Z comme zodiaque, le podcast de Mathilde Fachan

z comme zodiaque le podcast

 Peux-tu m’en dire un peu sur toi ? Qui es-tu ? Ton histoire, ton parcours ?

Je me nomme Mathilde et j’ai presque 30 ans. J’ai eu un parcours labyrinthesque et ce n’est pas près de s’arrêter ! Après avoir grandi en banlieue et passé un bac général, j’entre directement à Sciences-Po. Mon diplôme en poche, je commence à travailler en relations presse chez RFI et France 24. Réalisant (avec moult angoisse existentielle) que je m’ennuie, je quitte mon premier post pour passer un CAP Pâtisserie à 22 ans.
Après cinq ans à travailler comme pâtissière, j’ouvre le Politicafé à Paris 18, qui mélange restauration populaire et événements citoyens, associatifs et politiques.
En 2018, je lance le podcast Z comme Zodiaque qui traite d’astrologie moderne et bienveillante. Grâce à ma super communauté d’auditeurs.rices, je lance en décembre les événements Focus Pocus qui rendent l’ésotérisme accessible et accueillant. Et je m’apprête à publier un manuel interactif d’astrologie en printemps 2020 !
mathilde fachan z comme zodiaque

Quelles sont tes frustrations, indignations dans cette vie ?

Elles sont nombreuses ! Les rapports de force déséquilibrés entre quelques puissants avides d’un côté, et la masse des foules de l’autre. L’aveuglement et la dissonance cognitive qui nous frappe collectivement quant aux ressources naturelles et à notre recherche de sens en tant qu’humanité. La lenteur et la résistance avec laquelle nous prenons conscience des injustices terribles qui frappent les « minorités » et avec laquelle nous les affrontons. La difficulté d’entreprendre sans argent et sans pouvoir. Actuellement, je suis particulièrement outrée par le sort fait aux petits commerces, tant à l’échelle institutionnelle (qui favorise les gros sous et étrangle les petites structures qui font le tissu social), qu’à l’échelle du quotidien. Si beaucoup de gens sont adorables, nombreux sont ceux qui désirent tout, tout de suite, tout en défendant une consommation plus équitable et plus saine… l’effort de pédagogie est constant ! Prendre du temps pour pratiquer l’astrologie, analyser les enjeux au lieu de me précipiter instinctivement, c’est un acte de résistance à l’hyperactivité ambiante.

A ton sens, quelle est ta mission ? Quel est le but de ta vie ? Ton ‘Pourquoi’

Ma quête est une quête de sens et d’équilibre. Depuis mon bore-out en relations presse, j’ai compris que je devais impérativement trouver une signification à mon temps passé sur Terre : il est d’autant plus précieux que je n’ai aucune idée de sa jauge ! « Essayer de vivre en réussissant à se regarder dans le miroir », c’est déjà tout un programme. La découverte du « haut potentiel » (à la même époque) m’a permis d’accepter mon hypersensibilité et mon désir d’être fidèle à mes pensées et à mes émotions : c’est cette soit-disant « faiblesse » qui fera sûrement ma richesse (au moins intérieure à défaut d’être pécuniaire) Veiller à rester à peu près intègre et préserver ma soif de connexions en voyant où ça me mène : voilà comment j’essaie de traverser l’existence !

Quel a été ton déclic ? Ce qui t’a poussé à démarrer ce projet ?

Pour Z comme Zodiaque, à la fois des ami.e.s me disaient que je devrais commencer un blog ou un podcast car apparemment « j’expliquais bien ces machins astrologiques », et en même temps je commençais à être frustrée de ne pas trouver le contenu qui me convenait. Soit on était dans les meme et l’humour pur, soit on était sur un registre ésotérique que je ne considérais pas assez concret pour moi. J’avais envie de ramener de l’intellectualisation et de la nuance au milieu de références pop cultures, et réciproquement.

Comment s’organise ton quotidien pour réaliser cette mission ?

