Pourquoi notre intention est-elle si importante ?

intention

Bonjour et bienvenu à nouveau sur ce blog de l’économie intuitive. Tout au long de ces articles nous cherchons et modélisons les idées qui jaïssent et se transforment pour faire naître cette nouvelle société dans laquelle nous arrivons. Aujourd’hui nous parlerons de l’intention. Quel est-elle ? A quoi sert-elle ? Et pourquoi est-elle plus important aujourd’hui que jamais ?

Qu’est-ce que l’intention ?

L’intention c’est ce mouvement de volonté qui né en nous avant de se matérialiser en action. C’est l’action qui est encore dans l’invisible et qui s’apprête à devenir visible. C’est le moteur qui nous pousse à concrétiser une idée. L’intention est le résultat que l’on souhaites obtenir en réalisant cette action. C’est une notion intimement liée à notre POURQUOI, ainsi qu’à notre mission de vie.

Pourquoi cherche-t-on à comprendre l’intention de l’autre ?

Si on t’a déjà proposé plusieurs fois de participer à un projet, si tu traine souvent dans des cercles d’entrepreneurs qui ont mille idée à la minutes et qui essayent sans arrêt de t’inclure dans un projet … alors tu vois de quoi je parle.

Quand on te parle d’un nouveau super projet, tu écoute attentivement l’autre tout en essayant de faire le tri et de trouver l’information qui t’intéresse.

En effet, tu veux comprendre POURQUOI cette personne veut ton aide. Qu’est-ce qu’elle veut de toi, où elle veut aller et l’objectif qu’elle souhaites atteindre. Tant que ces idées là ne sont pas claires, tu ne lui donnera pas ton accords pour continuer à collaborer.

C’est pour cela que comprendre l’intention de l’autre est nécessaire pour accorder notre confiance et décider de nous impliquer avec lui. Quelque soit ton rôle : client, partenaire, collaborateur, fournisseur; tu as besoin de comprendre où il va.

Comment voit-on l’intention des autres ?

L’intention, même si elle n’est pas toujours verbalisée, transparait dans les actions de chacun d’entre nous. Elle est le fil conducteur de chaque gestes que nous réalisons en lien avec celle ci.

On peut détecter les traces de mon intention dans la façon dont je fais les choses. Si je coupe une carotte pour la manger cru, je la couperai différemment que si je la coupais pour la faire revenir à la poêle, ou dans une soupe, ou en faire une sculpture artistique. Mais dans tous les cas, je suis en train de couper une carotte. Le COMMENT est déterminé par mon intention.

https://youtu.be/rtRu3rxWIpQ

Comment utiliser mon intention pour créer ?

Le pouvoir de l’intention est une grande source d’énergie créatrice. Au moment où nous avons rassemblé notre intention, 50% du travail est déjà fait. Pourtant rien n’est encore visible, et nous ne sommes pas encore passé à l’action. Mais si l’intention est là, l’énergie pour créer cette tâche est générée. C’est avec cette énergie que naît l’action.

Alors, quelle est ton intention ?

As-tu déjà identifié ce qui te motive à créer ton projet de vie ? As-tu besoin d’aide pour mieux ciblée ton projet ? Réserve ta séance de coaching avec moi :

Quel avenir pour le travail ? #futurofwork Episode 1

quel avenir pour le travail

J’ai eu la chance la semaine dernière de participer à un grand congrès international sur l’avenir pour le travail à l’ère du digital. En quelques mots, voici le résumé de ma réflexion à ce jour sur cette question.

Désacraliser l’emploi

Ces 70 dernières années ont connu l’explosion de la classe moyenne, des cadres surdiplômés et sous-payés. Le statut de cadre n’est plus celui qu’il était. Ils sont moins bien payés, rarement en CDI et de plus en plus nombreux. Alors quelle valeur donne-t-on au statut de cadre de nos jours ? Pour quelles raisons embaucher un cadre en CDD plutôt qu’en CDI ?

Nous sommes toujours attachés à la valeur du CDI. Aujourd’hui à Paris il est impossible de se loger sans CDI et encore moins avec un SMIC. Mais de moins en moins de travailleurs ont la possibilité d’accéder à ce graal.

Gig Economy

L’économie des petits emplois. On passe d’une génération qui garde le même métier dans la même entreprise toute sa vie, à une génération qui va faire plusieurs métiers en même temps dans plusieurs entreprises différentes. On appelle cela les slasheurs, ces professionnels qui cumulent les statuts.

Il n’est plus si étonnant de voir un prof / photographe / chauffeur. Cumuler plusieurs petit jobs simultanément, alors qu’ils ne requièrent pas les mêmes compétences, semble naturel. De plus en plus d’artistes choisissent d’adopter un job alimentaire pour pouvoir continuer à exercer leur créativité.

