comment guérir un burnout

Categories:

Le burnout c’est un peu la maladie de la décennie. Avec les pressions économiques croissantes, le bonheur que nous recherchons tous (et qui parfois peut s’apparenter à une petite tyrannie), le temps qui nous manque en permanence et cette fichue pandémie, on a l’impression d’être épuisés, tout le temps. Si tu es là en train de lire cet article c’est peut-être que malheureusement tu es toi-même concerné par le burnout. Ne t’inquiète pas. La bonne nouvelle c’est qu’on s’en sort. Je vais te donner des pistes pour arriver à te sortir de cet état qui t’empêche de t’épanouir. 

Reconnais les signes du burnout

La première chose à faire est de reconnaître les signes du burnout. Comme je le disais en introduction, nous sommes tous épuisés en permanence alors parfois on confond épuisement et burnout. Mais ce n’est pas la même chose. 

Dans l’article Comment reconnaître les symptômes du burnout, je reviens en détails sur les points de vigilance. 

Laisse-moi te faire un résumé

  • Tu oublies souvent et tu as des difficultés de concentration
  • Tu n’es plus fier de ton travail et tu te dévalorises
  • Tu n’as plus d’objectifs
  • Tu as du mal avec les autres jusqu’à t’isoler
  • Tu es de plus en plus irritable
  • Tu souffres de tensions musculaires, douleurs, fatigue et insomnie inexpliquées

Essaie de comprendre l’origine du burnout

Là ce n’est pas facile. Quand on souffre d’un burnout, on a l’impression d’avoir un gros nuage noir dans la tête et que tout est emmêlé. Comme on ne se sent pas bien dans son travail, cela a des répercussions sur sa vie privée également jusqu’à arriver à un stade où tout se retrouve dans le même sac, version pot pourri bien pourri. 

En règle général, le burnout (aussi appelé épuisement professionnel) est donc, comme le nom l’indique, souvent lié à des déclencheurs professionnels, comme le stress d’un travail de plus en plus exigeant. Mais tu peux également être victime de burnout quand

  • Tu as un programme scolaire rigoureux
  • Tu fais face à des problèmes relationnels, en particulier ceux qui semblent tourner en rond sans être résolus
  • Tu t’occupes d’un être cher souffrant d’une maladie grave ou chronique
  • Tu es parent 

Il est donc important que tu te poses les bonnes questions pour comprendre d’où vient ton épuisement. Je te conseille de te rapprocher d’un thérapeute qui saura te poser les bonnes questions et t’aider à y voir plus clair. 

Dans cet article, je vais parler de l’épuisement professionnel mais il me semblait important de clarifier ce point. 

Parle à ton boss…ou pas

Alors bien sûr ce conseil ne s’applique que si tu as un boss! Si tu en asun, tu as plusieurs options.

✔️Tu as confiance en ta direction: vas-y! Prends rendez-vous tout de suite! Le burnout est un phénomène de plus en plus connu donc ils te porteront sûrement une oreille attentive et te proposeront des pistes de solution. 

❌Tu n’as pas confiance (et même tu as compris que ton burnout avait pour origine tes conditions de travail): tu sais que ton burnout vient des conditions de travail mais tu n’as pas confiance. Dans ce cas-là, tu peux te rapprocher de la médecine du travail qui pourra t’aider. Tu devras t’arrêter (j’en parle dans le point suivant) et pendant cet arrêt, tu pourras prendre le recul nécessaire pour te poser les bonnes questions: y a-t-il des choses que tu peux mettre en place ou bien, faut-il que tu changes de job… 

Dans tous les cas, protège-toi et pense à toi. Personne n’est irremplaçable et ta santé passe en premier ok? 

Prends du temps pour toi

Je parle bien d’un arrêt de travail. Si tu es comme 99% des personnes qui font un burnout, tu es certainement consciencieux, sérieux et courageux. Si tu en es arrivé au stade de l’épuisement c’est bien parce que tu ne t’es pas beaucoup reposé ces derniers temps, je me trompe? Alors mon conseil de t’arrêter ne passe sûrement pas très bien auprès de toi. 

Et pourtant c’est absolument nécessaire! Ton corps n’en peut plus et il te le fait savoir. Donc si tu continues, tu risques de le mettre tellement à mal qu’il peut te lâcher, littéralement. Certaines personnes qui sont allées au bout de leurs limites et même plus sont devenues incapables de retravailler, comme si leur cerveau avait brûlé (d’où le terme burn-out). Tu ne veux pas en arriver là n’est-ce pas? Alors une pause s’impose (oui je sais elle était facile celle-là!). 

Reprends goût à ton travail

Pendant ton temps libre, tu te retrouveras plongé dans de précieux moments de sommeil, de relaxation et de recalibrage dont tu as grand besoin. C’est aussi un bon moment pour anticiper ton retour à la vie active et pour mettre en place des tactiques pour ne pas retomber dans le burnout. 