Difficilement car je suis mobilisée 6 jours / 7 au café ! Paradoxalement, pour que Z reste un plaisir, j’ai pour la première fois de ma vie décider de ne rien annoncer : pas de rythme, pas de calendrier. Au final, j’ai à peu près respecté le même rythme tout au long de l’année ! J’ai aussi adopté (ENFIN, car je suis de nature perfectionniste) le fameux proverbe « mieux vaut fait que parfait », qui me faisait hausser les yeux au ciel auparavant mais que j’ai été contrainte de faire mien car je n’avais pas le choix !

Quelles actions as-tu mise en place pour démarrer Z comme Zodiaque ?

Un micro, un logiciel de montage, un compte soundcloud, un compte instagram, et zou ! Je sais que le montage sonore est désastreux pour des oreilles professionnelles mais mon contenu est mis à disposition gratuitement et j’avais zéro compétence en commençant (j’en ai zéro virgule cinq désormais ?), zéro contact qui pouvait m’aider à ce sujet… compte tenu de ça, je m’en sors pas si mal !

Quelles compétences utiles avais-tu avant de démarrer ton activité ?

Mon goût de l’astrologie ! Et mon désir de partager ma passion.

Qu’as-tu appris en démarrant cette aventure ?

Que je n’avais pas besoin de souffrir et de me priver pour réussir quelque chose !

Quel conseil aimerais-tu donner à une autre femme qui n’ose pas se lancer ?

Qu’il y a forcément, au moins, UNE personne qui sera heureuse de découvrir son contenu ou de bénéficier son service. Si c’est utile à une personne, alors on a gagné ! Et aussi, qu’on devient forgeron en forgeant !

Merci Mathilde, on peut retrouver Z comme zodiaque sur Instagram et sur les plateformes de podcast.

Instagram & Podcast

Laurence Luyé-Tanet

laurence luye-tanet

Aujourd’hui on rencontre Laurence Luyé-Tanet, auteur de 14 livres de développement personnel dans cette interview Youtube.

Bonjour Laurence, pouvez-vous m’en dire un peu sur vous et votre parcours ?

A l’âge de 11 ans, j’ai entendu le mot yoga pour la première fois et je voulais en faire bien que je ne sache pas du tout ce que c’était. Toujours à 11 ans, je pratiquais aussi la méditation, sans savoir ce que c’était. Je faisais du judo et à la fin du cours, au moment du salut, le professeur nous faisait prendre quelques minutes pour nous recentrer sur notre respiration. J’adorais ce moment, je ne savais pas que c’était les bases du zen.

A l’âge de 17 ans, alors que j’avais du mal à me remettre de ma rupture avec mon « Prince charmant » j’ai commencé le yoga. Je suis devenue moins anxieuse, mieux dans ma tête. En plus j’étais sportive, souple, donc j’adorais les postures compliquées.

A 24 ans j’ai commencé à me former pour devenir prof de yoga. C’est un peu comme une boule de neige. J’ai appris à me connaître grâce au yoga et à la méditation, puis à la psychothérapie que j’ai entreprise dès l’âge de 23 ans. Je découvrais qu’en apprenant à se connaître, on avait un regard différent sur sa vie, tout devenait plus léger, plus lumineux et j’avais envie que tout le monde fasse pareil. Donc, j’étais en thérapie depuis déjà plusieurs années quand j’ai commencé à demander comment on devenait psychothérapeute.

Je voulais changer le monde à l’époque et ma thérapeute m’a bien expliqué, qu’auparavant, c’était moi que je devais changer. Puis tout s’est enchaîné lorsque je suis devenue professeur de yoga. Cela m’a amenée à me former en psychologie et à exercer en tant que psychothérapeute. Pédagogue dans l’âme, j’ai été formatrice pendant une vingtaine d’années, plus particulièrement pour permettre aux personnes d’apprendre à faire face à leur stress, à gérer leurs émotions, à gérer les conflits.

Je suis beaucoup intervenue dans le milieu médico-social, en école d’infirmières, auprès de personnes handicapées physiques et mentales, auprès d’anciens drogués en réinsertion, pour l’association D.e.s France (les filles Distilbènes), j’ai été chargée de cours à l’Université de Tours dans le cadre du Dufra pour la gestion des groupes.

Aujourd’hui j’accompagne les personnes spécifiquement en coaching de transformation et en business coaching. Je m’appuie non seulement sur mes formations, sur ma connaissance approfondie de l’être humain et des processus de transformation. Je suis auteur de nombreux livres en développement personnel et bien être émotionnel.