L’enchaînement au progrès

Chaque génération d’humain se sent investit de la mission de se sacrifier un peu pour améliorer le confort des générations suivantes. Mais en faisant cela, nous sacrifions notre liberté pendant améliorer l’avenir pour le travail.

Alors à ton avis quel avenir peut-on imaginer pour l’emploi ?

 

Les énergies de la rentrée : Un choix en septembre

rentrée

 

Cette rentrée n’est pas banale. On a un  peu du mal à s’y mettre, pas facile émotionnellement. On se sent encore secoué, comme cet été. Ces dernières semaines, on a fait face à nos histoires du passé pour faire un tri, et passer à autre chose. L’énergie des éclipses nous aide à boucler un cycle et démarrer une nouvelle phase.

On profites de ces énergies du moment pour réajuster nos objectifs professionnels. On élimine des choses qui ne sont plus alignées avec notre chemin. On recentre notre énergie sur l’essentiel. On prend le temps de la réflexion avant de passer à l’action.

Suite à ces énergies, nous attend une fin septembre pour continuer le travail. On réévalue nos libertés personnelles. On travaille notre relation victime / sauveur. A quel point a-t-on encore envie d’être dépendant de nos relations ? de nos conjoints ?

Qui m’a mis dans cette relation victime ? Où se trouve ma liberté et mon libre arbitre ? Comment éviter de me retrouver à nouveau dans de telles situations ? Quelles actions sont possibles pour remédier à cette situation insatisfaisante ?

La femme en nous se réveille. Nous avons également besoin de rééquilibrer nos énergies féminines et masculines. Les couples sont secoués par ces femmes qui évoluent et se transforment. Elles reprennent leurs places, réajustent certains schémas relationnels. Leur comportement remet en question la place des hommes.

Nous sommes dans une période de changement, de choix.
Beaucoup de ruptures, de déménagements.
Nous sommes en peine transition.
Nous préparons un nouveau départ, le début d’une nouvelle aventure.

50 métiers de Digital Nomade

métiers de digital nomade

Pourquoi avons-nous envie de trouver des métiers de digital nomade ? Si tu as visionné le film En Quête De Sens, tu as entendu Satish Kumar expliquer que pour lui le meilleur conseil qu’il donne aux étudiants est « A la sortie de l’Université, ne cherches pas un emploi. Mais crée un emploi et un mode de vie qui te permette de gagner de l’argent« . Il explique que pour lui, accepter de travailler pour quelqu’un d’autre, c’est accepter de devenir un outil qui permet à l’autre de se faire de l’argent.

métiers de digital nomade

Un digital nomade est une personne qui peut travailler depuis n’importe quel lieux, en voyageant.

Personnellement j’ai choisis de créer mon propre métier, et de pouvoir l’exercer de n’importe quelle destination dans le monde à partir du moment où j’ai partiellement une connexion internet. En effet, j’ai créé un système dans lequel je gagne de l’argent grâce à des revenus passifs et actifs. Je travaille de façon synchrone (lors de séances de coaching individuelles et en groupe) aussi bien qu’asynchrone (quand je produit du contenu pour alimenter mon système). On se demande souvent quels sont les métiers de digital nomade que l’on peut exercer avec nos compétences.

La vrai question reste de trouver quel est le réel message que l’on souhaites passer. Ensuite le choix des métiers de digital nomade, c’est une simple question de concrétisation du rêve. Le métier représente simplement le Quoi et le Comment. Si tu as besoin d’aide pour bien définir ton Pourquoi, Quoi et Comment, je propose un parcours intensif de coaching individuel. Mais considérons que ton Pourquoi est déjà bien clair et passons sans plus tarder à quelques idées pour définir tes métiers de digital nomade.

