Comment lutter contre la solitude de l’entrepreneur ?

solitude entrepreneur

Tu viens de créer ton entreprise, tout seul, comme un grand? Tu n’as pas d’associés, pas d’employés? Tu es donc un solopreneur. Et dans solopreneur, il y a…solo! Quand on pense entrepreneuriat, on pense souvent à liberté, autonomie, indépendance. Mais on oublie souvent le revers de la médaille: la solitude

Sans vouloir t’affoler, des études ont montré que la solitude n’était pas bonne pour la santé. 

La solitude a été associée à un risque accru de maladies cardiaques et de cancers, et des réseaux sociaux insuffisants peuvent contribuer à un certain nombre d’autres problèmes de santé. Bon ok, là tu vas peut-être t’affoler! Mais ne t’inquiète pas, il y a des solutions. L’important c’est de te rendre compte que la solitude peut devenir un problème et qu’il faut te protéger

Voici un tour d’horizon des apports des interactions sociales en entreprise qui peuvent te manquer et des solutions pour les pallier. 

Echange d’informations

Que ce soit à la machine à café, à la cantine ou simplement en passant d’un bureau à un autre, quand on est en entreprise, les informations circulent toute la journée entre collègues (je ne parle pas de la pertinence de ces informations, je te laisserai faire le tri). Même pendant les réunions, on peut apprendre des choses intéressantes. Si, si, je te jure! On sait tous que ces interactions créent parfois des synergies très intéressantes que ce soit pour l’entreprise ou pour les employés. Les idées fusent, les projets se construisent. 

Quand on est seul, comment faire? 

Le réseau

 Pour échanger des informations et te tenir au courant, ou bien pour collaborer sur des projets, rien de tel que le réseau. Il en existe des payants, avec des règles pré-définies qui te permettront d’avoir accès à des ressources et un carnet d’adresses. Mais tu peux très bien décider de te créer ton propre réseau informel en t’entourant d’amis entrepreneurs. 

Pour vos échanges, les solutions ne manquent pas. Que ce soit les plateformes de visio comme Zoom, Teams ou Suite Google, ou bien le nouveau réseau social dont tout le monde parle Clubhouse ou bien encore Discord. Il n’y a plus d’excuse pour ne pas rester en contact régulier avec tes pairs et ainsi garder ce lien si précieux avec l’information.

Les espaces de coworking

Il y en a forcément un vers chez toi. Ces espaces fleurissent un peu partout justement pour pallier le manque de contact des entrepreneurs et autres freelance. Même si tu y vas pour travailler seul dans un bureau, tu seras forcément amené à côtoyer et tisser du lien avec d’autres entrepreneurs. C’est l’essence même de ces espaces conviviaux. 

Le bien-être

Bouge-toi!

Ne reste pas enfermé toute la journée, sors! Je sais qu’au moment où j’écris cet article, un méchant virus nous empêche de vivre notre vie comme on l’aimerait mais on a quand même le droit de sortir prendre l’air alors fais-le. 

Si tu as du mal à le faire parce que tu as le nez sur ton clavier et que tu te dis que tu n’as pas le temps, alors marque ces sorties dans ton agenda. Littéralement. Noir sur blanc. Prends rendez-vous avec toi-même (oui je sais, c’est romantique!). 

Quand on aura retrouvé toute notre liberté, tu pourras t’inscrire dans un club de sport par exemple. Cela te permettra à la fois de prendre soin de ton corps mais aussi d’avoir des interactions sociales. 

Mange bien

Tu veux être productif et tu as de l’ambition pour ton entreprise? Génial! Mais s’il te plait, ne sacrifie pas tout pour ça. Je vois trop d’entrepreneurs qui ne prennent même plus le temps de manger correctement, préférant avaler une barre-repas en 5 minutes pour ne pas perdre de temps. 

Chacun fait ce qu’il veut mais je trouve qu’il est dommage de ne pas prendre le temps de bien manger. Faire une vraie pause dans ta journée te fera du bien. Prendre le temps de préparer ton repas t’ancrera dans le moment présent, ce qui est toujours une bonne chose. 

Quand les restaurants réouvriront, planifie régulièrement des repas à l’extérieur avec des amis, qu’ils soient entrepreneurs ou non. Profite de ces moments de partage et de ces pauses. Ton corps et ton cerveau te diront merci. 

Demande de l’aide

Que ce soit auprès de ton réseau, de tes amis, de ta famille, entoure-toi de personnes positives, qui te comprennent ou tout du moins qui ne te jugent pas. 

L’entrepreneuriat est une aventure humaine incroyable mais intense et la solitude est un réel problème qu’il ne faut pas ignorer. 

Mon dernier conseil sera le suivant: écoute toi! Oui, même si tu as fait le choix de créer ton entreprise seul, tu as le droit de dire que c’est dur et que tu te sens seul. Tous les entrepreneurs passent par là à un moment ou un autre et je dirais même qu’ils vivent ces moments de solitude régulièrement. 

Donc si tu ressens ça, tu es normal! 

Mais ne reste pas seul. Je t’ai donné quelques solutions mais je suis sûre que tu peux en trouver d’autres. 

Sache aussi que tu peux faire appel à un coach qui sera là pour te guider et t’aider à prendre les bonnes décisions. 

D’ailleurs si tu souhaites que je t’aide, je te propose de prendre rendez-vous et de réserver une séance de coaching avec moi. Je serai ravie de t’aider à t’épanouir. 

Ça veut dire quoi être visible sur internet?

stratégie marketing internet

Tu le sais, tout le monde le sait: aujourd’hui, pour qu’une entreprise survive, elle doit être sur internet. La crise que nous vivons depuis plus d’un an nous l’a bien prouvé: la visibilité en ligne est essentielle. Mais une fois qu’on a fait ce constat sans appel, on fait quoi? La plupart des entrepreneurs que j’accompagne ont un site internet (à peu près opérationnel) et s’arrêtent là. 

Mais un site internet tout seul, perdu sur la toile, attendra les visiteurs longtemps, trèèèèèès longtemps! 

Tu sais combien de sites web sont créés chaque jour dans le monde? Plus de 500 000!! 

Alors autant te dire que si tu ne dis pas à tout le monde que ton site existe, tu peux attendre longtemps avant que quelqu’un ne tombe dessus! 

La visibilité sur internet est la clé de la réussite de ton entreprise. Par où commencer, pourquoi est-ce important, à quoi faut-il penser? Je te dis tout. 

Pourquoi est-ce important d’être visible?

Je te l’ai déjà expliqué, tu n’es pas le seul à avoir eu l’idée de lancer ton entreprise et de vouloir avoir une présence en ligne. Et pourquoi sommes-nous tous convaincus de ça? Parce qu’aujourd’hui, 81% des consommateurs font une recherche sur internet avant l’acte d’achat. 

Chaque mois, le moteur de recherche Google enregistre plus de 10 milliards de recherches! Oui, 10 milliards!!! 

Convaincu par l’impact de la visibilité sur internet? 

Si on résume, être visible sur internet va te permettre 

  • d’améliorer ta crédibilité
  • de gagner plus de clients
  • d’augmenter tes ventes

Être visible en ligne est essentiel pour asseoir ta réputation et développer ton activité.

Comment être visible ? 

Tu as beaucoup de possibilités pour être visible sur internet.

Site internet

Ton site est la vitrine de ton entreprise. C’est ce qui va donner envie aux gens de pousser la porte ou de finaliser un achat après t’avoir vu sur les réseaux sociaux. Il est donc très important que tu en prennes soin: identité graphique, expérience utilisateur, architecture, tout doit être conçu pour rassurer les personnes et leur montrer qu’elles sont au bon endroit. 

Réseaux sociaux

Être présent sur les réseaux sociaux est devenu indispensable pour toutes les entreprises. Si tu es coach, je t’invite à lire mon article qui t’explique quels réseaux sociaux utiliser pour parler de ton activité.  Il est important de faire les bons choix pour être présent là où est ta cible. 

