Pourquoi notre intention est-elle si importante ?

intention

Bonjour et bienvenu à nouveau sur ce blog de l’économie intuitive. Tout au long de ces articles nous cherchons et modélisons les idées qui jaïssent et se transforment pour faire naître cette nouvelle société dans laquelle nous arrivons. Aujourd’hui nous parlerons de l’intention. Quel est-elle ? A quoi sert-elle ? Et pourquoi est-elle plus important aujourd’hui que jamais ?

Qu’est-ce que l’intention ?

L’intention c’est ce mouvement de volonté qui né en nous avant de se matérialiser en action. C’est l’action qui est encore dans l’invisible et qui s’apprête à devenir visible. C’est le moteur qui nous pousse à concrétiser une idée. L’intention est le résultat que l’on souhaites obtenir en réalisant cette action. C’est une notion intimement liée à notre POURQUOI, ainsi qu’à notre mission de vie.

Pourquoi cherche-t-on à comprendre l’intention de l’autre ?

Si on t’a déjà proposé plusieurs fois de participer à un projet, si tu traine souvent dans des cercles d’entrepreneurs qui ont mille idée à la minutes et qui essayent sans arrêt de t’inclure dans un projet … alors tu vois de quoi je parle.

Quand on te parle d’un nouveau super projet, tu écoute attentivement l’autre tout en essayant de faire le tri et de trouver l’information qui t’intéresse.

En effet, tu veux comprendre POURQUOI cette personne veut ton aide. Qu’est-ce qu’elle veut de toi, où elle veut aller et l’objectif qu’elle souhaites atteindre. Tant que ces idées là ne sont pas claires, tu ne lui donnera pas ton accords pour continuer à collaborer.

C’est pour cela que comprendre l’intention de l’autre est nécessaire pour accorder notre confiance et décider de nous impliquer avec lui. Quelque soit ton rôle : client, partenaire, collaborateur, fournisseur; tu as besoin de comprendre où il va.

Comment voit-on l’intention des autres ?

L’intention, même si elle n’est pas toujours verbalisée, transparait dans les actions de chacun d’entre nous. Elle est le fil conducteur de chaque gestes que nous réalisons en lien avec celle ci.

On peut détecter les traces de mon intention dans la façon dont je fais les choses. Si je coupe une carotte pour la manger cru, je la couperai différemment que si je la coupais pour la faire revenir à la poêle, ou dans une soupe, ou en faire une sculpture artistique. Mais dans tous les cas, je suis en train de couper une carotte. Le COMMENT est déterminé par mon intention.

https://youtu.be/rtRu3rxWIpQ

Comment utiliser mon intention pour créer ?

Le pouvoir de l’intention est une grande source d’énergie créatrice. Au moment où nous avons rassemblé notre intention, 50% du travail est déjà fait. Pourtant rien n’est encore visible, et nous ne sommes pas encore passé à l’action. Mais si l’intention est là, l’énergie pour créer cette tâche est générée. C’est avec cette énergie que naît l’action.

Alors, quelle est ton intention ?

As-tu déjà identifié ce qui te motive à créer ton projet de vie ? As-tu besoin d’aide pour mieux ciblée ton projet ? Réserve ta séance de coaching avec moi :

De salarié à entrepreneur, quelles sont les étapes ?

de salarié à entrepreneur

Comment faire la transition de salarié à entrepreneur ? Vous êtes de plus en plus nombreux à ressentir le besoin de donner un sens à votre vie professionnelle. La conjoncture actuelle vous y pousse un peu.

Les 5 étapes pour passer de salarié à entrepreneur

1- Récupérer son pouvoir personnel

Depuis des siècles nous avons délibérément choisit de remettre notre responsabilité individuelle à des autorités : patrons, parents, président, rois, papes et autres grandes institutions.

>> Nous payons par des impôts ou une certaine servitude le droit d’être protégé.

Je ne viens pas dire ici que c’est mal ou bien, c’est simplement ce dont nous avions besoin avec notre niveau de conscience et les menaces extérieures de l’époque. Aujourd’hui, la situation n’est plus la même, et nous sommes à un niveau de conscience où nous sommes capables de reprendre notre pouvoir individuel.

