Quand l’intuition nous pousse à changer de vie

changer de vie

Ces personnes sont de plus en plus à vouloir changer de vie alors qu’elles ont visiblement une vie tout comme il faut. Pourquoi ? Quelles sont les étapes ? Quels sont les résultats de ce changement ?

Pourquoi changer de vie ?

Apparemment ces personnes auraient une situation de rêve. Elles ont réussit socialement, un travail qui paie bien, en lien avec leurs longues études. Elles ont une maison tout équipée avec jardin, un mari et un chien. Mais impossible néanmoins de se sentir heureux avec ce terrible “j’avais tout”. Un vide profond nous envahis. Un manque de sens, une tristesse profonde.

Puis un jour on ressent ce besoin de sortir de cette vie cadrée et normée. Souvent c’est après la mort d’un proche ou un évènement marquant. On a besoin de respirer et de ce sentir vivant. Besoin de sentir le flow de la vie nous traverser. Le film En quête de sens, illustre bien ce long périple vers soi même.

Besoin de suivre son intuition

L’intuition nous permet de détecter instantanément un danger à travers des signaux négatifs. Elle nous envoie aussi de signaux positifs pour nous diriger vers ce qui nous fait du bien. Parfois notre intuition nous indique des directions complètement opposées à cette de la raison. Elle nous dit de faire des choses un peu folles comme de tout quitter pour aller vivre à l’autre bout du monde, alors qu’on a tout construit ici. Souvent l’intuition nous pousse à prendre des risques. Et si l’on n’ose pas, notre vie s’effondre au point que n’ayant plus rien à perdre, on finit par la suivre.

Le cas de Linda Bortoletto n’est pas un cas isolé. C’est le signe d’un grand mouvement de masse qui se prépare. Un mouvement qui est illustré par l’expression Brownout et par les activités de Switch Collective, notamment.

Les étapes de cette transformation

J’ai déjà écrit un article sur les 5 grandes étapes de la recherche de sens. Mais si l’on reprend le témoignage de cet oratrice pendant son Tedx, voici les étapes qu’elle a traversé :

  1. Situation idéale : Un travail, réussite sociale, stabilité familiale, acquisitions matérielles
  2. Un évènement tragique vient nous réveiller. On se pose des questions sur la vie et la mort.
  3. L’envie de se sentir vivant. Et sortir de ce cadre.
  4. L’envie de tout quitter, de tout recommencer. L’intuition nous siffle quelques idées.
  5. Le mental dit “non, ce n’est pas raisonnable.” C’est l’heure d’affronter ses peurs et de se débarrasser de quelques valises.
  6. Tant pis, on y vas. C’est le début d’un grand voyage.

Changer de vie était-il le bon choix ?

Après une telle expérience, on retrouve des personnes beaucoup plus présentes dans leur vie. Elles sont devenues plus intuitives et dansent avec la vie. Elle planifient beaucoup moins pour se donner la liberté de suivre leurs envies, leurs intuitions. Visiblement, changer de vie les aide à se sentir plus eux mêmes, plus heureux.


Crée ton activité de coach / thérapeute en ligne  :

Inscris toi au prochain départ ici

Réserve ta place pour créer ton activité de thérapeute dès maintenant sur https://academie.economieintuitive.com/les-7-competences-cles-de-la-nouvelle-economie

Les places sont limités et cette formation n’est proposée qu’une fois par semestre. Alors ne laisse pas passer ta chance de vivre enfin de tes talents !

La théorie du signal, valoriser ses compétences sans diplôme

théorie du signal

La théorie du signal est une nouvelle façon d’appréhender les ressources humaines. C’est un regard différent que l’on porte sur nos expériences pour en extraire des compétences réutilisables. Les reconversions professionnelles se font de plus en plus nombreuses et rapides. Nous sommes dans une économie du travail où tout s’accélère et se fluidifie.

Deux façons de voir les ressources humaines

  • Théorie du capital : C’est une façon de vivre en ce valorisant ce que l’on apprend à l’école comme un capital que l’on utilisera toute notre vie. Un diplôme, des notes, une place à un concours deviennent des acquis sur lesquels construire une carrière et une position sociale.
  • Théorie du signal : En économie, un signal est une information envoyée par un émetteur pour aider un récepteur à prendre une décision (Wikipedia). Sur le marché du travail cela signifie démontrer nos capacités par nos expériences (professionnelles ou académiques) et non l’inverse.

Être bon en mathématiques signifie que l’on a une bonne capacité d’abstraction. Être bon en philo signifie que l’on sait parler, communiquer, abstraire. Ce sont des qualités de dirigeant d’entreprise.

Pour Oussama Ammar, la France souffre de la théorie du capital. Nous sommes bloqués par le besoin d’un diplôme, long et payant pour justifier une compétence qui ouvre le droit à un travail. Nous avons également vu dans un précédent article les transformations que représentent les amateurs sur le marché des professionnels.

Grâce à la contrainte économique la théorie du signal commence à se faire de la place sur le marché du travail. N’ayant plus le choix, certaines grandes entreprises sont obligées de recruter des talents non diplômés, car il n’existe tout simplement pas encore de diplôme certifiant ces compétences.

Apprendre à raisonner en aptitude

Chez Switch Collective, on entraine les switchers à développer cette capacité à transformer une expérience professionnelle en aptitude. Ce n’est pas parce que l’on a travaillé 10 ans dans un cabinet de conseil que l’on doit absolument mettre à profit ce capital, une expérience de 10 ans pour trouver un poste similaire. On pourrait aussi extraire de cette expérience une aptitude à brasser un grand nombre d’information et les synthétiser par exemple. Ainsi, une reconversion professionnelle devient plus évidente et fluide.

En quête de sens – Le film

licorne

C’est l’histoire de deux copains qui se retrouvent dans la vie professionnelle à New York. Après un accident qui le cloue au lit et l’oblige à regarder plein de documentaires alarmistes, ils décident de tourner un documentaire ensemble. Ils commencent par l’Inde, rentrent en France. Puis repartent au Mexique, en Amérique du sud et aux Etats-Unis en quête de sens.

Leur chemin part de la vie professionnelle hyper active ancrée dans un marketing de luxe. Il démarrent par la rencontre avec ces agriculteurs indiens qui se sont fixé pour mission de conserver les graines non modifiées génétiquement pour assurer un avenir agricole à l’Inde.

“Hapiness is when you know you have enough” Le bonheur c’est quand on sait qu’on a assez et qu’on s’en satisfait.

C’est en partant en quête de sens que l’on ouvre les yeux sur des réalités frappantes. On réalise que jusque là nous pensions qu’une bonne carrière professionnelle, une belle maison et un mariage comme il faut nous apporteraient le bonheur. Finalement un petit paysan indien qui n’a rien de tout cela nous dit que le bonheur n’est pas dans la quête de l’impossible mais dans la satisfaction du moment présent. C’est une croyance qui s’effondre.

“Le plaisir tu peux l’acheter sur le marché. Le bonheur tu ne peux pas l’acheter sur le marché, tu dois regarder en toi. Profondément en toi”

C’est là que démarre le travail sur soi. Le développement personnel. On travaille sur nous même, puis sur notre relation à l’autre et finalement on s’interroge sur notre relation à Dieu, à l’Univers. Ils vont faire une retraite de Yoga, expérimenter la yourte de sudation au mexique et travailler un peu leur méditation. Ils interviewent Pierre Radhi, Frédéric Lenoir, Docteur Navaro, Trinh_Xuan_Thuan, Vandana Shiva et plein d’autres acteurs influents dans l’écologie, l’éveil des consciences, l’astrologie, la physique quantique et le développement personnel.

Voir le documentaire En Quête de Sens.

En quête de sens

Les étapes du chemin en quête de sens

L’éveil des consciences démarre souvent par un ras-le-bol du quotidien, de la société actuelle. Cela peut se présenter comme un accident, un burnout, un brownout, une crise existentielle ou une simple dépression. On se réveille comme dans un sursaut. On se rend compte que l’on s’est laissé guidé dans une situation qui ne nous convient pas.

C’est là que démarrent les recherches. On s’informe sur notre alimentation, la production des médicaments, l’impact de nos achats sur l’environnement. On cherche beaucoup d’information jusqu’à se sentir abattu par notre situation. On constate l’ampleur des dégâts, tout le mal qu’on a fait à notre planète et à ses habitants. On réalise qu’il y a beaucoup de boulot pour réparer tout ça.

Finalement on décide de démarrer par notre petit coin de terre, par nous même. C’est là que l’on commence à travailler sur soi. On apprend à se connaître soi même, on se libère de certaines mémoires, on travaille nos blocages, nos peurs. Après un certain nettoyage, on va se sentir capable d’affronter la relation à l’autre. On commence à faire le ménage dans nos relation, puis on cherche à rendre celles qui restent plus saines et constructives. Finalement au travers de tout ce travail, c’est notre relation à l’Univers, à la vie, à Dieu qui se transforme. C’est là, et après toutes ces étapes que l’on pourra trouver un sens à notre existence.

 

Les 5 étapes de la recherche de sens

la recherche de sens

Il existe 5 grandes étapes quand on s’intéresse à la recherche de sens. Cette fameuse quête de vie, recherche d’un sens à tout ça dont on entend parler partout ces dernières années. Ces 5 grandes étapes sont les suivantes.

la recherche de sens

La première des 5 étapes de la recherche de sens : Le sursaut

Cette phase est la plus rapide en général. Tout va bien, on sa lève pour aller au travail comme d’habitude, mais sans savoir pourquoi tout s’arrête. Un jour comme un autre notre corps ne répond plus, nous nous posons des questions inhabituelles. C’est comme un réveil violent. Cela peut se matérialiser sous la forme de dépression, burnout, accident, perte d’un être cher, choc émotionnel, une maladie … Chacun a son histoire, mais il est vrai que cet évènement déclencheur se retrouve dans tous les témoignages. Vous avez déjà regardé des vidéos TED traitant le sujet du bonheur ? Regardez, vous verrez.

2- Les recherches

Après le sursaut, on se rend compte que la vie n’a pas de sens pour nous. On sent un tel malaise que l’on ressent le besoin absolu de se mettre en mouvement, de faire quelque chose pour aller mieux. Alors on commence à se renseigner, on s’informe.  Certains vont commencer la recherche de sens par les médecines douces, naturelle ou dites alternatives. D’autres commenceront par une série de documentaires sur la production alimentaire, l’environnement, la corruption, l’industrie pharmaceutique ou le système bancaire. Certains démarrent par l’alimentation, la santé, le sport, le yoga, le sommeil. On peut aussi démarrer par la religion, les sectes ou l’éducation. Tout va dépendre de notre sensibilité de départ, de notre histoire de nos centres d’intérêt. Mais on se rend compte que tous ces sujets sont intimement liés.

Quelque soit les domaines de recherche que vous avez exploré, la conclusion est toujours la même. Ce monde ne tourne pas rond. Nous courrons à la catastrophe. Il est temps de faire quelque chose.

3- Travail sur soi

C’est là qu’intervient en général un rappel à l’ordre. Peut-être un guide spirituel qui vient nous donner un conseil ? Un ami qui est déjà passé par là ? Un signe que la vie nous envoie ? On comprend qu’avant de changer le monde, on a besoin de se changer soi même. Et on commence donc cette phase de travail sur soi qui est peut-être la plus longue de toutes ces étapes.

Méditation, yoga, psychologue, thérapeute, retraites, jeûnes, changements alimentaires, voyages, rencontres, lampe à sel, cristaux, huiles essentielles, livres de développement personnel, tests de personnalité … La liste est longue. Cette phase peut durer des années. C’est un grand nettoyage. On se libère de certaines habitudes, puis de certains objets. Enfin on libère des mémoires obsolètes qui ne nous aident plus à avancer. On travaille sur nos peurs et nos blocages.

Cette période est une réelle transformation personnelle. Nous ne sommes plus la même personne après l’avoir vécu. Nous ne sommes plus capable de faire semblant. Nous cherchons des situations qui nous permettent d’être authentiques.

