Yogom la marque française de yoga écologique

yogom mathilde corbin

Bonjour Mathilde, aujourd’hui tu vas nous raconter ton parcours et la naissance de la marque Yogom. Peux-tu m’en dire un peu sur toi ? Qui es-tu ?

Je suis Mathilde, j’ai 32 ans, je suis qui ? Trop difficile cette question ! Je suis plein de choses, impossible à définir ! Je suis micro-entrepreneur, voilà un statut déjà très concret qui peut aider à me définir. Je suis à mon compte, terminé l’entreprise ! Après de nombreuses années en entreprise suite à des études de commerce : 10 années d’expérience en évènementiel, marketing, communication, digital, etc, et de grands allers-retours entre salariat et auto-entreprenariat ces 3 dernières années, j’ai définitivement quitté le statut de salarié et la sécurité de l’emploi qui l’accompagne mais j’ai regagné ma liberté et mon âme 😉
J’ai plusieurs métiers et j’aime ça ! Je donne des cours d’événementiel dans une école hôtelière ce qui me permet d’être en contact avec des jeunes, plus jeunes que moi et de découvrir et décrypter les nouvelles générations. Cela me permet de transmettre et de mettre mes qualités de pédagogue à bon escient. C’est très challenging mais également très valorisant et c’est un excellent exercice pour moi de me confronter à un public, de ne plus être dans le contrôle car en live !
Ensuite je suis “free-lance” en webmarketing. je crée des sites internet, je rédige du contenu à visée marketing, package des offres produits pour des agences de voyage et réalise globalement tout ce qu’un client peut me demander. c’est plus alimentaire mais j’aime bien car ça me change et je continue à me former grâce à l’aspect technique des problématiques que je peux rencontrer.
Enfin, car j’ai gardé le meilleur pour la fin, je développe ma marque de yoga Yogom, d’abord une application mobile pour pratiquer le yoga à la maison, puis un site marchand de tapis de yoga recyclables, de sangles porte-tapis de yoga cousues à la main (par mes petites mains) et donc en France, et de kimonos de plage ou de méditation. Aujourd’hui je commence même à me former au yoga que je pratique déjà depuis quelques années, alors peut-être que l’année prochaine j’ajouterai une nouvelle corde à mon arc : transmettre le yoga !

Quelles sont tes frustrations, indignations dans cette vie ?

Le formatage, les apparences, le jugement, les codes sociaux ! Tout ce qui nous empêche d’être nous même !
Mon mantra préféré est d’ailleurs : Become loyal to your innermost truth.
Et c’est mon leitmotiv au quotidien, m’approcher toujours un peu plus de qui je suis vraiment et être le plus fidèle possible à chaque instant à qui je suis vraiment.

A ton sens, quelle est ta mission ? Quel est le but de ta vie ? Ton ‘Pourquoi’

Casser les barrières et donner la permission à chacun d’être soi-même en osant moi même sortir des sentiers battus. Transmettre cette aptitude et cette attitude face à la vie : attitude d’audace d’être soi même sans honte et sans limite et même en toute transparence et humilité. Apporter du bien-être est un peu réducteur je trouve et d’ailleurs ce que je souhaite apporter à des futurs élèves yogis n’est pas la technique, tout comme ce que j’enseigne à mes élèves en école hôtelière n’est pas théorique, j’ai à coeur de transmettre une manière d’être dans sa vie face à la vie et avec sa vie, peu importe le domaine l’important pour moi est de se connaître, savoir pourquoi on est là, pourquoi on fait les choses et de s’approcher par cette connaissance de son “true self”.

Quel a été ton déclic ? Ce qui t’a poussé à démarrer ?

