Les 5 étapes de la recherche de sens

la recherche de sens

Il existe 5 grandes étapes quand on s’intéresse à la recherche de sens. Cette fameuse quête de vie, recherche d’un sens à tout ça dont on entend parler partout ces dernières années. Ces 5 grandes étapes sont les suivantes.

la recherche de sens

La première des 5 étapes de la recherche de sens : Le sursaut

Cette phase est la plus rapide en général. Tout va bien, on sa lève pour aller au travail comme d’habitude, mais sans savoir pourquoi tout s’arrête. Un jour comme un autre notre corps ne répond plus, nous nous posons des questions inhabituelles. C’est comme un réveil violent. Cela peut se matérialiser sous la forme de dépression, burnout, accident, perte d’un être cher, choc émotionnel, une maladie … Chacun a son histoire, mais il est vrai que cet évènement déclencheur se retrouve dans tous les témoignages. Vous avez déjà regardé des vidéos TED traitant le sujet du bonheur ? Regardez, vous verrez.

2- Les recherches

Après le sursaut, on se rend compte que la vie n’a pas de sens pour nous. On sent un tel malaise que l’on ressent le besoin absolu de se mettre en mouvement, de faire quelque chose pour aller mieux. Alors on commence à se renseigner, on s’informe.  Certains vont commencer la recherche de sens par les médecines douces, naturelle ou dites alternatives. D’autres commenceront par une série de documentaires sur la production alimentaire, l’environnement, la corruption, l’industrie pharmaceutique ou le système bancaire. Certains démarrent par l’alimentation, la santé, le sport, le yoga, le sommeil. On peut aussi démarrer par la religion, les sectes ou l’éducation. Tout va dépendre de notre sensibilité de départ, de notre histoire de nos centres d’intérêt. Mais on se rend compte que tous ces sujets sont intimement liés.

Quelque soit les domaines de recherche que vous avez exploré, la conclusion est toujours la même. Ce monde ne tourne pas rond. Nous courrons à la catastrophe. Il est temps de faire quelque chose.

3- Travail sur soi

C’est là qu’intervient en général un rappel à l’ordre. Peut-être un guide spirituel qui vient nous donner un conseil ? Un ami qui est déjà passé par là ? Un signe que la vie nous envoie ? On comprend qu’avant de changer le monde, on a besoin de se changer soi même. Et on commence donc cette phase de travail sur soi qui est peut-être la plus longue de toutes ces étapes.

Méditation, yoga, psychologue, thérapeute, retraites, jeûnes, changements alimentaires, voyages, rencontres, lampe à sel, cristaux, huiles essentielles, livres de développement personnel, tests de personnalité … La liste est longue. Cette phase peut durer des années. C’est un grand nettoyage. On se libère de certaines habitudes, puis de certains objets. Enfin on libère des mémoires obsolètes qui ne nous aident plus à avancer. On travaille sur nos peurs et nos blocages.

Cette période est une réelle transformation personnelle. Nous ne sommes plus la même personne après l’avoir vécu. Nous ne sommes plus capable de faire semblant. Nous cherchons des situations qui nous permettent d’être authentiques.

4- J’améliorer mes relations

Après la période d’incubation et de travail en introversion, vient le moment de l’exercice pratique. C’est là que la relation à l’autre entre en jeux. Quoi de mieux qu’un bon conflit avec mon voisin pour vérifier si je suis bien cette nouvelle personne que je m’efforce à construire ? C’est dans cette période que l’on fait un tri dans nos relations. On ouvre les yeux sur certaines personnes qui nous plombes. On décide de s’entourer de personnes qui ont les mêmes centres d’intérêts que nous, puisque ceux-ci ont évolués. Dans cette période là on découvrira différentes thérapies pour résoudre nos problèmes relationnels : Le MBTI, l’Enéagramme, Les 5 blessures de l’âme, La communication non violente, la PNL ect…

5- Ma relation à la vie

Finalement, c’est la partie la plus intéressante et qui à mon avis ne se termine jamais. Dans cette étape on découvre le pouvoir de l’intuition. On apprend à écouter les synchronicités. On découvre les joies de l’abondance. C’est un peu la phase où l’on apprendre à vivre. On apprend à gérer nos émotions. Ce n’est pas le bonheur qui amène la joie, mais la joie qui porte le bonheur à nous. On travaille notre gratitude. Et finalement l’exercice le plus difficile c’est d’oser faire le grand saut : faire confiance à la vie, marcher les yeux fermés et le coeur ouvert. Une discipline de chaque instant qui porte des résultats magiques à qui s’y aventure.