4- J’améliorer mes relations

Après la période d’incubation et de travail en introversion, vient le moment de l’exercice pratique. C’est là que la relation à l’autre entre en jeux. Quoi de mieux qu’un bon conflit avec mon voisin pour vérifier si je suis bien cette nouvelle personne que je m’efforce à construire ? C’est dans cette période que l’on fait un tri dans nos relations. On ouvre les yeux sur certaines personnes qui nous plombes. On décide de s’entourer de personnes qui ont les mêmes centres d’intérêts que nous, puisque ceux-ci ont évolués. Dans cette période là on découvrira différentes thérapies pour résoudre nos problèmes relationnels : Le MBTI, l’Enéagramme, Les 5 blessures de l’âme, La communication non violente, la PNL ect…

5- Ma relation à la vie

Finalement, c’est la partie la plus intéressante et qui à mon avis ne se termine jamais. Dans cette étape on découvre le pouvoir de l’intuition. On apprend à écouter les synchronicités. On découvre les joies de l’abondance. C’est un peu la phase où l’on apprendre à vivre. On apprend à gérer nos émotions. Ce n’est pas le bonheur qui amène la joie, mais la joie qui porte le bonheur à nous. On travaille notre gratitude. Et finalement l’exercice le plus difficile c’est d’oser faire le grand saut : faire confiance à la vie, marcher les yeux fermés et le coeur ouvert. Une discipline de chaque instant qui porte des résultats magiques à qui s’y aventure.

 

 

Les 10 symptômes du Brown out

les 10 symptômes du brown out

Le brown out est ce nouveau syndrome qui touche les travailleurs en quête de sens dans leur travail. Quels sont les symptômes du brown out ? Voici 10 signes alarmants pour reconnaître cette crise de mal être :

  1. Pour commencer, vous ne vous sentez plus stimulé par votre travail. Vous travaillez sans relâche sans pour autant en trouver aucun plaisir, ni satisfaction personnelle. Il ne semble plus exister aucun intérêt pour les tâches à réaliser. Et vous vous sentez désengagé vis à vis de votre mission professionnelle.
  2. Ensuite, la liste des tâches à faire ne désemplit pas. La to-do list est toujours remplie comme un flux continue. On se sent emprisonné dans ce mécanisme.
  3. Vous êtes victime de votre carrière. Vous ne maitrisez plus les décisions importantes vous concernant.
  4. Minimum syndical. Vous faites du présentéïsme en réunion, prenez au minimum la parole. Vous évitez de vous faire remarquer car vous voyez ces réunions comme des menaces désormais.
  5. Pour continuer, vous vous organisez pour éviter au maximum les réunions. A quoi ça rime de passer ces journées en réunion ?
  6. Vous consultez vos mails en permanence, dès le réveil et avant de dormir. Vous êtes à la recherche d’un message qui vous rendrait utile, de quelqu’un qui aurai besoin de vous. Et vous procrastinez toutes les tâches qui n’entrent pas dans cette catégorie.
  7. Votre santé en prend un coup. Mauvaise alimentation, sommeil troublé. Vous ne vous souvenez plus de la dernière fois que vous avez fait du sport.
  8. Votre humeur est à couper au couteau. Le sens de l’humour a disparu. Vous êtes limite agressif avec toute personne daignant vous adresser la parole.
  9. La vie perso en prend un coup. Après une horrible journée de boulot vous vous affalez sur le canapé devant la télé. Vous n’avez plus envie de discuter en famille. Vous ne voyez plus vos amis. Pour leur dire quoi ? Que tout va mal ?
  10. Et finalement, le dernier des symptômes du brown out est la relation au patron. La confiance relationnelle a disparût. Aujourd’hui vous avez peur de ses réactions et ne savait jamais à quoi vous en tenir.

En conclusion les solutions

Donc si vous vous retrouvez dans ce profil, ne vous inquiétez pas. Il existe des solutions et vous n’êtes pas le seul dans ce cas là. Vous êtes maintenant prêt à vous demander quel est le sens de votre vie, et partir en quête de votre mission de vie. Finalement, il existe aussi une école pour apprendre à donner un sens à son travail.