Interview de Peggy de l’académie du développement personnel

académie développement personnel

Bonjour Peggy, tu es co-fondatrice de l’Académie du Développement Personnel et de 2 boutiques en ligne. Mais pas que …

Co-formatrice du programme « Soleil de l’énergie » et créatrice du programme « vivre son rêve professionnel », des méditations « harmonisez son yin et son yang », « se libérer des blessures du passé », « harmonisez ses chakras ». Co-fondatrice de l’académie du développement personnel et de 2 boutiques en ligne oeufs-de-yoni.com et palaisdespierres.com Co-créatrice de la Tournée Yoga on Top. Auteure de 2 livres « Je rayonne jour après jour » aux éditions Marie Claire et « Les oeufs de yoni pour révéler son potentiel féminin » aux éditions Trédaniel. Professeur de Yoga, praticienne EFT, Base PNL, Masseuse spécialité Balainaise,…

académie développement personnel

Quelles sont tes frustrations, indignations dans cette vie ?

Plein …

J’ai juste appris à les accueillir et à les transformer. C’est lorsque j’ai mes plus grosses frustrations, colères, indignations, incompréhensions que naissent mes meilleures idées. Je transforme cette forte énergie pour trouver des solutions constructives et belles.

peggy académie développement personnel

A ton sens, quelle est ta mission ? Quel est le but de ta vie ? Ton ‘Pourquoi’

Je pense que le terme mission de vie est adapté lorsque l’on a un profil « expert ». Pour les personnes qui sont multipotentielles ce terme « mission de vie » peut être assez angoissant. Je fais parti du 2eme cas.

Je suis intéressée et j’aime de nombreux sujets (et j’en découvre tous les jours). Je connais mes qualités, mes compétences, mes savoirs faire, mes savoirs être,… Je suis donc mon intuition.

Je suis ouverte aux opportunités et je fonce vers les projets qui me parlent, qui ont du sens pour moi et mon éco-système. Je fais attention à créer de la cohérence et une lisibilité dans tout ce que je fais.

Quel a été ton déclic ? Ce qui t’a poussé à démarrer ?

Transmettre les bienfaits du yoga au plus grand nombre après de graves problèmes de santé.

Comment s’organise ton quotidien pour réaliser cette mission ?

Ce n’est pas très sexy : la discipline

Discipline dans tout ce que je fais quotidiennement : Sport, spiritualité et nourriture. Cette discipline me permet d’être en forme physiquement, émotionnellement, mentalement pour travailler 10 à 15h par jour 7 jours/7

Je pense que c’est avec des petits pas tous les jours que l’on arrive à concrétiser ses rêves et à créer la vie à laquelle on aspire.

Quelles actions as-tu mise en place pour démarrer ?

Voici les points principaux :

  • être en forme et endurante
  • être régulière et disciplinée
  • être motivée et avoir une grande vision pour son entreprise
  • avoir au moins 1 service/prestation/produit à vendre
  • avoir de la visibilité (pour ventre ce service/prestation/produit)
  • construire son réseau (clients, prestataires, partenaires,…)
  • être entourée de personnes qui ont réussi leur entreprise

Quelles compétences utiles avais-tu avant de démarrer l’académie du développement personnel et tous les projets qui s’y rattachent ?

Organisation (à tous les niveaux), discipline, capacité à faire des liens entre les choses qui semblent ne pas en avoir, créativité, innovation, intuition, observation, capacité rédactionnelle (synthèse ou dév), curiosité, facilité d’apprentissage et de remise en question, capacité relationnelle, écoute, patience,…

Qu’as-tu appris en démarrant cette aventure ?

Plein de choses… Je dirai que le point principal c’est « osez » !

  • Osez demander
  • Osez se lancer et faire des choses
  • Osez se faire confiance
  • Osez croire en ses rêves ….

Osez, Osez, Osez !!!

Quel conseil aimerais-tu donner à une autre femme qui n’ose pas se lancer ?

Merci Peggy, on peut te retrouver sur votre site de l’Académie du Développement Personnel et vos deux boutiques en ligne :

 

Et retrouve toutes les interviews de femmes inspirantes que j’ai déjà réalisées.

Marie-Laurence, Psychologue et digital nomade

psychologue codesigneuse de vie

Bonjour Marie-Laurence ! Peux-tu m’en dire un peu sur toi ?

Bonjour, je m’appelle Marie et j’ai 33 ans. Je suis psychologue et co-designeuse de vies professionnelles épanouissantes en ligne. J’accompagne les personnes intuitives, sensibles et multi-potentielles à se créer une vie professionnelle riche et en cohérence avec leurs priorités grâce à la connaissance de soi et la compréhension de son propre fonctionnement et de ses motivations. A côté de cela, j’habite en ce moment en Espagne et je suis passionnée par le digital nomadisme, le développement personnel et la philo.

ça en fait des passions passionnantes ! Quelles sont tes frustrations, indignations dans cette vie ?

Ce qui m’indigne généralement c’est quand j’entends : « c’est pas possible ! », « tu n’y arriveras pas, change de projet ». Je n’aime pas l’idée selon laquelle on devrait « subir sa vie » pendant 40 ans pour enfin pouvoir en profiter un peu vers la fin de sa vie. Je veux croire, au contraire, que nous sommes les créateurs de notre vie, que l’on peut se créer une vie qui nous plaise et nous permettre de faire la multitude de choses qui nous attire ou nous passionne. Il n’y a pas qu’une seule version du succès ou de la réussite. C’est cette prise de conscience que je souhaite transmettre dans mes accompagnements.

En tant que psychologue, tu amènes tes clients à trouver leur Pourquoi. Alors, à ton sens, quelle est ta mission ?

J’aspire à aider les autres à prendre conscience qu’ils ont déjà tout en eux et que la seule démarche valable est d’apprendre à s’aimer soi-même. Ça, on va dire, c’est le pourquoi le plus fondamental. Je sers cette mission en aidant les personnes en quête de sens à transformer leur carrière pour que cette dernière s’adapte au style de vie qu’elles souhaitent avoir (et non l’inverse).

