L’intuition, moteur de changement d’après les neurosciences

Depuis quelques dizaines d’années, nous découvrons les pouvoirs de notre cerveau. Il ne serait utilisé qu’à 10% ou 1% en fonction des théories. Nous sommes également dans une grande période de transformations sociales, économiques et individuelles. Et si l’intuition était notre moteur de changement ?

Les neurosciences s’intéressent à l’intuition

Tout d’abord, Jacques Fradin est un scientifique. Il est chercheur en médecine. Jacques est venu faire un exposé TEDx dans mon école de commerce KEDGE Business School. Il explique à des futurs managers pourquoi la neuroscience représente un intérêt pour nous tous. Nous disposons de beaucoup d’informations, et nous avons besoin de les faire circuler.

Jacques Fradin se base sur les travaux d’Antonio Damasio pour comprendre la conscience et démontrer comment l’intuition est un moteur de changement. Ce dernier localise la conscience dans une petite partie très précise du tronc cérébral (au centre du cerveau). En outres, il explique en quoi ce nid de la conscience est la base de notre identification au soi. Antonio Damasio s’oppose à la théorie qui déclare que la conscience serait seulement un don donné à l’Homme et non à l’animal. Pour lui le cortex (la partie supérieure du cerveau) n’aurait rien à voir avec la conscience.

Notre cerveau, frein et moteur de changement

Revenons au discours de Jacques Fradin. En fait, il existe deux moyens de trouver une solution en utilisant son cerveau. C’est pour cela que des chercheurs se sont amusés par des consignes à stimuler chacune des deux parties. La première façon de trouver une solution est le mode automatique. Cette méthode est basé sur le passé et cherche dans l’expérience une solution au problème. L’autre moyen de trouver une solution est l’intuition, ce mode de pensé qui se base sur l’avenir, c’est le mode adaptatif. Pour solliciter cette partie de notre esprit, il faut se mettre en situation de détente, sans stress social.

90% des étudiants ne trouvant pas la solution en situation de compétition sociale sont capables de trouver la solution dans une situation détendue.

Deux modes mentaux

  • Le mode automatique. Il s’appuie sur la routine, la persévérance, la simplification, les certitudes, l’empirisme et l’image sociale. Il est efficace dans un environnement connu, maîtrisé, mais face à l’inconnu, il n’est pas adapté.
  • Le mode adaptatif : Il s’appuie sur la curiosité, la souplesse, la nuance, la relativité, la réflexion logique, l’opinion personnelle.

Aujourd’hui, la connaissance des fonctionnements de ces modes mentaux peut aider tout un chacun à réaliser ces projets.

cerveau droit cerveau gauche

Cerveau droit – Cerveau Gauche

Pour commencer, on assimile le cerveau gauche à notre partie logique, rationnelle. C’est cette partie de notre cerveau qui nous permet de trouver des solutions en nous basant sur notre expérience et apprentissages. A l’école, on nous encourage à développer cette partie gauche. Le cerveau gauche stocke nos connaissances en calcul, langage, écriture, et autre méthode d’expression. Il nous permet de sentir notre individualité. C’est qui qui est musclé quand on est organisé, précis, que l’on aime planifier, et diriger.

Tandis que le cerveau droit sera assimilé à notre partie émotionnelle, imaginative, créative. C’est là que se loge notre psyché. Cette partie de notre cerveau est l’artiste qui sommeille en nous, qui entre en synergie avec son environnement. Le cerveau droit développe des liens, des connexions entre les sujets. C’est notre partie intuitive, elle reçoit les informations de façon aléatoires et non linéaire comme le cerveau gauche.

Vous l’avez compris, c’est notre cerveau gauche qui reste attaché au passé et au domaine du connu. Et c’est notre cerveau droit qui nous pousse à aller vers l’inconnu, vers le changement car il détient ces informations de façon intuitive et aléatoire.

Le but n’est pas ici de défendre l’un des deux côtés. Il faut simplement en avoir conscience, et développer ces deux parties de notre cerveau. Ainsi on sera enclin à prendre de meilleures décisions.

