Pourquoi est-il si difficile de trouver un professionnel qui nous écoute ?

trouver un professionnel qui nous écoute

C’est un peu le grand drame de beaucoup d’entre nous. Nous sommes prêts à dépenser de l’argent dans un accompagnement avec un professionnel de qualité, mais on ne le trouve pas ! Comment trouver un professionnel qui nous écoute vraiment ? Et surtout pourquoi est-ce si difficile ?

  • Est-ce que toi aussi tu te sens différent des autres ?
  • Tu as le sentiment que tu ne rentres pas dans le cadre habituel ?
  • Te sens-tu incompris ?
  • Est-ce que tu doutes des compétences des pros que tu croises ?
  • Est-ce que tu as du mal à faire confiance à priori ?
  • As-tu déjà testé le thérapeute avant de te livrer vraiment ?
  • Enfin, as-tu besoin d’un conseil 100% sur mesure ?

Le besoin d’être écouté

La connaissance est partout autours de nous. On peut apprendre dans tous les recoins du web. Lire des livres, suivre des formations en ligne, c’est super ! Je suis la première à en consommer en grand nombre. Mais quand on commence à aborder les thématiques essentielles comme notre positionnement marketing, notre trajectoire professionnelle ou le message que l’on veut partager au monde … Difficile d’appliquer une formule toute faite.

A quel moment ma singularité est-elle prise en compte ? 

Mais dans mon cas, est-ce que cela fonctionne ? Nous sommes tous fondamentalement différents. Cependant, certains se sentent plus différents et incompris que les autres. Et c’est à ceux-là que j’écris aujourd’hui. A ceux qui voient des problèmes là où il n’y en a pas. A ceux qui se font des noeuds au cerveaux et qui n’arrivent pas à voir les choses simplement.

J’ai personnellement testé plusieurs thérapeutes et seulement très peu de fois, j’ai sentit que l’on me comprenait vraiment. Et sans cet élément, la confiance ne peut pas s’instaurer avec le thérapeute, le coach ou le formateur. S’il n’a pas compris en quoi je suis différente, alors il ne saura pas m’accompagner.

Je suis d’accord pour appliquer les formations et les méthodes qui fonctionnent. Mais j’ai besoin avant tout qu’on analyse ma différence, et que l’on adapte la méthode à mon cas.

Je veux que l’on vérifie avec moi que cette méthode peut s’appliquer dans mon cas. Car j’ai la fatigante habitude de constater que je ne suis pas comme les autres. Ce qui fonctionne habituellement pour les autres ne fonctionne pas sur moi. Alors pourquoi serait-ce le cas de votre formation Monsieur ?

Impossible de trouver un professionnel qui nous écoute

Je me suis souvent buttée à des réponses automatiques de professionnels qui semblaient passionnants et qui pourraient me comprendre. Mais ils ne prennent pas de rendez-vous, ils ont un emploi du temps particulier. Ils ont standardisé leur méthode. C’est du standard sur étagère, ou rien. Dommage.

Les autres professionnels disponibles, ils ne sont pas forcément ce que je recherche. Je ne résonne pas vraiment avec eux. Donc je tente une séance, puis cela échoue car ils ne prennent pas le temps de m’écouter avant de donner des conseils. Je sens qu’ils répondent à côté. Et cela me désespère car cela renforce mon sentiment de solitude et d’incompréhension mutuelle.

Suis-je trop exigeante ?

Peut-être que je suis trop exigeante envers moi même ou envers mes prestataires. Oui j’attends d’eux un niveau de qualité au moins égal à celui que je suis capable de donner.

Quand j’étais commerciale, la règle numéro un c’est d’écouter. Avant de conseiller un client sur un produit, il faut s’assurer que l’on a bien compris son besoin. On reformule, et on lui demande de valider notre compréhension de son problème.

Il n’y a qu’ainsi que l’on s’assure de proposer un service qui lui corresponde et avec lequel il sera satisfait à la fin de la prestation.

Alors j’ai décidé de proposer des parcours sur mesure

C’est en constatant la difficulté à trouver un professionnel qui nous écoute que je me suis sentie naturellement poussée vers ce métier. J’accompagne aujourd’hui des personnes qui ont besoin d’un suivit sur mesure en complément des formations qu’elles peuvent trouver sur ma boutique en ligne.

Créer un site internet en suivant la méthode, oui. Mais avec un conseil personnalisé sur le contenu à publier.

  • Comment formuler mon offre ?
  • Comment choisir un nom et des images qui correspondent à ma personnalité ?
    Voici le type de problématiques que l’on résous ensemble.