J’adore ! Je partage complètement. Dans ton histoire, quel a été ton déclic ? Ce qui t’a poussé à démarrer une nouvelle carrière ?

Mon déclic, c’est principalement 2 bouquins :
  • « Réfléchissez et devenez riche » de Napoleon Hill (qui parle de la loi de l’attraction)
  • et « La semaine de 4 heures » de Tim Ferriss.

Comment s’organise ton quotidien pour réaliser cette mission ?

J’écris, je lis, je fais des recherches, puis je rédige des mails ou des cahiers d’exercices pour mes clients. Je fais aussi beaucoup de séances d’accompagnement en visio.
Puis quand j’ai terminé, je vais faire une longue marche, soit dans la nature, soit dans la ville où j’ai posé mes valises.

Quelles actions as-tu mise en place pour démarrer ?

La première action a été de me faire accompagner pour monter mon projet. Sans cet accompagnement, je n’aurais pas mis tout ce que j’ai mis en place.

Quelles compétences utiles avais-tu avant de démarrer ?

Je dirais ma grande curiosité !

Qu’as-tu appris en démarrant cette aventure pour devenir psychologue ?

 J’ai appris qu’il fallait agir, se lancer et aussi, savoir poser ses propres limites.

Quel conseil aimerais-tu donner à une autre femme qui n’ose pas se lancer ?

Il faut se lancer même si on a peur. La peur ne doit pas être un argument car elle s’estompe quand on agit.

 

Merci beaucoup Marie pour ton témoignage.

On peut te retrouver sur ton site internet et ta page Facebook pour découvrir les articles que tu partage régulièrement et éventuellement tester un accompagnement avec toi.

 

 

Pourquoi développer sa confiance en la vie quand on crée son entreprise ?

confiance

Dans la vie on a toujours le choix. N’est-ce pas ? Alors on peut également décider consciemment de choisir d’avoir confiance en la vie ou de vivre dans la crainte. D’autant plus dans la phase de création d’entreprise.

Voici deux scénarios possibles :

1- Je suis méfiant, sceptique, objectif et prudent.

J’adore les personnes qui disent qu’elles sont objectives. Dans beaucoup des cas c’est une façon de cacher qu’elles sont en fait pessimistes. Nous les humains, on n’a pas vraiment la capacité d’être objectif. Toute interprétation est forcément orientée par notre vécu et notre humeur.
J’aime bien les scientifiques aussi. Ils affirment que rien n’est vrai tant que cela n’a pas été démontré méthodiquement. Intéressant…

Et si ils passaient à côté de quelque chose d’important que leur méthode n’était pas capable de démontrer ? A-t-on démontré que l’espoir et la visualisation sont de réels outils pour développer son business ?
Ce type de personnalité se prive tout simplement de réaliser des choses qui pourraient les aider, tant que cela n’a pas été démontré par leur méthode.

Quel dommage !

2- Je suis intuitif, confiant, optimiste et j’ai foi en la vie.

Ce deuxième type de personnalité s’apparente plus au profil de l’entrepreneur dans l’économie intuitive. C’est ceux que l’on appelle les chanceux. Mais la chance, ça se provoque !

En fait, cette personne est une personne qui visualise ses objectifs, qui demande à la vie, ou au monde invisible du soutient, et qui est capable de recevoir l’aide qu’elle a demandé. Pour recevoir ce coup de main, on a besoin d’être dans la confiance, dans la bienveillance et dans la gratitude.
Une attitude de méfiance bloque ce genre de cadeaux de la vie.

La personne optimiste et intuitive en fait n’a plus vraiment besoin de démonstration méthodique pour croire que quelque chose est vrai. Elle apprend à développer son intuition et par l’expérience, vérifie que ses ressentis se confirment. Elle sait reconnaître ce qui raisonne en elle.

Apprendre à utiliser son intuition demande beaucoup de confiance en la vie en effet. Ce n’est pas facile, et c’est en s’entraînant sur de petites actions du quotidien que l’on va apprendre à l’amadouer.

La confiance se construit réciproquement avec le temps.

Qu’est-ce que cela vous coûte d’essayer ? A peut prêt rien, seulement l’effort d’y croire. Par contre ne pas essayer, cela peut vous coûter bonbon !

Mais vous ne le saurez jamais.

Comment sortir de la boucle de l’ insatisfaction ?

insatisfaction

T’arrives-t-il toi aussi de penser que tu ne sortiras jamais de cette boucle infernale de l’insatisfaction ? Oui, bien sûr … on peut faire toujours mieux, et c’est humain de vouloir aller vers le progrès. Mais quand sera-t-on capable de se satisfaire de ce que l’on a ? On nous le bazarde à longueur de journée, soit heureux avec ce que tu as.

« Le bonheur n’est pas d’avoir tout ce que l’on désire, mais d’aimer ce que l’on a ».

Mais c’est pas si facile que ça !

Personnellement j’ai mis des années, dont 12 mois à plein temps pour trouver la formule pour sortir de la boucle. Il n’y a rien de magique à cette formule. Juste une méthode en quelques pas, mélangée de beaucoup de réflexion et d’échanges avec des personnes de bon conseil.

L’origine de l’insatisfaction

Par définition, l’insatisfaction vient du fait qu’il nous manque quelque chose pour nous sentir satisfait, complet. Elle est à l’origine de cette course effrénée au succès, à l’argent, au regard d’autrui … On court sans savoir ce que l’on poursuit.

C’était particulièrement mon cas dans mes périodes workaholic (addiction au travail) et de « boulimie d’activité » comme disait si bien mon médecin généraliste. On cherche à remplir pour éviter de se sentir vide.