50 idées de métiers de digital nomade

  1. Assistant virtuel : Tu proposes tes services en ligne pour répondre aux mails d’un entrepreneur, faire son travail administratif, réserver des avions, écrire des articles de blog ou service après-vente.
  2. Prof de langue en ligne : En visioconférence, par téléphone ou via chat écrit. Ca marche aussi pour prof de maths, chimie, …
  3. Prof sur Udemy, Khan academy ou autre plateforme de formation en ligne. Tu crée du contenu une fois, et tu vends ton programme.
  4. Dropshiping : créer un site pour une marque qui fabrique un produit et s’occuper de leur promotion en ligne. La marque s’occupe des livraisons et toi de la vente en ligne.
  5. Vlogger et Youtubeur : Après quelques mois / années, tu arrives à monétiser tes vidéos ou vendre tes services / produits grâce à l’audience que tu t’es créé.
  6. Blogger : Tu utilises l’audience que tu as construite pour la monétiser grâce à la publicité, aux partenariats ou à tes propres produits / services.
  7. Copywritter : écrire des newsletter de vente, des articles de blogs pour des tiers, écrire des ebooks ou livres blancs sur demande.
  8. Vendre tes produits artisanaux sur Etsy ou ta propre boutique en ligne.
  9. Auteur de livres, ebooks, sur Kindle, Amazon ou autre plateforme.
  10. Graphiste : Créer l’identité visuelle pour des clients ne nécessite pas forcément d’un contact physique.
  11. Développeur Web : Un métier très demandé. Si tu as déjà ces compétences, tu n’es sûrement pas en train de lire cet article, tu te poses plutôt la question de la destination où partir travailler.
  12. Coach de vie : Aider tes clients à trouver uns solution dans leur vie autours de différents sujets comme la reconversion professionnelle, les relations de couple, l’organisation, la santé, l’identité visuelle, le relooking …
  13. Prof de yoga
  14. Télétravailleur : Tu gardes ton CDI dans une entreprise classique, mais tu négocie avec ton patron de pouvoir travailler à distance. Je l’ai fait personnellement pendant un an depuis l’italie. La plus part des clients n’y ont vu que du feu.
  15. Réseaux sociaux : Gérer ton propre compte en ligne pour vendre tes services
  16. Community manager : Animer la communauté en ligne sur les réseaux sociaux pour le compte de tes clients.
  17. Photographe : Tu peux proposer tes services pour des évènements, mais également vendre tes propres photos sur des sites comme Stock Photos.
  18. Gardien de maison : Tu te charges de nourrir le chat, nettoyer la piscine ou arroser les plantes pendant que les propriétaires sont en vacances. Cela t’évite de payer un loyer, et c’est parfois rémunéré.
  19. Baby sitter ou fille au paire : Nourri, logé, blanchi avec souvent un peu d’argent de poche. Cette solution est idéale si tu adores les enfants et souhaites découvrir un nouveau pays en intégration complète.
  20. Marketing d’affiliation : tu publies des articles de blog, vidéos, newsletter faisant la promotion d’un produit (par exemple un livre sur Amazon) et tu touches une commission sur chaque vente réalisée grâce à ton lien. Tu peux également créer des partenariats avec les marques comme les bloggeuses de mode / make up mais dans ton secteur d’activité.
  21. Trader sur les marchés financiers
  22. Musicien : Tu peux faire ta promotion en ligne, vendre tes morceaux sur internet et organiser tes concerts.
  23. Acteur, humoriste
  24. Journaliste : Beaucoup de journalistes travaillent en ligne, à domicile.
  25. Traducteur : De livres, de blogs, de documents officiels, de sous-titres de vidéos … Il y a out un tas de plateformes pour mettre en relation les traducteurs et leurs clients. Il existe même un service Youtube pour proposer ses traductions de sous-titres rémunérées.
  26. Propriétaire : tu as un capital à investir tu peux acheter des produits dans l’immobilier et vivre des loyers.
  27. Digital marketeur : Vendre tes conseils pour aider des entreprises à optimiser leur taux de conversion grâce à leur stratégie marketing
  28. Business analyste : Consultant en stratégie d’entreprise autours de l’analyse des chiffres
  29. Relecteur, éditeur : Tu peux proposer tes services pour relire des thèses, des livres, corriger des fautes d’orthographe de documents écrits.
  30. Voix off : Tu peux proposer d’enregistrer ta voix pour doubler des vidéos, des interviews en différentes langues. Tu as seulement besoin d’un excellent micro.
  31. Vidéaste : Tu proposes tes services pour monter et éditer des vidéos ou podcasts. Beaucoup d’entrepreneurs ont compris l’intérêt de publier régulièrement, mais ont besoin de main d’oeuvre pour déléguer.
  32. Consultant : En ventes, réseaux sociaux, stratégie
  33. Expert-comptable : ils sont rares et on les cherche les bons comptables qui acceptent de travailler en 100% digital.
  34. Docteur ou thérapeute : certains médecins sont capables de réaliser des premiers diagnostics en ligne. Cela demande d’adapter ton activité mais c’est possible.
  35. Psychologue en ligne : Certains clients sont expatriés et ont besoin d’un psy qui viennent de leur pays d’origine. D’autres clients préfèrent l’écrit car ils se sentent plus à l’aise pour se dévoiler. Parfois prendre une séance de psy à distance est plus facile que de se rendre chez un thérapeute ayant pignon sur rue.
  36. Agent de voyage : Si tu voyages beaucoup, tu auras des facilité à trouver les bons plans et organiser des voyages pour les autres. Tu peux te faire rémunérer pour organiser les vacances des autres.
  37. Designer d’intérieur / architecte : Le plus gros du travail est réalisé à distance. Il ne te reste plus qu’à t’organiser pour trouver des missions qui te plaisent.
  38. Service client : En fonction de ta Time Zone, tu vas pouvoir compléter les horaires de disponibilités de service client d’une entreprise en répondant par e-mail ou même par téléphone. Il existe des services de téléphone en ligne comme Aircall. Beaucoup de startup américaines cherchent des personnes capable d’un excellent service client.
  39. Support administratif : Tu te charges de toute la partie administrative que ton client souhaites te déléguer.
  40. Recruteur : Faire le lien entre la réception de CV et les entreprises proposant des missions. Dans certains cas tu n’as pas besoin de rencontrer physiquement les personnes. Utilise Skype
  41. Designer de produit ou de packaging.
  42. UX Design d’expérience : C’est un métier du web, qui consiste à optimiser et rendre le plus agréable et exceptionnel possible l’expérience d’un client à travers toutes les étapes de son expérience. UX = User Experience
  43. Campagne de publicité en ligne : Si tu es un expert de Facebook Ads, Google Adwords, Linkedin Ads, Twitter Ads tu vas pouvoir aider beaucoup d’entrepreneurs à optimiser leurs ventes en ligne.
  44. Coach en nutrition, conseillé santé : Tu peux facilement suivre tes clients en relations à distance, synchrone ou asynchrone.
  45. Planification d’évènements
  46. Vendre tes propres produits sur Amazon : La plateforme propose de gérer ton stock sans que les produits ne passent entre tes mains.
  47. Illustrateur
  48. ONG : créer une association ou travailler pour une organisation
  49. SEO référencement : Il est facile de se former en ligne mais moins facile de rester à jour. Le référencement est une technique qui évolue tous les mois. Si tu es passionné par ce sujet, tu vas pouvoir aider tes clients à optimiser leur référencement sur les moteurs de recherches et donc leurs ventes.
  50. Styliste, fashion designer : C’est le dernier des métiers de digital nomade de cette liste. Il peut être exercer de n’importe quel pays, à ton compte ou pour une entreprise avec laquelle tu as bâtit une bonne relation.