J’ai horreur de me définir, de m’enfermer avec des étiquettes car cela me semble opposé à ce que je fais: aider les personnes à exprimer leur plein potentiel et à sortir de leur enfermement.

Quelles sont vos frustrations, indignations dans cette vie ?

Rester avec ses frustrations me semble contre-productif. Nos frustrations nous indiquent que nous devons regarder ce à quoi nous aspirons et aller dans ce sens. Frustrations et aspirations sont deux signes qui nous indiquent notre voie juste.
S’indigner, c’est bien, mais je pense que l’action est beaucoup plus porteuse. Souvenons-nous de ce que Mère Térésa disait : « ne me demandez pas de lutter contre la guerre, demandez-moi plutôt ce que je fais pour la paix ».

Quel est votre pourquoi dans cette vie ?

Mon pourquoi? Je constate que très peu de personnes se connaissent. Beaucoup se déterminent en fonction de ce qu’on a dit d’elles, de ce qu’elles ont vécu et passent leur vie à côté de qui elles sont vraiment, ce qui les empêche d’être vraiment heureuses et de se réaliser.

Donc « ma mission », c’est d’apprendre aux personnes à se connaître sur les différents plans et de (re)donner du sens à leur vie et aussi à découvrir et réaliser leurs rêves. Et cela je le fais que ça soit pour les particuliers ou les entreprises.

Bien sûr, pour les entreprises, réaliser ses rêves, c’est retrouver du sens, retrouver du pourquoi, avoir une vision, s’ouvrir à autre chose qu’une simple stratégie de résultats. L’humain est au coeur de l’entreprise, c’est ce que je valorise et c’est pour ça que j’ai créée l’Awakened Business Concept.

Nous vivons une période de mutation profonde où l’apparente crise cache une transformation de valeurs, un besoin de sens, une remise en place de l’humain. Courir derrière l’argent, c’est prendre le problème à l’envers. L’argent que l’on gagne est la conséquence de notre dynamique et vient en échange de quelque chose que nous engageons de nous. Quelle est cette dynamique que nous portons et comment la portons-nous dans le monde? Elle doit, à mon sens, s’appuyer sur une notion de service.

Les gens ne peuvent plus vivre désabusés, désanimés. Comme je le dis dans mon livre « Ne crains pas que ta vie prenne fin un jour, mais plutôt qu’elle n’ait jamais commencé » (éditions Dunod), toute la question est de savoir : contre quoi échangeons-nous notre vie? On peut traîner son insatisfaction toute sa vie ou agir en allant dans le sens de ce que l’on souhaite. Nous sommes les seuls responsables de notre vie.

Je suis absolument persuadée que notre histoire ne nous détermine pas, que nous sommes beaucoup plus que notre histoire. Nous sommes des êtres humains et non pas des faires humains. C’est à nous de faire le pas. L’océan est composé de toutes les gouttes d’eau. Chacun de nous est une goutte d’eau dans l’océan de l’humanité.

Quel a été votre déclic ?

Cela fait 30 ans que j’accompagne les personnes. J’ai toujours été dans le domaine du développement personnel. Très tôt, vers 23 – 24 ans, je voulais être professeur de yoga. Je me suis formée pour devenir professeur de yoga. Lorsque je me suis installée il y a une trentaine d’années, je me suis très vite aperçue que la demande des élèves dépassait le cadre du yoga. Leur demande de gestion du stress relevait en réalité d’un accompagnement thérapeutique.

Je me suis donc formée en tant que psychothérapeute pendant plusieurs années. Je suis jungienne. J’ai exercé en tant que psychothérapeute jungienne et à médiation corporelle pendant environ 22 ans mais je ne me reconnaissais plus dans cette approche.

Il y a quelques années, c’est aux Usa que j’ai rencontré d’autres approches, en particulier le travail sur les schémas de pensée, sur les processus de transformation. J’ai vraiment été passionnée. Je me suis alors formée avec les experts dans ce domaine aux Etats Unis.