 

 

Une transition politique semble devenir urgente et nécessaire

transition politique

La transition politique

Voici une expression quasiment inexistante sur Google aujourd’hui. Mais pourquoi ? C’est un grand mystère pour moi. Il me semble clair aujourd’hui que nous arrivons à une crise politique au point de devoir engager un réel changement. Nouvelle constitution ? Nouveau modèle ?  La question n’est plus de savoir si elle va arriver, mais comment la transition politique va-t-elle se concrétiser ?

Suite aux printemps arabes, au mouvement des indignés et aux nuits debout, on s’est rassemblé, on a parlé. Et puis quoi ?

Nous avons d’un côté une tendance de partis alternatifs émergents de la gauche radicale ayant du mal à s’insérer dans le système en place tels que Podemos en Espagne, Cinque Stelle en Italie, Syriza en Grèce, et peut-être Mélanchon en France. Et puis de l’autre côté l’impossible semble devenir bien réel avec la montée de Trump et Marine Lepen. Est-ce un mal nécessaire à une réelle prise de conscience ?

La politique représente-t-elle encore quelqu’un ?

Jacques Attali a publié un livre donc le contenu est une proposition de programme politique pour le prochain président élu en France : “100 jours pour sauver la France”. Il déclare qu’aucun président n’a été élu depuis 1988 en ayant préparé un programme digne de ce nom. Nous sommes dans une crise de la politique nationale. La classe politique ne représente plus la nation. On constate qu’il n’y a pas plus de quelques centaines de milliers d’adhérents à un partit politique en France, ce qui ne représente même pas 1% de la nation. Les électeurs ne donnent plus de crédit à leurs représentants et ont de plus en plus de mal à se déplacer aux urnes.

“Le modèle politique actuel n’est plus viable.”

La classe politique a finalement beaucoup de mal à tenir ses promesses et avoir un impact sur la réalité. Nous avons lutté pour obtenir le droit de vote. Aujourd’hui le vote aux urnes ne sert plus. Le seul vote qui compte aujourd’hui, et vous le savez déjà, c’est la consommation. Quand j’achète un objet, je cautionne son système de production. Je finance son inventeur, je suis responsable de l’impact social, environnemental et économique de sa production. Sans la demande, l’offre n’existe pas. Sans les clients, l’entreprise ferme ses portes. A chaque passage à la caisse, c’est comme si je mettais 40 euros de bulletins de votes dans le système. C’est ça la transition politique.

Les questions que pose la transition politique

  • Doit-on sortir du système actuel ?
  • Doit-on réécrire la constitution et changer de modèle démocratique ?
  • Peut-on voter depuis nos smartphones ?
  • Pourquoi l’administration est-elle encore aussi compliquée à l’heure de l’ubérisation ?
  • Pourquoi sommes nous gouvernés par des personnes aussi éloignées de nos réalités ?
  • Peut-on relocaliser la politique à l’échelle locale ?
  • Le revenu universel et la flat tax sont-ils réalisables dans notre situation ?
  • Doit-on manger des choux de Bruxelles pour rembourser la dette publique ?

Par ailleurs, pour Baptiste Créteur la politique a échoué dans sa mission de maintenir l’état sous contrôle et au service des citoyens. Les contre-pouvoirs, les gardes fous ne fonctionnent pas comme prévu. Nous sommes en fait dans un système défaillant. Finalement pour lui aujourd’hui nous n’avons plus besoin de politique.

Ce qui est sûr c’est qu’un nouveau mécanisme est à inventer, et il y a de la place pour tous ceux qui ont des bonnes idées.

La pensée du nouveau monde d’après Audrey Cansot

la pensée du nouveau monde

Nos habitudes et nos croyances évoluent tous les jours. Les comportements de la société sont en pleine mutation. Nous voyons bien que nous prenons un grand virage. Nous ne savons simplement pas comment définir et nommer ce grand changement. Plusieurs penseurs sont à l’oeuvre pour tenter de modéliser cette pensée du nouveau monde. Ce qui est absolument extraordinaire, c’est de constater que cette tendance est présente dans un nombre de domaine extrêmement varié. On en parle dans la technologie, la science, l’économie, le développement personnel, la spiritualité, l’écologie, la consommation, le travail …

Pour commencer, les récentes découvertes en matière de physique quantique remettent en questions les paradigmes sur lesquels nous nous sommes construit. Jusqu’à présent nous avions opposé la pensée religieuse de la pensée scientifique. Et si finalement elle se rejoignaient pour expliquer la même réalité ? La pensée du nouveau monde est révolutionnaire car elle remet en question toutes les histoires sur lesquelles sont fondées nos civilisations. Les légendes sont à réécrire.