Voilà, c’est tout pour les métiers de digital nomade. Il en existe plein d’autres mais ceux ci peuvent te donner des idées pour construire ton propre job.

Quels sont mes métiers de digital nomade ?

Personnellement je pratique plusieurs de ces métiers de digital nomade en même temps et en ai pratiqué d’autres au cours de ma petite carrière :

  • J’ai télétravaillé en Chine pour une ONG depuis des Starbucks.
  • Je vendais en porte à porte des bijoux artisanaux en Espagne pour une entreprise française.
  • Je vendais des gros projets de transformation digitale à des PME française depuis l’Italie. A l’époque j’étais en CDI et travaillais via visioconférences et mails.
  • Je coachais une équipe de webformateurs franco-belge depuis l’Italie.
  • Je vendais des régimes alimentaires par téléphone.
  • J’ai mis en place la stratégie digitale d’une entreprise familiale, depuis chez moi.
  • J’animais une communauté en ligne de traducteurs bénévoles.
  • J’anime des formations en ligne tous les mercredis pour un groupe de 25 personnes (depuis la France, Italie, Grèce, Espagne … partout)
  • Je coach mes clients sur leur mission de vie par des séances en visioconférence. Je les aide à définir leur idée de business et se lancer.
  • Vendre des formations en ligne me permet d’avoir des revenus passifs grâce à ma mailing liste.
  • Je fais des recherches, des lectures, de la veille qui me permet de partager beaucoup de contenu. J’anime mon blog et une chaîne Youtube. Je travailles mon SEO tous les jours pour nourrir ma liste.
  • J’écris des ebooks.
  • Je fais des sites internet pour d’autres.
  • Je m’occupe aussi du webmarketing pour d’autres bloggeurs (emailing, blog, vidéos …)

Voilà, il existe des centaines de métiers de digital nomade, à toi d’adapter la lite à tes besoins, d’organiser ces opportunités en fonction de tes envies. Mais l’essentiel est de rester concentrer sur ton Pourquoi et le message que tu souhaites passer. Le reste ira tout seul.

Nous sommes au passage entre deux mondes

passage

L’économie intuitive est un concept encore à définir. Il représente la nouvelle économie naissance, ce nouveau modèle sociétal émergeant. C’est en partant du constat que notre monde est en pleine transformation, que j’ai ressentit le besoin de mieux comprendre et définir ce virage. J’ai assisté à des conférences sur la transformation digitale des entreprises, l’histoire économique, les nouveaux modèles de management, la physique quantique, les soins énergétiques, le développement de l’intuition, les relations interpersonnelle, … C’est en faisant le lien entre toutes ces disciplines que l’on arrive à une évidence : de nouveaux paradigmes émergent.