Référencement

Le référencement est la position de ton site internet ou ta présence en ligne en général sur les moteurs de recherche. Enfin, quand on dit les moteurs de recherche on parle surtout de Google

95% des gens ne vont pas plus loin que la page 1 des recherches de Google. Hum, hum. Autant te dire que la concurrence est rude! Mais pas de panique, il existe des solutions pour faire apparaître ton site sur cette fameuse 1ère page. 

Référencement naturel

SEO: Search Engine Optimization. Dans mon épisode de podcast sur ce sujet, je te donne mes techniques pour faire ami-amie avec Google. Tu vas devoir publier du contenu régulièrement et travailler les mots-clés. Je ne vais pas te mentir, le référencement naturel demande beaucoup d’efforts mais ils sont payants. 

Référencement payant

SEA: Search Engine Advertising. Comme le nom l’indique, ici on parle bien de publicités payantes. Tu peux le faire sur Google ou bien sur les réseaux sociaux comme Facebook. Tu vas pouvoir acheter des mots clés ou bien créer des publicités qui seront diffusées. Contrairement au référencement gratuit, les résultats sont beaucoup plus immédiats.  

Stratégie de visibilité

Être visible oui mais pas n’importe comment. Il ne s’agit pas de te jeter partout, d’aller sur tous les réseaux sociaux et de payer des publicités tous les jours. Si tu fais ça, tu seras peut-être visible mais pas par les personnes que tu veux atteindre. 

Tu vas t’épuiser et te ruiner, pas top. 

Avant de te lancer tête baissée dans la jungle d’internet, il faut que tu réfléchisses à ton personal branding. Je te parle de ce concept dans mon article sur le marketing digital pour les coachs dans lequel je t’explique qu’il y a 3 éléments à prendre en compte pour déterminer ta stratégie de visibilité. 

Ton persona

C’est ta cible. C’est la base de toute ta stratégie. Si tu ne prends pas le temps de bien connaître ton client idéal , toute ta stratégie sera bancale. 

Tes objectifs

Où veux-tu amener ton entreprise? Que veux-tu en faire? Comment vois-tu son développement? Si tu n’as pas des objectifs clairs, tu ne pourras pas partir sur les bons rails. 

Tes valeurs

Qui es-tu vraiment? Comment veux-tu que les gens te voient? Comment veux-tu qu’ils voient ton entreprise? Tes valeurs vont déterminer le contenu de ce que tu vas poster sur internet et te rendre visible auprès des personnes qui partageront tes valeurs.

Pour être sûr de booster ta visibilité sur internet, je t’ai préparé une formation qui comprend 50 tutoriels en vidéo. Avec cette formation, tu auras tous les éléments pour bien démarrer ou redémarrer sur internet. Et tu l’auras compris, c’est essentiel!

Comment écrire une newsletter qui donne envie d’être lue?

Je pense que tu es comme moi: ta boîte mail est inondée de newsletters. La plupart du temps tu t’es inscrit sans même t’en apercevoir en téléchargeant un ebook ou tout autre produit gratuit. Tu ne les lis certainement pas toutes, tu t’es même sûrement désabonné d’un certain nombre. Oui mais voilà, à présent que tu es toi-même en position d’envoyer ta propre newsletter, tu as peur qu’elle ne soit pas lue, noyée dans l’océan des newsletters rejetées. Snif, snif. 

Mais n’aie pas peur! Je suis là et je vais te donner mes conseils pour écrire une newsletter qui donnera envie d’être lue. 

As-tu réellement besoin d’une newsletter?

Oui je sais que dans mon article 7 raisons d’avoir une newsletter pour les petites entreprises je te recommande fortement d’en avoir une mais (tu remarqueras qu’il y a souvent un mais quelque part), il faut quand même te poser la question: as-tu réellement besoin d’en avoir une? Il faut que je reformule ma question: est-ce qu’une newsletter va apporter une plus-value à ton activité? Si tu veux écrire une newsletter juste pour faire comme les autres ou parce que Mimi75 (désolée si tu existes Mimi75) a dit sur son blog que tout le monde devait en avoir une, ce n’est pas peut-être pas la solution. 

Tu dois te poser 2 questions:

❓Est-ce qu’une newsletter est un bon moyen pour communiquer avec ta cible? Est-ce qu’elle est réceptive à ce genre de message? 

❓As-tu le temps et l’envie de rédiger une newsletter régulièrement (et j’insiste sur ce mot)? Parce qu’écrire une newsletter de temps en temps ne servira pas à grand-chose.

Lorsque j’accompagne des entrepreneurs dans leur stratégie marketing, je les aide à prendre ce genre de décision. Encore une fois, ce n’est pas parce que tout le monde fait quelque chose que ça va être pertinent pour toi. 

L’objectif de ta newsletter

Que souhaites-tu accomplir avec ta newsletter? 

  • Créer de l’engagement avec ta communauté? 
  • Montrer ton expertise
  • Parler de tes dernières nouveautés

Bien évidemment, une newsletter peut mélanger plusieurs thèmes mais il faut que tu aies UN grand objectif en tout cas par newsletter (qui sera ton CTA). Si tu en as plusieurs, tu risques de perdre le lecteur et au final produire l’effet inverse, ne remplir aucun objectif! 

Avant de te lancer, réfléchis à ton objectif premier. Cela te donnera des clés pour le type de contenu que tu vas utiliser.  Si tu veux créer de l’engagement, ton contenu sera plutôt du storytelling. Si tu souhaites montrer ton expertise, tu utiliseras plus du vocabulaire technique ou tu décriras des cas concrets. 

Une dernière chose: bien sûr tu dois prendre en compte ton persona, on est d’accord? Parce que si ton persona vient vers toi pour tes cours de yoga et que tu lui parles de pêche à la ligne, pas sûr que ça l’intéresse! (Si tu as un doute sur ce qu’est le persona je te renvoie vers mon article sur ce sujet)

Le titre

Tout commence par là. Regarde ta boîte mail et analyse les titres des mails qui t’ont donné envie de les lire (je ne parle pas de celui intitulé ‘dernier rappel des impôts’, celui-là ne compte pas dans la notion d’envie!). Est-ce que tu es plutôt attiré par les titres mystérieux 

‘Il ne te reste plus que 2 jours…’ 

Ou bien les titres promotionnels

‘2 pour le prix de 4, l’affaire du siècle!’

Ou bien encore les titres explicatifs/ promesses

‘Les 10 façons de faire sortir son chat en laisse sans y laisser un oeil’

Tu l’auras compris, le titre est primordial pour donner envie aux gens de l’ouvrir.

A toi de voir

  • Le ton que tu souhaites utiliser
  • Les valeurs de ta cible

Le plus simple est le mieux

Choisis un style d’email simple. Rappelle-toi: les gens sont pressés. C’est comme ça, on peut le regretter, avoir envie de leur dire de ralentir, mais ça ne changera rien. Les gens n’ont pas envie de passer leur journée à lire ta newsletter. Donc mon conseil est de faire concis et d’aérer ton texte au maximum. 

Évite de surcharger avec des détails qui n’apportent rien. Un email sous forme de texte est tout aussi efficace et en plus, plus facile à rédiger. N’oublie pas que la plupart des gens vont lire ta newsletter sur leur smartphone donc si tu surcharges avec des images ou des Gifs, ça peut vite les énerver ou pire, ralentir le téléchargement. 

Simplifier la désinscription

Tu es peut-être surpris de trouver ce conseil mais il est essentiel, crois-moi. Tu n’as jamais été énervé de vouloir te désinscrire d’une newsletter et de mettre du temps pour trouver le bouton pour le faire? 

Certains sont tentés de le cacher ou de le mettre en tellement petit qu’il faut une loupe pour le voir. Ils espèrent ainsi que les gens ne le verront pas et ne pourront pas partir. 

Mais c’est totalement contre-productif. 

✔️Déjà, envoyer un mail n’est pas anodin niveau écologique. Je ne vais pas te faire un cours sur l’empreinte carbone d’internet, tu vois ce que je veux dire. Donc autant limiter et faire en sorte d’envoyer ce qui est nécessaire c’est tout. 

