Quelle place pour la compétitivité dans la nouvelle économie ?

Dans ce discours TED, Margaret Heffernan démontre par son argumentation que la compétitivité n’est pas, comme nous le pensions jusqu’à présent le meilleur stimulateur de productivité. Aujourd’hui il est démontré par des expériences sur les animaux et les humains que la collaboration amène finalement à de meilleurs résultats.

C’est dans ce sens qu’à mon avis, l’économie est en train de se diriger. Nous sommes à l’ère du cloud collaboratif, de l’entreprise libérée, de l’économie collaborative et de l’entreprise collaborative.

Compétitivité et Yin Yang

La question de la compétitivité est une éternelle question qui revient sans cesse. J’avoue avoir beaucoup de mal, en tant que femme que je suis, à supporter l’esprit compétitif des hommes. Alors oui, pas toutes les femmes sont extrêmement collaboratives comme moi, ni tous les hommes compétitifs. Heureusement me direz-vous !

compétitivité

Mais c’est quand même une caractéristique plutôt Yang (associée au principe du masculin) que d’avoir envie de se battre pour être le plus fort, démontrer sa puissance, d’aller dans l’action et foncer seul vers l’avant avec détermination. On en parle dans l’interview que j’ai réalisée avec Peggy.

Le principe Yin se tourne plus facilement vers la réception des opinions des autres et des signaux faibles de l’environnement. Ce principe féminin (Yin) est plus à même de préférer la parole, l’échange, le dialogue, l’écoute et le faire ensemble pour résoudre une problématique.

L’économie de plus en plus féminine

Quand je dis que pour moi, l’économie intuitive est féminine, c’est que je sens cette énergie collaborative infuser à tous les niveaux.

  1. Au niveau familial, on se rend compte que la parole et l’opinion des enfants est beaucoup plus prise en considération. Est-ce un bien ou un mal, à chaque cas sa spécificité et c’est en allant vers les déséquilibres que l’on trouvera l’équilibre. Mais nous ne sommes plus dans une époque où les enfants doivent écouter aveuglement les ordres de leurs parents. Nous sommes entrés dans une phase de dialogue intergénérationnel au sein de la famille.
  2. Au niveau des peer-to-peer (entre pairs) beaucoup d’initiatives d’entre aide. Elles ont germées grâce aux réseaux sociaux pour remplacer une entre-aide de voisinage déjà existante dans une moindre échelle.
  3. Cette dynamique se retrouve au niveau de l’entreprise. On l’a vu avec les initiatives de management libéré naissantes.
  4. Au niveau de l’éducation, on sent également une nouvelle tendance émerger. Avec l’apparition de Wikipédia et la pédagogie des adultes ou l’enseignement inversé on apprend à mettre en valeur les connaissances collectives. L’intelligence collective est en plein essor.
  5. Finalement au niveau politique, avec l’apparition de la démocratie il y a quelques siècles. Et maintenant les nouvelles technologies qui permettent de fluidifier le dialogue social grâce à des applications de pétition ou de financement publics de projets, en ligne.

Ce n’est pas qu’il y aura plus de femmes dans les entreprises ou dans l’économie. Mais plutôt que nous allons tous apprendre à faire de plus en plus appel à notre côté féminin pour prendre des décisions et travailler ensemble. C’est ainsi que l’on améliorera notre productivité et la résolutions de problèmes complexes.

Partager c'est contribuer