Je propose aussi un accompagnement en 4 séances pour ne faire que du Sur mesure. Alors si tu sens qu’on peut se comprendre, et que je peux t’apporter quelque chose avec mon expérience de coach digital nomade indépendante … Je t’accompagnerai avec plaisir !

 

J’espère sincèrement vous aider à trouver un professionnel qui nous écoute vraiment et qui réponde à vos problématiques sans vous embarquer dans une méthode toute faite.

Nous sommes tous une histoire individuelle, nous avons un parcours bien à nous qui fait notre personnalité. Nos besoins sont bien différents, alors pourquoi appliquer exactement la même méthode à tout le monde ?

Pourquoi développer sa confiance en la vie quand on crée son entreprise ?

confiance

Dans la vie on a toujours le choix. N’est-ce pas ? Alors on peut également décider consciemment de choisir d’avoir confiance en la vie ou de vivre dans la crainte. D’autant plus dans la phase de création d’entreprise.

Voici deux scénarios possibles :

1- Je suis méfiant, sceptique, objectif et prudent.

J’adore les personnes qui disent qu’elles sont objectives. Dans beaucoup des cas c’est une façon de cacher qu’elles sont en fait pessimistes. Nous les humains, on n’a pas vraiment la capacité d’être objectif. Toute interprétation est forcément orientée par notre vécu et notre humeur.
J’aime bien les scientifiques aussi. Ils affirment que rien n’est vrai tant que cela n’a pas été démontré méthodiquement. Intéressant…

Et si ils passaient à côté de quelque chose d’important que leur méthode n’était pas capable de démontrer ? A-t-on démontré que l’espoir et la visualisation sont de réels outils pour développer son business ?
Ce type de personnalité se prive tout simplement de réaliser des choses qui pourraient les aider, tant que cela n’a pas été démontré par leur méthode.

Quel dommage !

2- Je suis intuitif, confiant, optimiste et j’ai foi en la vie.

Ce deuxième type de personnalité s’apparente plus au profil de l’entrepreneur dans l’économie intuitive. C’est ceux que l’on appelle les chanceux. Mais la chance, ça se provoque !

En fait, cette personne est une personne qui visualise ses objectifs, qui demande à la vie, ou au monde invisible du soutient, et qui est capable de recevoir l’aide qu’elle a demandé. Pour recevoir ce coup de main, on a besoin d’être dans la confiance, dans la bienveillance et dans la gratitude.
Une attitude de méfiance bloque ce genre de cadeaux de la vie.

La personne optimiste et intuitive en fait n’a plus vraiment besoin de démonstration méthodique pour croire que quelque chose est vrai. Elle apprend à développer son intuition et par l’expérience, vérifie que ses ressentis se confirment. Elle sait reconnaître ce qui raisonne en elle.

Apprendre à utiliser son intuition demande beaucoup de confiance en la vie en effet. Ce n’est pas facile, et c’est en s’entraînant sur de petites actions du quotidien que l’on va apprendre à l’amadouer.

La confiance se construit réciproquement avec le temps.

Qu’est-ce que cela vous coûte d’essayer ? A peut prêt rien, seulement l’effort d’y croire. Par contre ne pas essayer, cela peut vous coûter bonbon !

Mais vous ne le saurez jamais.

12 moyens de faire connaître ma nouvelle activité

faire connaître

Les personnes qui font appel à mes services pour trouver leur mission de vie décident parfois de se lancer à leur compte, de créer une activité. Et là viennent une série de questions, comme celle de la communication. Comment trouver des clients ? Comment faire connaître mon activité ? Voici les conseils qui reviennent le plus souvent.

Se faire connaître sur le web

– Par un site internet vitrine bien référencé, enrichit d’articles pertinents publiés régulièrement pour augmenter ma visibilité auprès des moteurs de recherche.
– Je propose mes services sur une plateforme dédiée à mon métier comme Urbanmassage, Hopwork, Le Bon Coin,  Chef à domicile
– Je crée une liste d’emailling pour promouvoir mes offres et partager mon expertise. Je propose pour cela un bonus gratuit à télécharger, ainsi plus de personnes vont venir s’inscrire à ma liste.
– Je crée une page Facebook que j’associe à de la publicité Facebook pour toucher une cible spécifique
– Je partage mon expertise sur Youtube pour trouver de nouveaux prospects. C’est le meilleur moteur de recherche vidéo, et c’est là que beaucoup d’internaute vont chercher des réponses à leurs questions.
– J’active mon réseau sur Linkedin ou Video. Je suis actif sur les forums et groupes liés à ma thématique. Je partage du contenu intéressant et à forte valeur ajoutée.
– J’utilise la pub Google Adwords pour trouver rapidement des clients dans ma niche
– Je crée des partenariat avec des bloggers qui font la promotion de mes produits en échange d’une pourcentage des ventes réalisées. En général on propose entre 15 et 30 % du montant des ventes, en fonction des secteurs.

