Comment écrire une newsletter qui donne envie d’être lue?

Je pense que tu es comme moi: ta boîte mail est inondée de newsletters. La plupart du temps tu t’es inscrit sans même t’en apercevoir en téléchargeant un ebook ou tout autre produit gratuit. Tu ne les lis certainement pas toutes, tu t’es même sûrement désabonné d’un certain nombre. Oui mais voilà, à présent que tu es toi-même en position d’envoyer ta propre newsletter, tu as peur qu’elle ne soit pas lue, noyée dans l’océan des newsletters rejetées. Snif, snif. 

Mais n’aie pas peur! Je suis là et je vais te donner mes conseils pour écrire une newsletter qui donnera envie d’être lue. 

As-tu réellement besoin d’une newsletter?

Oui je sais que dans mon article 7 raisons d’avoir une newsletter pour les petites entreprises je te recommande fortement d’en avoir une mais (tu remarqueras qu’il y a souvent un mais quelque part), il faut quand même te poser la question: as-tu réellement besoin d’en avoir une? Il faut que je reformule ma question: est-ce qu’une newsletter va apporter une plus-value à ton activité? Si tu veux écrire une newsletter juste pour faire comme les autres ou parce que Mimi75 (désolée si tu existes Mimi75) a dit sur son blog que tout le monde devait en avoir une, ce n’est pas peut-être pas la solution. 

Tu dois te poser 2 questions:

❓Est-ce qu’une newsletter est un bon moyen pour communiquer avec ta cible? Est-ce qu’elle est réceptive à ce genre de message? 

❓As-tu le temps et l’envie de rédiger une newsletter régulièrement (et j’insiste sur ce mot)? Parce qu’écrire une newsletter de temps en temps ne servira pas à grand-chose.

Lorsque j’accompagne des entrepreneurs dans leur stratégie marketing, je les aide à prendre ce genre de décision. Encore une fois, ce n’est pas parce que tout le monde fait quelque chose que ça va être pertinent pour toi. 

L’objectif de ta newsletter

Que souhaites-tu accomplir avec ta newsletter? 

  • Créer de l’engagement avec ta communauté? 
  • Montrer ton expertise
  • Parler de tes dernières nouveautés

Bien évidemment, une newsletter peut mélanger plusieurs thèmes mais il faut que tu aies UN grand objectif en tout cas par newsletter (qui sera ton CTA). Si tu en as plusieurs, tu risques de perdre le lecteur et au final produire l’effet inverse, ne remplir aucun objectif! 

Avant de te lancer, réfléchis à ton objectif premier. Cela te donnera des clés pour le type de contenu que tu vas utiliser.  Si tu veux créer de l’engagement, ton contenu sera plutôt du storytelling. Si tu souhaites montrer ton expertise, tu utiliseras plus du vocabulaire technique ou tu décriras des cas concrets. 

Une dernière chose: bien sûr tu dois prendre en compte ton persona, on est d’accord? Parce que si ton persona vient vers toi pour tes cours de yoga et que tu lui parles de pêche à la ligne, pas sûr que ça l’intéresse! (Si tu as un doute sur ce qu’est le persona je te renvoie vers mon article sur ce sujet)

Le titre

Tout commence par là. Regarde ta boîte mail et analyse les titres des mails qui t’ont donné envie de les lire (je ne parle pas de celui intitulé ‘dernier rappel des impôts’, celui-là ne compte pas dans la notion d’envie!). Est-ce que tu es plutôt attiré par les titres mystérieux 

‘Il ne te reste plus que 2 jours…’ 

Ou bien les titres promotionnels

‘2 pour le prix de 4, l’affaire du siècle!’

Ou bien encore les titres explicatifs/ promesses

‘Les 10 façons de faire sortir son chat en laisse sans y laisser un oeil’

Tu l’auras compris, le titre est primordial pour donner envie aux gens de l’ouvrir.

A toi de voir

  • Le ton que tu souhaites utiliser
  • Les valeurs de ta cible

Le plus simple est le mieux

Choisis un style d’email simple. Rappelle-toi: les gens sont pressés. C’est comme ça, on peut le regretter, avoir envie de leur dire de ralentir, mais ça ne changera rien. Les gens n’ont pas envie de passer leur journée à lire ta newsletter. Donc mon conseil est de faire concis et d’aérer ton texte au maximum. 

Évite de surcharger avec des détails qui n’apportent rien. Un email sous forme de texte est tout aussi efficace et en plus, plus facile à rédiger. N’oublie pas que la plupart des gens vont lire ta newsletter sur leur smartphone donc si tu surcharges avec des images ou des Gifs, ça peut vite les énerver ou pire, ralentir le téléchargement. 

Simplifier la désinscription

Tu es peut-être surpris de trouver ce conseil mais il est essentiel, crois-moi. Tu n’as jamais été énervé de vouloir te désinscrire d’une newsletter et de mettre du temps pour trouver le bouton pour le faire? 

Certains sont tentés de le cacher ou de le mettre en tellement petit qu’il faut une loupe pour le voir. Ils espèrent ainsi que les gens ne le verront pas et ne pourront pas partir. 

Mais c’est totalement contre-productif. 

✔️Déjà, envoyer un mail n’est pas anodin niveau écologique. Je ne vais pas te faire un cours sur l’empreinte carbone d’internet, tu vois ce que je veux dire. Donc autant limiter et faire en sorte d’envoyer ce qui est nécessaire c’est tout. 

✔️ Ensuite, si tu gardes dans ta mailing liste des personnes qui ne vont de toute façon jamais ouvrir ta newsletter, tu auras un taux d’engagement faible et donc peu de clics sur les liens dans ta newsletter et donc peu de ventes. CQFD. 

✔️ Enfin, tu n’enverras pas le bon message à la personne qui cherche à se désinscrire. Elle aura l’impression que tu n’es pas ‘honnête’ et que tu cherches à la garder par tous les moyens. Et peut-être que ce jour-là elle n’est pas encore prête à recevoir ton message mais dans quelques mois, on ne sait jamais. Si elle se souvient de la qualité de ta newsletter, elle reviendra. Si elle se souvient qu’elle a mis 5 minutes à trouver le bouton ‘se désinscrire’, elle ira voir ailleurs!

Pour mettre toutes les chances de ton côté et mettre en place une stratégie de communication sur internet qui marche, je te propose de télécharger ma formation Bien démarrer sur internet qui regroupe 50 tutoriels qui t’expliqueront tout ce que tu dois savoir pour te lancer sereinement.