Pourquoi augmenter son taux vibratoire ? 5 vidéos pour tout comprendre

augmenter son taux vibratoire

J’en parle depuis plusieurs jours et je partage mon parcours personnel sur le groupe Facebook. Voici la question que l’on se pose avant de commencer à augmenter son taux vibratoire.

 

A quoi ça sert d’augmenter son taux vibratoire ?

Tout autours de nous est composé d’énergie : les pierres, les bâtiments, les aliments, les pensées, les personnes que l’on fréquente, les situations, les livres … L’énergie vibratoire se mesure en unité de Bovis qui peut être mesurée par un pendule. Nous avons nous même un certain taux vibratoire.

Si l’on s’entoure d’objets ou situations dont l’énergie est plus élevée (comme par exemple un objet sacré, le chant d’un dauphine, une personne agréable …) alors notre taux est contaminé de cette énergie et notre taux augmente. Si au contraire nous sommes en contact avec des situations qui ont une énergie plus basse (télévision, personne déprimée, pollution, ondes électromagnétiques … ), notre taux vibratoire va baisser. Quand notre énergie est très basse, on peut contracter des maladies et avoir un effet négatif sur les personnes autours de nous.

Plus on augmente notre vibration plus on va attirer des choses cool dans notre vie. C’est une mesure qui nous permet de déterminer l’état dans lequel on se trouve à un instant. On peut mesurer notre vibration à tout instant. Chaque moment de la journée fait évoluer notre vibration en fonction de nos pensées, actions, et de l’environnement dans lequel on se trouve.

Nous avons une maitrise sur notre énergie. On peut choisir d’augmenter ou de diminuer notre taux. Lorsque l’on est dans de la tristesse  ou que l’on ne se sens pas bien, c’est que l’on a des vibrations assez basses. Alors que lorsque l’on est dans de la joie, de l’amour, alors notre taux vibratoire est plus élevé.

Lorsque l’on a des vibrations élevées, on attire à nous des énergies similaires. C’est en comprenant la loi d’attraction que l’on attire consciemment des situations agréables et de belles surprises que certains peuvent appeler des miracles.

Vibrer à de hautes fréquences ne nous empêche pas d’avoir à faire face à des épreuves dans notre vie. Par contre cela va nous aider à mieux dépasser chaque épreuve et la transformer en opportunité d’apprentissage.

Comment augmenter son taux vibratoire ?

  • S’ancrer, habiter pleinement son corps physique.
  • Se centrer sur nous même, vivre dans son essence, être soi même.
  • Vivre dans le coeur, ouvrir son coeur au lieu de vivre dans le mental.
  • Pratiquer la pleine conscience quand on est dans l’action, dans chaque geste de la vie quotidienne.
  • Danser, rire, chanter.
  • S’alimenter de nutriment sains et de prana.
  • Se situer dans un lieu qui nous fait du bien, un lieu sacré, paradisiaque …
  • Et plein d’autres actions que je vais répertorier au fur et à mesure des 100 prochains jours.

Rejoins le défi dès aujourd’hui

Toi aussi tu souhaites mettre en place une action quotidienne pour augmenter ton énergie, rejoins nous dans le groupe Facebook « Je prends soin de mes rêves« .

Imprimer une maison écologique en 3D pour 48 euros

maison écologique

Massimo Moretti est l’heureux inventeur de cette imprimante 3D qui sera bientôt capable de construire une maison écologique à moindre coût. Oui, oui, vous avez bien compris.

Une maison en terre

Massimo Moretti explique dans sa conférence TED que la crise du logement va devoir résoudre de nouvelles problématiques. Dans quelques années, nous devrons loger 3 milliard de personnes pour un coût inférieur à 300 $ par maison. En s’inspirant de la guêpe qui utilise la terre et l’eau qu’elle trouve sur place pour construire sa ruche.