Je n’ai pas eu un déclic franc, le changement s’est fait progressivement et j’aime à croire que je suis en permanence en changement, rien n’est figé ! Un premier voyage initiatique au Costa Rica a été une première révélation, une reconnexion avec mon corps, la découverte d’une certaine spiritualité. Puis j’ai flanché, je suis retournée en entreprise, plusieurs mois, m’aliéner, dépérir à chaque fois un petit peu plus sous les contraintes, le manque de liberté, les rôles à jouer, la hiérarchie à respecter, etc.
A chaque expérience professionnelle je “tenais” de moins en moins longtemps. Quand bien même les missions qui m’étaient confiées me plaisaient, peu importe l’entourage ou le contexte, très vite (parfois au bout du deuxième jours) je savais que “ça n’allait pas le faire”.
Le pire c’est que pendant longtemps j’en culpabilisais : “je ne suis pas capable de travailler en entreprise”, “je n’y arrive pas”, “je suis nulle”. Je vivais ces expériences comme des échecs qui entamaient à chaque fois un peu plus ma confiance en moi jusqu’au point de non retour où je n’avais tellement plus rien à perdre et j’étais tellement déprimée en entreprise que j’ai définitivement quitté le salariat. C’était pas courageux c’était juste vital.
J’en étais arrivée à préférer avoir un travail alimentaire pour gagner de l’argent afin de pouvoir faire ce que j’aime à côté. C’est d’ailleurs pour cela que mes premières tentatives d’entreprenariat n’avaient pas fonctionné, car je n’osais pas y croire et me l’autoriser. Une partie de moi savait que c’était temporaire et que je retournerai dans “le droit chemin”.
Aujourd’hui je sais que ce n’est pas vrai, et c’est d’ailleurs cette conviction qui me rend plus confiante, plus déterminée, plus endurante aussi et qui fait que pour le moment je gagne ma vie en faisant ce que j’aime et que je l’assume !

Comment s’organise ton quotidien pour réaliser cette mission ?

Mon quotidien a besoin de pas mal d’organisation mais comme la vie est bien faite quand on est au bon endroit, mes différentes activités s’effectuent à différents moments de l’année et de manière assez équilibrée. De septembre à décembre j’enseigne, l’hivers je crée mes collections, je bosse mon business et je fais un peu de freelance et puis je suis prête pour l’été forte période de ventes, et je recommence l’année, etc. Un rythme ordonné semble se dessiner dans ce beau désordre 😉

Quelles actions as-tu mise en place pour démarrer Yogom ?

M’écouter, lâcher prise et me faire plaisir ! Et surtout ne rien faire que je ne doive faire et que je ne veux pas peu importe les raisons. Les “il faut” et “je dois” ce sont toujours soldés par des échecs.

Quelles compétences utiles avais-tu avant de démarrer Yogom ?

De l’expérience dans l’échec et les recommencements à 0, des expériences professionnelles tellement différentes qu’elles m’ont permises d’avoir une large palette de compétences aujourd’hui.

Qu’as-tu appris en démarrant cette aventure ?

Mais finalement j’ai appris qu’oser commencer à être soi même n’est que le début de l’aventure et que c’est à partir de ce point qu’on apprend vraiment qui on est et qu’on va vers son pourquoi et que donc on se forme à être soi même. c’est en désapprenant que l’on apprend et en se déconstruisant que l’on se construit 😉

Quel conseil aimerais-tu donner à une autre femme qui n’ose pas se lancer ?

Ne jamais arrêter ! ne jamais renoncer même en phase d’échec (ou vécu comme). Faire ce que l’on aime et déjà le découvrir est très long et personne n’a plus de potentiel à réussir qu’un autre. Pour certains la chance fait que cela arrive parfois plus vite mais globalement je pense que ceux qui échouent sont simplement ceux qui abandonnent et que tout ceux qui s’accrochent finissent par y arriver. Enfin pour moi la problématique se situe à ce niveau là : continuer, avancer, peu importe les émotions et les obstacles et ce n’est pas facile surtout quand on est seul ou se sent seul.

 

Merci Mathilde. On peut te retrouver sur ton site et sur les réseaux sociaux pour commander tes tapis !

Quelle application de podcast choisir ? 7 apps pour l’été

application de podcast

Ecoutes-tu des podcast ? De plus en plus d’internautes regardent Youtube au lieu de regarder la télévision. D’autres préfèrent écouter leurs émissions de radio sur demande. Le podcast est en plein boom, un peu comme c’était le cas de Youtube il y a deux ans. Mais personne ne sait quelle application de podcast utiliser.

Pourquoi télécharger une application de podcast ?

Le Podcast est tout simplement un document audio que l’on peut écouter en streaming sur internet ou à télécharger. C’est très pratique pour écouter la radio français quand on est à l’étranger, ou pour réécouter une émission dans le métro sans connexion internet, ni radio.