Un excellent moyen pour y parvenir est le journaling. Dans un article je te parle des vertus thérapeutiques du journaling. Ici, je veux te parler de tenir un journal de gratitude

Prends quelques heures chaque jour pour réfléchir aux raisons pour lesquelles tu es reconnaissant de ton travail. Les avantages scientifiques de la gratitude sont réels, alors essaie d’adopter cette habitude même après ton temps off. Essayer de passer délibérément de pensées négatives à des pensées plus positives peut t’aider à améliorer tes perspectives. 

Si tu as du mal à trouver des idées très positives pour commencer, assure-toi simplement que ce que tu écris n’est pas trop négatif. Les mots influencent les sentiments … et tes sentiments comptent!

Si tu as besoin d’aide pour commencer, tu peux essayer de te rappeler pourquoi tu as accepté cet emploi à la base et rappelle-toi l’enthousiasme et l’énergie que tu avais autrefois. Bien qu’elles puissent être épuisées aujourd’hui, il n’est pas trop tard pour les retrouver, surtout si tu peux te concentrer sur les raisons pour lesquelles tu es reconnaissant pour ton emploi. Si tu es déterminé à trouver un nouvel emploi, utilise cette pratique de la gratitude pour remarquer les aspects de ton emploi actuel que tu apprécies, et assure-toi de les intégrer dans ta recherche d’emploi. Car même si tu décides de changer de travail, si tu entreprends de rechercher un emploi dans un état d’esprit totalement négatif par rapport à ton ancien travail, tu risques de faire les mauvais choix. 

Tu dois connaître et poser tes limites

C’est peut-être la leçon la plus importante, celle que j’aimerais que tu retiennes. Accepter plus que ce que tu peux gérer est un moyen sûr de t’épuiser, et c’est aussi le moyen le plus facile de devenir amer envers ton patron ou ton travail en général. 

❌Tu n’es pas un super héros, tu n’as pas à porter sur tes épaules plus qu’elles ne peuvent en supporter. 

❌Tu n’es pas parfait et c’est normal d’avoir des limites

Si tu ne les connais pas, tu ne pourras pas les imposer à ton entourage et donc tu risques de te retrouver dans la même détresse rapidement car tu sais comment ça marche: plus tu en fais, plus on t’en demande! Normal, c’est génial de pouvoir compter sur quelqu’un de compétent et de volontaire! 

Mon conseil, liste toutes les tâches que tu effectues au travail. Ensuite, marque d’une couleur celles qui correspondent à ta fiche de poste et d’une autre couleur celles qui sont en plus. De voir apparaître visuellement et factuellement tout ce que tu as fait en trop devrait te permettre de dire non la prochaine fois qu’on te demande de faire une des ces tâches. 

Apprends à dire non pour éviter un nouveau burnout

Nous y voilà! La partie qui va certainement être la plus difficile pour toi et pourtant, tu ne peux pas y échapper. Pour ton bien, tu dois apprendre à dire non. Oui je sais que c’est difficile de dire non mais il y a tellement de bénéfices! 

Si tu dis oui à quelque chose que tu ne sais pas faire, je te connais, tu vas tout faire pour y arriver quand même quitte à arrêter de dormir et tu vas y laisser ta santé

Ou bien tu vas le faire mais pas aussi bien que tu aurais aimé et donc tu vas t’en vouloir et mettre à mal ta santé mentale. 

Heureusement, il existe des moyens sains de dire “non” de manière à ce que personne ne mette en doute tes capacités mais, au contraire, qu’il respecte tes limites et ton honnêteté. 

Si tu formules le “non” d’une manière qui souligne tes autres engagements ou ton souci d’accepter une tâche que tu ne peux pas terminer au mieux de tes capacités, ton patron admirera ton honnêteté. Si tu veux montrer que tu peux le faire, tu peux le formuler comme ça: “Je serais heureux de le faire, mais j’ai actuellement des engagements x, y et z, et je ne pourrai pas répondre à votre demande à temps. Serait-il possible de la livrer plus tard ? Si oui, je serais heureux de le faire !” 

Il existe une multitude de façons de dire non sans paraître impoli ou non professionnel, alors prépare quelques lignes à l’avance afin que, si une demande écrasante te parvient,tu sois prêt à dire non si nécessaire.

J’espère que cet article t’a aidé à trouver des pistes pour te sortir de ton burnout.

Si tu penses être au bord du burnout ou si tu as besoin d’aide pour y voir plus clair, prends vite rendez-vous avec moi pour une séance de coaching découverte. Ensemble nous verrons si je suis la personne qu’il te faut pour t’aider. A bientôt

Tags:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *