Christelle Armand de la finance au coaching en passant par St Jacques de Compostelle

Bonjour Christelle, tu as quitté la finance pour pratiquer le coaching. Tu partage ton parcours personnel sur Youtube. Peux-tu m’en dire un peu sur toi ? Qui es-tu ?

Waouh vaste question pour commencer ! Je suis une femme de 38 ans qui vit à Nantes 🙂 J’ai eu un parcours de vie très conditionné au départ. J’ai un bac +5 en finance, et j’ai commencé à travailler dans ce secteur. Je n’étais pas vraiment heureuse mais c’était “la vie” comme je le croyais à l’époque. Et puis à 25 ans ma vie a connu un tournant avec le décès de mon père. J’ai alors commencé à me demander profondément quel était le sens de cette vie, qu’est ce qu’on “faisait” là, est ce qu’il n’y avait pas autre chose que ce que je croyais… Et tous ces questionnements m’ont amenée à une profonde et intense remise en question, et au niveau de mon activité à une reconversion professionnelle en 2008, l’année de mes 30 ans.
Je suis indépendante depuis 2010, après une formation de coaching. Et j’ai commencé par accompagner à la reconversion professionnelle, avec des outils très “pragmatiques” de coaching, sur base de PNL, analyse transactionnelle… Puis mon chemin personnel s’est orienté très fort vers la spiritualité, la créativité et le corps, car j’ai un mental très actif, alors à un moment pour ne pas imploser, je devais retrouver mes racines, et revenir dans mon corps. La danse libre, par les 5 rythmes et la danse médecine m’y ont beaucoup aidé. Et plus récemment des pratiques artistiques avec le chant, la peinture, la sculpture, le théâtre.
En parallèle de ça je suis passionnée par la spiritualité qui est une quête centrale dans ma vie. Et aujourd’hui mon activité est un mix de tout cela : le coaching, la spiritualité, le corps, la créativité. Je vois la vie comme un chemin vers soi. C’est l’invitation qui nous est faite en tout cas, mais on a le choix et le pouvoir à chaque instant de la voie qu’on emprunte.
J’accompagne à cela aujourd’hui, à revenir vers soi, à s’écouter, se faire confiance, se laisser guider par la vie, et être pleinement soi. Mes propositions passent par le corps, la danse avec la pratique de “danse du mouvement de la vie” que je facilite, le retour vers soi avec la pleine conscience. Et j’offre aussi des espaces pour les entrepreneures, sous forme d’un réseau “les entrepreneuses magiciennes”, de journées magiques, et de groupe de co-developpement.

Quelles sont tes frustrations, indignations dans cette vie ?

Tout ce que je propose dans mon activité part de moi. Je crois que l’on accompagne le mieux sur le chemin qu’on a parcouru soi même. Ma plus grande frustration c’est que mon mental, qui est programmé et conditionné, veut être au contrôle de ma vie. Au détriment de mon coeur et de mon corps. Alors toute ma quête est de viser l’alignement et l’équilibre pour créer la vie qui me correspond et me convient. Ne pas s’autoriser à vivre ce qui nous fait pétiller, et s’empêcher d’offrir au monde notre lumière, c’est ma plus grande frustration. Sur mon propre chemin, et ce que j’ai envie d’aider à libérer aussi pour les autres.

A ton sens, quelle est ta mission ? Quel est le but de ta vie ? Ton ‘Pourquoi’

Je résonne de moins en moins avec le concept d’avoir “une mission de vie”. Je l’ai cherchée longtemps et cette quête m’a épuisée. Je ne crois pas qu’on ait une “mission” figée et assignée pour toute la vie. Ça bouge, ça évolue, ça change, ce qu’on est à l’intérieur et à l’extérieur ! Aujourd’hui je crois que mon chemin personnel c’est de passer de mega-rationnelle (dans la finance, à ne croire à rien d’autre qu’au monde matériel), à révéler l’artiste qui est en moi, et l’être spirituel. Puis de partager au monde ce chemin et d’accompagner ceux qui sont sur le même 🙂

Quel a été ton déclic ? Ce qui t’a poussé à démarrer ?