Nous sommes dans une période où chacun est prêt à être 100% responsable de sa vie. Et pour cela, on reprend la responsabilité de nos gestes, pensées et paroles.

2- Trouver sa vocation

Pour devenir entrepreneur du changement, beaucoup vont passer par la phase de la crise de sens. « Quel est ma place dans ce système ? Quelle est ma contribution ? » …
Si on peut éviter cette question des années en étant salarié, il est beaucoup plus difficile de passer à côté quand on devient entrepreneur.

C’est pour cela que j’ai créé les 21 jours pour trouver sa mission de vie. C’est un programme que je propose gratuitement pour démarrer.

mission de vie

3- Se donner les moyens de réussir

Se donner les moyens n’est pas si facile que cela en à l’air. Beaucoup d’entrepreneurs passent par le syndrome de l’imposteur. « Et si mon client se rendait compte que je ne suis pas aussi doué que ce qu’il attend de moi ? Je ne mérite pas d’avoir de clients comme lui … »

En s’auto-flagellant ainsi, on ne s’aide pas soi même. Et en croyant que l’on ne mérite pas des clients, des projets ou des conditions de travail, on ne s’autorise pas finalement à travailler dans de bonnes conditions.

Alors la première chose à faire, c’est de croire en soi. Ensuite de s’offrir les bonnes conditions de travail pour réaliser du travail de qualité.

4- Travailler ses croyances limitantes

On vient d’évoquer le syndrome de l’imposteur, mais il existe encore beaucoup d’autres croyances limitantes en nous. Et c’est en particulier dans une phase de création d’entreprise que ces croyances vont ressortir et empêcher de beaux projets de naître.

Quand vous êtes à ce stade là, les trois quarts du travail sont déjà faits. Ce serai dommage de tout saboter par des mécanismes de défense inappropriés.

5- Passer de salarié à entrepreneur : ACTION !

L’analyse et l’introspection sont importantes afin de résoudre une bonne fois pour toutes certains freins. Mais ensuite c’est en passant à l’action que tout se concrétise et prend vie.

Si tu as besoin d’un accompagnement individuel, prends rendez-vous avec moi. Mon métier est d’accompagner les entrepreneurs en définir leur projet, et mettre en place de leur business en ligne.

12 moyens de faire connaître mon activité

faire connaître mon activité

Pour faire connaître mon activité je peux choisir de communiquer par deux principaux biais. La voie du digital ou bien celle du monde physique. Les deux sont complètement compatible et complémentaires. Chacun peut bien sûr associer et assembler les modalités qui lui ressemblent le plus. Voici les méthodes que choisissent le plus souvent mes clients entrepreneurs.

Faire connaître mon activité sur le web

– Par un site internet vitrine bien référencé, enrichit d’articles pertinents publiés régulièrement pour augmenter ma visibilité auprès des moteurs de recherche.
– Je crée une liste d’emailling pour promouvoir mes offres et partager mon expertise. Je propose pour cela un bonus gratuit à télécharger, ainsi plus de personnes vont venir s’inscrire à ma liste.
– Je crée une page Facebook que j’associe à de la publicité Facebook pour toucher une cible spécifique
– Je partage mon expertise sur Youtube pour trouver de nouveaux prospects. C’est le meilleur moteur de recherche vidéo, et c’est là que beaucoup d’internaute vont chercher des réponses à leurs questions.
– J’active mon réseau sur Linkedin ou Video. Je suis actif sur les forums et groupes liés à ma thématique. Je partage du contenu intéressant et à forte valeur ajoutée.
– J’utilise la pub Google Adwords pour trouver rapidement des clients dans ma niche
– Je crée des partenariat avec des bloggers qui font la promotion de mes produits en échange d’une pourcentage des ventes réalisées. En général on propose entre 15 et 30 % du montant des ventes, en fonction des secteurs.

