Comment sortir de la matrice ?

sortir de la matrice

Avez-vous vu ce fameux film Matrix ? Ce film nous permet maintenant de comprendre la matrice dans laquelle nous vivons. Nous vivons dans une réalité virtuelle guidée par des règles du jeux.

L’éveil

Ce que l’on appel l’éveil, l’éveil des consciences, la prise de conscience c’est ce moment où l’on comprend que l’on est en train de jouer un rôle dans un jeux vidéo.

Qu’est-ce que la matrice ?

C’est ce système dans lequel nous vivons, nous travaillons, consommons. Nos peurs nous enferment dans la matrice. On a peur si l’on ne travaille plus, si l’on étudie pas assez ou n’achète pas assez de ne plus être accepté ou survivre dans ce monde. Peut-on vivre sans être propriétaire ? Sans avoir un job, des enfants, une voiture, un diplôme, un smartphone ?

Souhaitons nous réellement rester dans cette matrice ?

Comment en sortir ?

  1. Sortir des grandes villes et s’émanciper mentalement de votre ville de référence. Ne vous identifiez plus aux valeurs de votre ville.
  2. Accepter l’idée que le travail n’est pas une obligation. Nous sommes capables de vivre sans travailler. Nous pouvons trouver de quoi manger sans faire partie du marché du travail. Cette étape a été assez difficile à accepter pour moi, mais c’est un grand pas que j’ai réalisé il y a 11 mois.
  3. Être soi même et authentique. Oui parce qu’en fait quand on vit dans la matrice, on nous bombarde de peurs qui nous empêchent d’être nous même. On est convaincu que si l’on est nous même, on ne sera pas aimé ni accepté.
  4. Suis ta mission. Si tu réalises réellement ta mission de vie, la matrice n’aura plus d’ascendant sur toi car tu n’agis plus en fonction d’elle mais de tes envies internes.
  5. Être bien conscient de nos actes et de leurs conséquences. Pratiquer la pleine conscience et éviter les substances qui nous déconnectent (alcool, drogues, café, addictions, tabac, jeux vidéos, mal bouffe …)
  6. Rester concentrer sur ce qui se passe à l’intérieur, dans notre corps. Porter notre attention sur ce qui nous fait du bien et résonne en nous.

 

 

 


Crée ton activité de coach / thérapeute en ligne  :

Inscris toi au prochain départ ici

Réserve ta place pour créer ton activité de thérapeute dès maintenant sur https://academie.economieintuitive.com/les-7-competences-cles-de-la-nouvelle-economie

Les places sont limités et cette formation n’est proposée qu’une fois par semestre. Alors ne laisse pas passer ta chance de vivre enfin de tes talents !

Le changement est l’unique chose qui ne change pas

le changement

J’ai grandit avec cette phrase comme enseignement : “La seule chose qui ne change pas, c’est le changement”. Et je suis on ne peut plus d’accord avec cette injonction. C’est sûrement dût à mon profil MBTI contenant la lettre P. Ou à mon caractère d’entrepreneur et d’aventurière ? Ce n’est pas bien important.

Ceci étant, je suis une passionnée du changement. Je l’aime et je lui dédie ma vie. Que l’on parle de conduite de changement, de transformation digitale, d’innovation managériale ou de changer ses habitudes. Je réponds toujours présente.

le changement

Le changement c’est la vie

Imaginez un enfant qui ne change pas ? Il ne grandirait pas, et donc serai mort. Imaginez un arbre qui ne change pas au fil des saisons ni au cours des années. Ce serai un arbre en plastique. Tout ce qui est emprunt de vie est contraint de changer. Le temps fair changer les choses, il les fait évoluer.

La résistance au changement

Il est bien normal de résister au changement. Moi aussi j’ai mes résistances au changement. En particulier quand il s’agit de chausser mes tennis pour aller courir. Même quand il s’agit de devoir utiliser une nouvelle application web, je vois d’abord les inconvénients avant de voir les avantages.