Le chamanisme dans l’entreprise

chamanisme dans l'entreprise

Est-ce vraiment raisonnable de parler de chamanisme dans l’entreprise ? Ne raisonnons pas, mais écoutons plutôt ce qui résonne en nous. Arnaud Riou est l’un des nombreux exemple qui m’ont inspiré l’écriture de ce blog sur l’Economie Intuitive. Pour moi il allie complètement la partie rationnelle et professionnelle du monde de l’entreprise avec son grand pouvoir intuitif qui guide complètement sa vie.

Entrée du chamanisme dans l’entreprise

Il est auteur des livres « Réveillez le chaman qui est en vous », « Oracle du peuple animal », « Calme, mon carnet de méditation », « Pour une parentalité bienveillante », « Jouer le rôle de sa vie ». Il réalise des séances de coaching et des retraites avec des particuliers. Arnaud Riou est également coach en entreprise, en management et en cohésion d’équipe. Il introduit le chamanisme et la méditation dans l’entreprise à travers des séances de coaching et des stages.

Pour avoir suivit des ateliers avec Arnaud Riou, il est touchant de le voir communiquer avec l’invisible en permanence. Même lors de prise de parole en public, il reste dans cette joie enfantine légère qui le caractérise. Les synchonicités s’invitent dans son quotidien. Par exemple, il commençait à expliquer une anecdote autour du « bâton de parole » du chaman, quand on micro (un bâton de parole moderne) a cessé de fonctionner. Nous avons tous ris au éclats.

Pour Arnaud, le plus gros obstacle à l’intuition, c’est le mental. Quand on pense à une problématique, une idée arrive sous forme de flash. Puis quelques secondes après, arrive le raisonnement, le mental qui analyse et déconstruit l’intuition.

« La volonté n’est pas l’intention. L’intention est dénuée de toute tension. La volonté est tendue »

Comment obtenir une information intuitive ?

  1. Clarifier mon intention
  2. Trouver ma problématique
  3. Se demander quelle est notre part de disponibilité dans cet instant. Identifier notre fréquence vibratoire.
  4. Se connecter à la fréquence vibratoire de l’intuition : Dans l’instant présent, sans volonté.
  5. Ecouter la première idée, spontanée et non raisonnée.

Tambour et chamanisme dans l’entreprise, est-ce possible ?

Corine Sombrun, auteur notamment de « Journal d’une apprentie chamane » (2002) et « Les tribulations d’une chamane à Paris » est une autre ambassadrice de l’intuition. Elle fait le lien entre la transe enseignée en Mongolie et les neurosciences occidentales. Nous n’avons pas forcément besoin de tambour et de transe à proprement parlé pour accéder au monde de l’invisible. L’invisible communique en permanence par messages envoyés sous la forme d’intuition. Le chamanisme aujourd’hui s’adapte à notre société. Il peut être pratiqué par de petits exercices proposés par ces chamans modernes.

 

Pour conclure, je suis heureuse que des personnes comme Corinne Sombrun et Arnaud Riou prennent le courage de parler de chamanisme dans l’entreprise. Comme ce dernier dit si bien :

« On ne peut pas parler de spiritualité dans l’entreprise. Il est mal vu de parler d’argent chez les thérapeutes spirituels. Il est temps que les choses changent. »

Justement, nous avons besoins de connecter ces deux domaines. De la même façon, la physique quantique fait le lien entre science et spiritualité. De toute évidence, l’heure est venue maintenant d’utiliser notre intuition dans l’entreprise. Ainsi, nous faisons le lien entre les deux parties de notre cerveau, de notre personnalité.