Je cumulais les activités sans savoir après quoi je courrais. Est-ce que cela me rendais plus heureuse à la fin de l’année ? Pas vraiment. Mes actions n’avaient pas de sens.
J’avais fais plus de choses, certes, mais l’insatisfaction restait bien là. En fait je m’éparpillais sans savoir où j’allais.

Redonner du sens à chaque pas

On entend souvent la phrase « Le bonheur c’est le chemin ». Elle est hélas souvent mal comprise. Cette phrase est imprégnée de l’énergie Yin qui donne toute son importance à l’expérience, et non pas à la finalité. La satisfaction n’est pas une destination, mais une façon de marcher.

Facile à dire n’est-ce pas ?
Mais concrètement, on fait comment ?

C’est là que la méthode du Pourquoi entre en jeu. On va se poser les bonnes questions. On va se demander pourquoi, oui, mais pas n’importe comment.

Et une fois que l’on identifie notre Pourquoi, on va entrevoir notre destination. Cette destination qui nous donne envie de nous lever de matin.
Cette destination qui nous remplie de satisfaction.
C’est en quelques sortes « le monde meilleur » que l’on cherche à mettre en place.

Nous voulons tous contribuer à créer un monde meilleur. Mais nous avons tous des échelles et des visions différentes. C’est là notre spécificité comme individu. Chaque être voit le monde depuis son propre prisme d’interprétation. Et ce point de vue personnel oriente la direction que l’on souhaite prendre. Nous nous dirigeons tous vers le bonheur, mais par des chemins différents.

Profiter de chaque instant

Notre pourquoi se cache en chaque chose que nous faisons à chaque instant. C’est notre moteur. Une fois qu’on l’identifie, on est capable de voir en quoi mes activités en ce moment même m’aident à me diriger vers ma destination personnelle. Et c’est là que l’on est capable de retrouver de la satisfaction dans les petites choses. Tout simplement, en redonnant du sens à chaque geste.

Cette méthode, c’est celle du Pourquoi Quoi Comment. J’ai rassemblé tous les exercices et les enseignements qui m’ont aidés à trouver le sens de ma vie en UN PROGRAMME d’accompagnement personnalisé. Avec cette formule de formation & coaching tu vas pouvoir trouver ton pourquoi et redonner un sens à chacun de tes pas.

Alors qu’attends tu pour, toi aussi, sortir de la boucle infernale de l’insatisfaction ?

Jusqu’au 15 octobre 2017, ce programme est en promotion à -50% ! Ce n’est pas arrivé depuis plus de 6 mois. A ta place j’en profiterais avant que la promotion disparaisse !

La sagesse du Tao dans le Yi king pour prendre les bonnes décisions

yi king

La semaine dernière j’ai sentit cet appel à me procurer un jeu de carte basé sur la sagesse du tao. Je connaissais déjà le principe du Yi king, utilisé en stratégie d’entreprise et à l’origine de la calligraphie chinoise. Mais jusque là, je ne sentais pas un besoin aussi intense de me pencher sur le sujet. C’est sans doute le bon moment maintenant. C’est pourquoi je me suis penchée sur cette méthode et voici ce que j’en retiens.

Qu’est-ce que le Yi king ?

Le Yi King est une sagesse qui serait vielle de plus de 5000 ans à en croire la légende et la position des étoiles lors de l’écriture du premier livre. Les historiens ont retrouvé des traces écrites de cet art divinatoire autour de 1500 ans avant notre ère.

C’est un livre de sagesse découpé en 64 sections, chacune décrivant une situation et un enseignement. Le Yiking est basé sur l’enseignement taoïste et le principe du Yin et du Yang. Cette méthode est utilisée de façon aléatoire pour consulter des parties du texte sacré.

Aujourd’hui le texte rédigé en chinois est très cours, il tiendrait sur une page de journal. Mais le raisonnement dernière est tellement poussé que, nous les occidentaux, avons besoin de livres entiers pour en comprendre le sens.

A quoi ça sert ?

Toute cette philosophie repose sur l’idée que la vie n’est que changement. Après le soleil, il y aura la pluie. Et après la pluie, viendra forcément à un moment le soleil. La question n’est pas de savoir si le changement va avoir lieu, mais plutôt quand ! Et c’est à cette question que le Yiking aide à trouver des réponses.

On peut interroger le Yiking pour savoir quand récolter ou planter. Un empereur pourra demander quel comportement adopter face à une armée ennemie. On peut également l’interroger pour obtenir des conseils concernant notre vie amoureuse, professionnelle ou personnelle.

Qu’est-ce qu’un hexagramme ?

C’est une figure constituée de 6 lignes horizontales. Certaines sont continues, d’autres sont interrompues. C’est le principe du Yin et du Yang. Un hexagramme se construit en partant du bas. Il est constitué de 2 trigrammes ou bien de trois bigrammes. Chaque figure et position de celle-ci dans l’hexagramme est lié à une signification.

Il existe en tout 64 hexagrammes du Yiking. Chacun portant un jugement sur la situation.

yi king

Comment faire un tirage de Yi king ?

A l’origine on tirait le Yi King avec un paquet de 50 tiges en bois. Cette méthode traditionnelle est longue mais semble donner de très bons résultats à cause de la concentration nécessaire pour faire le tirage.

Ensuite, le tirage le plus connus, est celui des 3 pièces (ou sapeques). On jette les pièces 6 fois pour obtenir l’une des 64 figures à six lignes : Un hexagramme. En fonction de la face sur laquelle les pièces tombent cela donne un hexagramme évolutif. C’est à dire que certaines lignes de l’hexagramme peuvent se transformer. C’est le cas du Yin mutant et du Yang mutant. Alors que les lignes jeune Yin et jeune Yang restent stables. On obtient ainsi deux hexagrammes en un seul tirage. Le premier indique la situation actuelle. Le second indique l’hexagramme de la transformation à venir, du changement en cours. S’il n’y a pas d’évolution, alors le tirage parle d’une situation stable.


tirage yiking hexagramme
Exemple de notation d’un hexagramme évolutif

Aujourd’hui en occident, on peut tirer le Yiking à partir d’un jeu de cartes. C’est une méthode que je trouve très ludique pour apprendre tous ces concepts et la philosophie qui en découle. Mais la méthode des 3 pièces me semble plus complète car elle donne une indication de l’évolution de l’hexagramme qui est très intéressante.