Audrey Cansot est une auteur, scénariste bloggeuse. Elle publie des tutoriels du nouveau monde. Cette chercheuse étudie les tendances émergentes et met en forme des modes d’emploi pour démocratiser ce changement. Elle modélise cette pensée du nouveau monde sur son blog. Ici elle est interviewé par la Télé du Grand Changement. Pour elle il est l’heure d’allier les moyens financiers aux idées du nouveau monde. Nous devons passer à l’action aussi dans l’entrepreneuriat pour mettre en forme ces idées, cette pensée du nouveau monde.

Les grandes lignes de la pensée du nouveau monde

  • Un monde basée sur l’énergie d’amour et de bienveillance.
  • Les pensées créent notre réalité. L’attention est créatrice.
  • L’intuition nous guide. Nous collaborons avec l’invisible. La connaissance est en nous.
  • Nous lâchons des mémoires et nous libérons de mécanismes, d’habitudes.
  • L’authenticité devient une évidence, on s’aligne avec soi même. On éprouve même des difficultés à jouer un rôle.
  • Nous sommes bien plus que ce qui est visible.
  • Je fais le ménage en moi, et la réalité autours de moi se remet en harmonie. Travailler sur moi même a un impact sur mon monde.
  • Le niveau énergétique de la planète est en ascension. Et cela a un impact sur la conscience globale.

 

livre 25 femmes inspirantes

7 conseils pour éviter le brown out

éviter le brown out

De plus en plus de travailleurs ont l’impression que leur métier est inutile. Ils tombent dans cette fameuse crise de sens qu’est le brown out. Alors voici 5 conseils pour vous éviter le brown out et vivre une vie épanouie au travail.

1- Faites une pause

Prenez le temps de vous arrêter de temps en temps. Sans téléphone, sans musique, sans notification, sans livre même. Prenez le temps de fermer les yeux et d’écouter ce qui se passe en vous. Autorisez-vous à exister, au moins pour vous même.

2- Développer son intuition

Ecouter plus souvent son intuition nous aide à suivre une voie qui est bonne pour nous. En écoutant nos pressentiments on évite de se mettre dans une situation qui nous causera du tort. L’intuition nous guide vers un chemin qui nous aide à exprimer notre meilleur potentiel. C’est la voie de la bienveillance.

3- Surfer sur la vague

Il suffit de se laisser guider par les signes que nous envoie notre intuition. Ce sens interne qui nous permet de sentir en nous si une décision va nous porter de beaux fruits. La vague c’est ce flux d’énergie qui nous porte. En fait c’est comme un courant d’eau qui ne demande qu’à nous transporter vers notre destination. Nous n’avons qu’à nous laisser faire. Les signes indiquent la direction à suivre … le sens de la vie.

4- S’armer de courage

Prendre le courage de suivre les signes. Ce n’est pas tout d’avoir une bonne lecture de notre intuition. Encore faut-il passer à l’action et mettre en place ce qui nous est conseillé par notre guide intérieur.

5- Lâcher prise

Parfois on se fatigue à vouloir changer des choses sur lesquelles nous n’avons aucun pouvoir. Evitons de lutter contre la terre entière sur des aspects qui nous dépassent et sur lesquels nous avons aucune emprise. Concentrons nous sur notre périmètre d’action. Agissons peu mais bien.

6- Aller à l’essentiel

S’entrainer à voir le positif, en particulier les aspects sur lesquels nous avons une emprise et qui vont dans la direction de nos valeurs personnelles. Investissons du temps et de l’énergie là où nous avons une valeur.

7- Envisager un switch

S’il est trop tard pour éviter le brown out et que vous vous sentez déjà largement endommagé par ce syndrome. Et si en plus vous ne vous sentez plus capable de remonter la pente dans votre poste actuel. Alors là, vous pourriez envisager de switcher. Oui vous avez bien compris, de changer de métier. Envisagez une reconversion professionnelle.

Posez-vous les questions qui vont bien pour éviter le brown out:

  • Quelle est ma mission de vie ?
  • Quels sont mes talents ?
  • Qu’est-ce qui est le plus important pour  moi dans un travail ?
  • Comment puis-je contribuer à ce monde ?