Se faire connaître sur le terrain

– J’utilise le bouche à oreille. Je propose à mes amis de parrainer des connaissances pour développer mon réseau.
– Je m’inscris à des clubs. Il existe plusieurs clubs de networking comme le BNI conçus pour aider les entrepreneurs à se faire connaître et échanger des contacts.
– Je participe à des évènements clés dans mon secteur. Salons, rencontres, congrès, conférences, réunions sur mes thématiques m’aide à rencontrer des personnes intéressées par mes services.
– Je distribue des flyers dans mon quartier. Cela me permet de présenter oralement mon projet aux commerçants du coin. Au fur et à mesure je prends confiance et je suis de plus en plus fluide en présentant mon activité.
– Je crée des partenariats avec des acteurs de mon quartier. Pour une coupe de cheveux chez ma voisine la coiffeuse, j’offre -20% sur un portrait photo réalisé dans mon studio.

Si toi aussi tu souhaites créer ton site vitrine en 1h pour te faire connaître, et être 100% autonome sans faire appel à un pro, ni apprendre à coder :
Alors cette formation est pour toi !

Une heure de formation pas à pas en vidéo, avec des partages d’écrans + une heure de coaching pour ajuster ensemble le contenu de ton site web.

Démarrer un défi des 100 jours

défi des 100 jours

Je démarre ma saison 14 du défi des 100 jours. Cela fait 14 fois que je me lance un défi pour une durée de 100 jours. C’est une pratique qui fait maintenant partie de mon mode de vie, depuis décembre 2012 ! Et oui …

Pourquoi le défi des 100 jours change ma vie ?

Cela m’oblige pendant 100 jours à concentrer mon attention sur une intention. Je fais régulièrement des mini-bilan de mon avancée sur ce projet. Cela me permet de constater que les choses avancent, et même de le mesurer concrètement.

Adopter ce mode de pensée accélère visiblement nos processus de transformation personnelle. Parfois cela semble tout simplement magique !

Comment ça marche ?

  • On pose une intention, une vision vers laquelle on veut tendre
  • On choisit une date de début et une date de fin (écris le dans ton agenda !!!)
  • On choisit une pratique, un type d’exercice à pratiquer régulièrement pour nous aider à atteindre cet objectif.

C’est tout ! C’est très simple. On n’a pas besoin de beaucoup de choses compliquées pour réaliser un défi. Par contre, le résultat va dépendre de deux choses très importantes :

  1. La façon d’exprimer l’intention. C’est important de préciser pour ne pas avoir des résultats trop violents.
  2. Investir de l’énergie dans ce défi. Plus on s’investit, plus on en parle autours de nous et plus le défi a de chances de fonctionner.

Quels outils pour réussir son défi des 100 jours ?

  • Un cahier, type journal intime.
  • S’inscrire gratuitement sur le site du défi.
  • Acheter un cahier du défi de Lilou Macé en librairie.
  • Suivre le coaching des 100 jours de Lilou.
  • Se réunir régulièrement avec des amis qui font le défi.
  • Se réunir avec des cocréateurs dans ta ville qui suivent le défi.

mission de vie

28 jours pour le féminin sacré

féminin sacré

Après un printemps assez bouleversé, une rupture, un déménagement et la découverte incongrue de l’existence du féminin sacré … me voilà face à moi même dans cette quête de découvrir ce qui se cache de sacré en ma féminité.

https://youtu.be/_sfKfTFojNE

J’ai décidé d’y consacrer 28 jours

Pendant un cycle lunaire, je me suis fixée de faire une action par jour pour développer et nourrir ce féminin sacré en moi. C’est un parcours de découverte que j’alimente d’expériences, de rituels, de lectures et d’échanges.

Voici quelques idées d’actions que tu peux toi aussi réaliser si tu souhaites vivre une expérience similaire, à la recherche de ton féminin sacré :

  • Chanter
  • Danser
  • Peindre
  • Prier
  • Méditer
  • T’habiller
  • te maquiller
  • te faire un cadeau
  • te rapprocher de la nature
  • manger en conscience
  • t’offrir des fleurs
  • honorer la femme que tu es
  • manger des fruits
  • boire de l’eau
  • bénir son utérus
  • marcher pied nus
  • se rapprocher de son corps
  • recueillir l’énergie de l’univers dans son deuxième chakra
  • libérer les mémoires stockées dans le bas ventre
  • utiliser un quartz rose pour s’apporter un peu de tendresse

Je suis certaine que tu trouveras plein d’autres idées envoutantes pour te faire du bien.