Faire connaître mon activité sur le terrain

– J’utilise le bouche à oreille. Je propose à mes amis de parainer des connaissances pour développer mon réseau.
– Je m’inscris à des clubs. Il existe plusieurs clubs de networking comme le BNI conçus pour aider les entrepreneurs à se faire connaître et échanger des contacts.
– Je participe à des évènements clés dans mon secteur. Salons, rencontres, congrès, conférences, réunions sur mes thématiques m’aide à rencontrer des personnes intéressées par mes services.
– Je distribue des flyers dans mon quartier. Cela me permet de présenter oralement mon projet aux commerçants du coin. Au fur et à mesure je prends confiance et je suis de plus en plus fluide en présentant mon activité.
– Je crée des partenariats avec des acteurs de mon quartier. Pour une coupe de cheveux chez ma voisine la coiffeuse, j’offre -20% sur un portrait photo réalisé dans mon studio.

Si toi aussi tu souhaites créer ton site vitrine en 1h, et être 100% autonome sans faire appel à un pro, ni apprendre à coder :
Alors cette formation est pour toi ! Une heure de formation pas à pas en vidéo, avec des partages d’écrans + une heure de coaching pour ajuster ensemble le contenu de ton site web.

Peut-on prendre plaisir au travail ?

plaisir au travail

La réponse à cette question semble évidente, n’est-ce pas ? Bien sûr, on a le droit de prendre plaisir au travail. C’est même recommandé. Mais si cette vérité semble si facile à appliquer aux autres, elle n’est plus du tout évidente quand on doit l’appliquer à soi même. Pourquoi ?

L’opposition du plaisir et du travail

Le plaisir est associé à la détente, alors que le travail est associé à la souffrance depuis ses origines étymologiques romaines. Nous sommes censés souffrir en travaillant. Du moins, c’est ce que l’inconscient collectif nous a transmit. Et c’est exactement ce que nous sommes en train de remettre en question en ce moment même dans notre société.

Les nouvelles technologies, la mécanique, les automatisations nous permettent maintenant de déléguer le dur labeur à des machines incapables de ressentir la souffrance. Nous avons ainsi plus de temps pour nous concentrer sur les tâches dans lesquelles nous avons une réelle valeur ajoutée. Les tâches que l’on réalise avec plaisir !

Peut-on se faire payer pour des choses qui nous font plaisir ? On a le droit ?

Bien sûr qu’on a le droit. Et même le devoir !

Les tâches que nous réalisons avec plaisir sont également réalisée avec plus d’efficacité et de qualité. C’est donc un devoir en tant que prestataire / thérapeute / fournisseur de se concentrer uniquement sur les actions réalisées avec plaisir. C’est la seule et unique façon de proposer un service / bien de qualité. Tout ce qui ne vous apporte pas de joie et dans lequel vous n’avez pas de valeur ajouté doit être délégué à d’autres professionnels dont c’est le talent.

Le monde est bien fait. Nous sommes tous différents et complémentaires. Certains aiment travailler dans le calme, d’autres dans l’agitation. Certains aiment les tâches méthodiques, d’autres aiment l’improvisation et le flou artistique. Alors, pourquoi vous fatiguez-vous encore à gérer votre compta ou réaliser vos tâches administratives ? Vous empêchez une personne dont c’est la vocation d’aider les entrepreneurs de pouvoir réaliser son rêve.

Peut-on être soi même au travail ?

Encore une fois, je crois que c’est une obligation. Si vous venez au travail en laissant vos idées politiques, vos valeurs, votre spiritualité ou sexualité à la maison … ne vous sentez-vous pas une personne incomplète ? Tout ce que vous vivez soir et week-end impacte forcément votre façon de voir le monde. Alors pourquoi en priver vos collègues, votre entreprise ou vos clients ? Vous ne leur donnez en réalité qu’une partie de votre potentiel. C’est dommage.

La culpabilité de ressentir du plaisir au travail

Le sentiment d’imposteur est bien connu des entrepreneurs qui se lancent. Avant de créer sa société, on se pose la question : Mais peut-on vraiment avouer que l’on facture une prestation alors qu’en fait ça me fait plaisir de la réaliser ?

C’est le piège dans lequel beaucoup tombent. Ils n’osent pas demander de rémunération contre une action qu’ils adorent faire.

Mais pourquoi est-ce vital de recevoir une contribution financière ?

  1. Tout d’abord parce que vous avez besoin de vivre et nous sommes encore dans un monde qui utilise de l’argent comment outil d’échange.
  2. Si l’on ne se fait pas rémunérer pour cette activité, alors cela signifie que ce n’est pas notre activité principale. Donc nous ne mettons pas 100% de nos capacités pour la développer. Nous ne nous donnons pas les moyens d’être entièrement concentré à cette prestation. Comment peut-on donner un service de qualité si ce n’est pas notre activité principale ?
  3. Se faire rémunérer contre un service signifie que l’on est reconnu pour la qualité du service. Cela participe à augmenter notre confiance en nous. Et cette confiance est un outil essentiel à la réalisation du travail de bonne qualité.
  4. Garder le plaisir de l’action sur le temps. Combien d’entrepreneurs ont baissé et bras et ont abandonné leur métier-passion parce qu’ils ne se sentaient pas récompensés à la hauteur de leurs efforts. C’est normal, à force de proposer du gratuit « juste le temps de me faire un book et d’avoir quelques témoignages » ont finit par s’écoeurer de notre passion et s’épuiser. C’est dommage. Vous avez du talent, faites-en profiter les autres !

Prendre du plaisir au travail est une obligation pour chaque travailleur. C’est seulement ainsi que l’on réalisera de belles choses, et que l’on construira le monde qui a un sens pour nous.

Si tu veux trouver ta mission de vie, profites du programme de 21 jours. C’est cadeau !

mission de vie

Mon profil Arc En Ciel et la méthode DISC

méthode disc

Bonjour à toi. J’ai récemment eu l’occasion de passer une demie journée avec une coach avec qui on a étudié mon profil ARC EN CIEL. C’est un questionnaire de personnalité basé sur la méthode DISC.

La méthode DISC prend son nom pour les mots : Dominant, Influent, Stable, Conforme.

méthode DISC

Mon but aujourd’hui n’est bien sûr pas de te former à cette méthode mais simplement de te dire qu’elle existe et qu’elle est très intéressante. Elle apporte des éléments de compréhension sur qui nous sommes et comment nous interagissons avec notre environnement. Mieux se connaître nous aide à nous aimer nous même t à mieux comprendre l’autre. C’est en ça que les tests de personnalité

La méthode DISC

C’est un graphique qui divise quatre type d’énergie dans notre comportement. Quelle est notre relation à notre environnement ? Est-ce que je vois mon environnement comme favorable ou défavorable ? Est-ce que je me sens plus fort que lui ou plus faible ?

Chacune des couleurs est associée à un type de comportement. J’explique tout ce que j’ai retenu dans cette vidéo.

Le questionnaire ARC EN CIEL

C’est une façon d’analyser les résultats après avoir passé un questionnaire avec un coach agrégé. On va en tirer un profil naturel et un profil en fonction d’une certaine situation. Il faut savoir qu’au fur et à mesure de la journée, l’intensité de nos énergies va varier. C’est également le cas quand on change d’activité professionnelle ou que l’on grandit. Un profil ARC EN CIEL n’est donc pas figé, il faut le voir comme dynamique.

méthode disc

 

La méthode DISC se rapproche pas mal des grandes lignes du MBTI. On retrouve diverses dimensions comme l’introversion / extraversion, l’intuition, l’organisation …

J’aime bien aussi cette approche du DISC autours des quatre éléments. C’est un rapprochement qui en dit long sur chaque type d’énergie et qui pourrait se rapprocher des profils Ayurvédiques.

 

L’économie du mammouth et de la licorne

économie du mammouth

Je démarre une nouvelle série de vidéos sur l’économie en transition de la 3D à la 5D. Mais qu’est-ce que c’est ? Je vais t’expliquer plus en détail ce que j’appelle l’économie du mammouth et celle de la licorne.

L’économie du mammouth

C’est une façon de parler de l’ancienne économie, celle qui est en voie de disparition. Même si aujourd’hui on voit encore principalement les restes de l’économie du mammouth, en fait elle est en déclin. C’est la société dans laquelle on basait l’activité économique sur la compétitivité, la concurrence, la compétition et la force. Une société principalement gouvernée par des hommes car c’est l’énergie masculine qui était dominante. L’apport de capital est un élément principal de la création d’une activité et de richesse.