Aujourd’hui, la demande des personnes s’exprime toujours en termes de « stress », mais ce que je constate, autant auprès des particuliers que des entreprises, c’est qu’il y a un profond manque de sens à leur vie et à ce qu’ils font. Et c’est là que j’interviens.

Aujourd’hui, j’accompagne les personnes en leur donnant les clés pour devenir autonomes, pour changer leur vie, parce que je crois en elles. Nous avons tout en nous pour réussir notre vie mais comme nous ne nous connaissons pas, nous passons à côté. Bien sûr, ça demande de prendre du temps parce que je n’ai pas de baguette magique à leur donner. Mais le jeu en vaut la chandelle.

Comment s’organise votre quotidien pour réaliser cette mission ?

Chacune de mes journées est différente selon que je suis en train d’écrire un livre, de préparer une conférence, que j’ai mes rendez-vous de coaching, que je prépare les programmes que je propose en ligne…

Je gère parfaitement mon temps, je suis autonome et c’est ce qui me convient. J’ai une vision dans le temps de ce que je souhaite développer, tout en sachant laisser une place à l’inattendu.

Mais j’ai un secret que je vais partager.

  • Chaque jour, je commence ma journée avec la méditation et/ou du yoga.
  • Chaque soir, je revois ce que j’ai fait de ma journée pour transformer ce qui ne me convient pas.
    La spiritualité est mon fil rouge (elle n’a rien à voir avec la religion). Je suis les pieds sur terre et la tête dans les étoiles. J’écoute mon intuition qui est très forte.

Quelles actions avez-vous mise en place pour démarrer ?

Comme je l’ai dit précédemment, j’écoute mon intuition qui est très forte. Ce que j’aimerais dire, c’est que nous ne savons pas écouter notre intuition. Or, toutes les personnes qui ont réalisé de grandes choses, toutes ont connu des peurs qu’elles n’ont pas ignorées, mais qu’elles ont laissé à leur juste place et toutes ont écouté leur intuition.

Quelles compétences utiles aviez-vous avant de démarrer cette activité ?

Je suis une personne organisée. Je suis autonome. Je suis persévérante. Autant de qualités qui mon aidé dans mon activité libérale depuis 30 ans et dans mon métier d’auteure.

Qu’avez-vous appris en démarrant cette aventure ?

De manière incontestable, j’ai appris comment fonctionnaient les relations humaines. Si ma formation de psy m’a donné une formation théorique dans le domaine, les centaines et centaines de personnes que j’ai accompagnées m’ont permis d’en apprendre énormément. Que ce soient les relations de soi avec soi ou avec les autres, les relations sont au coeur de tout, tant au niveau personnel que professionnel. Comprendre ce qui se passe dans une relation est une ressource incontestable pour dénouer bien des problèmes.

Quel conseil donner à une autre femme qui n’ose pas se lancer ?

Personnellement, j’adore accompagner les personnes au niveau professionnel. J’ai rencontré pas mal de femmes qui n’arrivaient pas à savoir ce qu’elles voulaient faire. En fait, elles restaient planquées derrière leur histoire.

C’est la première étape : se désidentifier de son histoire et oser cheminer vers ses désirs. J’ai été formée au mentoring et j’ai un mentor à qui je dois beaucoup. Je pense qu’il est très important d’avoir cette personne qui croit en vous, qui, même si vous perdez votre objectif, sait garder la vision pour vous parce qu’elle croit en vous, qu’elle ne regarde pas vos limites (ça vous savez faire toute seule), mais vos possibilités. Bien sûr il y a des moments de doutes, mais c’est humain.

Savoir revenir à ce qui nous anime, à ces rêves que nous portons (femmes et hommes) c’est le lien vers notre âme, vers notre santé. Ensuite notre business, c’est de se mettre en marche vers ça. Le comment ça va se faire ne nous appartient pas, ça c’est le business de l’Univers, nous, le nôtre, c’est d’avancer. Comme je le dis dans mon livre « Ne crains pas que ta vie prenne fin un jour, mais plutôt qu’elle n’ait jamais commencé« , nous attendons d’avoir l’argent, le temps, … pour commencer. Nous prenons le problème à l’envers.