Nous sommes plusieurs en ce moment à reprendre notre place de femme dans la société, dans nos relations et dans notre vie. En ce moment, je travaille avec le Yiking pour approfondir cette recherche de l’équilibre Yin et Yang d’après la sagesse taoïste.

Si toi aussi tu souhaites explorer ton féminin sacré

si tu souhaites consulter tous les livres et les vidéos qui m’aident à avancer sur ce chemin : Clique ici. Tu accèderas à la liste complète des informations qui m’ont aidé à avancer ces deux derniers mois.

Alors ? Motivée ? on y va ! c’est le moment de prendre du temps pour soi et de se reconnecter avec qui nous sommes. Le mois d’août est le mois du féminin sacré. Et cette année 2017 semble vouloir dire aux femmes de reprendre leur place, d’incarner leur féminin sacré.

Quelle application de podcast choisir ? 7 apps pour l’été

application de podcast

Ecoutes-tu des podcast ? De plus en plus d’internautes regardent Youtube au lieu de regarder la télévision. D’autres préfèrent écouter leurs émissions de radio sur demande. Le podcast est en plein boom, un peu comme c’était le cas de Youtube il y a deux ans. Mais personne ne sait quelle application de podcast utiliser.

Pourquoi télécharger une application de podcast ?

Le Podcast est tout simplement un document audio que l’on peut écouter en streaming sur internet ou à télécharger. C’est très pratique pour écouter la radio français quand on est à l’étranger, ou pour réécouter une émission dans le métro sans connexion internet, ni radio.

Il n’est pas obligatoire de télécharger une application dédiée pour écouter des podcast, mais c’est quand même plus pratique si on veut en faire un usage simple et régulier.

Le problème dans le milieu de l’application de podcast, c’est qu’il n’y a pas encore un acteur du marché qui se démarque des autres. Donc on a l’embarras du choix, contrairement aux vidéos qui sont principalement sur Youtube, et marginalement sur Dailymotion, Vimeo ou Facebook.

Les spécificités de chaque application de podcast

Soundcloud

Au départ utilisée pour des sons, des enregistrements musicaux, des interviews et des émissions de radio, c’est une des applications les plus connues.

Avec ses 100 millions de téléchargement, elle est très agréable d’utilisation. L’application contient plus de 150 million de titres, principalement musicaux. Mais à partir d’un certain nombre de minutes publiées, le créateur de contenu doit passer en mode payant pour publier ses podcats. Ce qui peut freiner certains créateurs et donc avoir tendance à ne sélectionner que les créateurs de contenus ayant un intérêt économique. On ne trouve pas tout ce que l’on cherche dans le secteur du développement personnel, de la radio, de l’entrepreneuriat.

Personnellement je l’utilise pour repérer les créateurs de musique libre de droit, et écouter les podcasts de 3 Bloggeurs que je suis depuis plusieurs années.

Itunes

C’est l’application dédiée aux appareils Apple. Il n’est pas facile de publier sur cette application. Une grande partie de la population reçoit cette app par défaut sur un ordinateur ou un téléphone de la marque. Donc beaucoup de producteurs de contenus publient également sur cette plateforme. On y trouve des émissions régulières et professionnelles.

Mixcloud

C’est une application plutôt destinée aux DJ et à la musique.

On y trouve quelques podcasts. Je l’utilise pour publier mes interviews de 50 femmes inspirantes
L’avantage c’est que les créateurs peuvent publier du contenu gratuitement et de façon illimité. Le format payant permet d’accéder aux fonctionnalité avancées (statistiques, programmer les publications …). L’écoute est gratuite.

Podbean

Cette application de podcast est un peu vieillotte et propose surtout des podcast en anglais. Je l’utilise pour certains de mes podcast mais il faut toujours payer pour publier du contenu au delà d’une certaine limite gratuite.

http://luciediez.podbean.com/feed/ 

Podcast Addict

On y trouve tout ce que l’on cherche ! C’est un agrégateur de flux, il rassemble en une application le contenu publié sur plusieurs plateformes. Super pratique !

350 000 téléchargements de l’application, elle propose beaucoup d’émissions de radio et de contenu de qualité. On peut gratuitement télécharger les podcasts. Si l’on souhaite se débarrasser des pubs, il existe un mode payant.