C’est ce que beaucoup appellent la cinquième dimension. C’est ce que moi je vais appeler l’économie intuitive en opposition avec l’ancienne économie, celle du mammouth qui est resté dans la troisième dimension.

Mais où sommes nous au juste ?

Nous sommes entre les deux. Entre la 3D et la 5D. Nous sommes sur un pont qui sépare encore ces deux mondes. Ces deux économies cohabitent pour l’instant, elles sont assez proches. Nous pouvons facilement sauter de l’une à l’autre. Certains sont déjà passé sur la rive de l’économie intuitive, d’autres s’accrochent encore à leurs acquis sociaux, aux traditions, aux habitudes, à ce qu’ils connaissent. C’est bien normal. L’humain, et moi la première, est par nature réfractaire au changement. L’inconnu nous fait peur et nous avons tendance à préférer rester dans notre zone de confort, dans ce que l’on connait déjà.

Plus le temps passe et plus les deux rives s’éloignent.

Pour les premiers le plus difficile a été de construire le pont mais ils ont eu l’avantage d’avoir le temps pour le faire. Maintenant la voie est tracée, le pont est construit il ne nous reste plus qu’à suivre. Chaque jour les rives s’éloignent et il devient de plus en plus risqué d’attendre pour franchir ce pas. L’avantage des derniers à passer le pont, c’est qu’ils n’ont qu’à suivre l’exemple des premiers. Ainsi on observe que les personnes qui s’éveillent depuis 15 ans ont aujourd’hui les mêmes connaissances qu’une personne qui s’éveille depuis 3 ans. Pourquoi ? Parce que tout s’accélère et que les énergies sont différentes aujourd’hui. L’inconscient collectif est nourrit du passage des premiers. Les derniers ont beaucoup moins de questions à se poser.

le passage dans la 5D

Le sablier

Je vois ce passage comme un sablier, en trois étapes.

1) Le haut du sablier

Le haut du sablier représente l’ancienne économie, l’ancien temps. C’est une société basée sur d’anciens paradigmes et règles sociales. Notre économies était basée sur la voie du plus fort et du plus riche, celle du capital. Nous avons exploré les dimensions de l’individualisme et touché ses limites. Le temps était vu comme quelque chose de linéaire et nous étions très lié à la matérialité. Les grandes institutions basées sur une hiérarchie solide renforcée par des règlements complexes assuraient la cohésion sociale et l’ordre établit. Les énergies masculines restaient dominante, dans le foyer, au travail, au niveau du vocabulaire …

2 )Le passage par la 4D.

La quatrième dimension est celle du passage. Ce n’est pas un endroit où nous sommes sensés rester. On l’associe au chakra du coeur, à la bienveillance, à l’amour, à l’altruisme. Lorsque l’on touche les limites de la 3D, on a envie de changer le monde (ou changer de monde ?). On voudrait remettre en question l’ordre en place, établir de nouvelles règles. On cherche un sens à sa vie.

C’est là que commence un travail personnel sur nos propres peurs, nos blessures, nos mémoires, notre histoire personnelle, familiale, karmique, … On lâche prise, on laisse certaines mémoires limitantes nous quitter. Avec elles s’associe souvent un vide au niveau matériel. On se débarrasse de vieux cartons, meubles, vêtements. On se coupe les cheveux. Nos relations amicales évoluent. On se libère du superflus et retourne à l’essentiel. Et on apprend ainsi à se centrer dans le coeur, à vivre dans l’instant présent. C’est là qu’on commence à s’ouvrir à la vie, l’intuition, les mondes invisibles. On fait attention à nous et apprend à s’aimer.
Chaque grain de sable qui a construit les châteaux de sable de l’économie du mammouth va devoir passer un par un dans ce tube étroit de l’entonnoir. Lorsqu’un certain nombre de grains seront passés, pas la majorité, juste une masse critique, alors les châteaux de la 3D s’effondreront n’ayant autre choix que de passer dans l’entonnoir.

3) La construction de l’économie intuitive.

C’est l’idéal, on arrive sur un nouveau terrain de jeux, tout est à construire. On peut faire du neuf avec du vieux, à condition qu’il soit passé par l’école du coeur. Maintenant que chaque grain de sable connait les avantages et les inconvénients de l’économie du mammouth. Maintenant qu’ils ont individuellement fait un travail de nettoyage et qu’ils savent interagir avec leur coeur. Tout ce sable est disponible pour construire de nouveaux châteaux et commencer un nouveau cycle.

Qu’allons nous explorer dans le bas de ce sablier ?

