Une transition politique semble devenir urgente et nécessaire

La transition politique

Voici une expression quasiment inexistante sur Google aujourd’hui. Mais pourquoi ? C’est un grand mystère pour moi. Il me semble clair aujourd’hui que nous arrivons à une crise politique au point de devoir engager un réel changement. Nouvelle constitution ? Nouveau modèle ?  La question n’est plus de savoir si elle va arriver, mais comment la transition politique va-t-elle se concrétiser ?

Suite aux printemps arabes, au mouvement des indignés et aux nuits debout, on s’est rassemblé, on a parlé. Et puis quoi ?

Nous avons d’un côté une tendance de partis alternatifs émergents de la gauche radicale ayant du mal à s’insérer dans le système en place tels que Podemos en Espagne, Cinque Stelle en Italie, Syriza en Grèce, et peut-être Mélanchon en France. Et puis de l’autre côté l’impossible semble devenir bien réel avec la montée de Trump et Marine Lepen. Est-ce un mal nécessaire à une réelle prise de conscience ?

La politique représente-t-elle encore quelqu’un ?

Jacques Attali a publié un livre donc le contenu est une proposition de programme politique pour le prochain président élu en France : “100 jours pour sauver la France”. Il déclare qu’aucun président n’a été élu depuis 1988 en ayant préparé un programme digne de ce nom. Nous sommes dans une crise de la politique nationale. La classe politique ne représente plus la nation. On constate qu’il n’y a pas plus de quelques centaines de milliers d’adhérents à un partit politique en France, ce qui ne représente même pas 1% de la nation. Les électeurs ne donnent plus de crédit à leurs représentants et ont de plus en plus de mal à se déplacer aux urnes.

“Le modèle politique actuel n’est plus viable.”

La classe politique a finalement beaucoup de mal à tenir ses promesses et avoir un impact sur la réalité. Nous avons lutté pour obtenir le droit de vote. Aujourd’hui le vote aux urnes ne sert plus. Le seul vote qui compte aujourd’hui, et vous le savez déjà, c’est la consommation. Quand j’achète un objet, je cautionne son système de production. Je finance son inventeur, je suis responsable de l’impact social, environnemental et économique de sa production. Sans la demande, l’offre n’existe pas. Sans les clients, l’entreprise ferme ses portes. A chaque passage à la caisse, c’est comme si je mettais 40 euros de bulletins de votes dans le système. C’est ça la transition politique.

Les questions que pose la transition politique

  • Doit-on sortir du système actuel ?
  • Doit-on réécrire la constitution et changer de modèle démocratique ?
  • Peut-on voter depuis nos smartphones ?
  • Pourquoi l’administration est-elle encore aussi compliquée à l’heure de l’ubérisation ?
  • Pourquoi sommes nous gouvernés par des personnes aussi éloignées de nos réalités ?
  • Peut-on relocaliser la politique à l’échelle locale ?
  • Le revenu universel et la flat tax sont-ils réalisables dans notre situation ?
  • Doit-on manger des choux de Bruxelles pour rembourser la dette publique ?

Par ailleurs, pour Baptiste Créteur la politique a échoué dans sa mission de maintenir l’état sous contrôle et au service des citoyens. Les contre-pouvoirs, les gardes fous ne fonctionnent pas comme prévu. Nous sommes en fait dans un système défaillant. Finalement pour lui aujourd’hui nous n’avons plus besoin de politique.

Ce qui est sûr c’est qu’un nouveau mécanisme est à inventer, et il y a de la place pour tous ceux qui ont des bonnes idées.

Partager c'est contribuer