Quelques exemples d’institutions du temps des mammouths c’est les grandes entreprises multinationales comme Nike, McDo, Microsoft, la SNCF, l’église, ect … Ce sont des organisations qui gèrent des millions de personnes grâce à des règles et des rôles bien définis. On connait tous aujourd’hui les travers ce ces rôles.

Crise individuelle

On arrive aujourd’hui à une crise de sens. Les salariés, les travailleurs ont besoin de donner un sens à leur vie. On cherche à exprimer notre créativité. De plus en plus de personnes se mettent à leur compter car c’est la seule façon qu’ils ont trouvé pour exprimer qui ils sont, sans les limites d’un patron.

Nouvelle économie

Dans ma série d’interview sur les 50 femmes inspirantes, je cherche justement à montrer qu’une autre économie est possible. Ces femmes sont dans la collaboration, la bienveillance. Elles osent exprimer leurs émotions, leur spiritualité, leur intimité. Ces entrepreneures font des choix avec le coeur et non pas dans la peur. Elles osent exprimer qui elles sont et utilisent tous les jours leur intuition.

Pour moi elles sont la preuve qu’il est possible de devenir la même personne au travail que dans notre vrai vie. Et elles me donnent le courage de faire ce que je fais.

Le bonheur au travail a-t-il un lien avec la motivation des salariés ?

le bonheur au travail

On rêve tous de bonheur au travail. Mais est-ce possible ou un simple utopie ? Depuis la publication du documentaire d’ARTE sur le sujet, en janvier 2015, les dirigeants ne parlent plus que de ça avec leurs consultants. C’est le nouveau sujet à la mode dans le milieu du management. Et on le comprend, qui ne serait pas séduit pas un tel concept ?

Comment appliquer le bonheur au travail ?

Beaucoup d’entreprises tentent de le mettre en place dans leur organisation. Rares sont celles qui y arrivent rapidement et complètement. Le modèle est passionnant et de plus en plus de témoignages apparaissent heureusement sur le net pour nous aider à franchir le cap.

Un cap qui n’est pas si facile à passer pour un dirigeant qui doit jouer franc jeux et adhérer à la philosophie à 300%. Il va devoir ester extrêmement constant dans son comportement afin d’arriver à finalement appliquer le bonheur au travail dans son organisation.

Au début, ses collaborateurs ne comprendront pas ce nouveau comportement et auront besoin de tester les limites pour comprendre les nouvelles règles du jeux. Finalement au bout de quelques années, ces nouvelles règles pleines de bon sens seront vues comme normales. Mais qu’est-ce vraiment ce bonheur au travail ?

Quelques exemples d’entreprises libérées en France

  • A la MAIF, les pointeuses ont disparût pour laisser place à un système plus accès sur l’épanouissement des salariés.
  • Innov-On publie régulièrement des vidéos pour partager leur façon de faire
  • Favi a publié un livre et son ancien directeur Jean-François Zobrist se déplace régulièrement pour donner des conférences
  • La biscuiterie Poult publie ouvertement sa culture d’entreprise sur son site.
  • MOM21 est un mouvement pour l’organisation et le management du 21iem siècle.

Le bonheur au travail est illégal

C’est édifiant mais c’est vrai, aujourd’hui les lois françaises interdisent le bonheur au travail. Il me semble évident que nous arrivons aujourd’hui à la limite de ce système. Nous avons besoin de sortir de ce modèle basé sur la concurrence du marché et la démocratie. Cet ancien modèle empêche la naissance du prochain modèle, basé sur le bonheur au travail comme partout, la bienveillance et la confiance.

3 types de salariés

Isaac Getz, le pape de l’entreprise libérée explique que pour lui il existe trois type de collaborateurs. Ceux qui font avancer la barque, ceux qui font semblant de la faire avancer, et ceux qui la tire en arrière.