Quelle lien avec les art divinatoires, Carl Jung et les livres sacrés ?

Il existe des liens entre le Yi king et la construction de l’ADN en acides aminées. Il y a des liens qui ont également été fait avec l’alphabet phénicien et hébraïque, comme avec le tarot de Marseille et les signes du zodiac.

Carl Jung utilisait également le Yi king et l’a diffusé en occident. On connait son intérêt pour les synchronicités : deux évènements en apparence sans lien commun qui arrivent à un moment précis de sorte que seul le lecteur puisse en interpréter le message.

C’est exactement sur cela que repose la consultation du Yiking. C’est une synchronicité entre une question posée par le consultant, et un résultat aléatoire donné par le tirage, se référant à un paragraphe d’un texte sacré. C’est un peu comme si vous ouvriez la bible au azar et que le texte répondait exactement à votre question du moment. Avez-vous déjà essayé ?

Pour aller plus loin avec le Yi king :

 

Vous avez le droit de dire ce que vous pensez

droit de dire

Ca vous arrive parfois de ne pas parler ? De vous autocensurer ? Parfois on a l’impression que l’on a pas le droit de dire ce que l’on pense.

Si tel est votre cas, je vous recommande d’aller faire un tour sur mon article au sujet des liens à couper.

Certaines relations ou croyances nous empêchent d’exprimer qui nous sommes vraiment. Et vous trouvez ça normal ? Et bien pas moi.

Chaque fois que j’ai le sentiment que je n’ai pas le droit de dire quelque chose, j’analyse pourquoi.

  • Est-ce que cela vient d’une peur ?
  • Peur de l’opinion de quelqu’un ?
  • Peur du regard des autres ?
  • Peur de me tromper ?
  • Peur de contredire une opinion ?
  • Peur de sembler à côté de la plaque ?
  • Peur d’être brûler sur un bûcher ou pire, envoyée en enfers !

Quelle que soit la peur, je remonte avec ma méthode pour me libérer de mes blocages. Et je prends mon courage à deux mains pour dire ce que j’ai à dire.

Vous avez le droit de dire ce que vous pensez

La vérité est-elle toujours bonne à dire ? Elle n’est pas toujours facile à entendre en tout cas. Mais ce sont les remarques des autres qui nous poussent à grandir, à nous améliorer.

C’est suite à plusieurs messages que l’on a osé me dire, que finalement j’ai osé me lancer :

  1. une partenaire m’a dit qu’elle n’aimait pas les photos de mes articles de blog
  2. une cliente m’a dit qu’elle ne se reconnais pas dans les photos de mes produits
  3. une collègue m’a dit qu’elle faisait ses photos elle même pour son blog
  4. une blogueuse très influente m’a dit qu’elle avait la phobie des photos au début de sa carrière.

Plein de petits messages qui mis bout à bout finissent par me dire :

« Lucie, tu n’as cas faire tes photos toi même pour ton blog, pas besoin de faire appel à un photographe professionnel pour démarrer. Tu n’as rien à perdre après, tout, ce sera toujours mieux »

Et voilà comment je me suis retrouvée devant la fenêtre de ma cuisine à me prendre en photo dans des pauses saugrenues avec mon smartphone.

C’est le moment de couper des liens

couper des liens

On est tous un peu bouleversé depuis ce printemps. On sens que c’est le moment de couper des liens. Cette année 2017 dans sa globalité est le moment de faire ce gros nettoyage personnel avant de passer dans la cinquième dimension. Nous sommes au coeur de la 4° dimension.

On élimine le karma

On a parlé de ce passage avec Emilie Aurore. Elle est karmathérapeute, et nous explique pourquoi le karma est en train de disparaître. En ce moment nous réglons nos dettes karmiques. On remet les compteurs à zéro. C’est le moment de faire du ménage dans nos vies pour faire de la place au nouveau.

A quel nouveau ?

On ne le sait pas encore exactement. Mais on sait que cela va nous demander d’être conscient de nos pensées, paroles et gestes. On sait cela va nous demander la rigueur de vivre dans l’instant présent en peine conscience.

Mais pour faire cela, pas question de se trainer nos vielles casseroles. On a besoin de faire de la place, du vide. Pour vous concentrer ou méditer, préférez-vous aller dans une salle de yoga ou dans votre cave avec tous les cartons du déménagement ?

Quels sont les liens à couper ?

Il existe beaucoup de liens invisibles qui nous attachent et d’une certaine façon nous prive de liberté. Je parle ici de liberté de bouger, de penser, d’avoir la possibilité de faire le vide. Plus ma maison est remplie d’objects et de meubles, et plus j’ai des difficultés à déménager.

Les liens que nous sommes amenés à couper en ce moment sont des :

  • relations toxiques, non alignées ou limitantes
  • projets construits par notre ego, dans une dynamique d’entêtement.
    • Il va bien finir par changer et on pourra alors …
    • J’ai tout misé sur ce projet, je ne peux pas jeter 4 ans comme ça
    • je serais heureux quand …
  • objets achetés dans l’espoir que …
    • je maigrisse,
    • j’apprenne le violon,
    • j’ai des enfants,
    • j’aille à la plage,
    • qu’il m’invite au restaurant,
    • d’aller à un mariage …
  • lieux
  • amitiés
  • newsletters
  • habitudes qui ne me servent plus
  • croyances limitantes
    • On ne peut pas être riche et gentil
    • l’argent ne tombe pas du ciel
    • on ne peut pas exercer ce métier sans diplôme
    • pour faire un travail épanouissant il faut travailler 70h par semaine
    • les hommes beaux sont tous des co****rd
  • comportements alimentaires
  • addiction au travail
  • culpabilité de ne pas …
    • se lever tôt
    • faire de la méditation
    • aimer les enfants
    • manger 5 fruits par jours
    • être heureux avec ce que j’ai
    • lire des livres
  • jeux d’argent / drogues / sexe
  • mécanismes comportemental (blessures de l’âme, manipulation …)

Comment couper des liens ?