Il n’est pas obligatoire de télécharger une application dédiée pour écouter des podcast, mais c’est quand même plus pratique si on veut en faire un usage simple et régulier.

Le problème dans le milieu de l’application de podcast, c’est qu’il n’y a pas encore un acteur du marché qui se démarque des autres. Donc on a l’embarras du choix, contrairement aux vidéos qui sont principalement sur Youtube, et marginalement sur Dailymotion, Vimeo ou Facebook.

Les spécificités de chaque application de podcast

Soundcloud

Au départ utilisée pour des sons, des enregistrements musicaux, des interviews et des émissions de radio, c’est une des applications les plus connues.

Avec ses 100 millions de téléchargement, elle est très agréable d’utilisation. L’application contient plus de 150 million de titres, principalement musicaux. Mais à partir d’un certain nombre de minutes publiées, le créateur de contenu doit passer en mode payant pour publier ses podcats. Ce qui peut freiner certains créateurs et donc avoir tendance à ne sélectionner que les créateurs de contenus ayant un intérêt économique. On ne trouve pas tout ce que l’on cherche dans le secteur du développement personnel, de la radio, de l’entrepreneuriat.

Personnellement je l’utilise pour repérer les créateurs de musique libre de droit, et écouter les podcasts de 3 Bloggeurs que je suis depuis plusieurs années.

Itunes

C’est l’application dédiée aux appareils Apple. Il n’est pas facile de publier sur cette application. Une grande partie de la population reçoit cette app par défaut sur un ordinateur ou un téléphone de la marque. Donc beaucoup de producteurs de contenus publient également sur cette plateforme. On y trouve des émissions régulières et professionnelles.

Mixcloud

C’est une application plutôt destinée aux DJ et à la musique.

On y trouve quelques podcasts. Je l’utilise pour publier mes interviews de 50 femmes inspirantes
L’avantage c’est que les créateurs peuvent publier du contenu gratuitement et de façon illimité. Le format payant permet d’accéder aux fonctionnalité avancées (statistiques, programmer les publications …). L’écoute est gratuite.

Podbean

Cette application de podcast est un peu vieillotte et propose surtout des podcast en anglais. Je l’utilise pour certains de mes podcast mais il faut toujours payer pour publier du contenu au delà d’une certaine limite gratuite.

http://luciediez.podbean.com/feed/ 

Podcast Addict

On y trouve tout ce que l’on cherche ! C’est un agrégateur de flux, il rassemble en une application le contenu publié sur plusieurs plateformes. Super pratique !

350 000 téléchargements de l’application, elle propose beaucoup d’émissions de radio et de contenu de qualité. On peut gratuitement télécharger les podcasts. Si l’on souhaite se débarrasser des pubs, il existe un mode payant.

• Recherche de podcasts par nom ou mots clés (300K podcasts / 10M+ épisodes)
• Liste des nouveaux/trending/Top podcasts par catégorie
• Réseaux de podcasts (Radio France, Europe1, RTL, France Info…)
• Recommendations personnalisées en fonction de vos abonnements
• Possibilité de coller le flux RSS/ATOM d’un podcast pour s’abonner. L’app supporte également les liens iTunes, SoundCloud, YouTube et Twitch

Audible

50 million de téléchargement pour écouter plus de 250 000 livres audios payants. Cette application appartient à Amazon, est peut être bien pratique pour ceux qui ont du mal à lire des livres. On reçoit le contenu sans avoir besoin de lire.

Blinkist

Cette application est gratuite le premier mois, ensuite je suis passé en mode payant. Elle propose des résumés de livres par écrit et en audio. En 15 minutes on se connecte à l’essence d’un livre, ou on peut se rappeler du contenu d’un bestseller que l’on a lu il y a quelques années. C’est très instructif et pratique. Le seul inconvénient, c’est que le résumé du livre nous donne plutôt un aperçu de ce que son lecteur en a retenu. Il est difficile d’être absolument objectifs sur des livres de développement personnel.

Et toi, quelle application de podcast utilises-tu ?