L’imprimante tient sur 3 pied pliables ce qui lui permet d’être facilement déplacée. La tête de l’imprimante est légère et fonctionne avec peu d’énergie. L’énergie solaire peut suffire pour construire une telle habitation.

maison écologique imprimante 3D

Cet italien a exploré le monde des imprimantes 3D pour les mettre à profit des constructions respectueuses de l’environnement. Vous savez ce qu’on appelle Earthship, des maisons construites en terre, au raz du sol pour profiter des vertus isolantes du sol. Ce sont des constructions très économiques et respectueuses. C’est ce que l’on appelle souvent des habitats passifs, car ils n’ont pas d’impact sur l’environnement.

La maison que projette d’être capable de construire Massimo devrait coûter 48 euros et être construite en une semaine par seulement deux personnes.

La matière première à insérer dans l’imprimante 3D pour construire cette maison écologique est simplement de la terre, de la paille et du sable. Des matériaux qui se trouvent facilement dans la plupart de nos paysages européens.

 

Il existe d’autres projets d’impression 3D de maisons à base d’autres matériaux, comme le ciment par exemple. Cette innovation permettrait de construire des maisons à bas coût à partir d’un modèle libre de droit téléchargeable en ligne.

Moins cher qu’une maison imprimée en béton

Apis Cor a déjà construit une maison habitable en 24h. Ce premier essai ouvre de nouvelles possibilités pour répondre rapidement à des besoins de relogement rapide. Monter la machine ne prendrait qu’une heure et n’aurait besoin que de ciment comme matière première. Pour une maison en béton de 38 m2 imprimée en 24 heures, il faut compter 10 134$ de coût de construction (matière première et main d’oeuvre pour les finitions).

Accepter pour transcender, finit la lutte !

accepter pour transcender

Dans l’ancienne configuration du monde, nous avions l’habitude de lutter contre les choses qui ne nous convenaient pas. Dans le nouveau monde qui est en train d’émerger, nous allons devoir prendre de nouvelles habitudes. C’est là qui va être important d’apprendre à accepter pour transcender ce qui ne nous convient pas.

L’exemple de Corinne Gouget

Cette femme a fait un travail remarquable de prise de parole concernant les additifs alimentaires et leurs conséquences désastreuses sur notre santé. Je ne peux plus manger un soupe instantanée sans penser à elle. Corinne a pris des risques et s’est exposée publiquement pour défendre sa cause. Au risque de détruire sa vie personnelle et familiale. Ce qui a finit par arriver. Ce qui m’a le plus marqué en écoutant cette militante en conférence, c’est ce sentiment de lutte. C’est une guerrière. Elle était animée par la colère, la violence intérieure. Une rage certainement justifiée quand on écoute son histoire personnelle et que l’on découvre les dégâts sanitaires de l’industrie agroalimentaire. Mais en la regardant, je ne peux m’empêcher de penser « Est-il nécessaire de porter la rage en nous pour faire bouger les choses ? » .

La colère

En effet, parfois la colère peut nous aider à passer de l’immobilité, la victimisation à l’action. Parfois elle peut être positive si on l’utilise comme un moteur. Elle permet de faire le démarrage. Mais quels sont les risques de vivre en permanence dans la colère ?
A vivre dans la rage en permanence, on risque tout simplement d’y laisser notre santé. Nos émotions et nos pensées ont un impact direct sur notre corps et les maladies qui s’y installent. Purifier son alimentation, son corps et faire du sport ne suffit plus. Nous avons maintenant besoin de faire également attention à notre alimentation émotionnelle. Pour en savoir plus, téléchargez le Grand Dictionnaire des Maladies de Jacques Martel. Ce guide répertorie chaque maladie et l’associe à une origine émotionnelle. C’est frappant tellement c’est juste !

Accepter pour transcender

Il existe parfois des choses, des situations, des réalités que l’on n’accepte pas. Alors on se met en colère et on commence à luter contre elle pour l’empêcher d’exister.
En démarrant cette lutte, on met toute notre attention sur cette chose que l’on souhaite voir disparaître. En donnant de l’attention à une chose, on la nourrit. On lui permet d’exister et de se développer.