Il existe plusieurs façons. Si ce sont des liens karmiques relationnels, on peut imaginer un lien invisible entre lui et moi et le couper. La prière aide aussi beaucoup. Et quelques jours de deuil sont nécessaire pour finir le nettoyage.

Pour t’aider à te libérer de tes peurs, tes blocages, mécanismes comportementaux et pensées limitantes, j’ai créé un programme pour toi :

Pourquoi est-ce le moment de couper des liens ?

Et bien parce que nous sommes au coeur de la vague. C’est le moment de faire le grand nettoyage, de régler nos affaires pour pouvoir passer tout léger dans la cinquième dimension. Là bas, il n’y a pas de place pour nos peurs, nos mémoires intergénérationelles ou nos liens karmiques. Nous avons besoin de nous alléger pour être disponible au moment présent.

Dans la cinquième dimension, nos pensées créent notre réalité. Alors vous ne voulez pas continuer à fréquenter un pervers narcissique qui vous fait croire que vous ne valez rien. Cela aurait des conséquences horribles sur votre compte en banque !

C’est le moment de prendre sa place,
de reprendre confiance en soi !

https://youtu.be/YFiFVCX2T2M

50 métiers de Digital Nomade

métiers de digital nomade

Pourquoi avons-nous envie de trouver des métiers de digital nomade ? Si tu as visionné le film En Quête De Sens, tu as entendu Satish Kumar expliquer que pour lui le meilleur conseil qu’il donne aux étudiants est « A la sortie de l’Université, ne cherches pas un emploi. Mais crée un emploi et un mode de vie qui te permette de gagner de l’argent« . Il explique que pour lui, accepter de travailler pour quelqu’un d’autre, c’est accepter de devenir un outil qui permet à l’autre de se faire de l’argent.

métiers de digital nomade

Un digital nomade est une personne qui peut travailler depuis n’importe quel lieux, en voyageant.

Personnellement j’ai choisis de créer mon propre métier, et de pouvoir l’exercer de n’importe quelle destination dans le monde à partir du moment où j’ai partiellement une connexion internet. En effet, j’ai créé un système dans lequel je gagne de l’argent grâce à des revenus passifs et actifs. Je travaille de façon synchrone (lors de séances de coaching individuelles et en groupe) aussi bien qu’asynchrone (quand je produit du contenu pour alimenter mon système). On se demande souvent quels sont les métiers de digital nomade que l’on peut exercer avec nos compétences.

La vrai question reste de trouver quel est le réel message que l’on souhaites passer. Ensuite le choix des métiers de digital nomade, c’est une simple question de concrétisation du rêve. Le métier représente simplement le Quoi et le Comment. Si tu as besoin d’aide pour bien définir ton Pourquoi, Quoi et Comment, je propose un parcours intensif de coaching individuel. Mais considérons que ton Pourquoi est déjà bien clair et passons sans plus tarder à quelques idées pour définir tes métiers de digital nomade.

