Nous sommes condamnés à trouver le juste milieu

Vous est-il déjà arrivé d’avoir un penchant naturel qui provoque des catastrophes dans votre vie ? Avez-vous pris des mesures pour éviter ce penchant naturel ? Êtes-vous finalement tombé dans l’excès inverse avant de trouver le juste milieu ? C’est bien de cela que nous allons parler aujourd’hui.

Une vie passée à trouver le juste milieu

Moi par exemple, j’avais tendance à faire trop souvent la fête quand j’étais étudiante. Puis quand je suis devenue une jeune cadre dynamique, j’ai tout arrêté net. Finalement je me rend compte que la vie ce n’est ni un monastère, ni une discothèque. Il faut des deux.

J’aime bien aussi l’exemple de la Youtubeuse crudivore Rawvana, qui du jour au lendemain arrête la cigarette, l’alcool, la viande et les aliments cuits. Elle tient ce régime principalement frugivore pendant trois ans. Finalement elle décide de revenir à une alimentation végétalienne sans gluten. C’est peut-être sa façon à elle de trouver le juste milieu ?

Le funambule cherche à trouver le juste milieu

Tout d’abord le funambule commence par se déséquilibrer sur la droite. Il ramène sont centre de gravité proche du sol pour ce recentrer. Parfois c’est sur la gauche qu’il va pencher. Sa vie sera mise en danger s’il se penche trop de chaque côté. Mais tant que les déséquilibres sont contrôlés, il ne risque pas de tomber.

On expérimente un extrème, puis l’autre. Le bonheur c’est de trouver le juste milieu, tout est une question d’équilibre.

trouver le juste milieu

L’équilibre, synonyme de paix

La paix se trouve dans la réduction des vagues émotionnelles. Il nous arrive à tous d’avoir parfois des haut et des bas. Nous avons tous une partie en nous d’un peu lunatique. La vie est faite de fluctuation, ce sont les cycles de la vie. La nuit nous permet d’apprécier le jour …

Mais quand on arrive à vivre aussi bien dans l’un que dans l’autre, dans les deux opposés, c’est là que l’on peut trouver le juste milieu. En fait c’est cela la clé du bonheur.

Mon petit secret …

C’est que quand j’étais adolescente je faisais du cirque et ma spécialité c’était le funambulisme. En fait non, j’avais le vertige. Donc techniquement je n’étais pas une funambule, j’étais une fil-de-ferriste. C’est  dire que je faisais des acrobaties sur un fil de fer à moins d’un mètre du sol.

Tu as aimé cet article ? Partages le avec tes amis
YouTube
Instagram
Pinterest
Pinterest
LinkedIn
Twitter
Facebook
RSS