• Recherche de podcasts par nom ou mots clés (300K podcasts / 10M+ épisodes)
• Liste des nouveaux/trending/Top podcasts par catégorie
• Réseaux de podcasts (Radio France, Europe1, RTL, France Info…)
• Recommendations personnalisées en fonction de vos abonnements
• Possibilité de coller le flux RSS/ATOM d’un podcast pour s’abonner. L’app supporte également les liens iTunes, SoundCloud, YouTube et Twitch

Audible

50 million de téléchargement pour écouter plus de 250 000 livres audios payants. Cette application appartient à Amazon, est peut être bien pratique pour ceux qui ont du mal à lire des livres. On reçoit le contenu sans avoir besoin de lire.

Blinkist

Cette application est gratuite le premier mois, ensuite je suis passé en mode payant. Elle propose des résumés de livres par écrit et en audio. En 15 minutes on se connecte à l’essence d’un livre, ou on peut se rappeler du contenu d’un bestseller que l’on a lu il y a quelques années. C’est très instructif et pratique. Le seul inconvénient, c’est que le résumé du livre nous donne plutôt un aperçu de ce que son lecteur en a retenu. Il est difficile d’être absolument objectifs sur des livres de développement personnel.

Et toi, quelle application de podcast utilises-tu ?

Dis moi en commentaire quelle application tu choisis pour écouter des audios. Dans quel moment de la journée préfères-tu écouter les podcasts ? Certains l’utilisent en voiture, dans le métro, en vélo, en cuisinant. Personnellement c’est plutôt en marchant dans la rue ou en prenant l’avion que l’en écoute le plus.

Quel contenu cherches-tu sur les plateformes de podcasts ?

Le syndrome de l’imposteur

Syndrome de l'imposteur

Le syndrome de l’imposteur est l’un des freins qui reviennent souvent chez les créateurs d’entreprise et les personnes à la recherche de leur mission de vie. C’est une peur normale, elle est simplement due à un manque de confiance en soi. Parfois, on peut préférer avoir moins confiance en soi que d’avoir l’air arrogant ou narcissique. Le but du jeu va être ici de trouver le juste équilibre.

Plusieurs célébrités croient elles aussi que les personnes qui leur offrent des récompenses se sont tout simplement trompées en évaluant leurs talents. Elles ont peur d’être démasqué à chaque instant.

Tu n’es pas seul !

Le syndrome de l’imposteur toucherait environ 70% des gens à un moment ou à un autre de leur vie. Les femmes y seraient plus sujettes, ainsi que les surdoué-e-s, les autodidactes et les personnes ayant bénéficié de discrimination positive.

Comment savoir si je suis dans une phase de syndrome de l’imposteur ?

Voici quelques indices qui vont pouvoir t’aider à identifier si toi aussi tu souffre du syndrome de l’imposteur.

  • Manque de confiance en soi
  • Peur de tromper les personnes qui nous apprécient
  • Avoir l’impression que son succès n’est que le fruit du hasard
  • Dénigrer ses compétences
  • Penser avoir plus de chance que de talents
  • Peur d’être démasqué
  • Se focaliser sur les chiffres et non sur le succès
  • Se comparer sans cesse aux autres

La bonne nouvelle c’est que cela arrive à beaucoup d’entrepreneur qui réussissent dans la vie. Ce n’est pas une maladie, mais plutôt un état passager qui dépend de la confiance en soi du moment.

Comment y remédier ?

  • Faire quelques exercices de confiance en soi
  • Faire appel à un coach personnel
  • Demander des retours à ses clients
  • Publier des témoignages clients
  • Comprendre que tu es une personne unique et que seul toi peut faire ce que tu as à faire

Quels sont les avantages à être un débutant ?

Le débutant contrairement à l’expert sait parler avec un langage plus accessible. Il n’a pas encore intégré son jargon et explique les choses simplement.

Le débutant va avoir un enthousiasme lié à la découverte d’un nouveau domaine, que l’expert ne va plus avoir. Cette énergie fraîche est entraînante et nous donne envie de plonger dans cet univers. Pour prendre la parole sur un sujet complexe, les débutants sont souvent plus à même de bien passer le message.

 

 

Pour aller plus loin au sujet du syndrome de l’imposteur, lis l’article : La barrière entre amateur et professionnel disparaît et l’article de Rebelles Créatives sur la peur du ridicule 

Apprendre à prendre sa place après la dépression

Apprendre à prendre sa place

La volonté de prendre sa place n’est pas quelque chose de linéaire à mon avis. tout au long de notre vie, en fonction de la confiance en nous que nous avons et de notre moral, on va avoir plus ou oins envie de prendre notre place dans ce monde.

Deux vidéos Youtube

Il y a un an je publiais mes deux première vidéos sur Youtube : Je vis sans frigo et je rallume mon étincelle. La première as eu un succès fulgurant, alors que je l’utilisais comme un prétexte pour faire un premier essaie. La seconde parlais déjà plus de choses personnelles comme ma dépression et les actions que j’ai mise en place pour en sortir.

Les symptômes de la dépression

Il y a deux ans, j’étais en plein coeur de ma dépression. C’est là que les symptômes étaient le plus fort. Elle a duré plus d’un an en tout. Je suis passée par plusieurs phase :

  • Ce que je fais n’a pas de sens
  • Je pleure tous les vendredi au travail
  • A quoi bon travailler si l’on n’a pas de temps à passer avec ses amis
  • J’ai tout ce qu’il faut pour être heureuse, mais je me sens coupable de ne pas être heureuse
  • C’est honteux de se plaindre dans ma situation, je ne peux demander d’aide à personne
  • Je me sens comme un vieux vélo rouillé inutile. Je prends trop de place. Je ne sais pas où me ranger en attendant … en attendant quoi ?
  • Je n’ai pas envie de mourir, mais vivre c’est trop difficile.
  • Mais qu’elle idée de venir m’incarner sur cette foutue Terre. Hé ho, envoyez moi de l’aide là-haut !
  • Je ne suis pas digne d’être aidée.
  • Je suis de mauvaise compagnie pour les autres.

Etcetera … oui ce n’est pas beau à voir ce qui se passe dans la tête d’une personne en dépression. Dans mon cas, ça s’assimile aussi beaucoup à ce qu’on appelle la nuit noire de l’âme. Mais bon, aujourd’hui, la question n’est pas là.

Comme on peut le voir, pendant ma dépression, j’avais le sentiment de prendre trop de place. Je ne voulais pas déranger, ni être aidé ou une source de problème pour les autres. Je voulais me faire toute petite pour avoir le moins d’impact possible sur mon entourage. Je voulais disparaître ou devenir invisible.

Et je suis arrivée à Naples, la ville pour apprendre à prendre sa place

C’est dans ce contexte là que j’ai déménagé à Naples. Pas très joyeux les premiers mois. Aujourd’hui, deux ans après, je m’apprête à quitter cette ville dans une toute nouvelle démarche. J’ai besoin de respirer, d’avoir plus de place !

Aujourd’hui j’ai le sentiment d’être dans une boîte pas assez grande pour moi. j’ai besoin de changer d’endroit car ici je n’ai plus la place de rayonner toute ma lumière. Je n’arrive pas à m’exprimer totalement et partager qui je suis en toute authenticité.

Alors, qu’est-ce qui a changé pour me donner envie de trouver ma place ?

Tout d’abord, le contexte. Naples à mon avis est une excellente université pour ceux qui n’osent pas prendre leur place. Si tu ne t’imposes pas, personne ne va te laisser passer.

  • Tu dois jouer des coupes pour arriver au comptoir et obtenir un café
  • Tu dois regarder méchamment le conducteur de la voiture pour qu’il s’arrête et te laisse passer au passage piéton
  • Tu dois faire des appels de phare sur l’autoroute pour que la voiture devant toi se rabatte et te laisse doubler
  • Tu dois parler fort si tu veux acheter un ticket.
  • Tu dois te coller à la personne devant toi dans la file si tu veux pas te faire doubler par la mamie qui va acheter ses tomates.
  • Tu dois klaxoner pour passer.
  • Tu dois payer pour obtenir un mètre carré à toi sur la plage.

J’exagère à peine. Naples m’a vraiment appris à parler plus fort, à m’imposer et à ne plus me laisser marcher sur les pieds. Des valeurs assez contradictoires avec ma façon de faire très adaptative.

J’avais l’habitude de m’adapter à la situation pour que tout se passe bien. J’ai appris à imposer mon point de vue dès le début pour ne plus péter les plombs sur le long terme.

Par instinct de survie, j’ai dût apprendre à m’exprimer pour ne pas mourir écraser. Un super exercice pour m’obliger à extérioriser qui je suis, même si j’ai été très maladroite au début.

Trouver ma mission de vie

En parallèle, j’ai travaillé sur ma mission de vie et mon Pourquoi-Quoi-Comment :

J’ai mis en place des actions concrètes pour me sentir mieux dans ma vie :

  • Quitter mon job
  • Créer mon entreprise
  • Changer d’appartement
  • Inviter des amis
  • Développer ma créativité
  • Faire taire mes monstres intérieurs
  • Contacter des personnes inspirantes
  • Couper des liens avec certaines personnes

Chaque petit pas m’a conduit vers une phase d’expansion. J’ai de plus en plus besoin de partager ce qu’il y a en moi. Ca grouille d’idées et d’inspiration. Il est normal dans mon cas d’avoir besoin de changer de lieux car quand je suis arrivée, je voulais prendre le moins de place possible, ne pas déranger. Aujourd’hui j’ai besoin de m’exprimer et de me montrer.

C’est le moment de prendre sa place !

Après avoir coupé les liens avec ce qui vous tire vers le bas, on peut travailler sur qui on est. J’ai un programme de 21 jours pour trouver sa mission de vie. J’anime aussi des formations et des coaching pour aider chacun à promouvoir de son projet, prendre la parole sur les réseaux sociaux.

Alors si toi aussi tu as besoin de prendre ta place, contacte moi, ou abonne toi pour être tenu au courant de mes prochains article sur ce sujet.

C’est le moment de couper des liens

couper des liens

On est tous un peu bouleversé depuis ce printemps. On sens que c’est le moment de couper des liens. Cette année 2017 dans sa globalité est le moment de faire ce gros nettoyage personnel avant de passer dans la cinquième dimension. Nous sommes au coeur de la 4° dimension.

On élimine le karma

On a parlé de ce passage avec Emilie Aurore. Elle est karmathérapeute, et nous explique pourquoi le karma est en train de disparaître. En ce moment nous réglons nos dettes karmiques. On remet les compteurs à zéro. C’est le moment de faire du ménage dans nos vies pour faire de la place au nouveau.

A quel nouveau ?

On ne le sait pas encore exactement. Mais on sait que cela va nous demander d’être conscient de nos pensées, paroles et gestes. On sait cela va nous demander la rigueur de vivre dans l’instant présent en peine conscience.

Mais pour faire cela, pas question de se trainer nos vielles casseroles. On a besoin de faire de la place, du vide. Pour vous concentrer ou méditer, préférez-vous aller dans une salle de yoga ou dans votre cave avec tous les cartons du déménagement ?

Quels sont les liens à couper ?

Il existe beaucoup de liens invisibles qui nous attachent et d’une certaine façon nous prive de liberté. Je parle ici de liberté de bouger, de penser, d’avoir la possibilité de faire le vide. Plus ma maison est remplie d’objects et de meubles, et plus j’ai des difficultés à déménager.

Les liens que nous sommes amenés à couper en ce moment sont des :

  • relations toxiques, non alignées ou limitantes
  • projets construits par notre ego, dans une dynamique d’entêtement.
    • Il va bien finir par changer et on pourra alors …
    • J’ai tout misé sur ce projet, je ne peux pas jeter 4 ans comme ça
    • je serais heureux quand …
  • objets achetés dans l’espoir que …
    • je maigrisse,
    • j’apprenne le violon,
    • j’ai des enfants,
    • j’aille à la plage,
    • qu’il m’invite au restaurant,
    • d’aller à un mariage …
  • lieux
  • amitiés
  • newsletters
  • habitudes qui ne me servent plus
  • croyances limitantes
    • On ne peut pas être riche et gentil
    • l’argent ne tombe pas du ciel
    • on ne peut pas exercer ce métier sans diplôme
    • pour faire un travail épanouissant il faut travailler 70h par semaine
    • les hommes beaux sont tous des co****rd
  • comportements alimentaires
  • addiction au travail
  • culpabilité de ne pas …
    • se lever tôt
    • faire de la méditation
    • aimer les enfants
    • manger 5 fruits par jours
    • être heureux avec ce que j’ai
    • lire des livres
  • jeux d’argent / drogues / sexe
  • mécanismes comportemental (blessures de l’âme, manipulation …)

Comment couper des liens ?

Il existe plusieurs façons. Si ce sont des liens karmiques relationnels, on peut imaginer un lien invisible entre lui et moi et le couper. La prière aide aussi beaucoup. Et quelques jours de deuil sont nécessaire pour finir le nettoyage.

Pour t’aider à te libérer de tes peurs, tes blocages, mécanismes comportementaux et pensées limitantes, j’ai créé un programme pour toi :

Pourquoi est-ce le moment de couper des liens ?

Et bien parce que nous sommes au coeur de la vague. C’est le moment de faire le grand nettoyage, de régler nos affaires pour pouvoir passer tout léger dans la cinquième dimension. Là bas, il n’y a pas de place pour nos peurs, nos mémoires intergénérationelles ou nos liens karmiques. Nous avons besoin de nous alléger pour être disponible au moment présent.

Dans la cinquième dimension, nos pensées créent notre réalité. Alors vous ne voulez pas continuer à fréquenter un pervers narcissique qui vous fait croire que vous ne valez rien. Cela aurait des conséquences horribles sur votre compte en banque !

C’est le moment de prendre sa place,
de reprendre confiance en soi !

https://youtu.be/YFiFVCX2T2M

Comment définir et parler de mon projet ?

parler de mon projet

Nous avons tous un rêve à l’intérieur de nous, un projet que l’on aimerai vraiment réaliser. Mes clients viennent vers moi pour les aider à réaliser ce rêve. Mais la première étape est d’apprendre à bien définir les buts et objectifs pour apprendre à parler de mon projet.

La différence entre but et objectif

Souvent quand on parle de notre projet, on se concentre sur l’expression d’objectifs à cours terme, d’objectifs, de moyens, de choses visibles. C’est important, oui, mais pour que l’interlocuteur ai envie d’écouter, et de contribuer à ce projet il doit être sur la même longueur d’onde. Pour qu’une personne soit motivé à vous aider, de quelque façon que ce soit, il doit partager votre vision.

Un but est une destination ultime que l’on donne à notre projet, c’est vers là que l’on tend. Alors qu’un objectif est simplement un moyen d’y arriver, une étape intermédiaire.

La différence entre mission de vie et « Le pourquoi »

La mission de vie est ce but vers lequel on doit tendre, tout au long de notre vie. C’est une direction, un chemin vers lequel on va et qui nous rend heureux. Quand on s’éloigne trop de celui-ci, on peut vivre des moments difficiles comme des maladies, accidents, burnout, dépression … Définir notre mission de vie nous aide à donner un sens à notre vie. C’est un concept très global.

Alors que notre Pourquoi, c’est définir le sens que l’on donne à chaque chose que l’on fait. Dans chacune des actions que nous avons fait dans notre vie, nous y avons mis une même intention. Trouver notre pourquoi revient à comprendre quel est ce fil conducteur de notre vie. Quelle est notre moteur, facteur de motivation dans tout ce que l’on entreprend. Il est unique à chaque personne. C’est une vibration très personnelle.

Quand on comprend notre propre pourquoi, on se rapproche facilement de personnes qui entrent en vibration, en résonance avec notre pourquoi.

Exprimer clairement ma vision

Définir sa vision est une étape essentielle dans la création d’un projet. On a besoin d’exprimer clairement notre vision avant d’entrer en collaboration avec d’autres acteurs. C’est quand notre vision et nos valeurs sont mises à plat que l’on est capable de parler de son projet avec plus de clarté.

La vision détermine le champs d’action sur lequel je veux avoir un impact. Elle contient un espace-temps délimité, une tranche de la population, une zone géographie, un aspect de la réalité de cet espace-temps. Ensuite, on va identifier la frustration première. C’est elle qui nous pousse à vouloir monter un projet pour changer quelque chose.

La vision contient donc nos valeurs, nos frustrations / indignations ainsi que la solution que l’on propose pour résoudre ce problème, et comment on compte s’y prendre pour le résoudre.

Exprimer mon intention avec ce projet

Pour parler de mon projet, je vais avoir besoin d’exprimer une intention. On a vu plus haut comment définir le champs d’action et l’action que l’on va mettre en place. Parler d’intention va nous aider à exprimer clairement quelle modification notre action va avoir sur l’environnement.

Définir mon projet

Définir le cadre me permet de pouvoir parler de mon projet plus facilement, avec une plus grande fluidité. On va devoir répondre aux questions suivantes :

  • A qui s’adresse mon projet ?
  • Dans quel objectif ?
  • Par quels moyens ?
  • Quelle action mettre en place ?
  • Quelles sont mes aptitudes pour y arriver ?
  • Quels bénéfices ces personnes là en tirent-elles ?

En gros cela revient à trouver son Pourquoi / Quoi et Comment


 

Parler de mon projet

Finalement on y arrive, la phase finale : parle de mon projet aux différents acteurs ou facilitateurs de mon projet.

C’est seulement une fois que tout le reste a été éclaircit, que l’on va être capable de formuler un message clair en choisissant les mots justes adaptés à notre cible.

 

Si tu ressens le besoin de travailler ses aspects là, je propose une formation collective qui démarre le 1° juillet 2017 et des parcours de coaching individuels pour définir ton projet avec toi.