 ans. L’année dernière, j’ai décidé de suivre un nouveau chemin afin de développer mes propres solutions. Aujourd’hui je tiens un blog “10 minutes pour être heureux” et je crée une marque de mode éthique et durable.
mode éthique

Quelles sont tes frustrations, indignations dans cette vie ?

Il y en a beaucoup, mais pas autant que les émerveillements. Je suis indignée par l’injustice, l’ignorance, la manipulation, le mensonge, l’abus de droit, l’exploitation, la pauvreté extrême, la violence….

A ton sens, quelle est ta mission ? Quel est le but de ta vie ? Ton ‘Pourquoi’

Je ne conçois pas de sens à la vie si elle n’a pas pour objectif d’avoir un impact positif, aussi petit soit-il, pour l’humain, les animaux ou l’environnement. Je souhaite donc avoir cet impact positif autant que je peux. Cela je peux le réaliser de nombreuses manières. Principalement il s’agira pour moi d’éveiller les consciences.

Quel a été ton déclic ? Ce qui t’a poussé à démarrer cette transformation ?

Plusieurs choses. Depuis toute petite j’ai cette envie. Aussi loin que je me rappelle, il y a le film “La belle verte” de Coline Serreau que j’ai vu à 12 ans, les balades en montagnes ou sorties en mer en famille qui m’ont appris la force comme la fragilité de la nature. Et puis des livres, des conférences, des films, des personnes .. qui m’ont donné envie de m’engager comme eux.

Comment s’organise ton quotidien pour réaliser cette mission ?

Je suis super organisée ! Avec deux projets entrepreneuriaux c’est indispensable pour ne pas être débordée. Je me fixe donc des objectifs, je sais ou je veux aller. Ensuite au quotidien j’ai ma routine qui me permet d’être motivée, efficace et zen en même temps.

Quelles actions as-tu mise en place pour démarrer ?

J’ai réalisé un bilan, défini ou je voulais aller, quels seraient mes objectifs. J’ai sélectionné aussi. Un de mes problèmes c’est que je veux tout faire. Mais je me suis rendue compte qu’à courir plusieurs lièvre à la fois on arrive à rien. Alors j’apprends à me canaliser en me consacrant sur 2 ou 3 objectifs maximum. C’est pas toujours facile mais j’essaye.

Quelles compétences utiles avais-tu avant de commencer ?

Je savais apprendre. C’est le plus important. Les compétences qu’on a pas on peux les acquérir, cela demande juste un peu plus de temps et d’effort.

Qu’as-tu appris en démarrant cette aventure vers le blog et la mode éthique ?

Beaucoup de choses ! Mais en particulier, j’ai appris qu’il est important de suivre son intuition et d’avoir confiance en soi. Quand nous réalisons notre mission de vie, lorsque nous décidons de nous consacrer à notre projet/notre passion, ce que Paulo Coelho appelle “sa légende personnelle”, alors comme par hasard beaucoup de choses se dénouent facilement, nous rencontrons subitement les bonnes personnes, les idées affluent….

Quel conseil aimerais-tu donner à une autre femme qui n’ose pas se lancer ?

En référence à ce que j’explique à la question précédente, il y a une citation de Goethe que j’aime beaucoup “Quoique tu rêve d’entreprendre, commence-le. L’audace a du génie, du pouvoir, de la magie.”

Merci beaucoup Aude

On peut te retrouver sur ton blog 10 minutes pour être heureux, ton Facebook et prochainement sur muudana.com pour en savoir plus sur les dessous de la mode éthique.