Accepter

Alors comment faire disparaître une injustice, une abomination ? Tout simplement en l’acceptant, en l’embrassant. Comme Martin Luther King nous en a montré la voie. Ce pasteur encourageait ses fidèles à aimer leur ennemi, et se laisser frapper. Ils acceptaient une réalité et luttaient d’une façon indirecte, passive. C’est une nouvelle façon d’obtenir un changement. Et c’est peut-être la méthode la plus adaptée à notre époque. Nous n’avons plus l’âge de prendre des armes et aller conquérir les territoires des méchants envahisseurs.

Transformer

J’ai personnellement fait le choix de terminer mes études en école de commerce bien que je n’adhérait pas totalement au système que j’étudiais. Je ne supportait pas l’étiquette de capitaliste que l’on nous colle sur le visage quand on étudie l’économie et la finance. Deux matières que je n’appréciais pas plus que ça. Mais j’ai décidé de jouer le jeux, de terminer mes études coûteuses, de rembourser le prêt étudiant et de travailler dans des entreprises. Pour moi accepter le système et en faire partie est le meilleur moyen de le changer. Mon but en travaillant dans l’entreprise est de la transformer vers quelque chose de plus éthique, qui parle à mes valeurs humanistes. Il aurait été difficile de faire changer l’entreprise si je n’y avait jamais mis les pieds.

S’accepter pour se transformer soi même

On peut utiliser cette méthode d’acceptation au niveau individuel et très intime. C’est ce que nous encourage à faire Lise Bourbeau avec son guide sur les 5 blessures de l’âme. On découvre l’une de nos blessures à travers les marques de notre masque. On prend conscience de l’origine de notre blessure. On la met en lumière, on l’accepte. Et finalement petit à petit, elle va prendre de moins en moins de place. Tout simplement parce que l’on arrête de lutter contre une partie de nous. Nous apprenons à cajoler cette partie de nous et en prendre soin pour éviter de la faire souffrir.

En quête de sens – Le film

licorne

C’est l’histoire de deux copains qui se retrouvent dans la vie professionnelle à New York. Après un accident qui le cloue au lit et l’oblige à regarder plein de documentaires alarmistes, ils décident de tourner un documentaire ensemble. Ils commencent par l’Inde, rentrent en France. Puis repartent au Mexique, en Amérique du sud et aux Etats-Unis en quête de sens.

Leur chemin part de la vie professionnelle hyper active ancrée dans un marketing de luxe. Il démarrent par la rencontre avec ces agriculteurs indiens qui se sont fixé pour mission de conserver les graines non modifiées génétiquement pour assurer un avenir agricole à l’Inde.

« Hapiness is when you know you have enough » Le bonheur c’est quand on sait qu’on a assez et qu’on s’en satisfait.

C’est en partant en quête de sens que l’on ouvre les yeux sur des réalités frappantes. On réalise que jusque là nous pensions qu’une bonne carrière professionnelle, une belle maison et un mariage comme il faut nous apporteraient le bonheur. Finalement un petit paysan indien qui n’a rien de tout cela nous dit que le bonheur n’est pas dans la quête de l’impossible mais dans la satisfaction du moment présent. C’est une croyance qui s’effondre.

« Le plaisir tu peux l’acheter sur le marché. Le bonheur tu ne peux pas l’acheter sur le marché, tu dois regarder en toi. Profondément en toi »

C’est là que démarre le travail sur soi. Le développement personnel. On travaille sur nous même, puis sur notre relation à l’autre et finalement on s’interroge sur notre relation à Dieu, à l’Univers. Ils vont faire une retraite de Yoga, expérimenter la yourte de sudation au mexique et travailler un peu leur méditation. Ils interviewent Pierre Radhi, Frédéric Lenoir, Docteur Navaro, Trinh_Xuan_Thuan, Vandana Shiva et plein d’autres acteurs influents dans l’écologie, l’éveil des consciences, l’astrologie, la physique quantique et le développement personnel.