✔️ Ensuite, si tu gardes dans ta mailing liste des personnes qui ne vont de toute façon jamais ouvrir ta newsletter, tu auras un taux d’engagement faible et donc peu de clics sur les liens dans ta newsletter et donc peu de ventes. CQFD. 

✔️ Enfin, tu n’enverras pas le bon message à la personne qui cherche à se désinscrire. Elle aura l’impression que tu n’es pas ‘honnête’ et que tu cherches à la garder par tous les moyens. Et peut-être que ce jour-là elle n’est pas encore prête à recevoir ton message mais dans quelques mois, on ne sait jamais. Si elle se souvient de la qualité de ta newsletter, elle reviendra. Si elle se souvient qu’elle a mis 5 minutes à trouver le bouton ‘se désinscrire’, elle ira voir ailleurs!

Pour mettre toutes les chances de ton côté et mettre en place une stratégie de communication sur internet qui marche, je te propose de télécharger ma formation Bien démarrer sur internet qui regroupe 50 tutoriels qui t’expliqueront tout ce que tu dois savoir pour te lancer sereinement.

7 raisons d’avoir une newsletter pour les petites entreprises

pourquoi avoir une newsletter

A l’heure des réseaux sociaux et autres podcasts, beaucoup d’entreprises mettent de côté la bonne vieille newsletter. Elles pensent que ça ne sert plus à rien, que c’est démodé. Et alors si en plus cette entreprise est en fait un solopreneur et qu’en plus c’est un coach ou un thérapeute alors là, il n’y a plus personne! Parce qu’ils n’ont pas le temps, parce qu’ils pensent qu’ils n’ont rien à dire d’intéressant ou parce qu’ils pensent ne pas savoir écrire. 

Allez on respire! 

Avoir une newsletter est un réel atout pour toute entreprise. Malgré ce qu’on peut penser, les emails et donc les newsletters également, font partie des meilleurs moyens pour convertir les prospects en clients. Selon certaines statistiques, on estime que 44% des personnes ont acheté via un email qu’elles avaient reçu. Pas mal hein? Pour finir de te convaincre, voici 7 raisons d’avoir une newsletter pour ton entreprise. 

Pour augmenter ton chiffre d’affaires

Je viens de te le dire, chiffre à l’appui, les emails font vendre. Ce que j’ai oublié de te dire c’est que toujours selon des études très sérieuses, les personnes qui achètent via un email promotionnel dépensent en moyenne…138% de plus que les autres!! Tu te rends compte? Comment expliquer ça? Avec les points que je vais développer juste en dessous, tu vas voir. 

Pour te connecter avec ta communauté

Devine quoi? Les gens ne pensent pas à toi ou à ta marque tous les jours. Oui je sais ça fait un choc mais il fallait que je te le dise. Créer et garder le contact avec ta communauté grâce à des emails réguliers va te permettre de communiquer avec eux directement pour te rappeler à leur mémoire. De plus, Le fait de recevoir un email directement dans sa boîte mail est un acte assez personnel, qui remplace les lettres dans la boîte aux lettres traditionnelle. Tu crées un vrai lien de proximité

Pour montrer ton expertise

Pour que les gens soient heureux de recevoir ta newsletter, tu dois leur apporter du contenu de qualité. Ta valeur réside dans ton activité. Tu vas pouvoir expliquer ce que tu proposes, donner des témoignages de tes clients satisfaits, détailler ta manière de travailler et comment elle va aider la personne qui lit cette newsletter. 

Pour amener du trafic vers ton site

Dans chaque newsletter, tu dois avoir un objectif en tête et avoir un appel à l’action précis. Ça peut être un lien vers ton dernier article de blog, ou bien vers ton offre du moment. Attention: ne mets qu’un seul appel à l’action par newsletter sinon tu risques de perdre ton lecteur. 

Parce que ça ne coûte pas cher

Comparé à des publicités payantes, créer et envoyer une newsletter ne te coûtera presque rien. Selon la plateforme d’envoi d’emails que tu vas utiliser (Mailchimp, Mailerlite, Sendinblue) les prix varient mais très souvent tu as une version gratuite qui te permet de commencer et de tester sereinement. 

Pour avoir ta liste rien qu’à toi

Très souvent, je vois des entrepreneurs qui ont à coeur de faire grossir leurs communautés sur les réseaux sociaux. Ok mais… attention! Les données sur les réseaux sociaux ne t’appartiennent pas! Si demain Instagram ou Facebook ferment ou bien si tu te fais pirater ton compte (et je sais de quoi je parle comme je te l’explique dans mon article sur comment sécuriser ses données), tu perdras toutes tes données, followers y compris! De plus, si tu veux leur envoyer quelque chose, tu es obligé de le faire via les messages privés.  Alors qu’avec ta propre liste d’emails, aucun souci, elle est à toi et tes messages arrivent directement dans la boîte mail des personnes ce qui a plus d’impact. 

Pour être sûr d’être ‘entendu’

Oui je sais que j’aurais dû dire ‘lu’ mais tu vois ce que je veux dire: quand tu es sur les réseaux sociaux, ton message, aussi intéressant soit-il, peut vite passer inaperçu. Merci les algorithmes! Avec une newsletter, tu vas avoir beaucoup plus d’impact et beaucoup plus de chances d’être lu (donc entendu, tu me suis?)

Pour en savoir plus sur les newsletters mais aussi sur tout ce qu’il te faut pour bien commencer sur internet, je te propose de télécharger ma formation Bien démarrer sur internet, 50 tutoriels pour gagner en autonomie et culture générale du web.

Tu y trouveras des vidéos qui t’expliqueront comment faire pour utiliser les applications du quotidien pour ton entreprises, les concepts clés de la vente en ligne, comment bien utiliser les réseaux sociaux et les outils de professionnalisation.

Comment former de nouvelles habitudes et les faire durer?

comment arrêter de fumer

La personne que tu es aujourd’hui est la somme de tes habitudes. Ta forme et ton état de santé? Tes habitudes. Si tu te sens heureux ou non? La somme de tes habitudes. Si tu te dis que tu as réussi dans ta vie professionnelle? Pareil! Nous sommes tous la somme de ce que nous faisons, disons ou pensons régulièrement. Avoir de bonnes habitudes est donc un élément essentiel pour ton bien-être général. Oui mais voilà, il n’est pas facile d’adopter de nouvelles habitudes. Parce que justement tu es habitué à certains schémas et ton cerveau n’aime pas le changement (changement = danger!). Parce que tu ne vois pas toujours l’intérêt d’adopter de nouvelles habitudes. Et parce que tu essaies sûrement d’en faire trop et trop vite quand tu essaies de changer tes habitudes. Résultat: rien ne dure et ces nouvelles activités ne deviennent pas une habitude régulière (hello l’abonnement à la salle de gym qui date de 2018!). 

Je vais t’aider à comprendre comment ancrer une habitude que tu auras plaisir à suivre régulièrement. 

Les 3 étapes de la construction d’une habitude

Pour ancrer une habitude, il est important de bien comprendre comment elle se forme comme le dit très bien Charles Duhigg dans son livre bestseller, le Pouvoir des Habitudes

Chaque habitude peut se décomposer en 3 étapes:

le signal, l’action et la récompense.

comment se forment les habitudes

Comme tu peux le voir sur l’image ci-dessus, c’est un cercle. Les 3 étapes sont liées. 

Le signal

Tout d’abord, il y a le signal. Le signal dit à ton cerveau d’initier un comportement qui a déjà en ligne de mire la récompense que cela pourra déclencher! 

L’action

Bonne ou mauvaise, c’est la partie de la boucle des habitudes où tu agis réellement sur l’habitude que tu veux adopter ou abandonner.

La récompense

C’est la partie de la boucle d’habitude où ton cerveau reçoit une récompense pour avoir pris l’activité souhaitée, ou non d’ailleurs…

Une fois que tu as cette image de la boucle ou du cercle des 3 étapes qui forment les habitudes, il est plus facile de comprendre pourquoi les mauvaises habitudes sont plus faciles à adopter que les bonnes. 