Mon 1er déclic c’est le mal-être que je ressentais dans la finance, et toute la remise en question sur le sens de la vie qu’a entraîné le décès de mon père. Plus récemment, j’ai réorienté mon activité il y a 3 ans, alors que je me sentais complètement perdue et que le coaching “pur” ne me correspondait plus. N’arrivant pas à y voir clair je suis partie faire le chemin de Compostelle à pied, pour 3 mois, et j’ai partagé mon expérience en faisant des vidéos quasi tous les jours.
”C’est là que j’ai compris que partager mon chemin est ce qui a le plus d’impact dans le monde.”
Et que c’est aussi simple que ça. Il y a juste à Être soi en fait, et faire ce qui nous fait vibrer. La vie nous guide toujours vers cela, mais ça demande du courage d’écouter son coeur et de se faire confiance.

Comment s’organise ton quotidien pour réaliser cette mission ?

Mon quotidien n’est pas du tout structuré, bien que je sente de plus en plus qu’une certaine discipline me serait bénéfique. Notamment de consacrer en priorité du temps à mon corps, à prendre soin de moi, et à faire ce qui me fait du bien. J’essaie de prendre du temps le matin pour ça. Mais ce n’est pas encore systématique. J’ai aussi de plus en plus besoin d’avoir un espace quotidien pour ma créativité. Que ce soit danser, chanter, peindre, sculpter… mais avoir un temps pour ça. La matin c’est idéal. C’est ce qui me permet le plus facilement de m’aligner avec mon être. Ensuite je teste en ce moment de communiquer le plus possible à l’extérieur, via mon blog ou les réseaux. Sans stratégie particulière, juste partager ce qui est présent pour moi et qui me vient dans l’instant. Je crois vraiment que la vie nous guide à chaque instant, la difficulté est de lui laisser les commandes, et de s’abandonner à ce mouvement. C’est mon entrainement quotidien.

Quelles actions as-tu mise en place pour démarrer ?

J’ai été très focalisée sur les aspects juridiques, financiers, la stratégie marketing, les supports de communication… Aujourd’hui je crois vraiment que ceci ne doit pas prendre toute l’énergie au départ. Il y a besoin de le prendre en compte oui, mais s’écouter et faire ce qui nous fait vibrer aura beaucoup plus d’impact selon moi.

Quelles compétences utiles avais-tu avant de démarrer ?

Avec mes études j’avais pas mal de connaissances. Ça m’a aidé, mais je pense que ça a été aussi un frein car ce “conditionnement” dans la façon d’aborder la création d’entreprise m’a empêchée d’écouter pleinement mon coeur, et mon intuition au démarrage. Et j’aurais gagné du temps en équilibrant les deux.

Qu’as-tu appris en démarrant cette aventure dans le coaching ?

C’est vraiment difficile de résumer. Le point qui me semble le plus important c’est de vraiment laisser à la place à son intuition et se laisser guider par son coeur. Pas par ce qu’il “faut” faire selon les codes du business et des autres !

Quel conseil aimerais-tu donner à une autre femme qui n’ose pas se lancer ?

De vraiment faire confiance à ses élans du coeur. Et pour moi ça se fait en 2 temps :
  1. Prendre du temps pour se centrer, par tous les moyens qui sont bons pour soi, et chacun est différent. Ca peut être par une activité, par le fait de passer du temps en nature, de méditer… Mais aller dans cet espace de soi qui est calme et qui “sait”, et entendre la direction que l’on veut prendre à partir de cet espace, pas dans le mental.
  2. Passer à l’action à partir de cet élan. Poser des actes concrets, même tous petits. Mais oser. Sans action rien ne se passe. Et dans mon parcours j’ai par moments tellement attendus que ce soit “parfait” avant de faire quoi que ce soit que je sais combien il est important de se mettre en mouvement le plus possible.
    Et ensuite c’est une danse entre ces 2 zones. Savoir régulièrement se recentrer pour entendre sa guidance intérieure, qui nous donne la direction, et passer à l’action pour voir ce qui se passe, et ajuster…etc. Le secret c’est que l’action nous aide à mieux sentir ce que l’on veut aussi après. Mais se contenter de rêver sans se mettre en mouvement c’est la frustration assurée.

Merci beaucoup pour ce magnifique moment passé ensemble.

On peut te retrouver sur ton site internet pour un coaching individuel ou des ateliers en groupe. Tu anime une page Facebook et tu es active sur Youtube où tu partages notamment ton défi des 100 jours !

Partager c'est contribuer