Dis moi en commentaire quelle application tu choisis pour écouter des audios. Dans quel moment de la journée préfères-tu écouter les podcasts ? Certains l’utilisent en voiture, dans le métro, en vélo, en cuisinant. Personnellement c’est plutôt en marchant dans la rue ou en prenant l’avion que l’en écoute le plus.

Quel contenu cherches-tu sur les plateformes de podcasts ?

L’aventurière fauchée, interview de Sarah Gysler

l'aventurière fauchée

Bonjour Sarah. Tu es l’aventurière fauchée, tu traverse le globe sans argent. Tu partages tes aventures au départ de l’Europe en passant par le transsibérien et la traversée transatlantique. Peux-tu m’en dire un peu sur toi ? Qui es-tu ?

Je m’appelle Sarah, j’ai 22 ans, je viens de Suisse et depuis trois ans je parcours le monde en solitaire.

Quelles sont tes frustrations, indignations dans cette vie ?

Notre manque de liberté individuelle, de liberté intérieur.

Quel est le but de ta vie ?

La recouvrer 😀

Quel a été ton déclic ? Ce qui t’a poussé à démarrer ?

Il y a eu beaucoup de petits événements durant des années, et un jour l’un d’eux à fait craquer la chaîne. Mais je crois que le déclic profond est né après une opération médicale importante que j’ai reçu.

Comment s’organise ton quotidien pour réaliser cette mission ?

Je voyage, je rencontre énormément de gens, j’écris. J’évite la routine.

Quelles actions as-tu mise en place pour démarrer ?

Je me suis beaucoup renseignée sur les gens qui ont vécu des expériences similaires avant.

Quelles compétences utiles avais-tu avant de démarrer ?

Aucune. Je ne parlais pas d’autre langue que je français, je ne savais rien faire de mes dix doigts. Je pense que le talent n’existe pas, c’est le travail, la persévérance et la sueur qui font que l’on réussit. Le talent c’est une escroquerie.

Qu’as-tu appris en devenant l’aventurière fauchée ?

Que le mot ”impossible” n’a pas vraiment de sens.

Quel conseil aimerais-tu donner à une autre femme qui n’ose pas se lancer ?

C’est normal d’avoir peur, mais il ne faut pas avoir peur de ta peur. Je te jure que ça va aller. Et puis si ça ne va pas, tu pourras toujours revenir en arrière. Je ne connais personne qui regrette d’avoir suivi son rêve.

Merci Sarah d’avoir pris le temps de répondre à cette interview pendant ton voyage.

On peut te retrouver sur ton blog www.laventurierefauchee.com pour suivre tes aventures grâce aux articles que tu écris et à tes vidéos.

Comment devenir Digital Nomade en 4 étapes ?

comment devenir digital nomade

Pour devenir digital nomade, on va procéder en plusieurs étapes. Il n’est pas nécessaire de faire tout d’un coup. On peut commencer par un petit pas, et un jour vous vous retrouverez en bikini à parler à un client depuis une plage paradisiaque.

  1. Simplifier nos tâches
    Nous faisons tous une grande quantité de tâches au quotidien. Mais sont-elles vraiment essentielles à notre activité ? 20% de nos activités produisent 80% de nos revenus. Posez-vous la question de comment supprimer les 80% de tâches moins rémunératrices. Pouvez-vous déléguer des tâches à valeur ajoutée faible ? Pouvez-vous automatiser des actions répétitives ?
  2. Digitaliser chaque usage
    Pour chaque usage de notre quotidien il existe une version digitale.
    Calculatrice = Smartphone
    Livre = Kindle (ou smartphone)
    Appareil photo = Smartphone
    Comptabilité, factures = Dropbox
    Télévision = Youtube
    Courrier papier = Scanner et boîte mail
    Stocks de marchandise = Amazon
    Téléphone fixe = Skype
    Salle de réunion = Zoom
    Planning d’équipe = Trello
    Cadre photo sur le bureau = Instagram
    Chéquier et relevés bancaires = Bankin
    Tableau de visualisation = Pinterest
    Billet d’avion = QR code Smartphone
    Etc … tout est digitalisable, votre moyen de vous informer, de communiquer, de vous déplacer…
  3. Faire un test sur quelques jours
    Partez quelques jours à la campagne et essayez de travailler à distance avec votre équipe, vos clients habituels. Ressentez les difficultés que vous avez, ainsi vous pourrez faire quelques ajustements en rentrant au bureau. C’est en testant en condition réelle que l’on se rend compte de l’essentiel. Même travailler depuis une salle de réunion ou un café permet de tester les conditions de vie d’un digital nomade.
  4. Partir pour une plus longue période.
    Une fois tous les tests validés par vous, votre équipe, vos collaborateurs et vos clients, vous pouvez enfin vous envoler. J’ai personnellement commencé par un rythme 3/4 du temps en mobilité, car je revenais une semaine par mois au bureau. Puis finalement je suis partie complètement en nomade et c’est une nouvelle étape qui s’ouvre dans notre organisation du travail.