Je prends un exemple: si tu es gourmand, tu sais que manger un bon croissant aux amandes te fera ressentir un plaisir certain. Donc quand tu auras faim ou que tu seras fatigué (signal), ton cerveau aura en ligne de mire le plaisir ressenti en mangeant un croissant aux amandes (récompense) et te poussera donc à entrer dans une boulangerie pour acheter ce fameux croissant (action). 

Tout est lié! 

Alors je ne dis pas qu’il est interdit de manger un croissant aux amandes mais tu es d’accord avec moi pour dire que si tu manges tous les jours un croissant aux amandes, il va peut-être falloir revoir ta garde-robe. 

Avec cet exemple, je veux te montrer qu’il est plus facile d’ancrer une mauvaise habitude qu’une bonne. Les récompenses dans ce cas-là sont souvent plus agréables. 

Si je prends l’exemple de la salle de sport, tu sais que la récompense sera d’être en bonne santé et d’éliminer ton croissant aux amandes de la veille mais l’action ne sera pas forcément elle synonyme de plaisir!

C’est la raison pour laquelle il est important de faire un peu plus d’efforts pour espérer ancrer une bonne habitude. 

Comment ancrer une bonne habitude?

Trouver une récompense positive

Si tu envoies à ton cerveau le message que la récompense à la clé est super agréable ou bénéfique, alors tu auras plus de chance de passer à l’action. 

Pour cela, utilise ton imagination

➡️ Tu as un dossier à rendre mais tu n’as aucune envie de t’y coller? 

Récompense: quand tu auras fini ce travail, tu t’accorderas le droit de jouer au jeu vidéo que tu adores. 

➡️ Tu n’as aucune envie d’aller courir? 

Récompense: tu t’accorderas le droit de manger un carré de chocolat. 

Tu comprends le principe? A force de promettre à ton cerveau une récompense qui le met en joie, tu passeras à l’action de plus en plus facilement. 

Ne pas se fixer des objectifs trop durs à atteindre

Une autre erreur que tu fais peut-être et qui t’empêche d’ancrer de bonnes habitudes est de te fixer des objectifs trop ambitieux, trop vite. 

➡️Si tu n’as pas fait de sport depuis 5 ans, il est peut-être irréaliste de te dire que dans 6 mois tu vas courir le marathon de Paris. 

➡️Si tu as du poids à perdre, te dire que tu vas perdre 15 kilos en 2 semaines n’est pas raisonnable. 

J’ai pris des exemples extrêmes bien sûr mais je pense que tu n’auras pas de mal à trouver des exemples dans ta propre vie. Ici, j’ai envie de faire le rapprochement avec la méthode SMART dont je te parle dans mon article La méthode SMART, ou comment rendre vos objectifs atteignables. Pour tes habitudes, c’est pareil. Il s’agit de rester réaliste pour ne pas se décourager au bout de 5 minutes et de repartir de zéro. 

Pour y arriver, pense à ces 4 éléments:

👍 Commence petit 

👍 Dis toi que 1 est toujours mieux que 0

👍 Décompose tes grands objectifs en étapes

👍 Sois patient et tolérant avec toi-même (si tu loupes un entraînement à la salle de sport, ce n’est pas grave. Ne te dis pas que c’est fichu!)

Comment se débarrasser des mauvaises habitudes?

Ancrer une bonne habitude c’est génial mais se débarrasser des mauvaises, c’est bien aussi! 

La bonne nouvelle est qu’il n’est jamais trop tard pour se défaire de nos mauvaises habitudes. Ouf! 

Reprenons la structure: signal, action, récompense

La première chose à faire pour se défaire d’une mauvaise habitude est de comprendre pourquoi on fait cette chose qui n’est pas bonne pour nous. La plupart du temps, nos mauvaises habitudes sont causées par 2 choses: le stress et l’ennui. 

❌Tu te ronges les ongles? Stress

❌Tu procrastines à chaque fois que tu dois rendre un dossier important? Ennui (et stress peut-être)

❌Tu vas sur les réseaux sociaux 100 fois par jour? Stress de manquer une information ou ennui si tu es supposé faire autre chose. 

Liste tes mauvaises habitudes et essaie de voir ce qui les provoque. Tu verras que très souvent, tu vas pouvoir arriver à ces 2 facteurs et le comprendre est indispensable pour aborder ce problème.  

Ok mais après, on fait quoi?  

Eh bien, une fois que tu as identifié la cause de ta mauvaise habitude, tu vas pouvoir repérer les moments qui provoquent cette action que tu ne veux plus faire. 

L’idée est de remplacer l’action par une autre, plus positive. 

Par exemple: 

Tu fumes. 

✔️ Quand vient l’envie de fumer, tu dois être capable de l’identifier et de savoir que ce n’est pas vraiment fumer dont tu as besoin mais de calmer ton stress ou l’ennui. Donc réfléchis à ce que tu pourrais mettre en place pour calmer la véritable cause de ton envie de fumer. 

Le bon réflexe à avoir est de te préparer. Maintenant que tu as compris comment les habitudes se forment, tu peux anticiper et préparer ton plan d’attaque

D’autres conseils pour t’aider à arrêter tes mauvaises habitudes:

✔️ Être entouré et aidé par des personnes qui vivent comme tu aimerais vivre (et pas celles qui ont les mêmes mauvaises habitudes que toi!)

✔️ Visualise toi en train de réussir

✔️ Utilise des formulations positives comme par exemple: “je ne suis pas mince…encore” ou bien “je suis accro aux jeux vidéos mais j’en ai conscience et demain je jouerai 15 minutes de moins”. 

Voilà, tu as toutes les cartes en main pour vivre comme tu as vraiment envie de vivre. Si tu as besoin d’aide, sache que je serai absolument ravie de t’accompagner grâce à un coaching personnalisé. 

5 façons de développer ton intelligence émotionnelle

intelligence émotionnelle

Qu’est ce que l’intelligence émotionnelle et pourquoi la développer?

2020: le monde découvre le télétravail. Si tu es freelance ou entrepreneur, tu n’as pas attendu la pandémie pour travailler de chez toi. Mais pour les entreprises plus traditionnelles, il a fallu s’adapter en mettant en place de nouvelles formes de travail qui impliquent de nouvelles façons de manager les équipes et de nouveaux modes relationnels. De plus en plus, on entend parler de l’intelligence émotionnelle, ou QE. Les managers doivent s’adapter à des équipes qui ne sont plus dans un même endroit et qui n’ont plus les mêmes interactions qu’avant. Et pour faire face à ces nouveaux challenges, la clé se trouve dans l’intelligence émotionnelle, qui, loin d’être une tendance, est là pour rester.  

Les grandes entreprises ont compilé des statistiques prouvant que les employés dotés d’une intelligence émotionnelle plus développée ont un impact sur les résultats de l’entreprise. En fait, les entreprises dont les employés ont un niveau élevé d’intelligence émotionnelle élevée voient leurs ventes totales et leur productivité augmenter considérablement! On ne peut pas faire meilleur argument de vente 

Alors que tu sois en télétravail, employé ou manager, ou même si tu travailles encore sur le site de ton entreprise, le développement de tes compétences en matière de QE est vital pour ta réussite professionnelle.

Qu’est-ce que l’intelligence émotionnelle ou QE ?

Avant de commencer j’aimerais juste te rappeler les 4 composants de l’intelligence émotionnelle. Je t’en ai parlé dans mon article sur l’intelligence émotionnelle au travail. 

En résumé, c’est la capacité à comprendre, utiliser et gérer ses propres émotions de manière positive pour soulager le stress, communiquer efficacement, faire preuve d’empathie avec les autres, surmonter les difficultés et désamorcer les conflits. L’intelligence émotionnelle t’aide à construire des relations plus solides, à réussir à l’école et au travail, et à atteindre tes objectifs professionnels et personnels. Elle peut également t’aider à te connecter à tes sentiments, à transformer tes intentions en actions et à prendre des décisions éclairées sur ce qui compte le plus pour toi. Hyper puissant! 

Les 4 éléments de l’intelligence émotionnelle sont:

L’autogestion – être capable de contrôler les sentiments et les comportements impulsifs, de gérer les émotions de manière saine, de prendre des initiatives, de respecter des engagements et de s’adapter à des circonstances changeantes.