Les 5 étapes de la recherche de sens

la recherche de sens

Il existe 5 grandes étapes quand on s’intéresse à la recherche de sens. Cette fameuse quête de vie, recherche d’un sens à tout ça dont on entend parler partout ces dernières années. Ces 5 grandes étapes sont les suivantes.

la recherche de sens

La première des 5 étapes de la recherche de sens : Le sursaut

Cette phase est la plus rapide en général. Tout va bien, on sa lève pour aller au travail comme d’habitude, mais sans savoir pourquoi tout s’arrête. Un jour comme un autre notre corps ne répond plus, nous nous posons des questions inhabituelles. C’est comme un réveil violent. Cela peut se matérialiser sous la forme de dépression, burnout, accident, perte d’un être cher, choc émotionnel, une maladie … Chacun a son histoire, mais il est vrai que cet évènement déclencheur se retrouve dans tous les témoignages. Vous avez déjà regardé des vidéos TED traitant le sujet du bonheur ? Regardez, vous verrez.

2- Les recherches

Après le sursaut, on se rend compte que la vie n’a pas de sens pour nous. On sent un tel malaise que l’on ressent le besoin absolu de se mettre en mouvement, de faire quelque chose pour aller mieux. Alors on commence à se renseigner, on s’informe.  Certains vont commencer la recherche de sens par les médecines douces, naturelle ou dites alternatives. D’autres commenceront par une série de documentaires sur la production alimentaire, l’environnement, la corruption, l’industrie pharmaceutique ou le système bancaire. Certains démarrent par l’alimentation, la santé, le sport, le yoga, le sommeil. On peut aussi démarrer par la religion, les sectes ou l’éducation. Tout va dépendre de notre sensibilité de départ, de notre histoire de nos centres d’intérêt. Mais on se rend compte que tous ces sujets sont intimement liés.

Quelque soit les domaines de recherche que vous avez exploré, la conclusion est toujours la même. Ce monde ne tourne pas rond. Nous courrons à la catastrophe. Il est temps de faire quelque chose.

3- Travail sur soi

C’est là qu’intervient en général un rappel à l’ordre. Peut-être un guide spirituel qui vient nous donner un conseil ? Un ami qui est déjà passé par là ? Un signe que la vie nous envoie ? On comprend qu’avant de changer le monde, on a besoin de se changer soi même. Et on commence donc cette phase de travail sur soi qui est peut-être la plus longue de toutes ces étapes.

Méditation, yoga, psychologue, thérapeute, retraites, jeûnes, changements alimentaires, voyages, rencontres, lampe à sel, cristaux, huiles essentielles, livres de développement personnel, tests de personnalité … La liste est longue. Cette phase peut durer des années. C’est un grand nettoyage. On se libère de certaines habitudes, puis de certains objets. Enfin on libère des mémoires obsolètes qui ne nous aident plus à avancer. On travaille sur nos peurs et nos blocages.

Cette période est une réelle transformation personnelle. Nous ne sommes plus la même personne après l’avoir vécu. Nous ne sommes plus capable de faire semblant. Nous cherchons des situations qui nous permettent d’être authentiques.

4- J’améliorer mes relations

Après la période d’incubation et de travail en introversion, vient le moment de l’exercice pratique. C’est là que la relation à l’autre entre en jeux. Quoi de mieux qu’un bon conflit avec mon voisin pour vérifier si je suis bien cette nouvelle personne que je m’efforce à construire ? C’est dans cette période que l’on fait un tri dans nos relations. On ouvre les yeux sur certaines personnes qui nous plombes. On décide de s’entourer de personnes qui ont les mêmes centres d’intérêts que nous, puisque ceux-ci ont évolués. Dans cette période là on découvrira différentes thérapies pour résoudre nos problèmes relationnels : Le MBTI, l’Enéagramme, Les 5 blessures de l’âme, La communication non violente, la PNL ect…

5- Ma relation à la vie

Finalement, c’est la partie la plus intéressante et qui à mon avis ne se termine jamais. Dans cette étape on découvre le pouvoir de l’intuition. On apprend à écouter les synchronicités. On découvre les joies de l’abondance. C’est un peu la phase où l’on apprendre à vivre. On apprend à gérer nos émotions. Ce n’est pas le bonheur qui amène la joie, mais la joie qui porte le bonheur à nous. On travaille notre gratitude. Et finalement l’exercice le plus difficile c’est d’oser faire le grand saut : faire confiance à la vie, marcher les yeux fermés et le coeur ouvert. Une discipline de chaque instant qui porte des résultats magiques à qui s’y aventure.