50 idées de métiers de digital nomade

  1. Assistant virtuel : Tu proposes tes services en ligne pour répondre aux mails d’un entrepreneur, faire son travail administratif, réserver des avions, écrire des articles de blog ou service après-vente.
  2. Prof de langue en ligne : En visioconférence, par téléphone ou via chat écrit. Ca marche aussi pour prof de maths, chimie, …
  3. Prof sur Udemy, Khan academy ou autre plateforme de formation en ligne. Tu crée du contenu une fois, et tu vends ton programme.
  4. Dropshiping : créer un site pour une marque qui fabrique un produit et s’occuper de leur promotion en ligne. La marque s’occupe des livraisons et toi de la vente en ligne.
  5. Vlogger et Youtubeur : Après quelques mois / années, tu arrives à monétiser tes vidéos ou vendre tes services / produits grâce à l’audience que tu t’es créé.
  6. Blogger : Tu utilises l’audience que tu as construite pour la monétiser grâce à la publicité, aux partenariats ou à tes propres produits / services.
  7. Copywritter : écrire des newsletter de vente, des articles de blogs pour des tiers, écrire des ebooks ou livres blancs sur demande.
  8. Vendre tes produits artisanaux sur Etsy ou ta propre boutique en ligne.
  9. Auteur de livres, ebooks, sur Kindle, Amazon ou autre plateforme.
  10. Graphiste : Créer l’identité visuelle pour des clients ne nécessite pas forcément d’un contact physique.
  11. Développeur Web : Un métier très demandé. Si tu as déjà ces compétences, tu n’es sûrement pas en train de lire cet article, tu te poses plutôt la question de la destination où partir travailler.
  12. Coach de vie : Aider tes clients à trouver uns solution dans leur vie autours de différents sujets comme la reconversion professionnelle, les relations de couple, l’organisation, la santé, l’identité visuelle, le relooking …
  13. Prof de yoga
  14. Télétravailleur : Tu gardes ton CDI dans une entreprise classique, mais tu négocie avec ton patron de pouvoir travailler à distance. Je l’ai fait personnellement pendant un an depuis l’italie. La plus part des clients n’y ont vu que du feu.
  15. Réseaux sociaux : Gérer ton propre compte en ligne pour vendre tes services
  16. Community manager : Animer la communauté en ligne sur les réseaux sociaux pour le compte de tes clients.
  17. Photographe : Tu peux proposer tes services pour des évènements, mais également vendre tes propres photos sur des sites comme Stock Photos.
  18. Gardien de maison : Tu te charges de nourrir le chat, nettoyer la piscine ou arroser les plantes pendant que les propriétaires sont en vacances. Cela t’évite de payer un loyer, et c’est parfois rémunéré.
  19. Baby sitter ou fille au paire : Nourri, logé, blanchi avec souvent un peu d’argent de poche. Cette solution est idéale si tu adores les enfants et souhaites découvrir un nouveau pays en intégration complète.
  20. Marketing d’affiliation : tu publies des articles de blog, vidéos, newsletter faisant la promotion d’un produit (par exemple un livre sur Amazon) et tu touches une commission sur chaque vente réalisée grâce à ton lien. Tu peux également créer des partenariats avec les marques comme les bloggeuses de mode / make up mais dans ton secteur d’activité.
  21. Trader sur les marchés financiers
  22. Musicien : Tu peux faire ta promotion en ligne, vendre tes morceaux sur internet et organiser tes concerts.
  23. Acteur, humoriste
  24. Journaliste : Beaucoup de journalistes travaillent en ligne, à domicile.
  25. Traducteur : De livres, de blogs, de documents officiels, de sous-titres de vidéos … Il y a out un tas de plateformes pour mettre en relation les traducteurs et leurs clients. Il existe même un service Youtube pour proposer ses traductions de sous-titres rémunérées.
  26. Propriétaire : tu as un capital à investir tu peux acheter des produits dans l’immobilier et vivre des loyers.
  27. Digital marketeur : Vendre tes conseils pour aider des entreprises à optimiser leur taux de conversion grâce à leur stratégie marketing
  28. Business analyste : Consultant en stratégie d’entreprise autours de l’analyse des chiffres
  29. Relecteur, éditeur : Tu peux proposer tes services pour relire des thèses, des livres, corriger des fautes d’orthographe de documents écrits.
  30. Voix off : Tu peux proposer d’enregistrer ta voix pour doubler des vidéos, des interviews en différentes langues. Tu as seulement besoin d’un excellent micro.
  31. Vidéaste : Tu proposes tes services pour monter et éditer des vidéos ou podcasts. Beaucoup d’entrepreneurs ont compris l’intérêt de publier régulièrement, mais ont besoin de main d’oeuvre pour déléguer.
  32. Consultant : En ventes, réseaux sociaux, stratégie
  33. Expert-comptable : ils sont rares et on les cherche les bons comptables qui acceptent de travailler en 100% digital.
  34. Docteur ou thérapeute : certains médecins sont capables de réaliser des premiers diagnostics en ligne. Cela demande d’adapter ton activité mais c’est possible.
  35. Psychologue en ligne : Certains clients sont expatriés et ont besoin d’un psy qui viennent de leur pays d’origine. D’autres clients préfèrent l’écrit car ils se sentent plus à l’aise pour se dévoiler. Parfois prendre une séance de psy à distance est plus facile que de se rendre chez un thérapeute ayant pignon sur rue.
  36. Agent de voyage : Si tu voyages beaucoup, tu auras des facilité à trouver les bons plans et organiser des voyages pour les autres. Tu peux te faire rémunérer pour organiser les vacances des autres.
  37. Designer d’intérieur / architecte : Le plus gros du travail est réalisé à distance. Il ne te reste plus qu’à t’organiser pour trouver des missions qui te plaisent.
  38. Service client : En fonction de ta Time Zone, tu vas pouvoir compléter les horaires de disponibilités de service client d’une entreprise en répondant par e-mail ou même par téléphone. Il existe des services de téléphone en ligne comme Aircall. Beaucoup de startup américaines cherchent des personnes capable d’un excellent service client.
  39. Support administratif : Tu te charges de toute la partie administrative que ton client souhaites te déléguer.
  40. Recruteur : Faire le lien entre la réception de CV et les entreprises proposant des missions. Dans certains cas tu n’as pas besoin de rencontrer physiquement les personnes. Utilise Skype
  41. Designer de produit ou de packaging.
  42. UX Design d’expérience : C’est un métier du web, qui consiste à optimiser et rendre le plus agréable et exceptionnel possible l’expérience d’un client à travers toutes les étapes de son expérience. UX = User Experience
  43. Campagne de publicité en ligne : Si tu es un expert de Facebook Ads, Google Adwords, Linkedin Ads, Twitter Ads tu vas pouvoir aider beaucoup d’entrepreneurs à optimiser leurs ventes en ligne.
  44. Coach en nutrition, conseillé santé : Tu peux facilement suivre tes clients en relations à distance, synchrone ou asynchrone.
  45. Planification d’évènements
  46. Vendre tes propres produits sur Amazon : La plateforme propose de gérer ton stock sans que les produits ne passent entre tes mains.
  47. Illustrateur
  48. ONG : créer une association ou travailler pour une organisation
  49. SEO référencement : Il est facile de se former en ligne mais moins facile de rester à jour. Le référencement est une technique qui évolue tous les mois. Si tu es passionné par ce sujet, tu vas pouvoir aider tes clients à optimiser leur référencement sur les moteurs de recherches et donc leurs ventes.
  50. Styliste, fashion designer : C’est le dernier des métiers de digital nomade de cette liste. Il peut être exercer de n’importe quel pays, à ton compte ou pour une entreprise avec laquelle tu as bâtit une bonne relation.

Voilà, c’est tout pour les métiers de digital nomade. Il en existe plein d’autres mais ceux ci peuvent te donner des idées pour construire ton propre job.

Quels sont mes métiers de digital nomade ?