Conscience de soi reconnaître ses propres émotions et la façon dont elles affectent ses pensées et son comportement. Connaître ses forces et ses faiblesses et avoir confiance en soi.

Conscience sociale – avoir de l’empathie. Comprendre les émotions, les besoins et les préoccupations des autres, capter des signaux émotionnels, se sentir à l’aise socialement et reconnaître la dynamique du pouvoir dans un groupe ou une organisation.

Gestion des relations – savoir comment développer et entretenir de bonnes relations, communiquer clairement, inspirer et influencer les autres, bien travailler en équipe et gérer les conflits.

Méthodes pour développer son QE

Entraîne-toi à observer ce que tu ressens

Notre société ne nous apprend pas à écouter nos émotions. En passant sans arrêt d’un engagement à l’autre, en respectant les délais et en répondant aux demandes extérieures, on fait davantage attention à notre environnement extérieur qu’à ce qui se passe à l’intérieur de nous. La conséquence est que l’on est beaucoup plus susceptible d’agir inconsciemment, et de passer à côté des précieuses informations que contiennent nos émotions.

Chaque fois que nous avons une réaction émotionnelle à quelque chose, nous recevons des informations sur une situation, une personne ou un événement particulier. La réaction que nous éprouvons peut être due à la situation actuelle, ou il se peut que la situation actuelle nous rappelle un souvenir douloureux et non traité.

Lorsque nous prêtons attention à nos sentiments, nous apprenons à faire confiance à nos émotions et nous devenons beaucoup plus aptes à les gérer. 

Si tu ne te sens pas à l’aise, essaie l’exercice suivant :

Régle une minuterie pour différents moments de la journée. Lorsque le minuteur s’arrête, prends quelques respirations profondes et remarque comment tu te sens émotionnellement. Fais attention à l’endroit où cette émotion se manifeste sous la forme d’une sensation physique dans ton corps et à ce que tu ressens. Plus tu t’exerceras, plus ça deviendra une seconde nature.

Sois attentif à ton comportement

Comme je viens de te l’expliquer, un élément clé de l’amélioration de notre IE est d’apprendre à gérer nos émotions, ce que nous ne pouvons faire que si nous en sommes conscients.

Tout en pratiquant ta conscience émotionnelle, fais également attention à ton comportement. Remarque comment tu agis lorsque tu ressens certaines émotions, et comment ça affecte ta vie quotidienne. Est-ce que ça a un impact sur ta communication avec les autres, ta productivité ou ton humeur générale?

Tu verras que plus tu seras conscient de la façon dont tu réagis à tes émotions, plus tu trouveras ça facile de reconnaître ce que tu ressens. 

Assume la responsabilité de tes sentiments et de ton comportement

C’est probablement l’étape la plus difficile, et c’est aussi la plus utile. Tes émotions et ton comportement viennent de toi- ils ne viennent de personne d’autre – donc, c’est toi qui en es responsable.

Si tu es blessé par ce que quelqu’un dit ou fait, et que tu t’en prends à lui, tu es responsable. “Ils” ne t’ont pas “fait” te flageller (“ils” ne te contrôlent pas avec des ficelles de marionnette, après tout !), ta réaction est de ta responsabilité.

Une fois que tu auras commencé à accepter la responsabilité de tes sentiments et de ton comportement, tu verras que ça aura un impact positif sur tous les domaines de ta vie.

Écouter pour comprendre et non pour répondre

L’écoute est une compétence précieuse mais souvent négligée. Même si tu n’es pas d’accord avec le point de vue de ton collègue, il est important de reconnaître ce qu’il dit et de dire “je t’entends”.

L’incroyable succès d’Oprah Winfrey, la plus célèbre présentatrice de talk-show au monde, repose sur cette compétence. Elle n’a pas de liste de questions d’entretien trop longue lorsqu’elle parle aux gens. Elle écoute activement et laisse sa prochaine question découler de la réponse de son interlocuteur. C’est facile. Grâce à cette méthode simple, elle établit une relation de confiance.

Si tu es manager, encourage les membres de ton équipe à développer leur intelligence émotionnelle en se posant ces questions :

  • Comment puis-je rencontrer mon interlocuteur ?
  • Est-ce que je suis vraiment dans le dialogue ?
  • Est-ce que j’interromps trop souvent les gens ?
  • Est-ce que j’écoute pour pouvoir parler ensuite, ou est-ce que j’écoute pour comprendre ?

Considérer les défis et les critiques comme une opportunité d’apprentissage

Une partie importante de l’augmentation de ton intelligence émotionnelle est de pouvoir accepter la critique. Au lieu d’être offensé ou sur la défensive, les personnes à haut QE prennent quelques instants pour comprendre d’où vient la critique, comment elle affecte les autres ou leur propre performance et comment elles peuvent résoudre les problèmes de manière constructive.

Voici des questions à te poser pour y arriver:

  • Pourquoi cela m’a-t-il contrarié ?
  • Comment ai-je réagi ?

En prenant le temps de déconstruire tout retour négatif, de le vérifier et de l’évaluer, tu apprendras à prendre du recul et à développer ta confiance en toi. 

Fais preuve d’empathie envers les autres

 L’amélioration de ton intelligence émotionnelle va forcément  transformer tes relations. Être à l’écoute de tes propres sentiments va te rendre plus conscient des émotions des autres et renforcer ta capacité à entretenir des relations saines. Tu  seras en mesure de comprendre les préoccupations des autres, de détecter les indices émotionnels et d’interagir confortablement avec eux. Être capable de répondre à tes propres besoins émotionnels te rendra plus disponible sur le plan émotionnel, en tant que partenaire, ami, collègue et membre de la famille. 

Les personnes émotionnellement intelligentes se posent des questions telles que

  • Est-ce que j’utilise la règle de platine, c’est-à-dire que je traite les gens comme ils veulent être traités (et non comme je voudrais être traité) ?
  • Est-ce que je mets en doute mes réactions instinctives aux gens et aux idées ?
  • Est-ce que je trouve difficile de travailler avec des gens qui ne sont pas comme moi ?

Tu aimerais développer ton intelligence émotionnelle? Tu as besoin de prendre du temps pour toi, pour t’écouter? Tu peux prendre rendez-vous pour une séance de coaching avec moi qui te permettra d’être plus serein avec tes émotions.

Comment animer un cours de yoga en ligne

comment créer cours en ligne yoga

Je pense que ça ne t’aura pas échappé: il est difficile (voire carrément interdit!) de pratiquer des activités sportives en salle et en présentiel. Vive internet et les visios! Je dis ça mais je sais très bien que ce n’est pas si facile. J’accompagne en coaching des professeurs de yoga qui doivent se réinventer et revoir leurs offres pour s’adapter aux nouvelles conditions sanitaires en proposant leurs cours en ligne. Aujourd’hui, j’ai envie de te donner mes conseils pour animer un cours de yoga en ligne (et si tu es élève d’un cours de yoga, ça pourra te servir aussi). 

Le matériel

Commençons par la base qui est…un ordinateur! Eh oui, je sais que tu ne t’attendais pas forcément à ça en parlant yoga mais c’est pourtant essentiel. 

Je te conseille fortement d’investir dans un très bon ordinateur. C’est un investissement que tu ne regretteras pas car il va devenir ton outil de travail principal. Vois-le comme le lieu dans lequel tu accueilles d’habitude tes élèves. Tu as envie qu’ils s’y sentent bien, que ce soit agréable, propre. Ton ordinateur, c’est la même chose! Non pas l’esthétique de l’objet, on s’en moque mais la qualité de ton accueil. Si la qualité de l’image et du son est médiocre, tes élèves ne se sentiront pas bien. 

Mais si tu ne peux pas investir dans un bel ordinateur, je te conseille de prendre un smartphone. Sache d’ailleurs que les webcams des téléphones sont toujours meilleures que celles intégrées aux ordinateurs. 