 

 

7 conseils pour éviter le brown out

éviter le brown out

De plus en plus de travailleurs ont l’impression que leur métier est inutile. Ils tombent dans cette fameuse crise de sens qu’est le brown out. Alors voici 5 conseils pour vous éviter le brown out et vivre une vie épanouie au travail.

1- Faites une pause

Prenez le temps de vous arrêter de temps en temps. Sans téléphone, sans musique, sans notification, sans livre même. Prenez le temps de fermer les yeux et d’écouter ce qui se passe en vous. Autorisez-vous à exister, au moins pour vous même.

2- Développer son intuition

Ecouter plus souvent son intuition nous aide à suivre une voie qui est bonne pour nous. En écoutant nos pressentiments on évite de se mettre dans une situation qui nous causera du tort. L’intuition nous guide vers un chemin qui nous aide à exprimer notre meilleur potentiel. C’est la voie de la bienveillance.

3- Surfer sur la vague

Il suffit de se laisser guider par les signes que nous envoie notre intuition. Ce sens interne qui nous permet de sentir en nous si une décision va nous porter de beaux fruits. La vague c’est ce flux d’énergie qui nous porte. En fait c’est comme un courant d’eau qui ne demande qu’à nous transporter vers notre destination. Nous n’avons qu’à nous laisser faire. Les signes indiquent la direction à suivre … le sens de la vie.

4- S’armer de courage

Prendre le courage de suivre les signes. Ce n’est pas tout d’avoir une bonne lecture de notre intuition. Encore faut-il passer à l’action et mettre en place ce qui nous est conseillé par notre guide intérieur.

5- Lâcher prise

Parfois on se fatigue à vouloir changer des choses sur lesquelles nous n’avons aucun pouvoir. Evitons de lutter contre la terre entière sur des aspects qui nous dépassent et sur lesquels nous avons aucune emprise. Concentrons nous sur notre périmètre d’action. Agissons peu mais bien.

6- Aller à l’essentiel

S’entrainer à voir le positif, en particulier les aspects sur lesquels nous avons une emprise et qui vont dans la direction de nos valeurs personnelles. Investissons du temps et de l’énergie là où nous avons une valeur.

7- Envisager un switch

S’il est trop tard pour éviter le brown out et que vous vous sentez déjà largement endommagé par ce syndrome. Et si en plus vous ne vous sentez plus capable de remonter la pente dans votre poste actuel. Alors là, vous pourriez envisager de switcher. Oui vous avez bien compris, de changer de métier. Envisagez une reconversion professionnelle.

Posez-vous les questions qui vont bien pour éviter le brown out:

  • Quelle est ma mission de vie ?
  • Quels sont mes talents ?
  • Qu’est-ce qui est le plus important pour  moi dans un travail ?
  • Comment puis-je contribuer à ce monde ?

Pratiquer le Yoga en entreprise

yoga en entreprise

Le Yoga en entreprise est un bon moyen de réduire les risques psychosociaux comme l’absentéisme, démotivation, maladies ou burnout. C’est la raison qui pousse certaines Direction des Ressources Humaines ou CE à financer des cours pour les salariés. Cette pratique ne remplace pas un bon management mais comme la méditation athée, elle peut améliorer la qualité de vie des salariés. En 2013 plus de 3 millions de français pratiquaient régulièrement le Yoga. La courbe de croissance du nombre de Yogis est exponentielle.

Les trois piliers du Yoga en entreprise ou ailleurs sont :

  • La respiration. Il est important de bien respirer pour bien alimenter le corps et la tête. Le Yoga propose des exercices de respirations en fin de séance ou pendant les postures.
  • Les Asanas, les postures que réalisent les Yogis en bougeant leur corps. Découvrez des enchaînement sur une application mobile de Yoga.
  • La concentration. Elle est nécessaire pour réaliser les postures et fluidifier la respiration durant la pratique. Plus on pratique le Yoga et plus on développe sa concentration au quotidien, et donc en entreprise !