  • 9% des salariés se sentent engagés dans leur société
  • 61% des salariés sont désengagés, ils viennent le matin pour attendre l’heure de la sortie
  • 28% des salariés sont ACTIVEMENT désengagés, et démotivent les salariés engagés.

La philosophie de l’entreprise libérée

Ce mouvement philosophique est basé sur trois croyances communes à toutes les entreprises qui se disent libérées.

  1. Les êtres humains sont dignes de confiance
  2. Certaines personnes ont des dons
  3. Chaque être humain aime être libre de ses actes

L’entreprise libérée n’est pas un modèle et ne suit pas de règles précises. Chaque organisation est unique et adapte à sa façon ces principes. La seule façon de se faire une idée du fonctionnement d’une entreprise libérée est de consulter des témoignages

 

Matthieu Ricard, le moine qui prêche l’altruisme

matthieu ricard altruisme

Matthieu Ricard est un scientifique français qui depuis plus de 50 ans s’est convertit au bouddhisme et porte actuellement la robe safran. Il est né en Savoie d’une peintre et d’un philosophe. Après être devenu docteur en génétique cellulaire, il part dans l’Himalaya. Il devient moine et interprète du Dalaï Lama. C’est sûrement cette sensibilité à la science qui l’a attiré vers cette expérience rapprochant les neurosciences et la méditation.

Neurosciences et méditation

La méditation peut être pratiquée de façon athée, sans dimension religieuse. Il serait dommage de se priver des bénéfices de la méditation simplement parce que l’on est pas croyant.

Matthieu Ricard s’est porté volontaire pour être observé lors de recherches en neurosciences sur des méditants expérimentés. Ces expériences ont prouvé que la pratique régulière de la méditation permet d’augmenter la résistance au stress, à l’anxiété et à la douleur. Cette pratique améliore également le fonctionnement du système immunitaire.

matthieu ricard

Altruisme d’après Matthieu Ricard

Matthieu Ricard n’est pas qu’un scientifique méditant. Il est également l’auteur de nombreux livres, conférencier et photographe.

Il parle souvent de sujets comme le bonheur, la compassion, l’empathie et l’altruisme. Matthieu Ricard est le porteur du concept du Zoocide qu’il dénonce notamment dans son livre « Plaidoyer pour les animaux ».  Ce moine est particulièrement sensible à la cause animale et souhaites nous accompagner vers plus de responsabilité et de conscience envers les autres formes de vies.

Moi j’apprécie particulièrement Matthieu Ricard pour son rire léger. Un bon sage est un sage qui ne se prend pas au sérieux, et pour moi il incarne complètement cette injonction. Le deuxième élément que j’admire en lui est la façon qu’il a de parler de l’altruisme et de nous expliquer comme elle est essentielle à notre bonheur.

Regarder sa conférence TED Les habitudes du bonheur pour trouver la sérénité et l’épanouissement personnel.

Pierre Rabhi à l’origine du mouvement Colibris

pierre rabhi

Vous avez forcément entendu parlé du grand Pierre Rabhi. Cet agriculteur philosophe auteur de nombreux livres est à l’origine de la définition de l’agroécologie. Cet art de vivre en harmonie avec notre Terre mère sans l’exploiter.

L’histoire de Pierre Rabhi

Né dans le Sahara d’une famille musulmane, il a été adopté à l’age de 4 ans par une famille française catholique qui l’a éduqué. Il est arrivé finalement dans le milieu ouvrier parisien. C’est là qu’il a rencontré sa femme et qu’ils ont décidé ensemble de partir à la campagne pour se rapprocher de la nature.

Consulter ici sa biographie et filmographie, car la liste est bien longue.

« Avec l’agroécologie, on peut résoudre la faim dans le monde. »

Agroécologie

Pierre Rabhi refuse d’utiliser des pesticides et des produits chimiques pour produire des aliments. Il prône l’agriculture naturelle dans le respect de la Terre. Pour lui nous devons lui apporter tout notre respect et gratitude envers l’abondance de nourriture qu’elle nous apporte gratuitement.

« Il est temps que nous prenions conscience de notre inconscience pour percevoir l’ampleur de l’horreur ».