Devenir digital nomade est un processus qui peut prendre plusieurs mois. Il vaut mieux s’organiser en prenant son temps afin de créer une situation tenable sur le long terme. Il est important aussi d’expliquer à nos collaborateurs et clients la démarche. bien qu’en fait, la plus part de mes clients n’étaient pas vraiment au courant de la ville dans laquelle je me trouvais.

 

Les pauline partent en voyage autours du monde

les pauline voyage

Bonjour Les Pauline, merci d’avoir accepté de participer à ce projet. Qui êtes-vous ? Pouvez-vous vous présenter ?

Nous sommes Les Pauline, deux amies d’enfance fan de voyages qui avons lancé notre concept de guide de voyage pour jeunes aventuriers branchés !

Quelles sont vos frustrations, indignations dans cette vie ?

Ca nous agace que l’on soit tous dans des moules et que l’on traite de marginal ou qu’on n’essaie pas de comprendre pourquoi certains jeunes aujourd’hui ont soif d’expériences, que ce soit pour une année de PVT, un VIE, un ERASMUS ou un tour du monde entre deux jobs !

D’après vous, quelle est votre mission ?

Aider les gens à faire ce qu’ils aiment, sans se soucier du reste. Le manque de temps et d’argent ne doivent pas être un frein (nombreuses sont les histoires de voyageurs partis avec rien et nous-même, on baroude vraiment low-cost) mais c’est surtout les freins de la société (oser tout lâcher, le regard des autres etc) qui nous empêchent de sauter le pas et c’est bien dommage !

Quel a été le déclic ? Ce qui vous a poussé à démarrer ?

Pendant notre tour du monde (avant notre blog), on cherchait des adresses sympas, des clubs pour faire la teuf, des bars atypiques, des spots shoppings cosy etc bref tout ce qui plait à des jeunes filles de 23 ans. Et on avait peu d’infos ! A notre retour, on a donc décidé de créer notre propre blog et de “démocratiser” le voyage version féminin !
les pauline voyage

Identifier sa propre mission de vie n’est pas tout. On reste souvent bloqués parce que l’on ne sait pas comment mettre en pratique nos idées. Comment s’organise votre quotidien pour réaliser cette mission ?

On passe en tout une dizaine d’heures par semaine sur le blog, entre la newsletter (pour les bons plans voyage du moment), le site (avec les city-guides), les montages vidéos & nos réseaux sociaux. Ca prend du temps mais c’est une passion et c’est notre carnet de voyage à nous !

Quelles actions avez-vous mises en place pour démarrer ?

On a créé nos statuts d’auto-entrepreneur, on s’est rendues au Salon du Tourisme, on a fait marché notre réseau (#SudOuestPower) pour se faire connaitre au début !

Quelles compétences utiles aviez-vous avant de démarrer ?

Nos études & nos métiers nous ont beaucoup servis ! Toutes deux chargées de communication, on adore rédiger, on connait le community management et on maîtrise pas mal les montages, créas & planning édito.

Qu’avez-vous appris en démarrant ce blog?

Qu’il faut toujours démarrer par passion et par envie et non par obligation ou attentes spécifiques ! Donner sans forcément recevoir en retour 🙂

Quel conseil aimeriez-vous donner à une autre femme qui n’ose pas se lancer ?

Tout dépend du projet mais rien n’est insurmontable et il suffit de l’allier à sa passion pour que le temps passe très vite 🙂

Merci Les Pauline pour votre témoignage.

On peut vous retrouver sur le blog pour des bons plans voyages. A très vite !