Personnellement je pratique plusieurs de ces métiers de digital nomade en même temps et en ai pratiqué d’autres au cours de ma petite carrière :

  • J’ai télétravaillé en Chine pour une ONG depuis des Starbucks.
  • Je vendais en porte à porte des bijoux artisanaux en Espagne pour une entreprise française.
  • Je vendais des gros projets de transformation digitale à des PME française depuis l’Italie. A l’époque j’étais en CDI et travaillais via visioconférences et mails.
  • Je coachais une équipe de webformateurs franco-belge depuis l’Italie.
  • Je vendais des régimes alimentaires par téléphone.
  • J’ai mis en place la stratégie digitale d’une entreprise familiale, depuis chez moi.
  • J’animais une communauté en ligne de traducteurs bénévoles.
  • J’anime des formations en ligne tous les mercredis pour un groupe de 25 personnes (depuis la France, Italie, Grèce, Espagne … partout)
  • Je coach mes clients sur leur mission de vie par des séances en visioconférence. Je les aide à définir leur idée de business et se lancer.
  • Vendre des formations en ligne me permet d’avoir des revenus passifs grâce à ma mailing liste.
  • Je fais des recherches, des lectures, de la veille qui me permet de partager beaucoup de contenu. J’anime mon blog et une chaîne Youtube. Je travailles mon SEO tous les jours pour nourrir ma liste.
  • J’écris des ebooks.
  • Je fais des sites internet pour d’autres.
  • Je m’occupe aussi du webmarketing pour d’autres bloggeurs (emailing, blog, vidéos …)

Voilà, il existe des centaines de métiers de digital nomade, à toi d’adapter la lite à tes besoins, d’organiser ces opportunités en fonction de tes envies. Mais l’essentiel est de rester concentrer sur ton Pourquoi et le message que tu souhaites passer. Le reste ira tout seul.

Christelle Armand de la finance au coaching en passant par St Jacques de Compostelle

christelle armand

Bonjour Christelle, tu as quitté la finance pour pratiquer le coaching. Tu partage ton parcours personnel sur Youtube. Peux-tu m’en dire un peu sur toi ? Qui es-tu ?

Waouh vaste question pour commencer ! Je suis une femme de 38 ans qui vit à Nantes 🙂 J’ai eu un parcours de vie très conditionné au départ. J’ai un bac +5 en finance, et j’ai commencé à travailler dans ce secteur. Je n’étais pas vraiment heureuse mais c’était « la vie » comme je le croyais à l’époque. Et puis à 25 ans ma vie a connu un tournant avec le décès de mon père. J’ai alors commencé à me demander profondément quel était le sens de cette vie, qu’est ce qu’on « faisait » là, est ce qu’il n’y avait pas autre chose que ce que je croyais… Et tous ces questionnements m’ont amenée à une profonde et intense remise en question, et au niveau de mon activité à une reconversion professionnelle en 2008, l’année de mes 30 ans.
Je suis indépendante depuis 2010, après une formation de coaching. Et j’ai commencé par accompagner à la reconversion professionnelle, avec des outils très « pragmatiques » de coaching, sur base de PNL, analyse transactionnelle… Puis mon chemin personnel s’est orienté très fort vers la spiritualité, la créativité et le corps, car j’ai un mental très actif, alors à un moment pour ne pas imploser, je devais retrouver mes racines, et revenir dans mon corps. La danse libre, par les 5 rythmes et la danse médecine m’y ont beaucoup aidé. Et plus récemment des pratiques artistiques avec le chant, la peinture, la sculpture, le théâtre.
En parallèle de ça je suis passionnée par la spiritualité qui est une quête centrale dans ma vie. Et aujourd’hui mon activité est un mix de tout cela : le coaching, la spiritualité, le corps, la créativité. Je vois la vie comme un chemin vers soi. C’est l’invitation qui nous est faite en tout cas, mais on a le choix et le pouvoir à chaque instant de la voie qu’on emprunte.
J’accompagne à cela aujourd’hui, à revenir vers soi, à s’écouter, se faire confiance, se laisser guider par la vie, et être pleinement soi. Mes propositions passent par le corps, la danse avec la pratique de « danse du mouvement de la vie » que je facilite, le retour vers soi avec la pleine conscience. Et j’offre aussi des espaces pour les entrepreneures, sous forme d’un réseau « les entrepreneuses magiciennes », de journées magiques, et de groupe de co-developpement.

Quelles sont tes frustrations, indignations dans cette vie ?

Tout ce que je propose dans mon activité part de moi. Je crois que l’on accompagne le mieux sur le chemin qu’on a parcouru soi même. Ma plus grande frustration c’est que mon mental, qui est programmé et conditionné, veut être au contrôle de ma vie. Au détriment de mon coeur et de mon corps. Alors toute ma quête est de viser l’alignement et l’équilibre pour créer la vie qui me correspond et me convient. Ne pas s’autoriser à vivre ce qui nous fait pétiller, et s’empêcher d’offrir au monde notre lumière, c’est ma plus grande frustration. Sur mon propre chemin, et ce que j’ai envie d’aider à libérer aussi pour les autres.

A ton sens, quelle est ta mission ? Quel est le but de ta vie ? Ton ‘Pourquoi’

Je résonne de moins en moins avec le concept d’avoir « une mission de vie ». Je l’ai cherchée longtemps et cette quête m’a épuisée. Je ne crois pas qu’on ait une « mission » figée et assignée pour toute la vie. Ça bouge, ça évolue, ça change, ce qu’on est à l’intérieur et à l’extérieur ! Aujourd’hui je crois que mon chemin personnel c’est de passer de mega-rationnelle (dans la finance, à ne croire à rien d’autre qu’au monde matériel), à révéler l’artiste qui est en moi, et l’être spirituel. Puis de partager au monde ce chemin et d’accompagner ceux qui sont sur le même 🙂

Quel a été ton déclic ? Ce qui t’a poussé à démarrer ?

Mon 1er déclic c’est le mal-être que je ressentais dans la finance, et toute la remise en question sur le sens de la vie qu’a entraîné le décès de mon père. Plus récemment, j’ai réorienté mon activité il y a 3 ans, alors que je me sentais complètement perdue et que le coaching « pur » ne me correspondait plus. N’arrivant pas à y voir clair je suis partie faire le chemin de Compostelle à pied, pour 3 mois, et j’ai partagé mon expérience en faisant des vidéos quasi tous les jours.
 »C’est là que j’ai compris que partager mon chemin est ce qui a le plus d’impact dans le monde. »
Et que c’est aussi simple que ça. Il y a juste à Être soi en fait, et faire ce qui nous fait vibrer. La vie nous guide toujours vers cela, mais ça demande du courage d’écouter son coeur et de se faire confiance.