Pour le son, je te conseille également de ne pas utiliser le micro de ton ordinateur. Le son n’est jamais de très bonne qualité et en plus, tu devras t’approcher de l’ordinateur pour que tes élèves t’entendent bien, ce qui n’est pas très pratique en cours. Si tu le peux, achète un micro indépendant comme ceux de la marque Blue Yeti que j’utilise que tu pourras connecter à ton smartphone (ou à ton ordinateur) via un adaptateur. 

Pour pouvoir te filmer en toute tranquillité, tu peux utiliser un trépied avec ou sans lumière. 

Si tu ne peux pas investir dans tout ce matériel et si tu dois faire des choix, je te conseille de privilégier la qualité de son qui me semble le point essentiel lors d’un cours de yoga en ligne. 

Cours synchrones ou asynchrones?

Le positif de la situation que nous vivons actuellement est la liberté de tout réinventer. Finie la salle de cours entre 4 murs qui ne peut réunir que 15 personnes à la fois à un endroit précis. Grâce à internet, tu peux réinventer les règles du jeu. Alors, oui je sais que ça peut faire peur, mais je suis là pour t’accompagner! 

Cours synchrones

C’est le type de cours qu’on voit le plus souvent. Les professeurs de yoga ont gardé leurs horaires habituels et proposent leurs cours en ligne au même moment que pour les cours en salle classiques.

Pour diffuser le cours, je conseille d’utiliser la plateforme Zoom. Après avoir testé beaucoup d’autres outils, je suis arrivée à la conclusion que c’était la meilleure, la plus pratique et la plus qualitative. 

Le seul problème est qu’en version gratuite, Zoom est limité à 45 minutes quand on est plus de 2 personnes en visioconférence. Donc tu peux l’utiliser pour donner des cours individuels sans aucune limite de temps. 

Pour les cours collectifs, il est bien évident que de couper une séance de yoga en 2 n’est pas envisageable.  Donc je t’encourage à investir pour t’abonner en version pro. Tu peux envisager de partager les frais avec un autre professeur de yoga qui ne donne pas les cours aux mêmes horaires que toi. Mais honnêtement, l’abonnement coûte autant qu’un tapis de yoga et c’est vraiment un investissement que tu ne regretteras pas car il te permettra de travailler en toute sérénité. 

L’autre avantage de Zoom c’est qu’il est possible de connecter ton compte (pro) à ton compte Paypal, ce qui veut dire que tu peux faire payer les participants directement en ligne. 

Pour simplifier la réservation, j’utilise Calendly qui est un agenda en ligne. Tu peux créer des événements et les personnes viennent réserver et payer directement en ligne. Elles reçoivent ensuite un mail avec toutes les informations nécessaires pour se connecter le moment venu. 

Tu peux proposer

  •  des cours uniques selon un planning défini par semaine par exemple
  • une série de cours sur une thématique particulière 

Cours asynchrones

Tu peux décider de ne pas donner tes cours en direct mais plutôt de les enregistrer pour ensuite les proposer à l’achat. Tu peux les télécharger sur un lien Dropbox ou Google Drive, ou bien les héberger sur une plateforme type Podia ou Selz. Les personnes qui voudront les télécharger devront payer via et recevront ensuite le lien pour les télécharger. 

Il existe aussi la possibilité de créer un abonnement, qui est une pratique que je recommande. Cela permet aux personnes de s’engager pour avoir accès à un certain nombre de cours de yoga. Attention à mettre un tarif juste: ce n’est pas parce que tu vas pouvoir toucher plus de personnes que tu dois baisser tes prix. Un prix juste permet une meilleure implication de tes élèves. Au contraire, un prix bas ne renvoie pas une image professionnelle de qualité. On peut imaginer un abonnement pour 4 séances dans le mois avec accès aux replays. Tu pourrais aussi proposer 2 séances dans le mois qui elles ne seront pas enregistrées. Cela permet de renforcer l’engagement de tes élèves et aussi de pouvoir passer du temps avec eux à la suite de la séance qui pour le coup sera synchrone. 

Pour choisir entre cours synchrones et asynchrones, tu dois te poser les questions suivantes:

  • As tu envie de pouvoir discuter directement avec tes élèves? 
  • Veux-tu leur permettre de pratiquer sans se comparer aux autres? 
  • As-tu envie de leur donner le temps de pratiquer grâce à des vidéos qu’ils vont pouvoir garder? 

Comment trouver des clients?

Tu peux créer ton site internet même si ce n’est pas indispensable. Hubside.com te propose de créer ton site très facilement tout comme WordPress.com si tu débutes (.org si tu te débrouilles déjà pas mal!)

Il existe également des plateformes sur lesquelles tu peux proposer tes cours de yoga. 

  • Udemy (plutôt anglophone mais qui commence à s’ouvrir aux français)
  • Skilleos  (plateforme en français)

Et bientôt il va y avoir le lancement d’une toute nouvelle plateforme pour les femmes qui s’appelle Haavvaa

Tu mets tes cours en ligne sur ces plateformes et à chaque fois que quelqu’un achète ton cours, tu reçois tes royalties. Le gros avantage de ces plateformes c’est qu’elles se chargent de la communication à ta place. L’inconvénient: les tarifs qui sont assez bas. 

Pour te donner une idée de ce à quoi ressemblent des cours vidéos en ligne, tu peux aller voir mes vidéos sur ma chaine YouTube . J’aimerais te mettre en garde sur un point: si tu fais le choix de tourner des vidéos pour les mettre en ligne ensuite et les rendre payantes, assure-toi de la qualité. Les gens vont attendre une meilleure qualité qu’un cours synchrone. Tu dois faire attention au montage, à la qualité du son et de l’image. Donc si tu n’as pas assez de temps pour le faire ou si tu n’as pas un matériel vidéo très performant, je te conseille de commencer par des cours en direct sur Zoom.

Tu es professeur de yoga? Tu aimerais développer ta présence sur le web? Je te propose un coaching pour t’aider à atteindre tes objectifs sereinement.

5 astuces pour dompter son stress

stress covid

2020 année stressante? Non, si peu! 2021 ne commence pas vraiment sur les chapeaux de roue et on peut supposer que nos niveaux de stress ne sont pas prêts de redescendre malheureusement. Pour rappel, le stress est une réaction à une situation où une personne se sent menacée ou anxieuse. Les événements qui provoquent ce genre de réactions peuvent être:

😨 des difficultés personnelles ou environnementales. tiens , tiens, ça ne te rappelle pas quelque chose? Tu sais un truc qui commence par Co et qui se finit par 19? 

Beaucoup de personnes ont stressé et stressent encore à cause de la crise sanitaire que nous vivons actuellement. Des infos angoissantes, des annonces gouvernementales pas plus rassurantes. Bref, notre niveau de stress a tout ce qu’il faut pour atteindre des sommets!! 

Pourquoi est-ce important de gérer son stress? 

Si tu vis avec un niveau de stress élevé, tu mets ton bien-être tout entier en danger. Le stress nuit à ton équilibre émotionnel, ainsi qu’à ta santé physique. Il réduit ta capacité à penser clairement, à fonctionner efficacement et à profiter de la vie. Tu as l’impression de ne pas pouvoir gérer ton stress? Tu as beaucoup plus de contrôle que tu ne le penses!

Une gestion efficace du stress t’aide à briser l’emprise que le stress a sur ta vie, afin que tu sois plus heureux, plus sain et plus productif. Le but ultime est d’avoir une vie équilibrée, avec du temps pour le travail, les relations, la détente et le plaisir – et la résilience nécessaire pour tenir le coup sous la pression et relever les défis de front. Mais la gestion du stress n’est pas une solution universelle. C’est pourquoi il est important d’expérimenter et de découvrir ce qui fonctionne le mieux pour toi. 

Conseil n°1: identifie les sources de ton stress

Forcément, en ce moment, on est gâtés! Entre le Covid, les annonces de confinement, déconfinement,re- confinement et couvre-feu, on a l’embarras du choix! Si en plus tu te trouves dans une situation difficile au travail, tu as tiré le gros lot. 