Les 10 symptômes du Brown out

les 10 symptômes du brown out

Le brown out est ce nouveau syndrome qui touche les travailleurs en quête de sens dans leur travail. Quels sont les symptômes du brown out ? Voici 10 signes alarmants pour reconnaître cette crise de mal être :

  1. Pour commencer, vous ne vous sentez plus stimulé par votre travail. Vous travaillez sans relâche sans pour autant en trouver aucun plaisir, ni satisfaction personnelle. Il ne semble plus exister aucun intérêt pour les tâches à réaliser. Et vous vous sentez désengagé vis à vis de votre mission professionnelle.
  2. Ensuite, la liste des tâches à faire ne désemplit pas. La to-do list est toujours remplie comme un flux continue. On se sent emprisonné dans ce mécanisme.
  3. Vous êtes victime de votre carrière. Vous ne maitrisez plus les décisions importantes vous concernant.
  4. Minimum syndical. Vous faites du présentéïsme en réunion, prenez au minimum la parole. Vous évitez de vous faire remarquer car vous voyez ces réunions comme des menaces désormais.
  5. Pour continuer, vous vous organisez pour éviter au maximum les réunions. A quoi ça rime de passer ces journées en réunion ?
  6. Vous consultez vos mails en permanence, dès le réveil et avant de dormir. Vous êtes à la recherche d’un message qui vous rendrait utile, de quelqu’un qui aurai besoin de vous. Et vous procrastinez toutes les tâches qui n’entrent pas dans cette catégorie.
  7. Votre santé en prend un coup. Mauvaise alimentation, sommeil troublé. Vous ne vous souvenez plus de la dernière fois que vous avez fait du sport.
  8. Votre humeur est à couper au couteau. Le sens de l’humour a disparu. Vous êtes limite agressif avec toute personne daignant vous adresser la parole.
  9. La vie perso en prend un coup. Après une horrible journée de boulot vous vous affalez sur le canapé devant la télé. Vous n’avez plus envie de discuter en famille. Vous ne voyez plus vos amis. Pour leur dire quoi ? Que tout va mal ?
  10. Et finalement, le dernier des symptômes du brown out est la relation au patron. La confiance relationnelle a disparût. Aujourd’hui vous avez peur de ses réactions et ne savait jamais à quoi vous en tenir.

En conclusion les solutions

Donc si vous vous retrouvez dans ce profil, ne vous inquiétez pas. Il existe des solutions et vous n’êtes pas le seul dans ce cas là. Vous êtes maintenant prêt à vous demander quel est le sens de votre vie, et partir en quête de votre mission de vie. Finalement, il existe aussi une école pour apprendre à donner un sens à son travail.

Brown out : La recherche de sens dans son métier

brown out

Le brown out. En terme d’épanouissement au travail, c’est le mot qui aura marqué l’année 2016. Le brown out est ce syndrome psychologique présent en particulier chez les cadres moyens. Des métiers de plus en plus associés à des bullshit job. Les victimes de ce syndrome sentent que leur travail n’a pas de sens, qu’il n’est plus aligné avec leurs valeurs. Pris dans un étaux de pression entre une direction qui resserre les budgets et une production qui doit être de plus en plus efficiente. Ils ne savent plus où se mettre. Ils ne savent plus quel rôle jouer dans l’entreprise pour aider l’entreprise. Et ils se voient même faire des choses qui sont contraires à leur éthique, car “ils n’ont pas vraiment le choix”.

L’absurdité du travail

Il arrive un moment où le salarié se demande à quoi bon en permanence. Il commence par se demander “A quoi bon préparer ce dossier si personne ne le liera ?”, puis il se dit “A quoi bon aller à cette réunion, si personne ne s’écoute” et finalement un jour il finira par se demander “A quoi bon travailler, pour payer des factures que je n’ai pas le temps d’apprécier ?”.

Tout autours de lui semble absurde. Le salarié se sent inutile et impuissant. Il a l’impression de lutter en vain contre une structure plus grande que lui et bien trop lourde. Finalement, il arrive à l’épuisement professionnel. Le brown out peut ainsi mener à un burn out. Dans les deux cas, ce travailleur n’est pas dans les conditions psychologiques adaptées pour produire un travail de qualité et faire avancer son entreprise.

Le bonheur au travail

On penses souvent à Google et à ces autres entreprises ludiques avec un babyfoot et une séance de massage par semaine pour chaque salarié. Oui cela peut aider à déstresser dans une certaine mesure. Mais ces techniques ne seraient-elles pas utilisée pour faire oublier leur malêtre aux salariés sans pour autant leur donne l’opportunité de se pencher sur le fond de la question ?

Qu’est-ce qui nous rend plus heureux ? Travailler dans des bureaux ludiques et colorés ? Sentir que l’on est utile pour une cause qui nous est chère ? Le cadre de la Défense est-il plus heureux que l’éboueur ?