Comment s’organise ton quotidien pour réaliser cette mission ?

Mon quotidien n’est pas du tout structuré, bien que je sente de plus en plus qu’une certaine discipline me serait bénéfique. Notamment de consacrer en priorité du temps à mon corps, à prendre soin de moi, et à faire ce qui me fait du bien. J’essaie de prendre du temps le matin pour ça. Mais ce n’est pas encore systématique. J’ai aussi de plus en plus besoin d’avoir un espace quotidien pour ma créativité. Que ce soit danser, chanter, peindre, sculpter… mais avoir un temps pour ça. La matin c’est idéal. C’est ce qui me permet le plus facilement de m’aligner avec mon être. Ensuite je teste en ce moment de communiquer le plus possible à l’extérieur, via mon blog ou les réseaux. Sans stratégie particulière, juste partager ce qui est présent pour moi et qui me vient dans l’instant. Je crois vraiment que la vie nous guide à chaque instant, la difficulté est de lui laisser les commandes, et de s’abandonner à ce mouvement. C’est mon entrainement quotidien.

Quelles actions as-tu mise en place pour démarrer ?

J’ai été très focalisée sur les aspects juridiques, financiers, la stratégie marketing, les supports de communication… Aujourd’hui je crois vraiment que ceci ne doit pas prendre toute l’énergie au départ. Il y a besoin de le prendre en compte oui, mais s’écouter et faire ce qui nous fait vibrer aura beaucoup plus d’impact selon moi.

Quelles compétences utiles avais-tu avant de démarrer ?

Avec mes études j’avais pas mal de connaissances. Ça m’a aidé, mais je pense que ça a été aussi un frein car ce « conditionnement » dans la façon d’aborder la création d’entreprise m’a empêchée d’écouter pleinement mon coeur, et mon intuition au démarrage. Et j’aurais gagné du temps en équilibrant les deux.

Qu’as-tu appris en démarrant cette aventure dans le coaching ?

C’est vraiment difficile de résumer. Le point qui me semble le plus important c’est de vraiment laisser à la place à son intuition et se laisser guider par son coeur. Pas par ce qu’il « faut » faire selon les codes du business et des autres !

Quel conseil aimerais-tu donner à une autre femme qui n’ose pas se lancer ?

De vraiment faire confiance à ses élans du coeur. Et pour moi ça se fait en 2 temps :
  1. Prendre du temps pour se centrer, par tous les moyens qui sont bons pour soi, et chacun est différent. Ca peut être par une activité, par le fait de passer du temps en nature, de méditer… Mais aller dans cet espace de soi qui est calme et qui « sait », et entendre la direction que l’on veut prendre à partir de cet espace, pas dans le mental.
  2. Passer à l’action à partir de cet élan. Poser des actes concrets, même tous petits. Mais oser. Sans action rien ne se passe. Et dans mon parcours j’ai par moments tellement attendus que ce soit « parfait » avant de faire quoi que ce soit que je sais combien il est important de se mettre en mouvement le plus possible.
    Et ensuite c’est une danse entre ces 2 zones. Savoir régulièrement se recentrer pour entendre sa guidance intérieure, qui nous donne la direction, et passer à l’action pour voir ce qui se passe, et ajuster…etc. Le secret c’est que l’action nous aide à mieux sentir ce que l’on veut aussi après. Mais se contenter de rêver sans se mettre en mouvement c’est la frustration assurée.

Merci beaucoup pour ce magnifique moment passé ensemble.

On peut te retrouver sur ton site internet pour un coaching individuel ou des ateliers en groupe. Tu anime une page Facebook et tu es active sur Youtube où tu partages notamment ton défi des 100 jours !

Pierre Rabhi à l’origine du mouvement Colibris

pierre rabhi

Vous avez forcément entendu parlé du grand Pierre Rabhi. Cet agriculteur philosophe auteur de nombreux livres est à l’origine de la définition de l’agroécologie. Cet art de vivre en harmonie avec notre Terre mère sans l’exploiter.

L’histoire de Pierre Rabhi

Né dans le Sahara d’une famille musulmane, il a été adopté à l’age de 4 ans par une famille française catholique qui l’a éduqué. Il est arrivé finalement dans le milieu ouvrier parisien. C’est là qu’il a rencontré sa femme et qu’ils ont décidé ensemble de partir à la campagne pour se rapprocher de la nature.

Consulter ici sa biographie et filmographie, car la liste est bien longue.

« Avec l’agroécologie, on peut résoudre la faim dans le monde. »

Agroécologie

Pierre Rabhi refuse d’utiliser des pesticides et des produits chimiques pour produire des aliments. Il prône l’agriculture naturelle dans le respect de la Terre. Pour lui nous devons lui apporter tout notre respect et gratitude envers l’abondance de nourriture qu’elle nous apporte gratuitement.

« Il est temps que nous prenions conscience de notre inconscience pour percevoir l’ampleur de l’horreur ».

 

Le Mouvement des colibris

L’objectif du mouvement est de permettre aux gens de se mobiliser. Le nom vient d’une légende amérindienne qui parle d’un incendie de forêt pendant lequel le colibri tente d’éteindre le feu en prenant une goutte dans son bec. Le colibri fait sa part.

L’objectif du Mouvement des Colibris est de permettre à chacun de donner les moyens de faire leur part. Que chacun reprenne le pouvoir qu’il a et participe activement au changement de l’humanité.

Les colibris, mouvement pour la terre et l’humanisme. Voilà le joli nom de ce mouvement qui se donne pour mission d’inspirer, de relier et de soutenir les citoyens engagés vers un nouveau mode de vie.

Alors vous aussi seriez vous un colibri ? Quel changement voulez-vous voir dans notre société ?