C’est propre à notre nature humaine. Quand on se trouve dans une situation confortable, on a envie de le garder. Et comme notre conception du temps est linéaire, nous prenons le passé pour acquis mais nous avons peur de l’avenir qui représente une inconnue. C’est un mécanisme naturel du mental.

Si au lieu de trop prendre des décisions par le mental, nous développions notre intuition, nous serions capable d’avoir confiance en l’avenir, bien qu’il soit invisible dans l’instant présent.

Embrasser le changement

Accepter le changement et lui faire entièrement confiance est un grand exercice de travail sur soi. Avec quelques années d’entrainement j’ai bon espoir de pouvoir vivre en totale harmonie avec la vie et la nature. Car, c’est une relation qui se construit avec le changement.

Et vous ? Quelle est votre relation au changement ?

Johanna Awakening, l’éveilleuse du Cambodge

johanna awakening

Bonjour Johanna, peux-tu nous parler un peu de toi, qui es-tu ?

Johanna ! qui je suis … je n’ai pas encore trouvé la réponse … une fille qui essaie de répandre l’amour sur terre, comme on plante des graines de tournesol !? je crois que c’est ce qui me correspond le plus !

johanna awakening

Ma mission de vie : être un tremplin pour les autres, autant que possible ! les aider à se trouver eux même autant qu’ils m’aident à me trouver moi ! c’est ma seule et unique raison d’être. Servir les autres.

Quelles sont tes indignations dans la vie ?

L’injustice dans ce monde ! Les disparités, les gens qui crèvent de faim pendant que d’autre ne savent plus comment dépenser leur argent … j’agis à mon échelle, mais je ne trouve jamais cela suffisant !

Quel a été le déclic qui ta fait changer de vie ?

Un jour, je me suis levée, puis je me suis dis que malgré le fait que j’adore l’architecture, je ne me sentais plus à ma place. Je soignais déjà des amis, la famille avec le magnetisme depuis quelques temps, et puis ma vie était déjà pleine d’anecdotes “énergétiques” (depuis ma formation reiki en janvier 2013)… et du coup, je me suis dit … “pourquoi ne pas faire de ce que j’aime mon métier, ma tache de vie ? ça fait 3 ans maintenant … 🙂

Et c’est comme ça que Johanna Awakening est né. Félicitation, bravo pour ce courage. Comment ça se passe concrètement pour réaliser ta mission de vie ? Comment t’y prends-tu ?

Elle est déjà réalisée, enfin … cette partie là ! après, au quotidien, pour continuer d’être un tremplin, j’agis dans mon propre pays qu’est le Cambodge, avec plusieurs projets humanitaires, dont le dernier qui est de monter une école pour les gamins d’ici !

cambodge

Quelles actions as-tu mise en place pour passer d’une phase à l’autre ?

Arrêter mon ancien job, et … commencer le nouveau, j’ai juste acheter un agenda ! c’est tout !

Quelles sont les compétences que tu utilises ?

La clair audience ! j’ai attendu de l’avoir de façon … claire ! autre point PRIMORDIAL, j’ai fait une thérapie de 3 ans avec un psychothérapeute et je me suis soigné moi-même pendant près de 7 ans… avant de vouloir soigner les autres !

Comment faire couler de l’eau propre, si l’on est un tuyau sale ?

J’avais donc une majorité d’amour et non de souffrance en moi, avant de commencer quelconque soin sur autrui !

Qu’as-tu appris en créant Johanna Awakening ?

Rho … j’apprends tous les jours ! Les patients ne se rendent pas compte, mais en les soignant, je me soigne aussi ! Chaque pathologie trouvée sur un patient fait écho avec mon être … par exemple en ce moment, je soigne une jeune fille pour l’endométriose, je ne sais pas ce que l’on va obtenir à la fin, je la soigne sur 21 jours, et en la soignant, j’apprends de nouvelles compétences … souvent, quand les patients me disent merci, je réponds que j’aide par pur égoïsme, car les aider m’aide en fait moi : nous sommes UN ! j’apprends donc à chaque seconde ! et dans tous les domaines !