Blague à part, la gestion du stress commence en effet par l’identification des sources de stress dans ta vie. Ce n’est pas toujours aussi simple que le Covid et la crise sanitaire. Bien qu’il soit facile d’identifier les principaux facteurs de stress, comme un changement d’emploi, un déménagement ou un divorce, il peut être plus compliqué d’identifier les sources de stress chronique. Il est trop facile de négliger comment tes propres pensées, sentiments et comportements contribuent à ton niveau de stress quotidien.

Pour identifier tes véritables sources de stress, examine attentivement tes habitudes, ton attitude et tes excuses :

✔️ Expliques-tu souvent que le stress est temporaire (“j’ai juste un million de choses à faire en ce moment”) même si tu ne te souviens pas de la dernière fois où tu as pris une pause ?

✔️ Définis-tu le stress comme faisant partie intégrante de ta vie professionnelle ou familiale (“Les choses sont toujours folles ici”) ou comme faisant partie de ta personnalité (“J’ai beaucoup d’énergie nerveuse, c’est tout”) ?

✔️ Est-ce que tu attribues ton stress à d’autres personnes ou à des événements extérieurs, ou est-ce que tu le considères comme tout à fait normal et non exceptionnel ?

Tant que tu n’auras pas accepté la responsabilité du rôle que tu joues dans sa création ou son maintien, ton niveau de stress restera hors de ton contrôle.

Mon astuce:

👍Commence à tenir un journal du stress. Note tous les moments où tu ressens du stress. Et à chaque fois, note:

➡️ Ce qui a causé ton stress (fais une supposition si tu n’es pas sûr).

➡️ Ce que tu as ressenti, physiquement et émotionnellement.

➡️ Comment tu as réagi.

➡️ Ce que tu as fait pour te sentir mieux.

Conseil n°2: pratique la méthode en 4 temps

Bien que le stress soit une réponse automatique de ton système nerveux, certains facteurs de stress apparaissent à des moments prévisibles : ton trajet pour aller au travail, une réunion avec ton patron ou des réunions de famille, par exemple. Lorsque tu gères ces facteurs de stress prévisibles, tu peux soit changer la situation, soit changer ta réaction.

Lorsque tu décides de l’option à choisir dans un scénario donné, il est utile de penser à la méthode en 4 temps: éviter, modifier, s’adapter ou accepter (en anglais, c’est la méthode des 4A: avoid, alter, adapt, or accept).

Evite le stress non nécessaire: 

✔️ Apprends à dire non

✔️ Evite les gens toxiques qui te stressent

✔️ Prends le contrôle sur ton environnement (ne regarde pas les infos, évite les films violents…)

✔️ Fais des to-do listes réalisables (tu peux utiliser la méthode SMART dont je te parle dans cet article)

Modifie les situations (que tu ne peux pas éviter)

✔️ Exprime tes émotions au lieu de les nier

✔️ Sois prêt à faire des compromis

✔️ Crée un emploi du temps équilibré

Adapte-toi au déclencheur du stress

✔️ Change de perspectives, essaie d’être plus optimiste (un bouchon sur l’autoroute? Le bon moment pour écouter ton podcast préféré)

✔️ Prends du recul: est-ce que dans 5 ans tu y penseras encore? 

✔️ Oublie le perfectionnisme

✔️ Pratique la gratitude (je t’en parle d’ailleurs dans mon article sur Pourquoi pratiquer la gratitude te donne un coup d’avance sur tes concurrents)

Accepte ce que tu ne peux pas changer

✔️ N’essaie pas de contrôler l’incontrôlable (hello Covid-19!)

✔️ Cherche le bon côté des choses

✔️ Apprends à pardonner

✔️ Partage tes sentiments

Conseil n°3: active-toi!

Lorsque tu es stressé, la dernière chose que tu as probablement envie de faire est de te lever et de faire de l’exercice. Et pourtant l’activité physique est un excellent moyen de réduire le stress, et tu n’as pas besoin d’être un athlète ou de passer des heures dans un gymnase pour en ressentir les bienfaits. L’exercice libère des endorphines qui te font te sentir bien, et il peut aussi te distraire de tes soucis quotidiens.

Bien que tu tireras le plus grand bénéfice d’un exercice régulier de 30 minutes ou plus, même de très petites activités peuvent s’accumuler au cours d’une journée. La première étape consiste à te lever et à bouger. Voici quelques moyens faciles d’intégrer l’exercice dans ton quotidien :

✔️ Danse chez toi (tu peux juste tirer les rideaux si tu as peur que les voisins te voient!)

✔️ Va te promener avec ton chien

✔️ Gare ta voiture plus loin de ton lieu de travail pour marcher

✔️ Prends ton vélo plus souvent

✔️ Prends les escaliers plutôt que l’ascenseur

L’important est de trouver une activité que tu aimes sinon tu n’auras pas envie de continuer ou tu risques de ne pas déconnecter de ton stress. 

Conseil n°4: entoure-toi

Il n’y a rien de plus apaisant que de passer du temps de qualité avec un autre être humain qui te fait te sentir en sécurité et compris. Sais-tu que c’est biologique? L’interaction en face à face déclenche une cascade d’hormones. C’est un vrai anti-stress naturel (en plus, ça aide aussi à éviter la dépression et l’anxiété). 

Encore une fois, en temps de Covid, voir les gens en vrai est limité mais heureusement, les apéros-visios sont possibles! Alors n’hésite pas. 

Conseil n°5: prends le temps de te relaxer

Tu peux réduire le stress dans ta vie en te réservant du temps pour toi. Ne te laisse pas prendre dans le tourbillon de la vie au point d’oublier de t’occuper de tes propres besoins. Prendre soin de toi est une nécessité, pas un luxe. Si tu prends régulièrement du temps pour t’amuser et te détendre, tu seras mieux à même de gérer les facteurs de stress de la vie.

✔️ Pour y arriver, inscris ces temps pour toi dans ton agenda. Prends rendez-vous avec toi-même. 

✔️ Essaie de prévoir une activité par jour qui te fait plaisir (regarder un épisode de ta série préférée, écouter un podcast, lire, prendre un bain…)

✔️ Regarde des sketchs d’un humoriste que tu aimes: le rire est un excellent moyen pour déstresser (et en plus ça fait marcher les abdos 😉)

Voilà! J’espère que tu trouveras ces conseils apaisants et que ton niveau de stress est au plus bas à présent. Zen! 

Vente: Quand le thérapeute manque d’empathie

comment vendre prestation coaching

Lors du Sommet du Déclic, que j’ai organisé en collaboration avec Alizée , coach professionnelle de Dare, Win and Shine, nous avons vécu des moments incroyables. J’en profite pour te dire que si tu n’as pas pu assister à toutes les conférences ou si tu n’as pas eu le temps de regarder toutes les interviews, tu peux retrouver l’intégralité du sommet en te procurant le pack des replays. Tu y retrouveras aussi tous les ateliers que l’on a animés avec Alizée ainsi que les interviews inspirantes des experts qui sont venus à nos côtés. Lors d’une interview, nous avons parlé vente et plus particulièrement, difficultés pour vendre!

Les zèbres et l’empathie

Lors de l’interview d’Alexandra , coach professionnelle d‘Au Temps des Rêves, nous avons échangé sur le persona. Si tu as déjà fait un coaching avec moi ou si tu me suis régulièrement sur les réseaux ou sur le blog, tu sais à quel point cette notion est importante pour tout entrepreneur! Je t’en ai parlé plus en détails dans mon article Coaching, qu’est-ce-que le persona ou client idéal. Le persona est ton client idéal que tu dois absolument définir quand tu crées ton service ou ton produit. A qui t’adresses-tu? Qui est ton client idéal? Quels sont ses besoins? Etc…

Lors de l’interview, nous avons parlé empathie et plus particulièrement, manque d’empathie envers le persona.  Je sais que cela peut sembler bizarre mais tu vas comprendre de quoi il s’agit.

Mon persona à moi est le zèbre. Par définition les zèbres font preuve de beaucoup d’empathie. Ils ont aussi un aspect hypersensible, multipotentiel. Ils ont la pensée en arborescence et la vision globale (pour aller plus loin, abonne-toi à ma chaine Youtube sur les zèbres). J’accompagne donc les zèbres ou les thérapeutes et très souvent, ils ne forment qu’une même et seule personne. 