 

 

Merci beaucoup Laurence Luyé-Tanet pour cet échange

On peut retrouver Laurence Luyé-Tanet sur son site : www.laurenceluye-tanet.com

 

livre 25 femmes inspirantes

7 idées de tunnel de conversion pour faire des ventes en ligne

tunnel de conversion

Dans l’épisode d’aujourd’hui j’ai décidé de te partager quelques idées de tunnel de conversion pour attirer du trafic sur ton blog et vendre tes produits en ligne. C’est une question très importante qu’on aborde dans la formation Création d’Entreprise et en coaching individuel. Et je me rend compte que plus je répète, plus on a de chance de se familiariser avec le concept pas si naturel que ça. 

Qu’est-ce qu’un tunnel de conversion ?

* Sur internet

C’est le parcours de l’internaute entre le moment où il ignore tout de toi et de ton métier … et le moment où il achète ton premier produit. Il passe par les stades de :

  • Cible ou Suspect : on suspecte qu’il peut être intéressé par nos services
  • Prospect : il a fair une action pour confirmer son intérêt pour ce que l’on propose
  • Client : il a effectivement acheté le produit et confirme la confiance qu’il place en nous.

* Dans une boutique

Cela peut être la période entre le passage d’un suspect dans ma rue commerçante, la vitrine, l’offre pour les soldes et le passage à la caisse.

* Dans le B2B

C’est quand un professionnel ignore l’existence d’un tel service pour les professionnels, qu’il te donne sa carte de visite avec son numéro de téléphone. Tu lui propose un rendez-vous de recueil du besoin, un devis, une négociation et un rendez-vous pour conclure la vente.

tunnels de conversion

 

7 exemples de tunnel de conversion

  • Créer un communauté facebook engagée. Faire un live Facebook par semaine pour partager du contenu qualitatif et utiliser ce média pour faire la promotion d’un produit.
  • Proposer un livre blanc pour apprendre quelque chose d’utile à ton avatar. En échange d’une adresse email où l’on envoi des offres produit ou des informations sur le lancement de nouvelles offres.
  • Utiliser le SEO pour diriger l’internaute depuis les moteurs de recherche (Google, Pinterest) vers des articles de blog qualitatifs qui vendent une expertise et redirigent vers un produit.
  • Tisser des partenariat avec des marques ou des entrepreneurs pour augmenter ta visibilité et attirer sur ton site internet qui sait convertir automatiquement.
  • Proposer à tes clients de diffuser un code de parrainage partagé pour recommander tes services à leurs cercles.
  • Se faire interviewé sur un média qui partage ta cible pour parler de ton produit.
  • Lancer une chaîne de vidéo ou de podcast pour montrer ton expertise et

https://youtu.be/8WMtD4uOzdY

 

Tu veux aller plus loin, pousser ta stratégie webmarketing et optimiser tes ventes sur internet avec un groupe d’entrepreneurs comme toi ? Rejoins la formation Création d’entreprise. On démarre en Septembre !

planning editorial

Equitalliance l’école de comportementaliste équin créé par Coralie Fournier

equitalliance

Peux-tu m’en dire un peu sur toi ? Qui es-tu ? Ton histoire, ton parcours avant de créer Equitalliance ?

Je suis une personne altruiste, spontanée, courageuse, parfois un peu décalée mais plus je vieillis, plus je m’autorise à être qui je suis, plus je suis heureuse et en phase avec les gens qui m’entoure !

Actuellement formatrice en comportement équin,  j’ai créé Equitalliance sur mon concept personnel en 2004 et écrit un livre « comportementaliste équin – innovation » en 2018. (Disponible en i-book et en version papier ICI )

J’accompagne aujourd’hui les cavaliers à réussir leur relations de confiance avec leurs chevaux et ainsi dépasser ensemble leurs limites grâce à ce concept.

Je forme aussi, des personnes évoluant dans le milieu équestre souhaitant devenir à leurs tour « Comportementaliste équin », au travers de ma formation en continue d’un an.

Dans un futur proche, je formerais des formateurs au concept Equitalliance.

Concernant ma vie plus personnelle, je suis une entrepreneuse dans l’âme et ma passion me guide dans mes rencontres et projets.

Cela implique une certaine forme de liberté d’esprit qui se retrouve dans mes relations amoureuses.