C’est beau … Quel conseil voudrais-tu nous partager pour conclure ?

Qu’il faut toujours agir en se demandant ce que l’on ferait si l’on devait mourir demain … à chaque fois que j’hésite, je me dis “et si demain j’étais sur mon lit de mort, est ce que je regretterai? ” si la réponse est oui, alors je fonce !!

Génial, merci beaucoup Johanna de nous avoir partagé ton histoire inspirante. J’espère que cela aidera nos lecteurs à oser franchir le cap.

Rejoignez Johanna Awakening et toute sa communauté sur sa page Facebook et sa chaîne Youtube.

 

livre 25 femmes inspirantes

7 exercices pour développer mon humanité

développer mon humanité

Hier soir j’ai été voir un film de science fiction inspiré d’un manga japonais de 1989 : Gost in the shell. Aujourd’hui l’arrivée des nanotechnologies dans notre corps et des cyborg n’est plus vraiment de la science fiction. Ce qui, vous vous en doutez, m’inquiète assez. C’est ce qui m’a donné envie d’écrire cet article pour m’aider, et par conséquent, nous aider à développer notre humanité. C’est cette sensibilité qui vient de notre âme et qui est irremplaçable par les machines ou n’importe quelle intelligence artificielle. C’est ce qui nous rend si unique, alors cultivons le.

Si vous aimez les films de science fiction, lisez aussi mon article sur Médium. Je parle de Matrix, du 5° élément et de Lucy de Luc Besson.

7 exercices pour développer mon humanité

  1. Ressentir de la gratitude.

    C’est un exercice tout simple que je pratique tous les matins pendant 2 à 3 minutes. Je ferme les yeux, comme pour une méditation, et je dis merci. Remercier la vie, ou un entité plus évoluée que moi me permet de développer mon humanité. Je penses à toutes les belles choses qui existent dans ma vie. Souvent j’essaie de les noter sur un cahier de gratitude.

  2. Ressentir de la compassion.

    Je me concentre quelques instants les yeux fermés sur une personne que j’apprécie particulièrement (une grand mère, un enfant, un animal de compagnie). Et je ressens en moi ce sentiment de compassion, d’amour pour l’autre. C’est un sentiment qui me donne envie de lui souhaiter tout le bonheur du monde. J’essaie de pratiquer cet exercice lors de conversations de groupe pour apporter silencieusement mon souvient à une personne, puis à chacune d’elles. Je pratique la compassion dans les transports en commun, observant l’inconnu qui s’assis en face de moi. C’est un sentiment très agréable qui se développe comme un muscle.

  3. Ecouter mon intuition.

    Mon intuition est ce sens subtil qui me donne des informations irrationnelles et non tangibles. Parfois je reçois des signes, des synchronicités. Ecouter les signes signifie d’abord d’y prêter attention. Puis d’essayer de les comprendre et de les accumuler pour y donner un sens. Pour développer au maximum cette intuition, on essaiera ensuite de suivre les indications que nous donne notre intuition, bien qu’irrationnelles. Et nous constaterons ensuite les résultats.

  4. Faire des erreurs.

    L’erreur est humaine. Alors n’essayons pas d’être parfait comme un robot mécanique. Embrassons notre humanité et nos erreurs. C’est ce qui fait de nous des êtres conscients et donnés de bonté. Apprendre de nos erreurs et pardonner les erreurs des autres constituent un élément fondamental de notre particularité.

  5. Rire aux éclats.

    Ensuite, viennent les rires. Avez-vous déjà vu un robot rire sincèrement ? Le rire peut être un signe de compassion. Plus il est léger et plus il est beau.