Un des gros travers des zèbres est justement le trop-plein d’empathie. Ils ressentent la douleur de leur interlocuteur à tel point qu’ils ont l’impression que c’est de leur faute. Et le problème c’est que cette empathie très forte peut faire mal. Ressentir la souffrance de l’autre et en plus se sentir responsable de cette souffrance n’est pas un sentiment très agréable. 

La conséquence de cela est que les zèbres peuvent avoir tendance à se protéger. Pour ne plus souffrir, ils vont être tentés de se couper de l’autre, de mettre une distance pour ne plus souffrir. Cela se passe en particulier en dehors des séances qui prennent une grande énergie chez les zèbres-thérapeutes. 

Le problème majeur de cela est ce que j’ai remarqué très souvent: le moment où le zèbre-thérapeute fait preuve du moins d’empathie est au moment de la vente de son service! 

Ce qui le pousse à se mettre à son compte et à devenir thérapeute, c’est à dire l’envie plus forte que tout d’aider les autres, est à l’origine de sa difficulté à vendre!! 

Mon conseil pour faire face à cette difficulté

Si tu es toi-même concerné par ce problème de manque d’empathie dans la phase de vente, je te conseille de lire le livre de Dale Carnegie, Comment se faire des amis

Ce grand classique du développement personnel (aussi utilisé dans les entreprises) t’explique comment chaque relation peut être basée sur le principe du gagnant-gagnant. Il montre que toute relation est basée sur les besoins et les gains de chacun qui doivent être respectés de manière équitable. 

Regardons le processus de vente selon cet angle. 

Si tu essaies de vendre ton service de coaching à 1000 euros à un client potentiel et que tu as peur de le faire, tu es connecté sur tes propres besoins. Tu oublies totalement le besoin de ton client potentiel d’accéder à la thérapie. Tu oublies que la thérapie que tu lui proposes à beaucoup plus de valeur que les 1000 euros qui vont te revenir

Donc si tu as du mal à vendre, je t’encourage à te concentrer sur les besoins de ton client. Reconnecte-toi à ton grand sens d’empathie. Tu te rendras compte que pour lui, c’est en fait beaucoup moins douloureux de te payer 1000 euros que de continuer à vivre avec ses problèmes! Tu as la solution pour l’aider et c’est ton devoir de lui apporter. Donc vendre, c’est prendre en considération la souffrance de ton client potentiel. 

Ne te concentre pas sur tes peurs, tes besoins. Concentre-toi sur les besoins et la valeur de ce que tu apportes à ton client. 

Si tu as besoin d’aide pour aller plus loin sur ce sujet , si tu sens que tu as du mal à vendre tes services ou produits, si pour toi vendre = souffrir, alors je t’encourage à prendre rendez-vous avec moi. Je t’aiderai à dépasser cette peur et cette souffrance pour te reconnecter à ton empathie si puissante et positive.

L’intelligence émotionnelle au travail

intelligence émotionnelle au travail

Le Covid, le télétravail, les possibles licenciements, rien ne va plus dans le monde du travail. Certains vont avoir tendance à se replier sur eux-mêmes alors qu’en fait il faut essayer de développer au maximum son intelligence émotionnelle. Que ce soit entre collègues, pour être un meilleur manager ou un bon dirigeant, tout le monde a intérêt à développer cette forme d’intelligence trop longtemps ignorée dans le monde du travail.

Les quatre éléments de l’intelligence émotionnelle

L’intelligence émotionnelle est composée de quatre éléments : la conscience de soi, l’autogestion, la conscience sociale et la gestion des relations. Connais-tu bien chacune de ces ressources ?

La conscience de soi

C’est la capacité de reconnaître tes émotions et leur impact tout en utilisant tes instincts pour guider tes décisions.

Par exemple: 

Peux-tu entrer dans une pièce, rencontrer un étranger, assister à une réunion et sentir rapidement que quelque chose n’est pas ce qu’il semble être ? Autrefois appelée “intuition“, cette connaissance instinctive est basée sur l’intelligence émotionnelle (je t’en parle dans mon article sur comment utiliser l’intuition pour développer ton entreprise)

L’autogestion

C’est la capacité de contrôler tes émotions et ton comportement et de t’adapter aux changements de circonstances.

Par exemple: 

Peux-tu maîtriser ta colère, ta déception ou ta peur afin que tes émotions n’interfèrent pas avec ta capacité d’écoute ou de résolution de problèmes ? Sais-tu quand tu as besoin d’aide, et peux-tu la demander ?

La conscience sociale

C’est la capacité de sentir, de comprendre et de réagir aux émotions des autres et de se sentir à l’aise en société

Par exemple:

Peux-tu dire quand tu mets involontairement une autre personne mal à l’aise ou quand une personne qui sourit est vraiment bouleversée ?

La gestion des relations

C’est la capacité d‘inspirer, d’influencer et d’établir des liens avec les autres et de gérer les conflits.

Par exemple:

Peux-tu rester calme, énergique et concentré face à la détresse d’une autre personne ou dans une situation bouleversante ? Peux-tu désamorcer un conflit avec humour ou en écoutant de façon convaincante le point de vue d’une autre personne ?

Pourquoi l’intelligence émotionnelle sur le lieu de travail est-elle importante ?

On a besoin d‘intelligence émotionnelle (aussi appelée QE pour quotient émotionnel) surtout là où on a le moins de chances de la trouver : au travail. Le lieu de travail reste le dernier bastion du culte du QI (Quotient intellectuel) car beaucoup de gens croient encore que l’obtention d’une intelligence émotionnelle interfère avec la productivité.

Au travail, on n’a pas les liens d’amour qui nous motivent à nous entendre avec les autres comme on le fait à la maison. On ne bénéficie pas d’une histoire commune pour aider à comprendre ce qui fait bouger ceux qui nous entourent. Il est donc d’autant plus important d’avoir un moyen de nous mettre à l’écoute de ce dont nos collègues ont besoin, ici et maintenant. C’est le pouvoir de l’empathie.

Utiliser ces éléments de ton QE peut t’aider à réussir et à résoudre des problèmes sur le lieu de travail. La politique de l’entreprise, les problèmes de moral et le manque de coopération ne doivent pas nécessairement ruiner ta vie professionnelle si tu sais lire et répondre aux sentiments des gens.

Comment se servir concrètement de l’intelligence émotionnelle?

Les psychologues savent depuis des années que les personnes travaillant ensemble sont plus efficaces et plus productives que le même nombre de personnes travaillant séparément. L’empathie nous encourage tous à travailler en coopération.

➡️ Si tu es un employé…

Tu peux  empêcher la formation d’une atmosphère toxique du genre “chacun pour soi” en proposant ton aide, en faisant des compromis quand une question est plus importante pour quelqu’un d’autre que pour toi-même, et en montrant simplement de l’intérêt pour le travail et la vie de chacun. Évite les commérages et les clans. Ces deux éléments créent des tensions et de la méfiance, sapent le moral et réduisent la productivité.

➡️ Si tu es le patron ou le manager…

Fais en sorte qu’il vaille la peine pour tes collaborateurs de s’appuyer et de s’entraider. Offre des primes ou d’autres incitations pour les réalisations collectives plutôt qu’individuelles. Par exemple, tu pourrais organiser des petits-déjeuners afin que ton groupe puisse se sentir libre d’établir un terrain d’entente. Tu peux mettre en place un programme de mentorat permettant de mettre en relation les nouveaux employés avec ceux qui ont le plus d’ancienneté. Utilise tes pouvoirs émotionnels pour compenser les faiblesses d’une personne par les forces d’une autre, et bientôt ils se tireront tous les uns les autres vers de nouveaux sommets.

Tout le monde a à gagner à utiliser l’intelligence émotionnelle au travail. 

Si malgré tout, ton niveau de stress ou d’insatisfaction avec ton travail reste le même, il est peut-être temps de changer. Je te propose d’y réfléchir en téléchargeant le cahier pour trouver ta mission de vie en 21 jours et ainsi retrouver ta sérénité.