Je partage depuis deux ans ma vie avec un homme au fonctionnement et qualités relevant de sa douance (HPE/HPI).

coralie

A travers lui, j’ai découvert mes fonctionnements et nous nous complétons réciproquement dans tous nos projets personnels et professionnels.

Observer Julien au quotidien m’a permis d’analyser mes fonctionnements. Aujourd’hui, je comprend les raisons qui nous unissent. Nous fonctionnons de manière similaire et sommes tous deux sensible au bonheur de l’autre. Cette empathie extrême nous unis et me laisse à penser que je suis également HPE sans le savoir.

Je ne peux qu’encourager les femmes et hommes de tester cette merveilleuses expérience qui apporte courage et audace dans tous mes projets.

Quelles sont tes frustrations, indignations dans cette vie ?

Je peux dire aujourd’hui que j’ai trouvée une « forme d’équilibre ».

Par le passé, j’ai ressenti beaucoup de colère et d’incompréhension face aux réactions de mon entourage.

Le temps et l’expérience m’a permis de comprendre le fonctionnement des gens.

Cela est passé par un travaille personnel et sur l’acceptation des épreuves que me présentent la vie. Je perçois aujourd’hui chacune des expériences comme des étapes utiles à mon évolution personnelle.

equitaliance

A ton sens, quelle est ta mission ? Quel est le but de ta vie ? Ton ‘Pourquoi’

Je sais que je suis ici pour aider les gens à trouver leurs voie et à se « connecter » à eux même grâce aux chevaux. J’ai eu cette info en 1997 en Angleterre lors d’une méditation sous un gros chêne !

Quel a été ton déclic ? Ce qui t’a poussé à démarrer ce projet ? 

Je me suis reconnu dans une de tes vidéos et j’ai vu que tu interviewais des femmes « inspirantes » .  J’ai 99% de femmes qui viennent se former avec moi au comportement équin.  Elles sont pour la plupart en reconversion professionnelle car elle sont passé à côté de leurs rêves jusqu’à maintenant. Je me dit que j’ai beaucoup de chance d’avoir dit « non » à une vie classique, d’avoir suivit mon instinct qui m’a amené à faire MA vie et non celle que la société et mes amis et ma famille aurais voulu pour moi.

J’observe tous les jours, que je suis inspirante pour beaucoup d’entre elles, et cela me fais tellement plaisir !!

Comment s’organise ton quotidien pour réaliser cette mission ?

Mon quotidien mensuel :

– 8 jours de formation en présentielle avec mes élèves,

– 2 accompagnements individuels en tant que comportementaliste équin,

– le reste du temps j’alterne les communications animales, les séances en acupuncture, kinésiologie, soins énergétiques à distance et l’administratif (Marketing, suivit de formation pour Equitalliance….).

Quelles actions as-tu mise en place pour démarrer ?

Il y a quinze ans, j’ai débuté par la création de flyers, d’un site internet et j’ai démarché les prospects autour de mon lieu d’habitation.

Actuellement avec la mise en place des réseaux sociaux  tout est différant. Mes nouvelles actions efficaces sont :

  • Publication facebook,
  • Référencement de mon site web
  • Automatisation des processus administratifs pour plus d’efficacité.
  • M’entourer des personnes aux compétences utiles au développement d’ Equitalliance

Depuis 2004 date à laquelle j’ai créé Equitalliance, il y a eu de multiples changements, c’est d’ailleurs ce qui fait la richesse de travailler pour soi, on peux faire évoluer son business à notre propre rythme.

Quelles compétences utiles avais-tu avant de démarrer ton activité ?

Ex gérante d’un centre équestre à Saint Barthélémy (97), j’avais un monitorat d’équitation en poche, pratiquais du Qi Gong et des soins énergétiques.

Avant de démarrer mon projet, j’ai suivi une formation intensive au États-Unis pour approfondir mes connaissances en « Horse Man Ship ». Cette période m’a permis de rencontrer John LYONS la référence dans le domaine. (Mon approche à beaucoup évoluée depuis)

Mes compétences commerciales et ma pugnacité sont quand-à elles le résultats de plusieurs années d’expériences. J’ai été déléguée médicale, Gentils Organisatrice au Club Med et j’ai pratiqué la  compétition en ski alpin et en équitation.