  6. Utiliser ma créativité.

    Enfin, la créativité. Ce sens intimement lié à l’intuition. Quand on a l’idée de créer quelque chose, ou d’inventer une solution, c’est notre créativité qui parle. Elle est capable de faire naître des choses qui n’existaient pas jusque là. Un robot serait-il capable de le faire ? L’intelligence artificielle se base principalement sur les expériences déjà existantes. Elle n’invente rien de nouveau. Alors dédiez quelques minutes par jour pour développer votre créativité. On peut écrire, dessiner, chanter, photographier …

  7. Noter mes rêves.

    Finalement, les rêves. Une caractéristique de notre inconscient qui communique avec nous. C’est encore un moyen de se connecter avec notre intuition. Certains disent même que pendant nos rêves nous faisons des voyages astraux dans d’autres mondes ou d’autres vies. Le rêve est une grande source d’information. Apprendre à l’analyser et l’utiliser s’avère un outil bien précieux pour le chercheur de vérité.

Voilà, j’espère que ces petits exercices vous aides comme ils m’aident à développer mon humanité. Ce sont de mini habitudes qui viennent enrichir le quotidien et m’aident à me sentir vivante dans ce monde ultra technologique.

Quelle est la différence entre religion et spiritualité ?

religion et spiritualité

On parle souvent de religion et spiritualité, sans forcément faire la différence entre les deux. On me demande régulièrement de définir ces deux concepts. Alors voici ma perception personnelle de ces deux termes.

La différence entre culture, religion et spiritualité

Même si les deux sont intimement liés, il existe néanmoins une grande différence entre les deux, à mes yeux.

Mon chemin pour y arriver

C’est après une période de rébellion pendant mon adolescence que je suis revenue à la religion avec un oeil neutre cette fois-ci. Je vivais en Chine quand j’avais 20 ans et j’observais toutes ces différentes ethnies aux différentes langues, religions et cultures. J’ai disséqué et analysé le lien entre culture et religion, en visitant le Xinjiang en 2009. Cette région musulmane est peuplée principalement par les Ouïghours, et se situe Nord Ouest de la Chine.

Dans le Xinjiang, j’ai compris que certaines habitudes musulmanes comme le port du voile relevées parfois plus de l’habitude culturelle que de la pure spiritualité. Les musulmanes qui m’ont hébergé chez elles portaient le voile pour cuisiner, manger, dormir, prier et sortir de la maison. Elles m’expliquaient  que c’est surtout une question d’hygiène pour elles. On ne cuisine pas avec les cheveux au dessus de la marmite !

Moi qui venait du pays des droit de l’Homme en plein débat sur le port du voile à l’école … Ca m’a remis les idées en places. C’est là que j’ai compris que certains aspects des religions sont issues des cultures locales, du climat désertique, des habitudes locales. C’est là que j’ai fait la différence entre culture, religion et spiritualité.

La différence

En fait une religion née d’une révélation prophétique dans un pays donné à une époque donnée. La spiritualité est la vérité commune à toutes les religions, en particulier dans les religions monothéistes qui croient dans les mêmes prophètes. La culture est le prisme par lequel on observe et comprend la spiritualité. C’est un prisme qui déforme la vérité, car cette vérité n’est pas de ce monde. Par conséquent il est très difficile d’exprimer des concepts de l’au-delàs avec les mots d’ici.

En fait je vois un peu la spiritualité comme la structure fondamentale d’une montagne. Elle est bien présente, bien réelle. Mais en fonction de notre positionnement géographique, nous la décrirons de différente façon. Certains la verront grise et rocheuse. D’autres la décriront plate et verdoyante.

Pour moi la spiritualité est ce qu’il y a de commun à toutes les religions. La culture et l’interprétation humaine est ce qui différencie les religions entre elles.

Mais il existe d’autres définitions de cette différence. Chacun est libre bien entendu.

Elle ne croit plus dans les religions

Rawvana explique que bien qu’elle aille régulièrement à l’église et qu’elle crois en Jesus Christ, elle ne crois pas vraiment en une religion. Elle ne crois pas que Dieu désigne une religion par personne. Pour elle les religions séparent les êtres humains. Or le but de Dieu n’est-il pas de répandre l’amour, la paix et l’union entre les Hommes ?