Voir le documentaire En Quête de Sens.

En quête de sens

Les étapes du chemin en quête de sens

L’éveil des consciences démarre souvent par un ras-le-bol du quotidien, de la société actuelle. Cela peut se présenter comme un accident, un burnout, un brownout, une crise existentielle ou une simple dépression. On se réveille comme dans un sursaut. On se rend compte que l’on s’est laissé guidé dans une situation qui ne nous convient pas.

C’est là que démarrent les recherches. On s’informe sur notre alimentation, la production des médicaments, l’impact de nos achats sur l’environnement. On cherche beaucoup d’information jusqu’à se sentir abattu par notre situation. On constate l’ampleur des dégâts, tout le mal qu’on a fait à notre planète et à ses habitants. On réalise qu’il y a beaucoup de boulot pour réparer tout ça.

Finalement on décide de démarrer par notre petit coin de terre, par nous même. C’est là que l’on commence à travailler sur soi. On apprend à se connaître soi même, on se libère de certaines mémoires, on travaille nos blocages, nos peurs. Après un certain nettoyage, on va se sentir capable d’affronter la relation à l’autre. On commence à faire le ménage dans nos relation, puis on cherche à rendre celles qui restent plus saines et constructives. Finalement au travers de tout ce travail, c’est notre relation à l’Univers, à la vie, à Dieu qui se transforme. C’est là, et après toutes ces étapes que l’on pourra trouver un sens à notre existence.

 

Pratiquer le Yoga en entreprise

yoga en entreprise

Le Yoga en entreprise est un bon moyen de réduire les risques psychosociaux comme l’absentéisme, démotivation, maladies ou burnout. C’est la raison qui pousse certaines Direction des Ressources Humaines ou CE à financer des cours pour les salariés. Cette pratique ne remplace pas un bon management mais comme la méditation athée, elle peut améliorer la qualité de vie des salariés. En 2013 plus de 3 millions de français pratiquaient régulièrement le Yoga. La courbe de croissance du nombre de Yogis est exponentielle.

Les trois piliers du Yoga en entreprise ou ailleurs sont :

  • La respiration. Il est important de bien respirer pour bien alimenter le corps et la tête. Le Yoga propose des exercices de respirations en fin de séance ou pendant les postures.
  • Les Asanas, les postures que réalisent les Yogis en bougeant leur corps. Découvrez des enchaînement sur une application mobile de Yoga.
  • La concentration. Elle est nécessaire pour réaliser les postures et fluidifier la respiration durant la pratique. Plus on pratique le Yoga et plus on développe sa concentration au quotidien, et donc en entreprise !

Les principaux bénéfices du Yoga en entreprise :

  • Cela apporte une détente physique qui a des conséquences directes sur le plan mental.
  • Le Yoga permet de se sentir moins stressé. On libère les tentions mentales à travers les asanas. Ca y est, vous commencer à comprendre le jargon zen.
  • Ensuite, cette pratique nous permet de nous sentir plus à l’aise dans notre corps. On gagne en confiance en nous, et c’est toujours bon pour les affaires.
  • Nous recentrons notre attention sur notre respiration. Une bonne respiration permet de garder son calme, et de ne pas se laisser envahir pas le stress, les émotions et les imprévus.
  • S’ajoute à cela, la prise de recul. On devient observateur de notre vie en entreprise, de nos réactions. Nous prenons conscience de la situation dans laquelle nous nous trouvons et nous pouvons ainsi devenir maître de cette situation.
  • Finalement, sur le plan émotionnel, le Yoga permet de relativiser. On a le choix de continuer à vivre une émotion ou de choisir de la transmuter. Par la prise de recul nous observons nos réactions. La nouvelle posture à adopter devient évidente quand on prend le temps de s’observer soir même.

En conclusion, 10 minutes de Yoga en entreprise tous les matins suffirait à en tirer des bénéfices dès les premières semaines. Alors qu’est-ce que vous attendez pour essayer ?