 

Le Mouvement des colibris

L’objectif du mouvement est de permettre aux gens de se mobiliser. Le nom vient d’une légende amérindienne qui parle d’un incendie de forêt pendant lequel le colibri tente d’éteindre le feu en prenant une goutte dans son bec. Le colibri fait sa part.

L’objectif du Mouvement des Colibris est de permettre à chacun de donner les moyens de faire leur part. Que chacun reprenne le pouvoir qu’il a et participe activement au changement de l’humanité.

Les colibris, mouvement pour la terre et l’humanisme. Voilà le joli nom de ce mouvement qui se donne pour mission d’inspirer, de relier et de soutenir les citoyens engagés vers un nouveau mode de vie.

Alors vous aussi seriez vous un colibri ? Quel changement voulez-vous voir dans notre société ?

Quel avenir pour les managers ?

managers

Les managers ont-ils encore un avenir dans le monde de l’entreprise ? A en croire les nouveaux gourous du management comme Isaac Getz et Frédéric Laloux, on a du mal à voir la place qu’ils vont pouvoir adopter.

Bullshit jobs

C’est une nouvelle façon de décrire les métiers de cadre intermédiaires. On les décrit comme des Bullshit Job parce que l’on commence à se rendre compte que faire des tableaux de reportings hebdo que personne ne regarde est finalement inutile. Nous sommes capable d’automatiser la collecte de données, mais alors à quoi serviront ces responsables d’équipe ? Peut-être pourront-ils exercer leur métier ?

A l’origine les managers étaient là pour aider les salariés à mieux travailler, pour faire le pont entre différents départements et faire circuler l’information pour prendre de meilleures décisions. Aujourd’hui on constate qu’ils sont plutôt des freins à la communication et à la collaboration. Bien sûr pas dans 100% des cas, mais c’est hélas un schéma bien trop répandu. La société le paie cher. Oui, ce sont des hauts salaires qui sont payés pour freiner la productivité des petits salaires. Et c’est le client, l’environnement ou le bonheur au travail qui en paie les frais.

Les types de managers

Il existe plusieurs types de manager dans l’entreprise. Du super héro au tyranique, on les connait bien.  La liste est longue :

  • L’expert
  • Le super-héro
  • Le micro-manager
  • Le pervers-narcissique
  • Le harceleur
  • Le tyranique
  • L’incompétent
  • L’abscent
  • L’hystérique
  • Le fou
  • Le vaux-visionnaire

Et vous ? Quel est votre manager ? Quelle est votre relation ? Seriez-vous plus heureux sans lui ? Seriez-vous plus efficace sans lui ? Pourriez-vous vous passer de lui ?

L’avenir du manager

Le métier de manager est amené à évoluer. Il y en aura moins mais de meilleure qualité. Cette fonction, un peut comme celle de scribe et de community-manager est amenée à intégrer toutes les fonctions de l’entreprise. Qui envisagerait de postuler dans un poste sans savoir écrire ou avoir un profil sur les réseaux sociaux ? Dans quelques années, il sera normal d’avoir des compétences de management pour un poste à responsabilité.

Le poste du manager est en train de se transformer en lider. Le lider est une personne inspirante qui ne cherche pas à pousser les autres à travailler ni à les contrôler. C’est un passionné qui avance coûte que coûte et qui dit « Qui m’aime me suive ».

L’entreprise libérée

C’est un nouveau modèle d’organisation qui s’est libérée du management. L’entreprise libérée est une philosophie modélisée par Isaac Getz notamment dans son livre Liberté & Co. On part du principe que le salarié qui est sur le terrain a de meilleures idées pour optimiser le processus que le cadre qui n’est pas en situation. Et le but est de donner à ceux qui ont les bonnes idées la possibilité de les mettre en pratique.

L’entreprise libérée se base également sur la formation des salariés et la transparence des chiffres en interne. On supprime les intermédiaire et les décideurs, car ce sont des tâches qui devraient être réalisable par tous, pour tous. On parle de co-décision et de responsabilité individuelle. Chaque individu monte dans le bateau car il partage la vision du capitaine, à lui d’adapter sa façon de participer en fonction de ses envies et idées.

Deux vidéos inspirantes pour aller plus loin