Crée ton activité de coach / thérapeute en ligne  :

Inscris toi au prochain départ ici

Réserve ta place pour créer ton activité de thérapeute dès maintenant sur https://academie.economieintuitive.com/les-7-competences-cles-de-la-nouvelle-economie

Les places sont limités et cette formation n’est proposée qu’une fois par semestre. Alors ne laisse pas passer ta chance de vivre enfin de tes talents !

Comment utiliser l’effet miroir dans nos relations ?

effet miroir

Vous connaissez l’effet miroir ? Comment ce mécanisme naturel peut-il nous aider à évoluer personnellement ? Comment utiliser ce mécanisme pour améliorer nos relations ?

Je ne sais pas vous, mais il m’arrive souvent de constater que nous les humains avons des difficultés à être objectifs. Parfois des personnes voient en moi des aspect d’une personnalité à laquelle je ne m’associe pas du tout. Parfois j’entre dans une pièce, avec le sentiment que sa décoration a changé, qu’elle est plus lumineuse, alors qu’en fait rien n’a changé à part moi.

Qu’est-ce que l’effet miroir ?

C’est un phénomène de résonance entre l’extérieur et l’intérieur. Cet effet utilise notre capacité à être touché émotionnellement par des éléments extérieur à nous. Ces éléments sont des indices sur des aspects de nous que nous n’avons pas forcément encore réveillé.

Quand je vois que l’autre est égoïste, c’est en fait ma part d’égoïsme qui me parle. Parfois j’admire le talent d’une personne, c’est une invitation à me connecter à mes propres talents. L’autre au sens large, est un reflet de moi. De manière plus globale, la réalité qui m’entoure illustre ce qui est présent en moi. Si je ne suis pas satisfait avec ce que je vois autours de moi, je peux commencer par changer ce qui se passe en moi. C’est ce que nous avons vu dans l’article sur les croyances.

Une thérapie qui soigne toutes les relations

Les fascinants travaux de Byron Katie avec sa méthode The Work utilisent l’effet miroir.  Cette bestseller américaine a publié sur Youtube des centaines de séminaires qu’elle anime. Sa méthode très simple consiste à écrire une feuille pleine de critique tournées vers une personne de notre entourage.

Ensuite, on passe chacune des critiques devant ces quatre questions :

  1. Est-ce vrai ?
  2. Pouvez-vous être absolument sûr que c’est vrai ?
  3. Comment réagissez-vous quand vous croyez cette pensée ?
  4. Qui seriez-vous sans cette pensée ?

Ensuite elle nous demande de trouvez 3 opposés à notre pensée. Puis trois exemples pour prouver que le contraire de ce que l’on croit est également vrai.

Cette méthode semble bien simple, mais elle est extrêmement puissante. Et elle se base principalement sur l’effet miroir. C’est ce mécanisme qui nous permet d’en apprendre sur nous et de ne pas en vouloir à l’autre de nous montrer qui nous sommes vraiment.

Démonstration en image et en français d’une réconciliation avec d’éventuels terroristes.

Oser croire en ce qui nous rend heureux – Franck Lopvet

oser croire

Oser croire. La recette du bonheur pourrait-elle être si simple ? Franck Lopvet nous partage son parcours personnel et ses enseignements. Il nous démontre dans cette vidéo comment nos croyances sont à l’origine de notre réalité.

Il suffirait de changer nos croyances pour être heureux. Alors comment faire ?

Franck Lopvet explique dans ce documentaire, comment la vie l’a amené à comprendre que nous sommes créateur de notre réalité. Notre réalité est une conséquence de nos croyances.

“Finalement, faire du commerce ou être clairvoyant, c’est la même chose. C’est à dire se mettre en lien avec le monde de la personne, puis entrer dedans.”

Il utilise son empathie pour se connecter aux besoins de ses interlocuteurs et y répondre. C’est un échange énergétique. Et l’énergétique, c’est un sujet qu’il connait bien.

Franck se base sur la physique quantique qui explique que toute matière est en fait de l’énergie agglomérée. Et l’énergie est le véhicule de nos pensées, paroles, actes et émotions. La matière entre donc en résonance avec nos croyances.