 

Qu’as-tu appris en démarrant cette aventure ?

Faire de ma passion mon métier est la chose la plus riche qui me soit arrivée.

Cela m’a conforté dans mes décisions et rappelé que j’ai eu raison de me rebeller contre les croyances de notre société. J’ai eu raison d’oser faire ce que j’avais dans les trips.

Quel conseil aimerais-tu donner à une autre femme qui n’ose pas se lancer ?

Je lui dirais de s’écouter, d’oser pour enfin s’épanouir

Je vois beaucoup de femmes dans mes formations qui sont en reconversion à 40 ans voir plus, il est difficile de tout retransformer …. Elles le disent elle-même, « si j’avais su…je me serais écouté plus tôt, cela aurais donné un sens à ma vie plus rapidement ! »

Je dirais donc « : « Alors foncez, c’est un merveilleux cadeau que vous vous faites à vous-même »

Merci beaucoup Coralie Fournier pour cet échange, on peut te retrouver sur ton site www.equitalliance.fr

livre 25 femmes inspirantes

Comment travailler sur internet et créer ton entreprise en ligne ?

travailler sur internet

J’accompagne de plus en plus d’entrepreneurs et porteurs de projets dans leur création d’entreprise. Certains veulent travailler sur internet à leur compte pour une plus grande liberté dans l’organisation de leur emploi du temps. D’autres veulent bosser d’où ils veulent, ou encore choisir leurs clients. Quelque soit le motif qui te pousser à vouloir travailler sur internet, voici quelques conseils pour bien démarrer.

https://youtu.be/IpGuoMtChMU

De combien de temps tu disposes ?

En France on est chanceux, on a souvent la possibilité dans un parcours de reconversion professionnelle de bénéficier des aides Pôle Emploi ou autres aides à la création d’entreprise. Du coup certains entrepreneurs sont oins pressés que d’autres pour rentabiliser leur affaire. mais attention, c’est une question qui reste cruciale pour pérenniser ton projet.

Tu peux fédérer rapidement une communauté autours d’un produit par le crowdfunding pour vivre de ton activité et ensuite te dédier à 100% à ce produit.

Tu peux aussi créer lentement une communauté en publiant du contenu gratuitement pendant plusieurs mois avant de leur proposer des services payants. C’est toi qui choisis ce qui te ressemble le plus.

Quel produit veux-tu proposer ?

Ici encore, deux possibilités pour proposer tes produits en ligne. Tu peux soit avoir une idée bien précise du produit que tu souhaites vendre sur internet, et créer ensuite du contenu gratuit pour fédérer ta communauté autours de ce produit. (Tu as lu mon article sur la création de Podcast ?)

Tu peux sinon commencer à créer du contenu à partir de qui tu es. Et petit à petit en faisant connaissance avec ta communauté et ses besoins, concevoir un produit sur mesure pour y répondre. (Je sens que les multipotentiels sont soulagés là)

2 conseils pour gagner du temps

Comprendre qui tu es, ta valeur ajoutée et ta mission de vie. Cela va t’aider à aller droit au but dans ton partage de contenu. Pour cela tu peux suivre mon programme gratuit de 21 jours pour trouver ta mission de vie.

Une fois que tu connais ta valeur ajoutée, tu peux définir ton personna (ou ton avatar). C’est comme ça qu’on appelle ton client type. Plus ton personna est définit et précis, plus ton discours sera impactant.

Quel système veux-tu créer pour travailler sur internet ?

  • Créer des produits digitaux sur étagère que tu vend à ta communauté.
  • Vendre ton temps à des membres de ta communauté
  • Vendre des produits aux entreprises (BtoB) ou aux particuliers (BtoC) ?
  • Ou alors tu as peut-être envie de vendre tes services à une entreprise qui a pour client des particuliers (BtoBtoC)

Trouve ton équilibre financier. Essaie de répartir ton activité sur plusieurs clients ou projets afin de rendre ton travail sur internet plus pérenne.

 

travailler sur internet

 

Alors ? Envie de lancer ton projet et travailler sur internet ?

Rejoins la formation qui démarre pour toi aussi créer ton entreprise en ligne.

planning editorial