Et bien voici quelques premiers symptômes. Nous avons l’économie collaborative, qui est basée sur une intention de bienveillance et de partage. Les pyramides hiérarchiques disparaissent pour laisser place à des organisations plates. Les travailleurs ne cherchent plus la protection d’un supérieur, mais se regroupent autour de projets dont ils partagent une vision commune. On parle d’économie circulaire. De nouveaux systèmes monétaires se mettent en place. Le développement durable, les énergies renouvelables, les actions sociales, l’entre-aide et la responsabilité sociale se mettent en place petit à petit.
Les nouvelles technologies qui éliminent les barrières sociales, et spatio temporelles.

Tout est à inventer.

Il y a de la place pour tout le monde. Nous avons besoin de la créativité de chacun. C’est en utilisant nos indignations dans le passé que nous trouvons la force de construire de nouvelles règles. C’est pour cela qu’il est très important maintenant d’oser parler, exprimer qui nous sommes. En étant nous même nous autorisons les autres à en faire de même. Et en agissant pour construire du mieux là où nous voyons des choses qui nous indignent, c’est comme cela que nous construisons un monde qui nous ressemble plus.

Alors, vous sentez-vous prêt à emprunter ce passage vers l’économie intuitive ?

Pour vous aider à visualiser cette économie, j’interviewe 50 femmes inspirantes qui à mon avis ont déjà fait ce switch. Si elles l’ont fait, pourquoi pas vous ?

L’économie du mammouth et de la licorne

économie du mammouth

Je démarre une nouvelle série de vidéos sur l’économie en transition de la 3D à la 5D. Mais qu’est-ce que c’est ? Je vais t’expliquer plus en détail ce que j’appelle l’économie du mammouth et celle de la licorne.

L’économie du mammouth

C’est une façon de parler de l’ancienne économie, celle qui est en voie de disparition. Même si aujourd’hui on voit encore principalement les restes de l’économie du mammouth, en fait elle est en déclin. C’est la société dans laquelle on basait l’activité économique sur la compétitivité, la concurrence, la compétition et la force. Une société principalement gouvernée par des hommes car c’est l’énergie masculine qui était dominante. L’apport de capital est un élément principal de la création d’une activité et de richesse.

Quelques exemples d’institutions du temps des mammouths c’est les grandes entreprises multinationales comme Nike, McDo, Microsoft, la SNCF, l’église, ect … Ce sont des organisations qui gèrent des millions de personnes grâce à des règles et des rôles bien définis. On connait tous aujourd’hui les travers ce ces rôles.

Crise individuelle

On arrive aujourd’hui à une crise de sens. Les salariés, les travailleurs ont besoin de donner un sens à leur vie. On cherche à exprimer notre créativité. De plus en plus de personnes se mettent à leur compter car c’est la seule façon qu’ils ont trouvé pour exprimer qui ils sont, sans les limites d’un patron.

Nouvelle économie

Dans ma série d’interview sur les 50 femmes inspirantes, je cherche justement à montrer qu’une autre économie est possible. Ces femmes sont dans la collaboration, la bienveillance. Elles osent exprimer leurs émotions, leur spiritualité, leur intimité. Ces entrepreneures font des choix avec le coeur et non pas dans la peur. Elles osent exprimer qui elles sont et utilisent tous les jours leur intuition.

Pour moi elles sont la preuve qu’il est possible de devenir la même personne au travail que dans notre vrai vie. Et elles me donnent le courage de faire ce que je fais.

Docteur Ervin Laszlo, la conscience quantique et l’Akasha

ervin laszlo conscience quantique akasha

Qu’est-ce que la conscience quantique ? Dans le nouveau paradigme, on pense qu’il y a deux choses dans l’univers : La matière et l’espace. Le temps n’est pas si important, car il n’a pas d’impact. Le Docteur Ervin Laszlo explique que par la physique quantique on peut comprendre qu’il y a de l’information qui circule d’une façon qui surpasse les limites classiques du temps et de l’espace. L’information circule simultanément en divers endroits simultanément.

Qu’est-ce que la conscience quantique ?

Pour Laszlo, la conscience quantique est celle qui est ouverte à la connexion, à la guérison, à l’intuition. C’est le fait de comprendre que l’information circule d’une façon non linéaire dans l’espace-temps. On a toujours pensé que les évolutions se font petit à petit. Or on se rend compte maintenant que les systèmes complexes arrivent à un point critique que l’on appelle point de bifurcation.

Le Docteur Ervin Laszlo nous invite à entrer dans le nouveau paradigme dicté par les découvertes de la physique quantique. Nous constatons maintenant qu’au niveau infiniment petit et infiniment grand, les lois de la physiques ne respectent pas les mêmes règles que la physique classique, celle de notre dimension terrestre.