Oser croire pour voir

C’est Saint Thomas qui serait perdu. Lui qui demandait à voir pour croire. Cette interview nous démontre comment fonctionne réellement le mécanisme. Nous avons besoin de croire pour voir. Nous ne pouvons pas voir une chose en laquelle nous ne croyons pas.

Quand on croit une théorie, on observe toujours la preuve correspondante.  La vie nous envoie des exemples concrets démontrant cette croyance. Nous sommes entouré d’une réalité répondant à notre système de croyance.

  • Je crois que je suis pauvre –> Je reçois une facture inattendue
  • Je crois qu’on ne m’aime pas –> Je reçois une annulation de rendez-vous
  • Je crois que les hommes sont cruels –> La télévision me montre la cruauté des hommes

Ce n’est pas parce que l’on en voit des preuves que l’on crée une croyance. Le mécanisme est en fait inversé. C’est parce que l’on a construit une croyance que les preuves se font évidentes. Notre cerveau est sélectif, il choisit de ne voir que ce qui défend sa thèse.  Nous n’avons plus qu’à choisir nos croyances pour être heureux.

Avec quelles croyances seriez-vous plus heureux ? Faites votre marché, c’est gratuit ! C’est l’heure d’oser croire.

  • Je suis moche
  • Tout le monde m’aime
  • Je suis riche
  • La paix règne sur la Terre
  • Les XXX sont tous des voleurs
  • Je suis parfait
  • Le monde est injuste
  • Je grossis simplement en regardant les pâtisseries
  • Je suis en pleine santé
  • Il est très exigeant avec moi

Alors, oserez-vous y croire ?

Vous avez du mal à y croire ? C’est simple, tant que vous n’y croyez pas, vous ne pourrez pas en avoir les preuves. Que risquez-vous à continuer à croire que c’est impossible ? Vous risquez peut-être de passer à côté de quelque chose de magique !

Le flow serait le secret du bonheur d’après Mihaly Csikszentmihalyi

le flow

Mihaly Csikszentmihalyi s’est passionné par la recherche du bonheur après avoir vécu la seconde guerre mondiale enfant. Il se base sur le travail de Carl Jung pour établir ce qu’il appelle le Flow. C’est un concept largement repris dans le domaine de la psychologie positive et du développement personnel.

Qu’est-ce que le flow ?

C’est un état du cerveau lors d’une activité qui nous donne un plaisir immédiat. Cela se produit lorsque l’activité ne demande pas d’effort pour réaliser un produit de notre créativité. On pourrait le rapprocher en quelque sorte de la pleine conscience ou de la transe. Le cerveau réceptionne un flux continue d’idées et dispose d’une énorme concentration.

Comment l’identifier ?

  1. Nous sommes dans un moment de concentration intense  en réalisant l’activité. On sent que tout notre cerveau est disponible pour l’activité en question.
  2. La connexion au moment présent est un autre signe de cet état de flow. Plus de pensées tournées vers le passé ou l’avenir. On est présent, ici et maintenant.
  3. On perd la conscience des autres, on est dans notre bulle. La seule chose qui importe c’est ce qui se déroule dans l’activité que nous sommes en train de mener.
  4. Notre corps disparaît et nos sensation physiques sont suspendues temporairement. On peut oublier nos besoins physiologiques tant la concentration est intense.
  5. Même notre identité personnelle peut disparaître.
  6. On éprouve alors une grande sensation de contrôle et de puissance.
  7. Être dans le flow procure le sentiment d’être vivant. Et c’est là un des ingrédients du bonheur.

    A quoi ça sert le flow ?

Noter nos moments de flow nous aide à trouver ce qui nous fait vibrer. Cet état est le marqueur des activités qui nous alimentent et nous font du bien. Cela peut nous aider à trouver là où nous sommes performant et utile. Nos talents sont des activités qui ne nous demandent pas d’efforts alors qu’elles en demandent à d’autres personnes. La découverte de nos talents est l’une des étapes de la recherche de notre mission de vie.