Les principaux bénéfices du Yoga en entreprise :

  • Cela apporte une détente physique qui a des conséquences directes sur le plan mental.
  • Le Yoga permet de se sentir moins stressé. On libère les tentions mentales à travers les asanas. Ca y est, vous commencer à comprendre le jargon zen.
  • Ensuite, cette pratique nous permet de nous sentir plus à l’aise dans notre corps. On gagne en confiance en nous, et c’est toujours bon pour les affaires.
  • Nous recentrons notre attention sur notre respiration. Une bonne respiration permet de garder son calme, et de ne pas se laisser envahir pas le stress, les émotions et les imprévus.
  • S’ajoute à cela, la prise de recul. On devient observateur de notre vie en entreprise, de nos réactions. Nous prenons conscience de la situation dans laquelle nous nous trouvons et nous pouvons ainsi devenir maître de cette situation.
  • Finalement, sur le plan émotionnel, le Yoga permet de relativiser. On a le choix de continuer à vivre une émotion ou de choisir de la transmuter. Par la prise de recul nous observons nos réactions. La nouvelle posture à adopter devient évidente quand on prend le temps de s’observer soir même.

En conclusion, 10 minutes de Yoga en entreprise tous les matins suffirait à en tirer des bénéfices dès les premières semaines. Alors qu’est-ce que vous attendez pour essayer ?

Les 10 symptômes du Brown out

les 10 symptômes du brown out

Le brown out est ce nouveau syndrome qui touche les travailleurs en quête de sens dans leur travail. Quels sont les symptômes du brown out ? Voici 10 signes alarmants pour reconnaître cette crise de mal être :

  1. Pour commencer, vous ne vous sentez plus stimulé par votre travail. Vous travaillez sans relâche sans pour autant en trouver aucun plaisir, ni satisfaction personnelle. Il ne semble plus exister aucun intérêt pour les tâches à réaliser. Et vous vous sentez désengagé vis à vis de votre mission professionnelle.
  2. Ensuite, la liste des tâches à faire ne désemplit pas. La to-do list est toujours remplie comme un flux continue. On se sent emprisonné dans ce mécanisme.
  3. Vous êtes victime de votre carrière. Vous ne maitrisez plus les décisions importantes vous concernant.
  4. Minimum syndical. Vous faites du présentéïsme en réunion, prenez au minimum la parole. Vous évitez de vous faire remarquer car vous voyez ces réunions comme des menaces désormais.
  5. Pour continuer, vous vous organisez pour éviter au maximum les réunions. A quoi ça rime de passer ces journées en réunion ?
  6. Vous consultez vos mails en permanence, dès le réveil et avant de dormir. Vous êtes à la recherche d’un message qui vous rendrait utile, de quelqu’un qui aurai besoin de vous. Et vous procrastinez toutes les tâches qui n’entrent pas dans cette catégorie.
  7. Votre santé en prend un coup. Mauvaise alimentation, sommeil troublé. Vous ne vous souvenez plus de la dernière fois que vous avez fait du sport.
  8. Votre humeur est à couper au couteau. Le sens de l’humour a disparu. Vous êtes limite agressif avec toute personne daignant vous adresser la parole.
  9. La vie perso en prend un coup. Après une horrible journée de boulot vous vous affalez sur le canapé devant la télé. Vous n’avez plus envie de discuter en famille. Vous ne voyez plus vos amis. Pour leur dire quoi ? Que tout va mal ?
  10. Et finalement, le dernier des symptômes du brown out est la relation au patron. La confiance relationnelle a disparût. Aujourd’hui vous avez peur de ses réactions et ne savait jamais à quoi vous en tenir.

En conclusion les solutions

Donc si vous vous retrouvez dans ce profil, ne vous inquiétez pas. Il existe des solutions et vous n’êtes pas le seul dans ce cas là. Vous êtes maintenant prêt à vous demander quel est le sens de votre vie, et partir en quête de votre mission de vie. Finalement, il existe aussi une école pour apprendre à donner un sens à son travail.