Ces découvertes ouvrent de nouvelles possibilités. Aujourd’hui nous sommes capable de comprendre scientifiquement ce que les grands sages tentent de nous expliquer depuis des années. Le vide est en fait vibration. Cette vibration est une information. Et l’information est à l’origine de la matière, du manifesté. Ainsi on comprend l’impact des vibrations sur la matière, du vide sur les objets, des pensées sur notre réalité.

Entrer dans l’univers de la conscience quantique permet d’ouvrir un nouveau monde devant nous.

Le bonheur au travail a-t-il un lien avec la motivation des salariés ?

le bonheur au travail

On rêve tous de bonheur au travail. Mais est-ce possible ou un simple utopie ? Depuis la publication du documentaire d’ARTE sur le sujet, en janvier 2015, les dirigeants ne parlent plus que de ça avec leurs consultants. C’est le nouveau sujet à la mode dans le milieu du management. Et on le comprend, qui ne serait pas séduit pas un tel concept ?

Comment appliquer le bonheur au travail ?

Beaucoup d’entreprises tentent de le mettre en place dans leur organisation. Rares sont celles qui y arrivent rapidement et complètement. Le modèle est passionnant et de plus en plus de témoignages apparaissent heureusement sur le net pour nous aider à franchir le cap.

Un cap qui n’est pas si facile à passer pour un dirigeant qui doit jouer franc jeux et adhérer à la philosophie à 300%. Il va devoir ester extrêmement constant dans son comportement afin d’arriver à finalement appliquer le bonheur au travail dans son organisation.

Au début, ses collaborateurs ne comprendront pas ce nouveau comportement et auront besoin de tester les limites pour comprendre les nouvelles règles du jeux. Finalement au bout de quelques années, ces nouvelles règles pleines de bon sens seront vues comme normales. Mais qu’est-ce vraiment ce bonheur au travail ?

Quelques exemples d’entreprises libérées en France

  • A la MAIF, les pointeuses ont disparût pour laisser place à un système plus accès sur l’épanouissement des salariés.
  • Innov-On publie régulièrement des vidéos pour partager leur façon de faire
  • Favi a publié un livre et son ancien directeur Jean-François Zobrist se déplace régulièrement pour donner des conférences
  • La biscuiterie Poult publie ouvertement sa culture d’entreprise sur son site.
  • MOM21 est un mouvement pour l’organisation et le management du 21iem siècle.

Le bonheur au travail est illégal

C’est édifiant mais c’est vrai, aujourd’hui les lois françaises interdisent le bonheur au travail. Il me semble évident que nous arrivons aujourd’hui à la limite de ce système. Nous avons besoin de sortir de ce modèle basé sur la concurrence du marché et la démocratie. Cet ancien modèle empêche la naissance du prochain modèle, basé sur le bonheur au travail comme partout, la bienveillance et la confiance.

3 types de salariés

Isaac Getz, le pape de l’entreprise libérée explique que pour lui il existe trois type de collaborateurs. Ceux qui font avancer la barque, ceux qui font semblant de la faire avancer, et ceux qui la tire en arrière.

  • 9% des salariés se sentent engagés dans leur société
  • 61% des salariés sont désengagés, ils viennent le matin pour attendre l’heure de la sortie
  • 28% des salariés sont ACTIVEMENT désengagés, et démotivent les salariés engagés.

La philosophie de l’entreprise libérée

Ce mouvement philosophique est basé sur trois croyances communes à toutes les entreprises qui se disent libérées.

  1. Les êtres humains sont dignes de confiance
  2. Certaines personnes ont des dons
  3. Chaque être humain aime être libre de ses actes

L’entreprise libérée n’est pas un modèle et ne suit pas de règles précises. Chaque organisation est unique et adapte à sa façon ces principes. La seule façon de se faire une idée du fonctionnement d’une entreprise libérée est de consulter des témoignages

 

Quelle est la différence entre religion et spiritualité ?

religion et spiritualité

On parle souvent de religion et spiritualité, sans forcément faire la différence entre les deux. On me demande régulièrement de définir ces deux concepts. Alors voici ma perception personnelle de ces deux termes.

La différence entre culture, religion et spiritualité

Même si les deux sont intimement liés, il existe néanmoins une grande différence entre les deux, à mes yeux.

Mon chemin pour y arriver

C’est après une période de rébellion pendant mon adolescence que je suis revenue à la religion avec un oeil neutre cette fois-ci. Je vivais en Chine quand j’avais 20 ans et j’observais toutes ces différentes ethnies aux différentes langues, religions et cultures. J’ai disséqué et analysé le lien entre culture et religion, en visitant le Xinjiang en 2009. Cette région musulmane est peuplée principalement par les Ouïghours, et se situe Nord Ouest de la Chine.