Et vous ? Quand était la dernière fois que vous avez ressentit le flow ?

La spiritualité est-elle en train de quitter le monde de la religion ?

la spiritualité

La spiritualité est-elle forcément liée à la religion ? Quelle différence fais-tu entre religion et spiritualité ? Une question que l’on me pose régulièrement sur les réseaux sociaux.

On observe une tendance dans le monde des religions des pays occidentaux depuis quelques dizaines d’années. L’homme a toujours besoin de faire une quête spirituelle mais elle n’est plus forcément encadrée par la religion. D’où vient ce changement ? Du fait que des personnes sont maintenant née dans des familles, dans des cultures non organisées autour de la religion comme c’était le cas précédemment.

Le besoin fondamental de comprendre les monde invisibles et les lois de la vie reste le même. C’est le moyen par lequel le chercheur en quête de sens va avancer qui évolue.

Grâce à la littérature qui se démocratise, avec tous les moyens de communication peer-to-peer, le chercheur peut accéder à des ouvrages rédigés par d’autres courants de pensées. Au par avant, seules les grandes institutions avaient la possibilité de réaliser des publications. Aujourd’hui tout le commun des mortels, les laïques, sont en mesure de publier un livre sur leurs expériences intimes.

La spiritualité aujourd’hui n’est plus nécessairement associée à une grande religion. Elle existe partout, en chaque être humain. C’est vers la spiritualité que l’on se tourne quand on est en quête de sens. Et c’est parfois en dehors d’une institution paradoxale que l’on trouve des réponses qui font sens.

La spiritualité quitte la vie catholique

Entre 1990 et 2015 le nombre de fidèle et de prêtes a été divisé par deux. Les églises sont désertées, mais on n’a jamais autant parlé de spiritualité. Le message est clair, la spiritualité a bien quitté l’enceinte de l’église.

crise spirituelle catholique

Il est clair que l’on assiste à un réel schisme entre religion et spiritualité. L’homme n’a plus besoin d’être encadré par une institution pour gérer son économie ou sa politique. Il ne désire plus appartenir à une institution religieuse pour pouvoir pratiquer sa spiritualité.

Finalement, la disparition progressive du pouvoir de la religion pose néanmoins des questions. Comment pratiquer des cultes communs quand on a pas de dogme commun ? Où se retrouver et à quelle régularité ? Autours de quoi organiser des rencontres pour alimenter la foi ? Certains besoins sont toujours là et la structure ne demande qu’à être réinventée.

Coming out spirituel

Cette semaine justement, Abdennour Bidar vient de publier une pétition sur Change.org pour encourager les chercheurs à faire leur coming out spirituel. Une drôle d’initiative relayée par le Huffington Post. Une communauté Facebook a même été créée pour soutenir le mouvement.

Qu’est-ce qu’un coming out spirituel ? C’est simplement oser dire à son entourage que l’on a une spiritualité. Vous me direz, c’est pas nouveau, tout le monde en a plus ou moins une. Mais quand on a des croyances un peu différentes de ce qu’enseignent l’école et l’église, on a parfois du mal à l’exprimer. Le coming out spirituel vient comme consolider une phase de recherche personnelle dans l’intimité pour passer sur le plan de la transmission. Et à l’époque de la religion qui se marginalise et de la spiritualité tabou, ce n’est finalement pas si évident.

coming out spirituel et la spiritualité

Si on ajoute à cela le vainqueur du Festival de San Remo, en Italie la semaine dernière, désigné par les votes des téléspectateurs, le besoin de faire son coming out spirituel se fait de plus en plus évident. Oser chanter une chanson qui s’appelle Occidental’s Karma dans le pays qui héberge le Vatican encore incroyablement puissant, c’est culotté ! On sent cette volonté chez les jeunes italiens d’exprimer une spiritualité en marge, mais bien présente. Parler de Karma, Buddha, Mantra et Namasté devient un acte de rébellion !