Dans le Xinjiang, j’ai compris que certaines habitudes musulmanes comme le port du voile relevées parfois plus de l’habitude culturelle que de la pure spiritualité. Les musulmanes qui m’ont hébergé chez elles portaient le voile pour cuisiner, manger, dormir, prier et sortir de la maison. Elles m’expliquaient  que c’est surtout une question d’hygiène pour elles. On ne cuisine pas avec les cheveux au dessus de la marmite !

Moi qui venait du pays des droit de l’Homme en plein débat sur le port du voile à l’école … Ca m’a remis les idées en places. C’est là que j’ai compris que certains aspects des religions sont issues des cultures locales, du climat désertique, des habitudes locales. C’est là que j’ai fait la différence entre culture, religion et spiritualité.

La différence

En fait une religion née d’une révélation prophétique dans un pays donné à une époque donnée. La spiritualité est la vérité commune à toutes les religions, en particulier dans les religions monothéistes qui croient dans les mêmes prophètes. La culture est le prisme par lequel on observe et comprend la spiritualité. C’est un prisme qui déforme la vérité, car cette vérité n’est pas de ce monde. Par conséquent il est très difficile d’exprimer des concepts de l’au-delàs avec les mots d’ici.

En fait je vois un peu la spiritualité comme la structure fondamentale d’une montagne. Elle est bien présente, bien réelle. Mais en fonction de notre positionnement géographique, nous la décrirons de différente façon. Certains la verront grise et rocheuse. D’autres la décriront plate et verdoyante.

Pour moi la spiritualité est ce qu’il y a de commun à toutes les religions. La culture et l’interprétation humaine est ce qui différencie les religions entre elles.

Mais il existe d’autres définitions de cette différence. Chacun est libre bien entendu.

Elle ne croit plus dans les religions

Rawvana explique que bien qu’elle aille régulièrement à l’église et qu’elle crois en Jesus Christ, elle ne crois pas vraiment en une religion. Elle ne crois pas que Dieu désigne une religion par personne. Pour elle les religions séparent les êtres humains. Or le but de Dieu n’est-il pas de répandre l’amour, la paix et l’union entre les Hommes ?

La croissance est-elle le choix de la vie ou de la mort ?

croissance

Il n’y a que deux chemins. Celui de la vie et celui de la mort. Celui de la croissance et celui de la décroissance. Mais attention, la croissance de quoi ? Là est toute la question. Pour moi, à chaque fois que je fais un choix, j’analyse la direction que ce choix me fait prendre. Au bout du compte, si tout le monde faisait ce choix, y aurait-il de la vie ou de la mort ?

« Celui qui croit qu’une croissance infinie peut continuer indéfiniment dans un monde fini est un fou ou un économiste. » Kenneth Boulding

Ce n’est pas parce que je choisis ma croissance économique ou matérielle que c’est forcément le chemin de la vie. Car si nous consommions trop de produits en plastique, issus de l’industrie pétrolière et d’usines contaminantes dans une système économique peut responsable des vies humaines, ce ne serait pas le chemin de la vie.

Parfois, s’abstenir d’acheter peut symboliser le choix de la vie. Parfois c’est l’inverse qui se produit. Acheter permet de faire vivre une certaine économie, de la développer.

 La croissance de mes graines germées

J’aime beaucoup l’image des graines qui germent dans les bocaux de ma cuisine. Ce sont des petites graines inertes au fond d’un bocal. Je leur ajoute quelques gouttes d’eau tous les jours, et la vie jaillit pour les faire grandir. Elles occupent l’espace en quelques jours. Elles multiplient leur volume par 20 en une semaine. C’est beau et émouvant de les voir se développer ainsi.

Mais si je les cuis, verse quelques gouttes de produit vaisselle ou de vinaigre sur elle, alors la vie s’arrête. Elles arrêtent de grandir, se ratatinent, prennent de moins en moins d’espace pour finalement mourrir.

La vie et la mort se trouve en chaque chose

Chaque geste est un choix. Et chaque choix est une opportunité de choisir la vie ou la mort de ce qui nous entoure. Moi j’essaie de choisir la vie à chaque fois que l’en ai l’opportunité. Je choisis de participer à l’accroissement de la biodiversité autour de moi.

Nous pouvons appliquer cette philosophie à tout ce qui nous entoure :
Travailler avec cette personne me permettra-t-il d’être plus vivant ou plus fatigué ?
Manger ce plat me donne de la force ou m’épuise ?
Faire de ce sport met-il en péril ma vie ou rallonge-t-il mon espérance de vie ?
Ce produit vaisselle permet-il la vie dans les océans ?
Ce que je viens de dire lors de ma dernière conversation téléphonique apporte de la vie ou de la mort à mon interlocuteur ?